Les coups de coeur du marquis

Hauts-de-France : vive la Picardie!

Selon l’éditeur Pourparler édition, spécialisé dans la communication, de ce livre superbe: «Quelle bonne nouvelle, la région, a grandi très vite en ce début janvier 2016 et cela renforce le patrimoine touristique en le multipliant par cinq en superficie et par trois en nombre d’habitants. Cette nouvelle région s’appelle désormais les Hauts-de-France. Mais l’important est de pouvoir dire aux gens de passage: vous êtes chez vous.» C’est gentil. On eût préféré que la Picardie, dans l’élaboratio

Jacques Béal au cours de la remise du Prix du roman populaire.

n du projet Haut-de-France, fût plus lisible. Mais bon… «Amoureux de Saint-Quentin et de Château-Thierry dans l’Aisne, nous aimions aussi Lille et Valenciennes dans le Nord, Beauvais et Chantilly dans l’Oise, Arras et Boulogne-sur-Mer dans le Pas-de-Calais, Abbeville et Amiens dans la Somme que nous connaissions déjà. Tournez les pages (…) et vous découvrirez une présentation attrayante en photographies et en textes (…)», dit encore l’éditeur. Une chose est certaine: ce livre est superbe. Et vive la Picardie! Ph.L.

La région Haut-de-France, Christian Delcambre et Philippe Debeerst. Pourpaler édition; 174 p. 31,90 €.

 

Le Prix du roman populaire à J.Béal

Annie Kerviche, responsable de ma médiathèque d‘Elven, dans le Morbihan, a remis le Prix du roman populaire à notre confrère Jacques Béal, ancien grand reporter au Courrier picard, pour son excellent roman La Griffue, paru aux éditions Presses de la cité. Dans un entretien accordé à Ouest-France, Jacques s’est dit ému et ravi, rappelant qu’il avait été journaliste de 1960 à 20210, dont 33 ans passés au sein de notre cher Courrier picard. S’il a écrit une trentaine de livres (documents, biographies, anthologies, etc.), La Griffue est son troisième roman. Il voit dans ce prix «un vrai encouragement pour ma jeune activité de romancier (…). J’ai brodé pour en faire un roman qui est à la fois un roman social, historique et policier». Une belle récompense pour notre confrère et ami en compagnie, sur notre photo, de Gwenaëlle Legrand, maire adjoint «Culture et Communication».Ph.L.

 

Zabou dans ma tête

Zabou dans ma tête. Elle est bien bonne celle-là. J’aime les titres comme ça: entre Bigard, Trump et Blondin. Enfin, ça ne valait pas celui de la une du Courrier du jeudi 10 novembre: «Mystère président». La classe! On a même eu les félicitations de France Inter. Mon rédacteur en chef, d’un naturel modeste, m’a dit que c’était une œuvre collégiale. Bravo! Fierté de travailler dans ce sacré canard. Oui, ça bouillonnait dans ma tête, l’autre soir, à la Comédie de Picardie dès que Zabou Breitman arriva sur scène. Elle y présentait son spectacle La Compagnie des spectres, d’après le roman éponyme de Lydie Salvayre, qu’elle a mis en scène et adapté. Zabou m’a toujours fait rêver. (J’espère qu’elle lira cette fichue chronique.) Au cinéma, bien sûr, sur les planches, mais aussi à la radio. Sa série À votre écoute, coûte que coûte, sur les ondes de France Inter, en compagnie du facétieux Laurent Lafitte, était un régal; ça nous manque. Il faudrait remettre ça, Zabou. Et puis, que puis-je dire d’autre: q

Zabou Breitman à la Comédie de Picardie.

Zabou Breitman à la Comédie de Picardie.

uelle jolie brune! Elle me trouble tant que quand j’ai tenté d’aller lui poser quelques questions, au bar de la Comédie de Picardie, je me suis emberlificoté dans mon pourpoint de marquis, et, au final, ne suis parvenu qu’à capter la délicieuse photographie que je te soumets aujourd’hui, chère lectrice adulée, soumise, trumpetisée. Elle m’a donc répondu brièvement, puis s’est dirigée vers le comptoir où l’attendait Claude Gewerc, ancien président de la région Picardie (quand celle-ci ne s’appelait pas encore Hauts-de-France), et René Anger, ex-cadre de la même Région, guidée qu’elle était par l’ami Nicolas Auvray, directeur du lieu. Le spectacle en lui-même (c’est vrai, je patote, je digresse, je commente, je confie mon inclination pour les charmes – indéniables – de Zabou; en un mot: je chronique) était une totale réussite. La collaboration en France pendant la deuxième guerre mondiale y est épinglée. On rit quand la mère de la narratrice évoque le maréchal Putain, Darnand, et que Zabou danse avec un mannequin de Pétain en nain, qu’elle lui caresse le front, qu’elle lui suçote les doigts. Cela est bigrement bien vu. À titre personnel, je regrette que nos bons amis d’Outre-Rhin soient un peu oubliés. (On eût pu surnommer les hordes teutonnes les Deux car ils étaient deux fois plus barbares que les Huns. Ouaf! Ouaf!) Ce sont quand même eux qui sont venus nous dire bonjour trois fois en peu de temps. Sans leur caractère emporté (euphémisme!), il n’y aurait pas eu de collaboration française, ni Vel d’Hiv. Ni des millions de morts à travers le monde. C’est dit. Sans transition (bien que…): vu deux autres oeuvres magnifiques: au cinéma Gaumont, Ma vie de Courgette, de Claude Barras, d’après le très beau livre de l’ami Gilles Paris. Vu au même endroit: Moi, Daniel Blake, de Ken Loach, une charge contre cette saloperie de système capitaliste dont plus personne ne veut: voir l’élection de Trump aux États-Unis. Ceci dit, si Sanders, mec de la vraie gauche, avait été candidat à la place de la très establishment Hillary (l’équivalent de nos socio démocrates de la fausse gauche), on n’en serait pas là. Remplace les USA par la France, Trump par Marine, et Sanders par Méluche-PC, tu sais ce qu’il te reste à faire, lectrice, mon amour.

                                                      Dimanche 13 novembre 2016.