Beaupain et Gallienne : tendres chantres de la tolérance

 

Alex Beaupain, auteur-compositeur-interprète, Breteuil, Oise. Novembre 2013.

Breteuil n’est pas si loin. Il fallait se décider vite. Nous y fonçâmes, par une nuit humide. C’était nécessaire. Alex Beaupain y donnait un concert dans le cadre du Picardie Mouv. À peine arrivé, le chanteur qui évolue sur scène attire mon attention. Bon Dieu, mais c’est bien sûr… Tichot! Que fait-il là, l’animal? Un nouveau projet. Un de plus. La dernière fois que je croisais cet amusant et sympathique Ternois, c’était au village du livre de Merlieux. Il soufflait dans un soubassophone, énorme instrument. Nous rîmes de concert. Pas de moqueries, non; une sorte de connivence de terroir. Nous étions dans l’Aisne. Il devait se rappeler les parties de rigolades à la Maison des jeunes de Tergnier. C’est si loin tout ça… À Breteuil, il est sur scène sous le nom de Bipolar Box, un groupe qu’il a monté en mai dernier. À peine a-t-il terminé, que je vais le saluer. On rigole encore. On aime bien rire, Tichot et moi. Je fonce dans les coulisses. Alex Beaupain est devant moi.Une grande table, sous une lumière crue. Nous parlons de sa carrière, de ses chansons. Comment ne pas nous entendre? Son père était cheminot; l’un de ses grands-pères à la CGT. Et il a écrit la plus belle chanson sur les déçus du 10mai1981 («Au départ»). Il développe une chanson mélancolique, nostalgique, terriblement littéraire et bien écrite, dans la veine de celles de Vincent Delerm et d’Albin de la Simone. Sur scène, il malmène ses musiciens et sa violoncelliste avec une tendresse vive et une rare intelligence. Ses mots sonnent juste; ses mélodies sont belles à pleurer. Émotions à fleur de peau encore avec le film, génial, Les Garçons et Guillaume, à table! de Guillaume Gallienne, vu au Gaumont d’Amiens. Ce film, d’une rare intelligence dans son propos, dans son humour, dans sa construction, m’a transporté. Tous les petits machos forts en gueule et en muscles devraient le voir.Pas pour la leçon, non; Gallienne n’en donne pas.Il constate; il informe. Il fait vibrer avec dignité, décrit, jamais larmoyant, la souffrance d’un garçon différent à qui une éducation étrange a fait croire qu’il était une fille. Ce film est touchant, drôle, épatant. C’est un hymne à la tolérance, doux, adorable. Comme le sont les chansons d’Alex Beaupain.

Dimanche 1er décembre 2013

Sébastien Cauet change mes piles pendant nos rêves d’Aisne

 

L’autre jour, dans les bureaux de Be Aw

Sébastien Cauet, un Picard qui s’assume.

are, la société de production de Sébastien Cauet - dont les locaux se trouvent rue Marcel-Dassault, à Boulogne-Billancourt - j’avais l’impression d’être chez moi. Dans l’Aisne. Presque dans ma bonne ville de Tergnier. En Picardie, en tout cas. Cauet est né à Saint-Quentin; il a passé toute son enfance à Marle, un petit bourg brumeux égaré entre le Laonnois et la Thiérache, où, en des temps antédiluviens, j’avais fait des bals comme guitariste (guitare Elie Sound, copie Gibson SG) au sein de l’orchestre les Strangers. (Mes copains rockers de Tergnier me brocardèrent, quelques années plus tard, en ricanant: «Alors, Phil? Tu as joué avec les Stranglers?» Marle. La sucrerie dans laquelle travaillaient ses parents. Alors qu’il me parlait de ça, je me souvenais de la sucrerie de Tergnier qui, l’automne venue, exhalait des odeurs écœurantes de betteraves concassées. On l’appelait aussi La Casserie. Ensuite, il est allé au lycée à Laon. Paul-Claudel, of course. Comme Sartre qui lui, l’était comme professeur de philosophie où, dit-on, il a commencé à écrire La Nausée. Cauet à Laon, j’ai fait le calcul; ça devait être en1988.Que se passait-il à Laon, en1988? Les Bothers McDaniels, groupe local et mythique de rhythm’n’blues, n’existaient déjà plus. Les Ricains de la base de Crépy-Couvron avaient rangé leurs rangers depuis quelque vingt-cinq ans. Je pensais à tout ça quand, soudainement, les piles de mon magnétophone ont rendu l’âme. Presbyte depuis quelques mois, j’étais bien incapable de distinguer les plus et les moins. Cauet, en bon camarade et en «pays», me les a changées. Ça m’a fait plaisir. Quelques instants plus tôt, j’avais discuté avec l’un de ses hommes de confiance, Axonnais lui aussi. Il avait fréquenté le lycée Henri-Martin. Ça rapproche. Sans transition, comme disait Raymond Marcillac (soyons actuels!), j’ai vu, au Gaumont d’Amiens, le film Les Invincibles, de Frédéric Berthe avec Gérard Depardieu, Atmen Kelif et Edouard Baer. J’ai adoré. Cette histoire de pétanque est à la fois hilarante, positive, bien plus fine qu’elle n’en a l’air (références aux sans papiers; au racisme, etc.) Depardieu est vraiment un très grand comédien, capable de se moquer de lui-même quand, dans le film, il demande la nationalité algérienne. Un grand moment.

Dimanche 22 septembre 2013

Lors tu vois un éléphant en ville, caresse sa trompe et suis-le

 

Au cours du raout à la CCI d'Amiens auquel Lys et moi n'avions pas été invités.

Lorsque tu vois un éléphant en ville, lectrice mon amour, mon petit animal docile, caresse sa trompe et suis-le. Il te procurera beaucoup de bonheur. C’était une belle soirée de presque été, douce comme une figue fraîche. Nous revenions, le cœur léger, du Gaumont d’Amiens, où nous avions vu le délicieux film Pop Redemption, œuvre de Martin Le Gall où Julien Doré se révèle un excellent acteur. Ce film est un peu plus qu’une comédie distrayante et bien française. L’écriture de Le Gall est limpide, précise et ciselée. Les comédiens assurent avec finesse et justesse. L’univers de l’histoire n’est pas banal: celui du black metal, une manière de hard rock teigneux et caverneux. Puis, à l’issue de diverses péripéties, le groupe est contraint d’évoluer vers une pop aérienne et acidulée. Là, Martin Le Gall se paie une belle tranche de références appuyées aux Beatles et en particulier au plus psychédélique des albums de Fab Four: Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band. Ajoutez à cela des comédiennes très craquantes, surtout la petite Audrey Fleurot, fortement excitante en gendarmette. Ce film est frais et bigrement réjouissant. Donc, comme je te le disais, lectrice, Lys et moi étions réjouis par cette belle soirée. Soudain passe un éléphant surmonté de son cornac. Une foule importante le suit. Peu contrariants, nous en faisons de même. J’aperçois l’éclairagiste Gilles Caron, qui semble s’occuper de la bête et court contre son flanc. Nous nous saluons. (Il nous louait, à Lou-Mary et moi, une belle maison de l’avenue Henri-Barbusse, à Longueau).Ainsi, nous arrivons à la Chambre de commerce et d’industrie où la cellule d’accueil des cadres a organisé un grand raout pour fêter ses vingt ans. En fait, toutes les personnes qui suivent la grosse bestiole, ont été prises en charge, lors de leur arrivée à Amiens, par cette cellule d’accueil; ils se jettent sur les verres et sur les petits fours. Nous en faisons de même. Je me retrouve nez à nez avec Gabriel d’Harcourt, directeur du Courrier picard, et madame. Il doit penser que je suis un sacré pique-assiette. Lui aussi a bénéficié de l’accueil de la cellule et en pense le plus grand bien. J’hésite à lui demander une augmentation, m’abstiens, sors précipitamment, monte à cru sur le dos de l’éléphant, Lys contre moi. J’ai demandé une rançon à la CCI. J’attends toujours.

Dimanche 23 juin 2013

Mon ascension de Parsifal, de Richard Wagdoux

Richard Wagner avait du génie, mais c’était un sale type. Une sorte de Céline du romantisme allemand. Un ami, musicien éminent, admirateur de compositeur, me confiait qu’il n’hésitait pas, entre autre, à soulever les femmes et compagnes de ses meilleurs copains. Était-ce bien raisonnable, Richard? Pour sa défense, nul doute qu’il devait être titulaire d’un sacré tempérament. Sa musique, énergique, d’aucuns qualifient de virile, en témoigne. L’excellent Woody Allen, - qui s’y connaît en la matière - n’affirmait-il pas que quand il écoutait Wagner, il avait envie d’envahir la Pologne? Quand Lys m’a invité, l’autre soir, à écouter la diffusion au Gaumont d’Amiens, en direct, depuis le Metropolitan Opera de New York, de Parsifal, l’œuvre testamentaire du maître et qu’elle m’a avoué qu’on en avait pour près de six heures, mon sang n’a fait qu’un tour. Pour m’amadouer, elle m’a dit qu’elle avait préparé un super petit dîner (œufs de caille, champagne, combucha, graines diverses, petites tomates, cakes, etc.) à consommer sur place, et que j’aurais le plaisir de converser avec Isabelle, un médecin que j’aime beaucoup, qui fume beaucoup (donc je savais qu’aux entractes je pourrais en griller une à ses côtés) et qui adore Wagner, j’ai dit oui. Je me suis donc farci six heures de Wagner. De Parsifal, devrais-je dire pour être exact. Car là, point (ou très peu) de virilités musicales excessives. Au contraire, des passages de douceur, de presque mélancolie. Parfois ça manquait de nerf. Et Wagner sans nerfs n’est plus tout à fait Wagner. Richard Wagmou? Non, je n’irai pas jusque-là. Je dirais plutôt Richard Wagdoux, comme il y a un Giraudur dans certains passages de l’œuvre du grand Jean, créateur d’Ondine, qui, passionné par la culture germanique comme il l’était, devait s’intéresser à Wagner. J’avoue que je me suis laissé prendre par la beauté subtile de certaines mélodies. En revanche, je n’ai pas aimé la mise en scène, le jeu des artistes aux voix superbes, ni la scénographie. Les cakes de Lys étaient merveilleux. J’ai pris une goutte de champagne (un bon cru). Et j’ai fumé avec Isabelle qui m’a trouvé bonne mine. Je ne me suis endormi que deux fois. Lys m’a félicité. J’étais fier en arpentant, à 22

Wagner sans nerfs n'est plus tout à fait Wagner. Richard Wagmou? Je n'irai pas jusque-là.

heures et quelques, la rue des Trois Cailloux. Comme si j’avais réussi l’ascension de Parsifal, mon Everest à moi, rocker impénitent.

Dimanche 10 mars 2013.

Nasser, du Lucullus, a fêté ses soixante ans

Chaude ambiance, le 20 décembre au Lucullus. Nasser, le maître des lieux, fêtait ses soixante ans avec ses enfants et des amis parmi lesquels Lou-Mary, chante

Anniversaire de Nasser, du Lucullus. 20 décembre 2012. Amiens. Avec notamment de gauche à droite : Christian, metteur en scène, Lou-Mary, le fils de Nasser, la fille de Nasser, Nasser, Didier Cardon, un copain de Nasser, Patrick Poitevin, la compagne de Didier Cardon. 20 décembre 2012.

use-comédienne et son compagnon, Christian, metteur en scène, Didier Cardon, vice-président du Conseil régional chargé de la formation professionnelle, de l’emploi, du commerce et de l’artisanat (et madame), Patrick Poitevin-Duquesne, écrivain, notamment nouvelliste de notre journal, etc. Des musiciens amis se sont succédé et se sont adonnés à des bœufs tourbillonnants. Lou-Mary (qui se produira le samedi12janvier, à 21heures, au Lucullus dans le cadre de son spectacle autour de Gainsbourg-Birkin) a chanté plusieurs chansons dont, émotions pour votre serviteur, «Tes yeux sur mon tulle» que je lui avais écrite, en novembre2005, le soir de notre rencontre… au Lucullus. Le temps passe, impitoyable, mais on lui tire la langue, au temps car son pouvoir est limité: il n’efface que les mauvais souvenirs. Les bons, on les garde dans un petit coffret tout au fond de nos cœurs. En dehors du Lucullus, j’ai beaucoup fréquenté le Gaumont d’Amiens, ces derniers temps. L’adorable Lys est même parvenue à me faire apprécier la danse, art avec lequel je me croyais définitivement brouillé. Ainsi, avons-nous savouré la diffusion en direct depuis le Nederlands dans Theater (NDT) de la soirée Sol Leon et Paul Lightfoot. Danse contemporaine? Il paraît qu’on appelle ça comme ça.L’art contemporain, habituellement, me parle peu. Mais là, je dois avouer que je suis allé de surprise en surprise tant par l’écriture des ballets, leur côté déjanté, les grimaces, la grâce évidente et la poésie urbaine, constante. Adoré également deux films: Ernest et Célestine, épatant par ses messages de fraternité, d’appel à la tolérance, toutes ces valeurs qu’on nous sert trop souvent avec la guimauve de la démagogie et qui, ici, sont subtilement distillées dans nos esprits par une œuvre forte, toute en nuances. Et Les lignes de Wellington, au cinéma Orson Welles, de la Maison de la culture d’Amiens. Ce film m’a révélé un événement historique que je ne connaissais point: les troupes napoléoniennes, commandées par Massena qui affrontent celles, portugaises et anglaises, placées sous la houlette de Wellington. Une sublime réalisation de Valeria Sarmiento.

Dimanche 30 décembre 2012