Du café, de la littérature, un agenda, du théâtre

Dominique Baillon-Lalande, de la DRAC Picardie.

 Reçu: un paquet de café de la marque de Maison du Café, et un mug sur lequel est inscrit: «C’est la tasse! Courrier picard».Y figure également ce proverbe annoncé comme picard: «Ce que femme veut, Dieu en tremble.» Et j’apprends par le dossier de presse, que «jusqu’à la fin septembre2012, la Mug Mania par Ma Tradition de maison du Café s’empare de nos régions et propose une série de mugs à personnaliser». C’est marrant, cette idée. Ils m’envoient ça, les la Maison du Café, et je n’avais rien demandé. C’est épatant de travailler au service magazine. On reçoit des tas de trucs improbables. Les attachées de presse ne cessent d’appeler pour nous vendre leur camelote. Parfois, je les drague. Parfois, je les fais marcher. Elles sont souvent de belles petites voix. J’imagine des poulettes avec des bas, la jupe remontée haut sur les cuisses. Ça m’occupe; ça me distrait. C’est ça quand on n’est plus tout jeune, qu’on vient de se faire plaquer. Penser aux attachées de presse, c’est tout de même mieux que le Tranxène. Ça permet des rencontres téléphoniques. Mais je préfère tout de même les vraies rencontres. Le contact direct. L’autre jour, ma bonne copine Dominique Baillon-Lalande, de la Direction régionale de l’action culturelle de Picardie m’a entraîné au restaurant. C’était le midi. Il faisait un froid de Pékin ou de Barbarie. Nous avons déjeuné près de la cathédrale, et parlé, bien sûr, de littérature, de chanson et de rock’n’roll. Autre rencontre: celle de Rafaël Savary, 30 ans, qui lance un nouveau bimestriel qui répond au beau titre d’Amiens, mon amour. Tirage: 3000 exemplaires. Il parlera de musiques actuelles, de littérature, de théâtre, danse, etc. Originaire de Nantes, ancien étudiant en communication, il a déjà créé plusieurs fanzines dans le secteur de Nantes. Contacts: amiensmonamour@gmail.com; 0624781451. Enfin, mon bon camarade Dominique Zay, ancien nouvelliste de notre journal, nous fait savoir qu’il continue son aventure théâtrale avec un texte qu’il a écrit pour une comédienne, Françoise Longeard (fondatrice de Théâtre 80, elle réside aujourd’hui à Toulouse). «Nous allons nous balader un peu partout en France, et jouerons très certainement à Amiens à la rentrée», indique Dominique Zay. On attend ça.

Dimanche 26 février 2012.

Share