Miss.Tic, Mystic et pensées humides à Creil

         Je me suis rendu au Salon du livre de Creil, le weekend dernier ; cela devient une habitude. J’aime bien l’ambiance, l’immense salle qui, nue, doit être froide, et qui se réchauffe lorsqu’elle se drape de livres et de bandes dessinées. Un peu comme une dame qui, soudain, devient irrésistible avec ses dessous chics et son petit collier de perles de nacre. J’adore. Bon, arrêtons-nous là, lectrice, avide de confessions. Revenons au Salon de Creil. Le temps était gris et humide ; la pluie fouettait la surface de l’Oise. J’y retrouvais des amis chers : les écrivains Patrice Juiff et Valère Staraselski, la critique littéraire Alexandra Oury, et, bien sûr, Sylviane Leonetti, grande ordonnatrice de l’événement. Le midi, je déjeunai en compagnie de Miss.Tic, plasticienne, poète urbain, reine du pochoir et surtout de la phrase-slogan ramassée, percutante, jeux de mots hirsutes comme les crêtes des punks des Halles des eighties. Miss.Tic ne manque pas de charme. Très brune, ce jour-là elle ne portait pas son traditionnel béret. Nous parlâmes littérature, poésie, art. Je lui fis remarquer que son nom me rappelait la célèbre pâte rouge Mystic, qui imite le vers de vase et que j’utilisais, enfant, lorsque je pêchais dans les pattes d’oie du canal de Saint-Quentin, à Fargniers (Aisne).  Je la trouvais vive, attentive, curieuse et sensible. Un peu plus tard, elle fut interviewée par le Picard Vincent Josse qui, avant de retrouver Miss.Tic sur le podium, vint me saluer. (Je me souviens de notre rencontre à la Maison de la Radio lorsque j’avais réalisé son portrait ; à cause d’un souci de ligne de métro, j’étais en retard ; je me souviens aussi de sa patience. Je me souviens de beaucoup de choses, au fond, malgré mon grand âge, ma vie parfois dissolue d’ancien critique de rock et d’écrivain las et mélancolique, marxiste contemplatif comme un Walter Benjamin égaré dans les brumes picardes.) Avant de regagner Paris, Miss.Tic m’acheta un livre et souhaita que je lui dédicace. Je m’exécutai. J’hésitai à pasticher l’un de ses aphorismes : « Quand le train est passé, il faut le soir. » Je m’abstins ; il faut savoir s’abstenir parfois, quand les trains passent, qu’on ne les prend pas, qu’on reste sur le quai et qu’on attend la nuit. J’interviewai également Malek Chebel, c

Vincent Josse interviewe Mis.Tic, sur le podium du Salon du livre de Creil.

Vincent Josse interviewe Mis.Tic, sur le podium du Salon du livre de Creil.

alme, intelligent et sage qui présenta son livre L’inconscient de l’islam (CNRS Editions), essai pertinent qui révèle les contradictions d’un islam aux prises avec le monde actuel. Le samedi soir, je discutai longuement avec Jean-Claude Villemain, maire de Creil, devant une Leffe royale assez délicieuse et qu’il m’avait conseillée. Nous parlâmes des canaux (Creil traversée par l’Oise) ; il me confia que l’un de ses grands-pères était éclusier à Boran-sur-Oise. J’imaginai l’écluse. Je repensai au canal de Fargniers, aux pattes d’oie, au Mystic. Je m’égare trop souvent dans mes pensées. Est-ce pour cela que, le soir-même, malgré mon GPS je fus bien incapable de me rendre au bowling de Creil ? La fête du salon y était organisée. Je suis rentré à mon hôtel. Bowling : je repense à cette scène de La Truite, roman de Roger Vailland. Vailland né à quelques dizaines de kilomètres de Creil, à Acy-en-Multien. Je pense trop. Beaucoup trop.

                                                     Dimanche 29 novembre 2015.

 

 

L’ombre de Vailland à la Fête de L’Humanité

 

Marie-Noël Rio, écrivain. Elle se bat pour faire redécouvrir Roger Vailland.

Marie-Noël Rio, écrivain. Elle se bat pour faire redécouvrir Roger Vailland.

Même sous la pluie et les pieds dans la boue, la Fête l’Humanité, c’est toujours un plaisir. J’aime descendre à la station du Fort d’Aubervilliers, monter dans la navette, patienter à cause d’une circulation infernale, passer sous le tunnel, contempler la multitude de tristes, banlieusards, dignes d’Emmanuel Bove. J’aime contempler ces paysages grisonnants comme mes cheveux qui défilent, mouillées par cette pluie tiède de presque automne. Je rêve comme rêverait un mauvais militant, loin de l’action, loin de tout, engoncé dans une mélancolie douillette, individuelle. Je me ressaisis, réveillé par les dialogues de mes voisins de bus. Ils parlent des salaires minables, du stress au boulot, des conditions de travail épouvantables. Les effets collatéraux du capitalisme dans toute son infecte splendeur. On se sent seul, devant la machine ultralibérale, empêtré dans ses problèmes de frics, constamment aux abois, traqués par son compte en banque. A la Fête de l’Humanité, on se sent un moins seul. Ca fait un bien fou. J’y ai retrouvé mes copines et copains écrivains, Valère Strasaselski (dont le très beau roman, Sur les toits d’Innsbruck, paru au Cherche-Midi, se retrouve sur plusieurs listes de prix ; il signait également son beau livre La Fête de l’Humanité, comme un air de liberté, paru chez le même éditeur), Michel Embareck (qui défendait son dernier roman : Personne ne court plus vite qu’une balle, publié aux éditions de L’Archipel), Didier Daeninckx et Jérôme Leroy (avec qui nous avons longuement parlé de son superbe dernier roman, Jugan, qui vient de paraître à La Table ronde et qui figure sur les premières listes des Prix Renaudot et Décembre). Avec ce dernier, je suis allé dîner, samedi soir, au stand de Bordeaux. Au menu : Grave et entrecôte bordelaise. Et surtout, longues discussions fraternelles et littéraires, où la littérature laissait place à la politique (au marxisme pour être précis). Le lendemain, je me suis rendu à la conférence que donnait la charmante Marie-Noël Rio – ayant droit de Roger Vailland -, journaliste, écrivain, auteur notamment de Pour Lili, aux Éditions du Sonneur (2005) dans lequel elle raconte les dernières heures d’Elizabeth Vailland, épouse du grand romancier résistant communiste. Marie-Noël Rio, qui a notamment procédé, avec conviction et compétence, à la réédition de textes de Vailland, œuvre avec passion pour que l’auteur des Mauvais coups soit lu ou relu, et, qu’enfin, il soit reconnu pour ce qu’il est : l’un des meilleurs stylistes de la langue française. J’en profite pour rappeler non sans tristesse, qu’aucune plaque n’orne la façade de sa maison natale à Acy-en-Multien, dans l’Oise (oui, Vailland est picard) ; il n’en existe pas non plus sur celle de l’avenue de Laon, à Reims, où il passa son enfance et son adolescence et où, en compagnie de Roger-Gilbert Lecomte et René Daumal, il fonda le mouvement poétique Le Grand Jeu. On est en droit de penser que cette absence de mémoire est regrettable.

                                                          Dimanche 20 septembre 2015

France, mère des arts, des armes et des lois…

Discrète, Lys souhaita que je la prenne en photo le visage dissimulé par son éventail.

Discrète, Lys souhaita que je la prenne en photo le visage dissimulé par son éventail.

         Je suis un Français définitif. Cette constatation un tantinet désabusée, c’est Géa, chanteuse, qui la lâche, dans mon prochain roman, Vingt-quatre heures pour convaincre une femme (à paraître le 26 août aux éditions Ecriture ; N.A.M.L.A. : on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même, d’où cette autopromotion indéniable) à l’endroit de mon piètre héros et narrateur, Pierre Chaunier, minuscule journaliste de la presse quotidienne régionale. Et même si Pierre Chaunier est bien différent de moi, et si Géa n’a pas grand-chose à voir avec l’une de mes ex-petites amies, je dois reconnaître, lectrice, mon amour, que je suis bien « un Français définitif ». Je ne le regrette même pas ; c’est comme ça. L’Europe m’intéresse de très loin, en tout cas cette saleté d’Europe des marchés, sournoise, psychorigide, ultralibérale, si peu démocratique (elle se contrefiche de l’avis des peuples), allemande ; j’adorais le franc (l’euro, quelle monnaie ridicule tout de même !), les douaniers, passer les frontières pour aller en Belgique, en Suisse, en Espagne ou en Italie. Oui, je suis un Français définitif qui rêve d’une Europe fraternelle, celle, peut-être, qu’on bâtira un jour avec les frères de SYRIZA et de Podemos. En attendant, je pars à la recherche de cette France d’avant comme j’irais à la chasse aux papillons ou cueillir des champignons. Joie infinie, de me retrouver dans la fraîche petite église de Saint-Crépin-aux-Bois, près de Pierrefonds, dans l’Oise, où Fanny Clamagirand, violon (un touché et une attaque exceptionnelles), Etsuko Hirose, piano, et Julie Cherrier, soprano, donnaient un récital d’une très grande qualité, avec des œuvres de Claude Debussy, Toru Takemitsu, Francis Poulenc, César Franck et Eugène Ysaye. C’était délicieux comme le champagne de Trélou-sur-Marne, dans l’Aisne, que nous dégustâmes, Lys et moi, à la buvette. Trélou, c’est là que mon regretté cousin Guy, celui que je surnomme Simon dans Le Pêcheur de nuages, s’était marié, en mai 1977 (j’étais jeune stagiaire chez Best). C’est là que Gérard Rondeau, photographe, frère de l’écrivain-diplomate Daniel Rondeau, possède une jolie maison qui regarde les eaux céladon de la Marne, lente et majestueuse comme une demi-mondaine des années Trente. ; elle n’ôta pas son turban rose d’Indou, ce qui m’a ravi. Quel plaisir de se retrouver dans cet adorable village – si français – du Compiégnois que le temps semble avoir épargné. Même impression, le lendemain quand nous nous déplaçâmes au festival de la Rose, à l’abbaye de Valloires. Il pleuvait sur les arbres séculaires et sur les pétales de roses. (Les gouttes me faisaient à des larmes sur les joues d’une jeune fille troublée.) Odeur de végétation et de terre humides. Au fond, l’abbaye, intemporelle, majestueuse. France, mère des arts… Oui, j’ai mon pays vissé tout au fond du cœur. Je suis un Français définitif. Je suis le du Bellay du Courrier picard.

                                           Dimanche 12 juillet 2015.

Excellent roman autour du mystère d’un meurtre affreux

  Le Picard Patrice Juiff sort un nouveau roman magnifiquement construit et écrit. Richard, footballeur vedette, assassine son épouse de cinq balles à bout portant sans savoir pourquoi.

L'excellent écrivain et comédien Patrice Juiff, réside à Beauvais, dans l'Oise.

L’excellent écrivain et comédien Patrice Juiff, réside à Beauvais, dans l’Oise.

 

 

Comédien de télévision et de cinéma au talent indéniable, Patrice Juiff (qui réside dans l’Oise) est aussi un nouvelliste et un romancier très talentueux. (Longtemps, il confia à notre journal de succulentes nouvelles qui paraissaient le dimanche.) Son recueil de nouvelles La Taille d’un ange (Albin Michel, 2008), ne s’est-il pas vu décerner le prestigieux Grand prix de la nouvelle de la Société des gens de lettres? Patrice Juiff détient plusieurs qualités qui font le bon écrivain: il écrit bien, sec et court, sans graisse; il n’a pas son pareil pour raconter des histoires; il sait créer des atmosphères. Toutes ces qualités, une fois encore, on les retrouve dans son succulent dernier roman Tous les hommes s’appellent Richard. Il nous conte la vie – affreuse – de Richard, ancien footballeur professionnel, adulé des foules qui, un jour, tue sa femme de cinq balles à bout portant. En prison, il se demande toujours pourquoi il a commis ce meurtre abominable.

Il revisite son passé

Pour tenter de comprendre, il revisite son passé. C’est assez terrifiant. «Mes histoires s’articulent toujours autour de thèmes récurrents», explique-t-il. «L’un d’eux est celui du choix. Et du basculement qui en résulte. Un autre est celui de la fragilité de nos existences. Dans Tous les hommes s’appellent Richard, ils sont intimement mêlés. Comment un homme à qui tout avait apparemment réussi, sombre dans une dépression qui le poussera jusqu’à tuer sa femme, l’être qu’il aimait le plus au monde. Je me souviens avoir été plus que troublé par l’affaire Bertrand Cantat et celle de Marc Cécillon. Du jour au lendemain, nous pouvons tous nous faire rattraper par de lourds secrets, des blessures intimes dont nous n’arrivons pas toujours à conjurer les effets dévastateurs

La force de ce roman vient aussi du fait que jamais Patrice Juiff n’instruit à charge. Il relate les faits, commente peu. Tente, lui également, de comprendre. «Ce qui m’intéresse, c’est l’humain» convient-il. «Ce que nous sommes. Ce mystère qu’est l’homme et ce qui le gouverne. Dans chacun de mes livres, je n’essaie pas de me mettre à la place de mes personnages. Mais à côté. À hauteur de leur épaule. De voir ce qu’ils peuvent voir. De sentir et ressentir ce qu’ils peuvent sentir et ressentir en fonction de ce qu’il leur arrive. D’être honnête et sincère avec eux. De ne pas les trahir. Nous sommes tous pétris de la même pâte. Tous différents, les forces qui nous régissent sont les mêmes. Et puis tenter de comprendre l’autre, c’est aussi évidemment tenter de se comprendre soi-même. Mes références sont multiples, toutes romanesques. Mais je suis plus faulknérien qui proustien. Je dis toujours qu’il n’existe pas de monstre, mais des gens monstrueux. Qu’on ne naît pas monstrueux mais qu’on le devient. Hitler a été un enfant jouant avec ses camarades et un bébé qui pleurait dans les bras de sa mère quand il avait faim avant de devenir un des plus grands assassins de tous les temps. Tenter de comprendre les raisons qui mènent un homme à la déraison, c’est lui rendre son humanité et donc à sa vérité, sans pour autant justifier ses actes. C’est quand on connaît ou qu’on reconnaît un problème qu’on peut le résoudre. Sans cela nous sommes voués à l’échec. Nous sommes tous des Richard en puissance, aussi forts et aussi fragiles que lui. Il n’est pas inutile de se le rappeler.» Son prochain roman évoquera l’histoire de deux sœurs. En tant que comédien, il vient de tourner dans une série Sur les Quais, dont les deux prochains épisodes devraient être bientôt diffusés sur France 3.

 

Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

 

Tous les hommes s’appellent Richard,¨Patrice Juiff, Ecriture; 217 p.; 17,95 €.

 Fagots de mars

   Pluie, beau temps, pluie. C’est mars. J’aime. Suis en vacances. Quand le soleil est là, je fais du bois. Tu te souviens, lectrice (N.A.M.L.A : j’avais divulgué, dans une précédente chronique, une information essentielle : j’ai abattu ( ?)-élagué très courtement ( ?) dans mon jardin le grand benêt de saule qui me faisait de l’ombre. (Le marquis, très bel homme, 1,75 mètre, 72 kilos) ne supporte qu’on soit plus grand que lui.) Alors, j’ai pris une décision ferme : en finir avec la concurrence déloyale et végétale. Résultat : j’ai de quoi me chauffer pour les dix hivers à venir. Le souci, c’est qu’il faut couper. Je fais donc des fagots à n’en plus finir. De beaux petits fagots que je lie avec les fils de raphia que j’utilise habituellement pour les pieds de tomate. Tu me diras, lectrice adulée, que j’eusse pu laisser ce travail ingrat à quelques-uns de mes laquais ou subordonnés. Que nenni ! Le marquis a su rester humble et courageux. Donc, je fagote. Ca me fait un bien fou. Le

Christophe Truquin, guitariste, comédien, vidéaste, ici en train de filmer le spectacle de Vincent Gougeat, à Savignies, dans l'Oise.

Christophe Truquin, guitariste, comédien, vidéaste, ici en train de filmer le spectacle de Vincent Gougeat, à Savignies, dans l’Oise.

grand air me va aussi bien au teint que le rosé de Provence à la mine du regretté Lawrence Durrel. Quand, je ne fagote pas, je me rends à Savignies, charmant petit village de l’Oise, près de Beauvais, à l’invitation de  l’ami Jean-François Bedet qui y organisait un salon du livre. Sur place, j’ai eu le plaisir de retrouver le conteur Vincent Gougeat et son acolyte, le musicien-vidéaste-comédien Christophe Truquin. J’ai beaucoup aimé leur spectacle tissé d’humour et de bons mots. Et ils aiment tous deux la vraie littérature, ce qui ne gâche rien. Suis également allé au cinéma pour y voir deux films très émouvants et très réussis : Imitation Game (de Morten Tyldum), au Ciné Saint-Leu, et Still Alice (de Richard Glatzer et Wash Westmoreland avec Julianne Moore), au Gaumont. Le premier raconte la vie d’Alan Turing, mathématicien et cryptologue. Le gouvernement britannique le chargea de briser le secret de la machine de guerre de cryptage allemand Enigma. Il y parvint et, par son action, changea le cours de l’histoire. Par ailleurs, Alan Turing, homosexuel, fut victime du puritanisme borné de la société de l’époque ; il fut condamné à la castration chimique et mit fin à ses jours. Magnifiquement interprété, écrit de manière subtile et efficace, Imitation Game est un très grand film. Still Alice, lui, est une fiction qui évoque le parcours d’Alice Howland, professeur de linguistique renommé, mère de trois grands enfants. Elle commence à oublier ses mots ; on lui diagnostique la maladie d’Alzheimer… Là encore, les comédiens sont éblouissants de justesse. Julianne Moore y est délicieuse et bouleversante. Très réussi également Bouvart et Péchuchet, d’après Gustave Flaubert, dans une excellente mise en scène de Vincent Colin, vu à la Comédie de Picardie. Une pièce servie par deux acteurs de haut niveau : Roch-Antoine Albaladéjo et Philippe Blancher. J’ai adoré.

                                                       Dimanche 29 mars 2015

A Creil, l’Oise a la couleur des yeux de Martine

Guy Vadepied sur le Salon du livre de Creil.

Guy Vadepied sur le Salon du livre de Creil.

    Je commence à avoir mes habitudes à Creil. J’ai la chance d’avoir été invité au salon du livre, par la délicieuse Sylviane Leonetti, depuis les presque débuts de l’événement. Ca fait combien de temps déjà ? Je revois des visages. Des écrivains, des filles, des femmes. Et l’Oise, majestueuse, large comme le ventre d’une carpe miroir, céladon comme les yeux de Martine Radionoff, une adorable petite Parisienne (porte de Choisy) que j’avais rencontrée, en août 1974, sur la plage de Fort-Mahon alors que j’étais guitariste dans un groupe de blues-rock en tournée en baie de Somme, et dont j’étais tombé irrémédiablement amoureux. Mais tout cela n’a aucun rapport, lectrice, déjà jalouse et curieuse. Tu n’en sauras pas plus. Je ne te dirais pas qu’elle sentait le patchouli comme toutes les apprenties hippies de ces années-là ; qu’elle portait un foulard de soie multicolore qu’elle m’avait donné quand nous avions dû prolonger notre tournée vers les plages bretonnes. Et qu’il y a deux ans, je l’ai retrouvée grâce au site Copain d’avant, que je l’ai contactée et qu’elle ne m’a jamais répondu. J’étais si déçu que j’eus envie de me saouler à la Gueuze cerise comme nous le faisions à l’époque. Martine, si tu me lis, réponds-moi ; je ne te veux aucun mal. Juste me replonger un instant dans tes yeux céladon comme on se replonge dans les eaux dans son adolescence évaporée. Mais on ne se baigne jamais deux fois dans les eaux du même fleuve. Tout ceci, lectrice n’a aucun rapport avec Creil. Creil, j’y ai commis des résidences d’écrivain, suis monté sur une péniche, ai courtisé une enseignante de gauche brune, belle et mystérieuse. Et j’ai même écrit un livre dédié à cette ville (Au fil de Creil, éd. Le Castor astral) dont je te recommande vivement la lecture, lectrice, adorable petite bécasse. Samedi 22 novembre, j’ai déjeuné en face de l’excellent et sympathique Guy Vadepied, ancien homme politique aujourd’hui brillant écrivain qui vient de nous donner un livre consacrée au peintre Mary Cassatt (éd. Encrage), une Américaine qui avait atterri à Mesnil-Théribus, dans l’Oise, près de Méru. J’aime bien Guy. Il est drôle, littéraire, cultivé. Nous nous sommes souvenus de nos jeunes années, quand au cœur des eighties, nous fîmes connaissance sur une course cycliste à Méru où il était maire. Le soir, j’ai aidé mon pote Yvan Stefanovitch et sa compagne, la charmante Evelyne, en panne de voiture sur le parking de la Faïencerie. On a dû abandonner la bagnole, et ils sont retournés dormir à l’hôtel Campanille, à Villers-Saint-Paul, qu’on avait quitté le matin même. Pour me remercier, ils m’ont invité à manger. Ce qui m’a permis de goûter au Beaujolais nouveau et d’entendre, en sortant dans la nuit noire, le chuintement de l’eau de Brèche qui serpente derrière l’hôtel. Je me suis demandé si, le jour, ses eaux avaient la couleur des yeux de Martine Radionoff.

                                                           Dimanche 30 novembre 2014

Cédric Anger : « Lamare va tenter d’être un héros négatif »

    

Cédric  Anger : un réalisateur littéraire, efficace et inspiré. Il aime Emmanuel Bove; c'est un homme de goût.

Cédric Anger : un réalisateur littéraire, efficace et inspiré. Il aime Emmanuel Bove; c’est un homme de goût.

Il ne voulait surtout pas réaliser un film sur la traque d’un serial killer, mais bien dresser le portrait d’un homme complexe. Cédric Anger nous donne à voir un film subtil et superbe, très inspiré d’Emmanuel Bove. Explications du metteur en scène.

Est-ce qu’on retrouve le capitaine de gendarmerie Pineau, commandant de la compagnie de Clermont, et l’inspecteur Neveu, adjoint au chef de l’antenne du SRPJ dans votre film ?

Cédric Anger : Non, eux ne sont pas vraiment traités.  En revanche, est traité le chef de la brigade de Chantilly. Mais on voit deux silhouettes, derrière les battues, derrière tout ça. Et ils sortent du bureau du chef ; leurs noms ne sont pas évoqués, mais il s’agit bien d’eux.  Comme mon parti-pris était de faire le point de vue de Lamare,  et pas celui de ceux qui le traquent, j’ai préféré être dans un sorte de portrait ; on accompagne le mec. Je ne donne pas le point de vue de ceux qui le cherchent.  C’est plus le portrait d’un mec qu’un film sur les traces d’un serial killer.  De plus, dans les portraits des serials killers, tant qu’on ne les trouve pas, leur image grossit dans la tête du spectateur. Alors que là, à l’inverse, le tueur devient de plus en plus ordinaire, banal. On voit que c’est un jeune homme avec ses problèmes.

Le personnage de la fille relève-t-il de la fiction ?

Oui. Je connaissais quelques points : l’histoire de la femme de ménage avec qui il aurait eu une relation et qu’il aurait demandé en mariage.  A partir de ce moment-là, j’ai brodé sur leurs relations car je ne voulais ni embêter la fille concernée qui, à l’époque, ne voulait plus du tout entendre parler de cette histoire ; les gens ont aussi le droit à l’oubli. Et représenter sur l’écran, une personne qui veut rester dans l’ombre, je ne voulais pas. J’ai donc brodé une seconde histoire à l’histoire de Lamare.

Connaissiez-vous depuis longtemps cette histoire Lamare ?

A l’époque des faits, j’avais trois ans. On m’en a parlé. Du coup, j’ai regardé l’émission Faites entrer l’accusé qui, justement, était faite sur la traque. Quand j’ai lu le livre,  ce qui m’a intéressé, au-delà de l’histoire assez fascinante, c’est le personnage Lamare. Son rapport à la nature, à ses parents, à son petit frère, la manière dont il est à la fois fébrile, fragile, quand il dit à ses victimes : « Attention, je vais vous faire mal. » Je me suis dit il y a là un caractère. De plus traiter le film sous forme de la traque d’un serial killer, n’aurait pas marché. En fait, il est en colère. Il a demandé à être dans les forces spéciales, dans le GIGN… tout ça lui a été refusé. Il vivait dans une imagerie militaire un peu virile ; le côté héroïque de tout ça. Il avait été fasciné par les guerres d’Indochine, d’Algérie. Et lui,  son quotidien, c’étaient des voitures volées ; il mettait des PV. Il étouffe dans ce métier de gendarme alors qu’il se rêvait grand militaire.  Ne trouvant pas une place héroïque et positive à ses yeux dans le monde, il va se lancer dans une croisade négative, une croisade folle ; il va tenter d’être un héros négatif. Il va se lancer dans les pas de Marcel Barbeault, un vrai serial killer qui avait terrorisé le département de l’Oise, peu de temps avant. Il prend modèle sur lui. Il a bien du mal à l’imiter car il n’a pas un besoin physiologique ni sexuel de tuer.  Il est parvenu à tuer une personne ; les autres ont été blessées dont une grièvement (elle ne s’en est jamais remise).  Il trouvait le travail de ses collègues médiocre ; il remettait en cause le fonctionnement de la gendarmerie. Il les a donc roulés dans la farine.  Il leur a montré qu’il était plus malin qu’eux ; il y avait, comme ça, un jeu du chat et de la souris. Il se disait : « Comme la hiérarchie m’a refusé les postes importants, je vais les tourner en ridicule. Je vais montrer tous les dysfonctionnements de la gendarmerie. » Ce sont les seules explications qu’il a donné à la juge. Il a dit qu’il voulait redorer le blason de la gendarmerie.  Le livre de Stefanovitch était très complet ; il avait procédé à une vraie investigation. Il dresse un portrait du personnage quasiment au jour le jour.  Il était à l’époque envoyé par l’AFP  pour chroniquer les agressions dans l’Oise. Il a vu Lamare ; il était sur les barrages avec les gendarmes. Il l’a écouté sur sa radio. Il a vu que Lamare était le plus déterminé. Il disait : « On va l’avoir, ce salaud ! » Il a vécu tout ça de l’intérieur.  Je n’ai pas voulu tenter d’aller voir Lamare. Je ne sais pas où il en est dans sa vie. Je ne connais pas son état. Je n’aurais pas été bien. Et de plus, on ne peut pas faire ça. Demander aux médecins : « Je veux passer du temps avec l’un de vos patients. » Cela aurait compliqué et je me méfie d’une chose : j’ai déjà écrit sur des voyous avec des témoignages… il y a une tendance à la déformation du récit ou des faits. Là, le livre de Stefanovitch était dix fois plus pertinent là-dessus. Il était factuel. Le film n’est pas Faites entrer l’accusé. Il faut s’approprier le sujet, avoir une lecture.  Mon but était de m’approprier cette histoire.  Il ne fallait pas aller refrapper à la porte des gens 35 ans après. Surtout que c’était douloureux.

Avez-vous tourné en Picardie ?

On a tourné dans le Pas-de-Calais, vers Lens, Arras,  car ce sont des secteurs qui ont peu changé par rapport à l’époque. Alors que lorsque je suis allé dans le secteur de Chantilly, je me suis rendu compte que ça avait pas mal changé. Le département de l’Oise a plus d’argent. Le Nord-Pas-de-Calais possède des secteurs de no mans land. De plus, la région a une vraie logistique ; elle est rompue à accueillir des équipes de cinéma et elle possède un vivier d’acteurs qui était intéressant. Il ne fallait emmener Guillaume avec des seconds rôles connus ; au contraire il fallait l’entourer d’amateurs ou de gens peu connus, de façon à garder le côté naturel.

Pourquoi avoir appelé votre personnage Lamare Franck Neuhart, Neuhart comme le personnage du roman d’Emmanuel Bove. C’est vrai qu’il y a un cousinage entre l’atmosphère de votre film et les romans de Bove.

C’est une manière de vivre le quotidien le plus réaliste de manière mentale et fantastique ; il a cela chez Bove. Il y a un côté fantastique social qui m’intéressait sur l’état d’esprit du personnage qui est un personnage qui est en colère, rageur, qui a une grille de lecture du monde qui est cauchemardesque.  Comme il fallait changer les noms, j’ai pensé à Bove, un écrivain que j’adore.  J’aime beaucoup ce nom de Neuhart.

Quels sont vos livres préférés d’Emmanuel Bove ?

L’Amour de Pierre Neuhart, Le Pressentiment, etc. J’aime aussi des cousins littéraires de Bove comme Calet… Il y a une tristesse, une monotonie très réaliste.  Une monotonie pluvieuse du quotidien.

                                Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

Un film sous tension et captivant

La facilité eût voulu que Cédric Anger fît de La prochaine fois je viserai le cœur un film sur la traque d’un serial killer. Il s’est abstenu ; il a bien fait. Il a choisi comme point de vue de dresser le portrait du gendarme Lamare. Jamais, Anger ne juge ; il observe. C’est ce qui fait la force de son œuvre. Il nous livre un film sous tension du début à la fin. Totalement captivant. D’une force indéniable qui relève de la haute littérature. Et il n’est pas étonnant quand il avoue au cours de l’interview qu’il nous a accordée que son romancier préféré n’est autre qu’Emmanuel Bove. Pas étonnant non plus que celui-ci soit l’écrivain favori de Patrick Modiano. Certains détails dans la reconstitution minutieuse de l’époque (la fin des seventies) procure, comme chez Modiano, un ton inimitable, à la fois brumeux, inquiétant. Une manière de fantastique social cher au picard Pierre Mac Orlan. Il met également en lumière le séisme qui ébranle la gendarmerie lorsqu’elle découvre l’auteur des violences qui ont semé la psychose dans le département de l’Oise de l’hiver 1978 au printemps 1979. (« Vous êtes la honte de la gendarmerie ! » Tels furent les propos du capitaine de la brigade de Chantilly face à Lamare, le 8 avril 1979. Après une bataille d’experts, le gendarme tueur a été déclaré irresponsable. Jamais jugé, il est interné depuis 1979.) Le film n’oublie rien. Et Guillaume Canet, dans la tête du gendarme tueur, est toujours juste, sincère et impeccable. Pas un geste de trop. Un travail de comédien de haut vol. Il révèle ici toute la puissance de son indéniable talent.

Ph.L.

 

                  Yvan Stefanovitch : « J’étais le roi du pétrole »

Yvan Stefanovitch est l’auteur du livre « Un assassin au-dessus de tout soupçon » qui a inspiré le film « La prochaine fois je viserai le cœur », avec Guillaume Canet, mercredi sur les écrans.

Pourriez-vous restituer le contexte dans lequel s’inscrit l’affaire du gendarme Alain Lamare ?

Ivan Stefanovitch : De 1969 à 1979, vos lecteurs des anciennes générations se souviendront que dans l’Oise, il y eut cette période complètement folle. Marcel Barbeault qui a aujourd’hui 73 ans, et qui se trouve à la prison centrale de Saint-Maur, dans l’Indre (le plus vieux détenu français : il est en prison depuis 38 ans).  Lui, avait tué sept femmes et un homme. Et puis il y avait Lamare, de son prénom Alain, qui sévit pendant sept mois ; son modèle était ce Marcel Barbeault. Mais ce fut un héritier un peu déficient puisqu’il n’a tenu que sept mois et tua une femme. Aujourd’hui, il n’est pas permanent de la prison, mais c’est un intermittent d’un hôpital psychiatrique,

Yvan Stefanovitch, auteur du livre sur le gendarme Lamare, était à l'époque journaliste à l'AFP.

Yvan Stefanovitch, auteur du livre sur le gendarme Lamare, était à l’époque journaliste à l’AFP.

dans le Pas-de-Calais, ce depuis plus de trente ans.  Il est très bien noté ; il doit souffrir d’une sorte de schizophrénie. Il est tellement bien vu qu’il est devenu éducateur en milieu fermé, en hôpital psychiatrique. Il donne un coup de main aux éducateurs. Il prend des médicaments ; il est très bien. Tous les week-ends, il retourne dans son village, dans le Pas-de-Calais ; il va voir son frère, puis sa mère qui réside un peu plus loin.  Une rumeur dit qu’il revient de temps en temps à Clermont, dans l’Oise, où se trouve l’un des plus grands hôpitaux psychiatriques d’Europe. Et le troisième, c’est Jacques Mesrine qui a emmené un journaliste de Minute, Jacques Tillier, dans une grotte, car il le soupçonnait d’être poisson pilote pour la police. Mesrine, lui, est devenu un permanent du cimetière, contrairement à Marcel Barbeault (qui est un permanent de la prison) et à Lamare (qui est intermittent de l’hôpital psychiatrique). Ces trois personnages ont défrayé la chronique ; c’est pour cela que j’ai fait ce livre.  J’étais correspondant de l’AFP ; tout ça m’a passionné.

Quel a été votre parcours de journaliste ?

A cette époque, j’étais le correspondant de l’AFP pour l’Oise et le Val d’Oise.  J’avais fait Sciences Po. Mais comme j’étais un être un peu pervers, je me suis passionné pour le fait divers.  J’ai commencé à travailler pendant un an à Détective (je ne préfère pas en parler car c’était très très bizarre. On gagnait très bien notre vie mais nous avions des méthodes un peu… particulières.) Ensuite, j’ai travaillé deux ans à Paris Normandie, au Havre et à Rouen ; c’est là que j’ai appris mon métier avec les faits diversiers de Paris Normandie, notamment avec les séances d’autopsies, etc. Ensuite, je suis allé deux ans à L’Alsace, à Mulhouse pour couvrir les faits divers. Je me suis fait virer par le préfet car j’ai fait un truc, un grand papier sur deux pages :  « Mulhouse, la nuit, 200 000 habitants menacés, quinze policiers débordés ». Ca n’a pas plu au préfet ; je suis rentré à l’AFP. J’ai couvert l’affaire Lamare ; j’ai annoncé qu’il s’agissait d’un gendarme ou d’un policier trois mois avant qu’il ne soit arrêté.  Ca ne m’a valu que des ennuis et à mes deux principaux informateurs : l’inspecteur Daniel Neveu, de la PJ de Creil, et le capitaine Jean Pineau, de la brigade de Clermont.  Neveu s’est installé à Toulouse. Il est devenu un fana de la natation. Il s’est acheté une petite maison au bord de l’eau, dans l’Hérault, et il se baigne tous les jours.

A l’époque de l’affaire Lamare, où habitiez-vous ?

J’habitais à Chantilly. Alain Lamare détestait ses collègues et ne pensait qu’à les ridiculiser ; il détestait aussi les femmes. (…) Finalement, les gens courageux qui essaient d’arrêter les assassins, ils n’ont que des ennuis, ils sont cassés ; en revanche ceux qui ne font rien, qui restent dans leurs charentaises, qui font en sorte qu’il n’y ait pas de vagues.  Le capitaine Pineau, lui, s’est retrouvé à Bergerac, et moi je me suis retrouvé à Paris. Et Neveu, il n’a jamais été commissaire.

Comment avez-vous mené votre travail de journaliste autour de cette affaire Lamare ?

Mon travail de journaliste… Je travaillais beaucoup avec Jean-Marc Rocca-Serra, du Courrier picard à Compiègne ; on avait fait venir des scanners du Japon. On était devenu des fous ; nos femmes devenaient complètement folles. On avait les scanners sous les lits et dans nos voitures pour écouter la police. A l’époque, on écoutait encore en clair.  La technique était simple : je prêchais le faux pour savoir le vrai. Comme la police et la gendarmerie se cachaient tout, dès que j’apprenais quelque chose grâce à mon scanner, j’allais le dire à la gendarmerie ; donc ils étaient furieux contre la police. Et que les gendarmes me disaient un truc, j’allais le dire à la police. J’étais au milieu du jeu ; j’étais le roi du pétrole. Je les montais les uns contre les autres. Et j’avais de l’information. Dès août 1978, j’avais déjà cette thèse : pour moi c’était un gendarme ou un policier. Il parlait d’une Renault R 12. Il écrivait le nombre de kilomètres. Il échappe à toutes les couvertures en surface et aux mobilisations des flics.  La police et la gendarmerie n’ont surtout pas voulu qu’on popularise cette thèse.  Quand je fais ma dépêche, quand on ouvre les huîtres, le 31 décembre 78, le champagne coule. Le jour-même, le ministère de l’Intérieur fait un communiqué en disant que c’est faux, que le tueur de l’Oise ne peut pas être un gendarme ou un policier. Quand il a été arrêté, un chef de service m’a félicité, mais entre-temps le directeur général de l’AFP m’avait appelé pour me passer un savon, et deux ans plus tard, je fus rappelé à Paris. Il ne faut jamais avoir raison trop tôt. Mais moi je suis fier, avec l’inspecteur Daniel Neveu  (à Creil) et le commandant Jean Pineau (grâce à ceux j’ai écrit cette dépêche). Grâce à ça que le gendarme Lamare (du PSIG de Chantilly)  n’a pas continué à tuer car il voulait être reconnu.  Entre le 31 décembre et la date de son arrestation, il n’a pas tué. En fait, avec le policier et le gendarme, on faisait  le travail de la police. On se rendait dans un café qui nous servait de lieu de rendez-vous ; on se rendait compte que toutes les voitures étaient retrouvées entre Creil et Orry-la-Ville. On demandait au patron du bistrot de subtiliser les verres quand il y  avait des gendarmes ou des flics afin de comparer les empreintes avec celles du tueur. Car Lamare, à chaque fois qu’il volait une voiture, il mettait son empreinte sur le rétroviseur gauche. Donc il signait ses actes.

A l’issue de l’enquête, il a donc été déclaré non responsable de ses actes.

Oui. Il a été diagnostiqué qu’il souffrait d’hébéphrénie, c’est une forme de schizophrénie. Je ne sais pas s’il était fou, mais en tout cas il était très intelligent ; il est passé à travers tout. Exemple : il surveille – en compagnie d’un camarade gendarme – une voiture qu’il a volée lui-même. Il la place devant la gare de Chantilly. Ils sont en patrouille ; ils la repèrent. Il voit son collègue qui s’endort à côté de lui. Il dit à son collègue : « Si tu veux, comme tu es fatigué, on va interrompre la planque pour aller dormir un peu… » Pendant que son collègue va dormir, il retourne à la voiture, la déplace à  Orry-la-Ville. Il retourne avec son collègue qui n’en revient pas car la voiture n’est plus là. Lamare dit à son collègue : « Si tu veux, on peut simuler une poursuite… ». Ils simulent la poursuite, mais moi j’écoute sur mon scanner. Et on entend les autres gendarmes qui disent par radio : « C’est bizarre. Le Psig a pris en chasse une voiture mais nous, on ne l’a jamais vue la voiture. » Là, je comprends que la poursuite est inventée. Qu’est-ce que je fais : je me précipite à la police judiciaire de Creil et je leur file cette information.  Ca a fait un pataquès .

Votre livre sort en 1984. Comment avez-vous travaillé pour l’écrire ?

C’est simple : Mme Marie Brossy-Patin, juge d’instruction à Senlis, m’a donné la procédure ; elle me devait bien ça  car elle n’avait pas voulu m’entendre. Je l’aime beaucoup cette dame. A l’époque, elle avait sur son bureau, le bouquin de Michel Foucault, Surveiller et punir. Elle préside aujourd’hui l’un des plus grandes associations de réinsertion des détenus.  Moi, je l’aimais bien car c’est elle qui, grâce à Neveu, a arrêté le premier tueur, Barbeault qui avait tué sept femmes et un homme.  Elle aimait beaucoup Neveu. Ensuite, je ne sais pas pourquoi, elle n’a jamais voulu entendre notre piste qui disait que le tueur pouvait être un policier ou un gendarme.  Et quand toute l’affaire était finie, elle a fait amende honorable et m’a filé toute la procédure ; c’était la moindre des choses.  Lamare, c’est moi qui lui ai trouvé son avocat, car je suis devenu ami avec son frère (qui avait été complètement traumatisé car il se doutait de quelque chose ; Lamare changeait de voiture à chaque fois qu’il allait le voir dans le Pas-de-Calais). Cela m’a permis d’avoir un portrait d’Alain Lamare assez juste et de savoir dans quelle atmosphère il a vécu.

Est-ce qu’ensuite vous avez rencontré Alain Lamare, après son arrestation ?

J’aurais pu, mais non ; mais là, je vais peut-être essayer de le rencontrer parce qu’il est comme un condamné qui a fait sa peine ; il a le droit d’être éducateur. Il a le droit de sortir. Et moi j’ai le droit de le voir (si il a envie de me voir).  Je crois qu’il a tourné la page. Il est un peu fier car il ridiculisé toute la police française et la gendarmerie. Et il a montré que ça ne marchait pas très bien.  Aujourd’hui, ça ne marche pas beaucoup mieux : quand on voit comment Merah est par venu à assassiner les petits enfants de l’école juive.

Quel est votre point de vue sur le film « La prochaine fois je viserai le cœur » ?

Je l’ai vu, mais je laisse les spectateurs le découvrir.  Ce film est arrivé grâce à Cédric Anger, le réalisateur, et Thomas Klotz, le producteur (mon fils, qui a 16 ans, avait fait du cinéma avec eux ; des petits films). Un jour, il a donné mon bouquin à Cédric Anger ; il s’est passionné pour cette affaire et il a un énorme mérite d’avoir fait ce film. Un film c’est un film ; un bouquin, c’est un bouquin. Un film ce sont des images, des émotions, des impressions. Un bouquin, c’est autre chose. Le film a le mérite d’exister.  Il n’existe que grâce à mon livre, même s’il y a des choses qui ne correspondent pas à mon livre.  C’est une adaptation ; le metteur en scène a tous les droits.

Un procès de Lamare eût-il été souhaitable ?

Alain Lamare aurait pu raconter comment il a joué aux gendarmes et aux voleurs avec ses propres collègues, et comme il les avait ridiculisés.

                                         Propos recueillis par

                                         Philippe LACOCHE

 

 

 

Emmanuel Ethis se bat pour l’accès à la culture pour tous les jeunes

Originaire de Compiègne, président de l’université d’Avignon et des pays de Vaucluse depuis 2007, issu d’un milieu modeste, il milite pour que la culture se démocratise.

 

Notre confrère Télérama – qui lui a consacré un portrait en mars dernier – rappelait qu’Emmanuel Ethis était considéré comme «l’un des plus brillants à son poste». Président de l’université d’Avignon et des Pays de Vaucluse depuis 2007 est «apprécié des élèves, des professeurs et des chercheurs». Pas étonnant: c’est un homme élégant et très affable. Clair dans ses propos, calme, précis; aucune morgue, ni de ton péremptoire. Un homme à l’écoute. Né à Compiègne d’un père mécanicien électricien à l’usine Saint-Gobain de Thourotte, dans l’Oise, et d’une mère secrétaire de mairie à Longueil-Annel, fils unique, il passe son enfance dans cette commune. Il se souvient de l’école en briques rouges, avec des institutrices «qui ont été de grandes enseignantes de la République», dit-il. Déjà il excelle en lettres et en maths. Il aime l’école; ses parents sont attentifs. Il lit beaucoup malgré son jeune âge. Il aime la fiction, la BD. Se plonger dans le rêve. Goût pour le savoir, la culture. Mais aussi l’imaginaire. Une façon de mieux s’armer dans la vie. Il considère que la curiosité ne s’explique que par elle-même: «Soit on est curieux; soit on ne l’est pas. Et tout ça se passe avant 10 ans. Je le confirme par mon expérience personnelle: il n’y a pas de curiosité malsaine; la curiosité n’est pas l’indiscrétion.» Il bénéficie d’une éducation à la fois catholique et très républicaine.

Simenon, Balavoine

En 1978, il entre au collège de Thourotte, en 6e. Il rencontre une formidable professeur de français: Mme Marcy. «Elle me dit que j’écris bien; elle est dans la diffusion du goût pour la littérature et change mes lectures. Elle me fait comprendre qu’il faut accepter de ne pas tout comprendre.» Elle sera mutée à… Avignon. Depuis, ils entretiennent une correspondance, de longues lettres deux ou trois par an, «ce n’est pas rien le goût de l’écriture par la correspondance». Le collège, il se forge un réseau d’amis. Emmanuel Ethis, à l’image de Vincent Delerm, n’hésite pas à les citer: Alain Becaert, Sylvie Mouton, Catherine Bouvignies, Antoine Petitcolin, Valérie Beaufils. «Ils sont restés des amis pour la vie.»

Début 80. Lycée Jean-Calvin, à Noyon. Le lycée, ce sont aussi des discussions politiques. La gauche est au pouvoir; la rupture. Il échange beaucoup avec deux amis: Ivan Baronick et Laurent Buc. L’arrivée de François Mitterrand au gouvernement marque quelque chose de nouveau. La culture s’émancipe. Emmanuel écoute Supertramp, Bowie, Eagles, les Bee Gees, Balavoine et Alain Chamfort. Il réfléchit sur ce qui constitue l’engagement. Il obtient son bac en 1984, travaille pendant ses vacances chez Colgate-Palmolive. Il se frotte à la vraie vie d’adulte, côtoie «plutôt des gens de gauche. Ça nous donne le sentiment d’être au monde». Il fait un peu la fête, mais s’isole pour jouer du piano et continue à lire. Beaucoup. Il lit beaucoup: Nietzsche, Rousseau, Platon, Jules Verne, Simenon. Et puis, un flash: la découverte de Bonjour tristesse, le chef-d’œuvre de Sagan qui génère en lui l’envie d’écrire. L’autre déclencheur, ce sont les romans d’Yves Navarre qui exprime «des choses très compliquées de manière très simple.»

Il devient étudiant à l’IUT de Reims, en génie civil (1985), puis à Lille où il apprend la gestion. A Reims, il se passionne pour le théâtre grâce à Jean-Claude Drouot et Gérard Lefèvre (qui fut également l’excellent directeur de la Comédie de Picardie à Amiens, «qui est resté un ami très proche. Il sera l’adulte avec lequel je vais confronter des idées. Gérard est pour moi un passeur, une personne essentielle». Après son service militaire, il travaille comme chef de chantier chez Sabla, un sous-traitant de Bouygues. Sur les conseils de Gérard Lefèvre, il passe un concours d’entrée pour effectuer une maîtrise des sciences et techniques de la communication, à Avignon. Il obtient cette maîtrise, travaille pour la télévision régionale comme journaliste pigiste, couvre le festival in d’Avignon, rencontre Jean Lebrun. Il fera ainsi des sujets pour l’émission Culture Matin, sur France Culture. Puis, il effectuera une thèse du «la sociologie des publics du cinéma», souvenue à Marseille. 1998: il passe le concours pour devenir maître de conférences à Avignon. En 2003

; il devient professeur des universités. Son but n’est pas de bâtir une carrière mais de bâtir un projet tourné vers les populations les plus défavorisées. Une démarche humaniste qui s’appuie sur trois points: la formation des élites; l’insertion professionnelle; la construction de l’esprit critique du citoyen. Parfois, il a l’impression de se retrouver «dans une cage où l’on sépare ces trois missions.On devrait pouvoir rassembler et repérer les talents d’où qu’ils viennent. Il faut s’en donner les moyens.» Il devient vice-président du conseil d’administration après la démission du titulaire du poste, puis est élu en 2007 comme président d’université.«Mon but était de rendre cette université autonome. Un sacré défi! Il faut aussi que cela soit porteur pour le Vaucluse.» En 2009, il intègre la commission culture et université à la demande de Valérie Pécresse.

Emmanuel Ethis est originaire de l'Oise.

Emmanuel Ethis est originaire de l’Oise.

«Pour le sociologue que je suis, c’est extrêmement intéressant.» Car le sociologue qu’il est ne cesse de réfléchir. Et de se poser la question: pourquoi toutes les politiques ont-elles fait l’impasse sur la vie des étudiants. «En moyenne, quand ils ont payé leur logement, la nourriture et les livres, il leur reste 5 €. Comment voulez-vous qu’avec ce budget, ils parviennent à accéder à la culture?» La question rester posée.

PHILIPPE LACOCHE

Un Dimanche d’enfance

Une enfance d’Éclaireur éclairé

«J’ai eu la chance d’avoir une enfance extrêmement heureuse, à Longueuil-Annel», confie, sans ambages, Emmanuel Ethis. Fils unique de parents aimants qu’il adore, ses dimanches d’enfance se déroulent en forêt et à la campagne. Ses dimanches sont ritualisés: à 10 heures, la messe à Longueil, «avec le plus marquant de l’époque, l’abbé Sinot, très cultivé et très habité». Puis retour à la maison, repas familial agréable. Il a entre huit et neuf ans, regarde les émissions de Jacques Martin, la séquence du spectateur. Ensuite, il part se promener en forêt de Compiègne, en compagnie de sa mère, son père et sa chienne, Lady, un cocker. Parfois, ils se vont près de Rethondes, ou de Pierrefonds, ou derrière le château de Compiègne. «Le contact à la nature, aux arbres, aux animaux est propice au rêve, à l’imagination. Le lien entre la campagne et l’univers urbain forgera mon identité.» Éclaireur de France, il aime également la lecture (polars, BD) et la musique classique (Beethoven, Mahler), surtout le piano solo (Liszt). «Nous allions, à Senlis, écouter le grand pianiste Cziffra. C’est lui qui m’a donné l’envie d’apprendre le piano, à 16 ans, ce qui me permettra d’interpréter des chansons de Berger et Michel Legrand.» 

BIO EXPRESS

1967: naissance à la maternité de Compiègne. 

1983: il obtient le bac D, au lycée Calvin de Noyon

1986: effectue son service militaire au 51e régiment de transmission, à Compiègne. 

1987: travaille dans l’entreprise SABLA, à Cuise-la-Motte (Oise). Fabrique du béton armé.

1997: soutient sa thèse de doctorat en sociologie de la culture à l’École des hautes études en sciences sociales. Il obtient son premier poste de maître de conférences à l’université d’Avignon.

2007: élu président de l’Université d’Avignon et des pays de Vaucluse.

2014: Pierre Bergé lui remet la Légion d’Honneur qui vient couronner son travail autour de la sociologie du cinéma et son engagement public autour de la culture et de la jeunesse.

Le chanteur Grégoire, formé par ses « frères à penser »

Le jeune chanteur, originaire de Senlis, dans l’Oise, a été gâté par le succès artistique, mais la vie ne l’a pas épargné : il a perdu deux de ses frères qu’il adorait et à qui il devait beaucoup.

Il est calme, courtois, agréable et discret. Souriant, mais avec dans le regard une lueur de tristesse. Sur le plan professionnel, la chance a souri – mais pas seulement la chance, le talent surtout – à Grégoire Boissenot, dit Grégoire, chanteur, auteur-compositeur révélé grâce au site internet My Major Company. Son premier album Toi + moi, s’est vendu à plus d’un million d’exemplaires. Disque de diamant, il remporte la première place des ventes d’albums en France en 2009.Ce n’est pas rien. Sur le plan familial, ce n’est pas la même chose. Deux terribles drames l’ont éprouvé: la mort de deux de ses frères. Ludovic, l’aîné, le 4décembre 2002; Nicolas, de troisième de la fratrie, le 29 janvier 2007.Tous deux avaient 33 ans. «Ils sont en moi tout le temps», confie Grégoire. «Je les porte en moi. Leur mort m’a conforté dans ma façon de voir les choses: la nécessité d’être intègre, sincère. De ne jamais baisser les bras. Ils sont toujours avec moi. J’ai des photos d’eux dans les lieux où je crée

Disparition d’autant plus cruelle que la famille a toujours tenu un rôle primordial dans l’esprit de Grégoire, né le 3avril1979, à Senlis, d’une mère, femme au foyer, ancien professeur de mathématiques, puis codirectrice du lycée Saint-Dominique, à Mortefontaine, dans l’Oise, et d’un père ingénieur et responsable d’une société. Une fratrie de garçons, dont il est le quatrième. Une enfance sans problème, agréable, à Senlis qu’il aime: «Elle est accessible, verdoyante, à taille humaine.» Il se souvient des parties de football près de la rivière La Nonette. De 6 ans à 16 ans, il fait du rugby. Il fréquente l’école Notre-Dame qu’il adore car «très sociale. J’avais beaucoup de copain mais j’étais timide avec les filles». Il est chef de classe. Puis, c’est le collège Anne-Marie-Javouhey, en sixième et cinquième. Il effectue les classes de quatrième et troisième en pension, à Rueil-Malmaison.

Rugby

Il revient à Senlis, au lycée Saint-Vincent pour suivre les cours d’une seconde économique et social. «Le proviseur de cet établissement, André Pignol, m’a marqué», se souvient-il. «Il avait tout compris dans l’art de diriger un lycée où il n’y avait pas de pions; tout était axé sur l’auto-responsabilité. Il était à la fois proche et à l’écoute des élèves.» À 16 ans, il arrête le rugby, mais s’adonne au football et à la musique, piano et guitare. «Mon frère Ludovic m’a tout appris», dit-il. «Il était passionné et autodidacte.» Il s’imprègne des Beatles, de Billy Joël. Son deuxième frère, Sébastien, lui fait découvrir la chanson française. Son troisième frère, Nicolas, violoniste, l’initie à la musique classique. «J’ai eu la chance d’avoir trois maîtres à penser différents», sourit-il. Ils initient aussi Grégoire au cinéma. Il se nourrit de littérature: Baudelaire, Shakespeare, Hermann Hesse, Arthur Koestler… Le bac en poche, en 1998, il part étudier l’anglais et allemand à la fac de Nanterre «mais j’avais déjà l’idée de faire de la musique». Il réside dans une chambre de bonne à Paris, rentre les week-ends à Senlis. Sa licence obtenue, il fait divers petits boulots (barman, manutentionnaire, etc.), mais, déjà, passe la plupart de son temps à écrire des chansons, et ce depuis l’âge de 15 ans. Il devient attaché de presse chez Universal (de décembre 2004 à mai2 006). Il s’occupe de U2, de Michel Sardou. «Une très bonne expérience», commente-t-il. En août 2007, il enregistre une maquette, la propose aux maisons de disques, rencontre My Major Company qui flashe sur ses morceaux. Résultat: les internautes adorent; 70000 euros sont récoltés. Son premier album, Toi + moi sort le 22 septembre2008. «Tout va tellement vite que je me laisse porter. J’en profite.» Il enchaîne sur une tournée de 150 dates dans toute la France, assure la première partie de Johnny Hallyday au stade de France. «Je joue au foot avec Zidane; il se passe des choses.» En 2010, il intègre la bande des Enfoirés, rencontre Jean-Jacques Goldman, fait un duo avec lui (la chanson «La promesse»), sort un deuxième album, Le même soleil. Nouvelle tournée avec des salles plus importantes (2000 places) et le Zénith. Entre-temps, il mène à bien le projet de l’album Thérèse, Vivre d’Amour où il met en musique des poèmes de sainte Thérèse de Lisieux interprétées par plusieurs artistes dont Nathasha St-Pier. Son nouvel album, Les Roses de mon silence est sorti en septembre dernier. Un succès. Cela ne l’empêche pas de rester philosophe: «Rien n’est jamais acquis ni définitif», lâche-t-il avec, au fond des yeux, une petite lueur de mélancolie. Certainement vient-il de songer à ses «frères à penser».

PHILIPPE LACOCHE

Des dimanches avec son grand-père, écrivain catholique

Les dimanches d’enfance de Grégoire? Ils sont doux, assez calmes. «Je me levais vers 10 heures. Enfant et adolescent, je déjeunais en famille avec mes grands-parents qui venaient à la maison», se souvient-il. «Nous mangions tous les six. Puis j’allais faire un foot avec mes potes ou un tennis. Le soir, nous mangions des sandwiches car le repas du dimanche midi, souvent, était copieux. Après les sandwiches, nous regardions un film à la télévision ou sur le magnétoscope. Un peu de calme et de répit avant d’attaquer la semaine.» D’autres souvenirs. Familiaux et doux, toujours: «Mes grands-parents maternels venaient à la maison. Ma grand-mère était une vraie grand-mère; elle avait un côté très rassurant. Débordante d’amour. Très protectrice. Mon grand-père était un écrivain catholique (N.D.L.R.: François Saint-Pierre, né le 19 mars 1917 à Paris, VIIIe arrondissement, écrivain, essayiste, journaliste et militant catholique français; décédé à Viroflay, dans les Yvelines, le 2 avril 2010) qui avait beaucoup œuvré pour l’aide au logement.» Son goût pour les livres, Grégoire confie qu’il le lui doit certainement: «C’est pour ça qu’aujourd’hui, je suis en train de constituer une bibliothèque pour mon fils.» Et d’ajouter: «J’ai eu une enfance heureuse. Quand des choses très malheureuses vous arrivent vous relativisez le reste…»

Bio express

3 avril 1979: naissance à l’hôpital de Senlis (Oise).

1986:découverte de la musique grâce à la chanson «A

Grégoire, chanteur. Septembre 2013. Paris, hôtel des Mathurins.

Hard Day’s Night», des Beatles.

1995: en classe de seconde, lui vient l’idée de faire de la musique et de frapper aux portes des maisons de disque.

4 décembre 2002: disparition de son frère aîné, Ludovic, 33 ans, dans un accident de voiture. «Je prends conscience que la vie est courte et qu’on n’a pas le droit de la subir.»

29 janvier 2007: disparition de Nicolas, son troisième frère, à l’âge de 33 ans. Grégoire écrit Toi + moi et se lance dans la carrière de chanteur.

22 septembre 2008: sortie de Toi +moi, grâce aux internautes.

28 août 2012: mariage avec Éléonore, et naissance de son fils Paul, le 19 novembre.