Joe Jackson, le rocker éclairé

 

Joe Jackson.

Comment ne pas aimez Joe Jackson? Pas besoin de grands mots, de longs discours pour vous convaincre. Il suffit, à titre d’exemple, écouter l’interprétation de «Look Sharp», chanson éponyme de son magistral, inoubliable et délicieux album. Pour ce faire, reportez-vous à la version qu’il en a donnée en1991, lors d’un concert à Sydney; vous pouvez voir et écouter l’exploit sur Dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/x7zthv_joe-jackson-look-sharp_music.Que dire d’autre? Qu’il n’y a pas plus musicien et compositeur british que lui. Né à Burton upon Trent (Staffordshire), il a commencé par apprendre le violon, puis le piano. À l’âge de 16 ans, il s’est mis à jouer dans les pubs. Et de gagner un prix pour étudier la composition à la célèbre Royal Academy of Music, de Londres. Une voix d’abord, mais c’est aussi un compositeur hors pair qui, au fil des décennies, a évolué. Au cours des seventies, sa musique est fortement marquée par le rock. À partir de1976 (année qui, à Londres, marque un tournant avec l’avènement du punk et la rupture totale avec la musique progressive), le Joe donne dans un rock mâtiné de new wave et de ska. Et c’est carrément délicieux. Cela produira son premier album, le sublime Look Sharp! (1979, A &<MC>M) qui comporte quelques-unes des plus belles chansons qu’un artiste eût pu déposer sur l’autel du rock’n’roll. Puis il y a aura le tout aussi succulent I’m the Man, la même année. Energie rock; c’est terrible toute cette énergie. Normal: le Joe n’a jamais autant ressemblé à Tintin. Regardez-le donc sur YouTube cette fois: http://www.youtube.com/watch?v=el66jnuItYc &feature=related. Et ces mélodies… Puis, il évoluera vers d’autres musiques qui vont des latineries au jazz assez sophistiqué. (Il voue une admiration sans borne au maçon Duke Ellington.) Est-ce pour cela que le Joe a eu la délicatesse éclairée d’enregistrer son album Body &Soul (en1984), dans une ancienne loge maçonnique de New York? Mystère et peau de Look Sharp!

PHILIPPE LACOCHE

Une réflexion au sujet de « Joe Jackson, le rocker éclairé »

  1. Hé bien ,ce Joe Jackson a bersé notre adolescence , inoubliable album,et ces chaussures blanches sur la pochette , un de mes amis musiciens s’en était acheté une paire,de 1975 à 1980 ce fut de nombreuses soirées a l’écoute de Look Sharp….

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>