Des mots et du sex-appeal avec Léonore et Flor

Adorables!

Adorables!

Quand je ne suis pas marxiste (promis, j’arrête, contradicteurs si patients), je suis aussi chroniqueur mondain. J’avoue que ce n’est pas désagréable. Trois délicieux moments dans cette vie de paillettes, de strass et de débauche. Commençons par un choc – de plaisir, s’entend, lectrice inquiète, tourmentée, apeurée, biche aux abois, soumise, menacée par ma plume turgescente –: Déshabillez mots Nº 2, écrit et interprété par Léonore Chaix et Flor Lurienne, dans une mise en scène de Marina Tomé, à la Comédie de Picardie. Un régal, du grand art, du très haut niveau. Et tout en douceur, en élégance, en humour. Pas un gramme d’afféterie ou d’absconse leçon – qui eussent pu être les deux écueils du genre – dans ce délicieux spectacle. Léonore Chaix et Flor Lurienne, toutes deux comédiennes et auteurs, jouent avec les mots, les convoquent, les détournent. On pense, bien sûr à l’Oulipo, de Queneau, mais aussi aux meilleures pirouettes littéraires de Desnos ou de Picabia. On rit beaucoup; on est ému parfois. C’est, disons-le tout de go, carrément génial. Le premier Déshabillez-Mots, créé au Trois Baudets, avait déjà connu un beau succès et s’était retrouvé dans d’autres théâtres (l’Européen, le Studio des Champs-Élysées…). «Flor Lurienne et Léonre Chaix m’ont fait l’honneur de me demander de les accompagner une fois de plus dans cette nouvelle aventure», explique Marina Tomé, metteur en scène. «Avec elles, le langage n’est plus de livre de grammaire, plein d’exceptions et de cas particuliers, il redevient le lieu du lien aux autres.» Elle a raison, Marina. Et, difficile pour moi de ne pas le dire, qu’est-ce qu’elles sont belles! Deux adorables filles sexy, amusantes et pétillantes. J’étais ravi de discuter avec elles après le spectacle. Deuxième moment fort: le concert de Do The Dirt (do.the.blues.band@gmail.com; 06 80 62 53 89), au Capuccino, le bar le plus rock d’Amiens. Ce duo (Nicolas Moulin, guitare, chant; Guillaume Arbonville) était venu de Paris pour dispenser son blues-boogie très roots. Économie de moyens ne veut pas dire aridité systématique. Bien au contraire. Ils extraient des douze mesures toute leur saveur intrinsèque, leur substantifique moelle. Des compositions inspirées par les plus grands (Jimmy Reed, John Lee Hooker, etc.) mais aussi des reprises (notamment de Muddy Waters). Une puissance évocatrice rare. Le Capuccino était plein à craquer. La bière coulait à flots. (Bruno et son équipe savent recevoir.) Et quand le groupe se retira et que la musique d’ambiance fit son retour, ce fut «Going Up The Country», du divin Canned Heat qui se posa, papillon de plaisir, sur mes tympans de vieux sanglier. Je me souvenais de Tergnier, de mes petites amies passées. Blues, blues toujours. Troisième bon moment: l’exposition de Danielle Borla, à la galerie La Dodanne, à Amiens. Danielle joue avec l’abstraction, mais n’en abuse pas. Elle fait jaillir de ses tableaux quelques silhouettes, quelques grains de réalisme du meilleur effet. Beaucoup de talent.

                                                   Dimanche 4 décembre 2016.

Rêver en mars

 

La délicieuse Annie Degroote, écrivain, à la table de dédicace au premier Salon du livrer d'Abbeville.

La délicieuse Annie Degroote, écrivain, à la table de dédicace au premier Salon du livre d’Abbeville.

Mars est un mois étrange. Pas désagréable, non. C’est celui au cours duquel Blaise Cendrars écrivit le poème « Les  Pâques à New York », en 1912. Qu’aurais-je fait exactement si j’avais vécu en 1912, à Amiens ? Serais-je allé traîner mes pattes de vieux chat de gouttière au Capuccino ? Certainement pas. Pour ce faire, il me fallut attendre l’année 2016. Je me trouvais nez à nez avec le groupe Rollin’& Tumblin’. Le nom me plut instantanément, me rappelant Muddy Waters et Robert Johnson. Leur musique aussi : du rock bien gras, du blues, du boogie. Et du Creedence Clearwater Revival. A la guitare : Marcel, guitariste des Rabeats, que je surpris quelques instants à la basse. Je m’accoudai à la rambarde, observai la main gauche de Marcel, constatai qu’il avait la même façon que moi de faire les barrés : l’auriculaire recourbé, presque cassé. Je rêvassais, me demandai qui m’avait enseigné cette technique. Jean-Pierre Josse, chez Odette (le Café des Halles) à Saint-Quentin, en 1972 ? Frédéric Dejuck, chez Moustache (au Reinitas), à Saint-Quentin ? M’étais-je débrouillé seul, à l’aide d’une méthode, dans ma chambre de la maison de mes parents, rue des Pavillons, à Tergnier ? Les soirs d’hiver, à peine descendu du train, je fonçais vers ma guitare Crucianelli et m’entraînais comme un forcené. Apprendre à faire les barrés pour un guitariste débutant, c’est comme apprendre à faire sonner les dialogues chez un écrivain en herbe. Un grand moment. Oui, je rêvassais devant Rollin’& Tumblin’ ; je jetai un regard mou vers les filles qui se trémoussaient sur la piste du Capuccino, l’un des bars qui me plaît de plus en plus car le patron et le personnel y sont très accueillants. Quelques jours plus tard, je me rendis au premier Salon du livre d’Abbeville, à l’espace Saint-André. J’étais ravi de me retrouver à Abbeville où j’ai passé une partie de ma carrière professionnelle (septembre 1986-septembre 2003). Je signais quelques-uns de mes livres à d’anciennes connaissances, contemplais les murs de l’espace Saint-André que j’avais vu se construire après que la moderne église Saint-André fut désacralisée. Je discutais avec mes amis Jacques Darras et Jean-Luc Vigneux, fustigeant le fait que le nom de notre belle région disparaisse quasiment de la nouvelle appellation saugrenue. Cette société ne respecte plus rien. Elle n’a plus le sens de l’histoire. Tenter de rayer de nos mémoires le nom Picardie est une honte. Cette société consumériste, « moderne » (quoi de plus ridicule que la modernité ? Elle ne cesse de se démoder, la modernité) est une honte ambulante. Je fis la connaissance de ma voisine de table, l’écrivain Annie Degroote, charmante, talentueux auteur des Flandres, dont les titres (Le Cœur en Flandres, Les Filles du Houtland, Un palais dans les dunes, Renelde, fille des Flandres) me rappelaient ceux de Maxence Van der Meersch, l’écrivain préféré de mon père. Je me mis à rêver à La Maison dans les dunes, son premier roman. Rêver et dormir : quel plaisir !

Dimanche 27 mars 2016