Une sorte de désordre organisé

Universels, les Jeux permettent de faire de nombreuses rencontres. Une Philippine habitant la Californie ou une Anglaise mariée à un Français dont la mère est Indienne. Toutes les deux n’ont pas hésité une seule seconde à devenir bénévoles afin de vivre une aventure humaine inoubliable. Une aventure qu’elles ont financée de A à Z en voulant découvrir le Brésil et depuis le début des JO, elles font le même constat : les Brésiliennes et les Brésiliens sont très, très, très relax. Doucement mais sûrement. Ce n’est pas Mach 2, deux fois la vitesse du son, mais plutôt Franklin, la tortue.
Elles aussi, ont été surprises par les bénévoles dont le briefing de préparation pour ce genre d’événement a dû prendre deux minutes. Cela ressemble finalement à une sorte de désordre organisé. Mais ils s’y retrouvent, bizarrement. Ainsi, la bénévole anglaise a assisté à la bagarre entre deux spectateurs, dans les tribunes du court central de tennis, lors du match entre Juan Martin Del Potro et Joao Sousa. Personne n’a bougé, selon elle. Le match a été arrêté quelques minutes et les forces de police sont intervenues pour les séparer.
Pendant ce temps-là, les bénévoles brésiliens étaient assis tranquillement, raconte-t-elle, en train d’envoyer des SMS ou de chasser, peut-être, des Pokémons. Des Pokémons brésiliens sans doute faciles à attraper vu la vitesse à laquelle ils se déplacent.

Rachid Touazi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *