Arras et des copains écrivains

 

http://blog-picard.fr/dessous-chics/copines-et-copains/robert-charlebois-valere-pierre-et-quelques-autres/

Dans un précédent texte, je vous parlais de Valère Staraselski et de Pierre Hanot, rencontrés au Salon d’Arras, le 1er Mai. Les voici en photo.

Pierre Hanot, vient se sortir un livre dont on vous parlera, sous peu, dans Le Courrier picard.

 

Robert Charlebois, Valère, Pierre et quelques autres

Mon copain Cyril Montana et Robert Charlebois.

Yann Queffelec (à droite) en compagnie de Jean-Laurent Poitevin, créateur du prix Yann Queffelec.

Robert Charlebois et ma pomme, au Drouant, lors du cocktail du lancement du Prix Yann Queffelec, à Paris.

Qu’ai-je fait ces derniers temps ? Des salons du livre, encore des salons. Au cours de celui d’Arras, le 1er Mai, j’ai revu des copains : l’écrivain, chanteur et rocker Pierre Hanot qui vient d’écrire un très bon livre (dont nous vous parlerons, sous peu, dans les colonnes du Courrier picard), et l’écrivain et journaliste Valère Staraselski, e

Robert Charlebois et ma pomme, plus souriants cette fois-ci.

xcellent romancier (qui nous a donné, il y a peu, un livre original sur Jean de La Fontaine).

Je me suis également rendu au cocktail du lancement du Prix Yann Queffelec, au restaurant Le Drouant, place Gaillon, à Paris. (Yann attribuera fin octobre 2012, quelques jours avant l’attribution du Goncourt, un prix qui portera son nom, destiné à célébrer la sortie en librairie du premier roman d’un nouvel auteur dont le manuscrit aura été révélé et plébiscité par des lecteurs. Contact : jlp@lesnouveauxauteurs.com)

Retrouvailles chaleureuses et fraternelles avec Yann dont j’avais fait la connaissance, quelques semaines plus tôt, au salon de Deauville, et avec mon bon copain Cyril Montana, jeune, talentueux et bouillonnant écrivain. Et parmi les invités se trouvait Robert Charlebois, l’un de mes chanteurs préférés depuis qu’il a eu la bonne idée de créer l’une des plus belles chansons du siècle dernier : « Je reviendrai à Montréal ». L’ami Cyril n’a pas manqué de me prendre en photo avec Robert à qui j’ai parlé des bières qu’il fabrique. Il était ravi. Voilà, lectrice, tu sais à peu près tout.

Le printemps, le sucré-salé de Deauville, les salons et les copains

 

Jacques Béal au cours de la conférence sur le quartier Saint-Leu, qu'il a donnée, il y a peu, au bar de la Comédie de Picardie, à Amiens.

 Le printemps est un ravissement pour les écrivains; j’en profite. En compagnie de Lady Lys, je me suis rendu au salon de Deauville où j’ai fait la connaissance de Yann Queffélec, sympathique et fraternel. Nous sommes allé boire des verres, fort tard dans la nuit, après avoir écouté l’étonnant et talentueux Jean-François Zygel qui donnait un concert axé sur l’improvisation. Zygel demandait aux spectateurs de lui souffler un mot (rêverie, pluie, joie, fin, etc.) et il faisait parler son piano. Un régal où pétillaient des mélodies et des harmonies d’une infinie délicatesse. Il pleuvait sur Deauville. Les bourrasques me décoiffaient et me donnaient une tête de fou. «Tou ressembles à Jack Nicholson», souriait Lady Lys alors que nous marchions sur les célèbres planches de la plage que Françoise Sagan et Bernard Frank avaient longuement arpentées avant de se «refaire» au casino. J’adore Deauville. Son côté sucré et clinquant dans l’air salé. Le sucré salé. J’y ai bien sûr retrouvé copines et copains (Marie, des éditions du Seuil – avec qui je n’ai pu m’empêcher d’évoquer Jean-Jacques Brochier et les heures de gloire du Magazine littéraire -, Claire Julliard, du Nouvel Observateur, Nicole – qui me dit le plus grand bien du romancier Paul Vialar – et Serge Dutfoy, dessinateur et pianiste émérite, etc.) Le 1er mai, je suis allé au salon d’Arras où j’ai croisé mes copains romanciers Valère Staraselki et Pierre Hanot. On a bien ri. Comme d’habitude. Avec mon confrère Jacques Béal, je rigolais bien quand il était grand reporter au Courrier picard. Aujourd’hui, Jacques profite d’une retraite très active puisqu’il ne cesse d’écrire.En 2008, il avait publié chez Michalon L’ange noir, une biographie de l’aviatrice Bessie Coleman, une Afro-Américaine qui apprit à piloter au Crotoy. Trois ans plus tard, il nous a donné à lire un excellent roman, Les Ailes noires (Presses de la Cité), une histoire romancée de Bessie au Crotoy. Jacques travaille actuellement à un roman intitulé Au sourire d’avril, une saga qui évoque 30 ans de la vie du quartier Saint-Leu, à Amiens (de 1950 à 1980).Sortie prévue en octobre prochain aux Presses de la Cité. Saint-Leu, thème d’une conférence qu’il a donnée, il y a peu, à la Comédie de Picardie, en compagnie de Cécile Marseille, conseillère municipale, férue d’histoire locale. Passionnant.

Dimanche 6 mai 2012