Bebe : girly avec du chien

 Il ne faut jamais être en retard avec les jolies filles .Il est même conseillé d’arriver en avance; on n’est jamais trop prudent: si un autre fiancé est déjà là, on a le temps de lui faire un croche- pied ou de lui casser la gueule. Voici donc la jolie Bebe, brune, espagnole, avec son dernier opus, Un pokito de rocanrol qui ne sera dans les bacs que le 5 mars prochain. Un bon disque, c’est incontestable. La jeune femme déroule une manière de rock-punk énervé, assez déjanté, puissant et bien envoyé. Elle fait un pied nez à la convention, impose un style. Son style. Pour ce faire, elle a choisi de faire produire son disque par l’excellent Renaud Letang (qui joue aussi de la basse et des claviers).Le tout a été enregistré au mythique studio Ferber, à Paris. On y sent une âme, grâce à l’utilisation de vrais instruments. La langue espagnole se prête merveilleusement bien au rythme effréné de la diction de la dame. Ça déboule. On a envie de marquer la mesure. C’est bon signe. Un disque stimulant. Ses textes parlent de filles, d’amour. «C’est girly, mais un côté girly qui a du chien», comme le note non sans à-propos Émilie Cailleau sur le site de notre confrère L’Express.

PHILIPPE LACOCHE

«Un pokoto de rocanrol». Bebe.EMI-Virgin. (Sortie le 5 mars).