Un dimanche à Franleu, dans le Vimeu

De gauche à droite : Lysiane, Eliane, la Marquise, Lysian, Hervé.

Nous étions invités, la Marquise et moi, chez Lysian, à Franleu, un dimanche midi. Lysian est le père de Lysiane, une amie de la Marquise. Hervé, le compagnon de Lysiane, était là aussi. Ainsi qu’Éliane. Le temps était incertain. Nuageux. Gris. La maison est magnifique. Une grande pelouse, qui donne sur l’arrière, devant la véranda, me fit penser à l’Irlande. L’Irlande. Je la contemplais, depuis la véranda, un verre de Pouilly-fuissé à la main. Soudain, une terrible averse. Une pluie douce, presque tiède, mais drue. Comme celles qui s’abattent sur le Connemara et sur le Kerry. Me revenaient des souvenirs. Ma mémoire s’embrumait; mes yeux aussi. La pluie certainement; pourtant j’étais au sec. Mais il y a des pluies de nostalgie qui traversent tout: les imperméables et les murs de verre d’une véranda. Ce sont des pluies intérieures. Ce sont à la fois les plus douces et les terribles. Je me souvenais de mon premier voyage dans le Connemara, au printemps 1976, en compagnie de mon copain d’école de journalisme, Jean-Luc Péchinot. En bons fils de cheminots, nous avions pris le train, puis le ferry. (Nos billets quasi gratuits nous y autorisaient; la SNCF, avec ses accords internationaux, était encore une société fraternelle; elle n’était pas encore enkystée, comme un mauvais cancer, dans les chairs putrides de l’Europe des marchés qui pourrit tout.) Arrivés en terre irlandaise, nous avions demandé à une jeune fille comment nous pouvions nous rendre en train dans le Connemara. Elle avait ri aux éclats: «Connemara by train? Ah! Ah! Ah!» Alors, nous avions fait du stop jusqu’à Galway. Autre souvenir d’Irlande: avec mon ex-femme, au milieu des années 1990. Un printemps encore. Encore amoureux aussi. L’amour donne des ailes. Nous avions fait le tour de l’île en une semaine en voiture. Un délice. Je regardais encore la drache tomber sur la pelouse de la maison de Lysian, à Franleu. Lysian, homme délicieux, cultivé et éclairé, me fit découvrir, un livre rare, L’esprit français, de Arts et lumière, illustré par Jacky Redon. Un tirage limité: 2039 exemplaires. Celui acquis par Lysian porte le numéro 395. Il s’agit d’un recueil de textes, de proses, de citations et de poèmes. Parmi ceux-ci, cette phrase émouvante du général de Gaulle: «Soissonnaises, Soissonnais, j’en donne l’ordre au ministre de la Culture: votre vase sera réparé.» Il y a tout l’esprit français dans cette phrase. Et cette citation de Georges Courteline: «Passer pour un idiot aux yeux d’un imbécile est un délice de fin gourmet. » Et puis, Vimeu oblige, je repensais à Léo – ma petite amoureuse d’antan – dont les grands-parents résidaient à Franleu. Sa mère habitait Mons-Boubert, un ancien presbytère que j’ai appelé La Maison des girafes dans l’un de mes romans. C’était au temps de nos amours encore. C’est si loin, tout ça. Le père de Léo habitait Arrest. Nous appelions ces trois communes «le Triangle des Bermudes». Nous eussions pu nous y perdre dans un bonheur absolu. Mais, non. Le temps qui passe, capitalisme de l’âme des grands amoureux, brise tout. Je continuais de regarder la drache sur la pelouse irlandaise de Lysian. Je regardais aussi la Marquise qui riait aux éclats. Je me disais que c’était bon signe. «Ne me secouez pas, je suis plein de larmes», écrivait Henri Calet. Je me disais que j’étais plein de pluie. La pluie des amours délicates. De celles, acides, qui vous rongent le cœur et vous l’embrument de retours impossibles. Un jour, je prendrai un train qui part. Enfin, peut-être.

Dimanche 9 juillet 2017.

Baroque’n’roll

     

Jean-Pierre Menuge et son ensemble à l'église Saint-Leu, à Amiens. (Photo : Lys.)

Jean-Pierre Menuge et son ensemble à l’église Saint-Leu, à Amiens. (Photo : Lys.)

Boulevard de la République. Je me rends au journal. Je lutte contre le vent de mars. Je déteste le vent. Je retiens mon chapeau Fléchet dont j’ai relevé le bord avant, ce qui me fait ressembler à un bougnat. (Bertrand, un copain journaliste, me le faisait remarquer l’autre soir, alors que nous nous rafraîchissions au Café, chez Pierre, l’un des bars les plus conviviaux d’Amiens.) Je lutte contre le vent comme le général de Gaulle luttait contre les éléments sur une plage d’Irlande, à la fin du printemps de 1969. Le vent m’affaiblit, me confère une humeur de dogue allemand. Je suis un de Gaulle minuscule, sans canne et sans Résistance. Mon Yvonne, c’est Lys. C’est elle justement qui m’a fait cadeau de mon chapeau Fléchet. (N.A.M.L.A. : ça y est, je suis en boucle ; comment vais-je faire pour retomber sur mes pattes de vieux chat de gouttière ?) Lys, qui m’a fait découvrir notamment la musique baroque. Avant qu’elle ne m’initie, je pensais que Dietrich Buxtehude était une marque de cuisinière allemande, robuste, solide et un peu onéreuse comme tous les objets manufacturés par nos bons amis d’Outre-Rhin. Depuis, je la suis pas à pas dans les concerts, au gré de ses envies. Je ne le regrette pas car je fais des découvertes épatantes. L’autre soir, en la délicieuse petite église de Saint-Leu, nous avons assisté à la prestation remarquable de Jean-Pierre Menuge, à la flûte à bec ; il se produisait en compagnie de sa fille Amandine Menuge (violoncelle baroque) et Jorge Lopez-Escribano (clavecin). Au programme : des oeuvres de Joseph Bodin de Boismortier, de Johann Sebastian Bach, de Charles Dieupart, de Johann Jakob Froberger, d’Arcangelo Corelli et de l’Amiénois Louis Caix d’Hervelois (1670-1760). Menuets, gigues, gavottes, sarabandes et courantes… la danse était à la fête. Les trois instrumentistes excellent. Jean-Pierre Menuge n’est pas seulement un flûtiste virtuose ; il est aussi facteur de clavecins. C’était un instrument de sa fabrication, copie d’un original conservé au Musée instrumental de Paris (Tibaud, 1691) qui fut utilisé par Jorge Lopez-Escribano lors du concert. Nous nous sommes également rendus à la cathédrale d’Amiens pour assister au Messie de Haendel, concert placé sous la direction de Mark-Deller avec le Stour Music Festival Orchestra, l’Ashford Choral Society, l’Ensemble choral Diapason (dirigé par Nadège de Kersabiec) et les solistes Kathryn Jenkin (soprano), James Bowman (contre-ténor) Charles Daniels (ténor) et Piran Legg (basse). C’était superbe, à la fois grandiose, empreint de ferveur et de délicatesse. Merci, chère Lys, de tenter de dégrossir l’épais rocker que je suis.

                                       Dimanche 5 avril 2015.

Saleté de magnéto !

Suis-je trop bon public ? Qu’y puis-je, j’adore les films de Charlots, Lo

Marc  Lavoine  devant un tableau de la libraire Anne Martelle qui est également un excellent peintre.

Marc Lavoine devant un tableau de la libraire Anne Martelle qui est également un excellent peintre.

uis de Funès, certains livres de Pierre Benoit et de Francis Carco, certains romans de gare, les filles du French Cancan (surtout quand elles lèvent leurs jolies gambettes de hases ; mon ex-chérie, Lou-Mary, faisait ça bien, sacrée grande didiche !). Je considère qu’il n’y a pas que Cioran et Proust dans la vie. J’étais ravi, il y a quelques temps, d’interviewer Mireille Mathieu qui me confiait avec force et vigueur (et non sans douceur) son amour de Dieu et du général de Gaulle. Une fois, au cours d’une résidence d’écrivain, j’ai failli me friter physiquement avec un auteur hautement intellectuel car j’avais osé dire que j’aimais le chanteur Carlos, qu’il ne faisait de mal à personne, qu’il faisait rire les gens. L’espèce de butor prétentieux disait que c’était de la daube et que cela relevait du commerce. Tout ça pour te dire, lectrice ma bouée charnue, que je sais apprécier certains éléments de la variété française. Je découvre toujours, sous les brillances, les mélodies sucrées, quelques passions acidulées et autres intérêts piquants. Pour Marc Lavoine, à dire vrai, je n’ai eu aucun mal. On le sait excellent chanteur. Quelques-unes de ses chansons sont des délices. C’est un comédien sensible, inventif et délicat. Le voici maintenant écrivain. Le récit qu’il vient de publier chez Fayard, L’homme qui ment, cartonne en librairie. Ce n’est que justice. Tout ne monde n’a pas la chance d’avoir un père communiste et coureur de jupons. (Je pense à ça : j’espère que quand j’aurai passé l’arme à gauche, mes enfants se mettront à écrire ; j’ai les qualités requises pour leur garantir un succès en librairie.) Marc Lavoine est un garçon sympathique et chaleureux. J’avais déjà pu m’en rendre compte il y a une dizaine d’années alors que j’étais allé l’interviewer dans les locaux de sa maison de disque, à Paris. Cette fois, j’ai profité de son passage à la librairie Martelle, à Amiens, pour le faire. Marc était accompagné par la charmante Pauline Faure, attachée de presse chez Fayard, ce qui ne gâchait rien. (Un plaisir n’arrive jamais seul, comme le malheur.) J’avais sept minutes pour interviewer Marc. En temps normal, ça peut paraître court ; là,  c’était déjà trop car mon magnétophone, cette petite saloperie, n’a pas fonctionné. Variété encore : j’ai été commis d’office pour me faire l’avocat de Dany Brillant qui rencontrait ses fans dans les locaux de notre journal. En discutant le bout de gras, je me suis rendu compte qu’il adorait la poésie (Apollinaire) et la philosophie (les Existentialistes). C’était épatant de discuter de Sartre avec le mec qui a composé « Suzette ». L’espèce d’abruti d’intello avec qui j’avais failli m’embrouiller la crinière, eût encore fait des bonds.

Dimanche 1er mars 2015

Le jardin de mon père et le Drappier bio

              

Le jardin de mon père en hiver.

Le jardin de mon père en hiver.

   J’ouvre les volets de ce qui était mon ancienne chambre dans la maison de mes parents, celle où, en décembre 1969, j’épinglais un poster de Brian Jones, décédé en juillet de la même année, et que j’avais dû trouver dans Best ou dans Extra. Je regarde le jardin dont mon père est si peu fier puisqu’il n’a plus la force de l’entretenir comme il le voudrait. Je le rassure ; je le trouve beau, moi, son jardin. Un peu broussailleux et plein de cicatrices, comme les joues et la tête de mon grand-père Alfred, un ancien Poilu de la Somme, que je revois bêcher cette même terre au milieu des années soixante. J’étais enfant. Il m’appelait « mon gamin », ou « Tiot ». Il venait du Nord,  avait travaillé comme contrôleur dans les trains du Chemin de fer du Cambrésis, puis, lors de la bien-aimée nationalisation,  il avait été embauché par la SNCF. Je les regardais souvent, travailler ensemble dans le jardin, mon père et lui. Il est toujours beau, le jardin de mon père car son père et lui, y ont mis tout leur cœur pour y faire pousser des légumes dans cette terre de Tergnier meurtries par les bombes teutonnes, puis alliées. Je me dis que si nous avions habité dans l’Aube, ce jardin eût pu être planté de vignes. Je venais de lire dans L’Union, dans les pages saumon « Economie », un excellent article de mon confrère Yann Tourbe, sur les quinze hectares d’Urville qui passent en bio (mardi 23 décembre, cahier Economie, page XI). Urville : le champagne de la maison Drappier, mon préféré ; il était également le préféré du général de Gaulle. A l’époque, quand je le découvris, en 2002, je ne savais pas qu’il fût du goût du héros national. J’étais souvent à Paris en ces époques difficiles de ma vie. Je venais de me séparer de ma femme. Je buvais beaucoup, faisais la fête, notamment avec mes copains du Figaro littéraire et de la revue Immédiatement auxquels je collaborais avec un vif plaisir. Nous arpentions tout Paris, à pas de hussards, fous de littérature, de filles, d’alcool. Il y avait là Sébastien Lapaque, Jérôme Leroy, Luc Richard, Jean-Christophe Buisson, Christian Authier, et quelques autres. Nous parlions de Kléber Haedens, de Stephen Hecquet, de Roger Vailland, d’Antoine Blondin, de Michel Déon. Un soir, Sébastien Lapaque nous fit découvrir ce merveilleux champagne qu’est le Drappier, œuvre de Michel Drappier qui, déjà, se considérait plus comme un vigneron que comme un négociant. Je tombais sous le charme de ce vin 100% pinot noir, à la fois robuste et élégant. « Un champagne d’hommes », souriaient mes amis. (Je ne connaissais pas encore la cuvée Quattuor, seul blanc de quatre blancs à ce jour en champagne, plus féminin.) J’ai pu vérifier auprès des dames qui traversèrent mon existence qu’ils disaient vrai. Généralement, elles ne le goûtaient guère, le 100% pinot noir. Elles préféraient le blanc de blancs du secteur d’Epernay, moins brut, plus fruité, tout en chardonnay. La peau de leurs joues de filles rosissait sous l’effet des bulles et de ma barbe de trois jours, broussailleuse comme le jardin de mon père.

                                                     Dimanche 11 janvier 2015.

Dans sanguines de Patrick Besson

Patrick Besson, écrivain, français; grand voyageur. Un talent.

Patrick Besson, écrivain, français; grand voyageur. Un talent.

Avec « Déplacements », il nous propose d’exquises esquisses recueillies

 dans un carnet de voyages élégant, surprenant et sincère.

    Qu’est-ce qui fait courir Patrick Besson ? Mystère. Le journalisme. Peut-être. Son activité – intense – d’écrivain ? Certainement. Seul ou en compagnie, il ne cesse de se déplacer. Pour notre plus grand plaisir. Car lorsqu’il marche, qu’il prend le train, l’avion, le taxi ou le bateau, il pense ; il lui arrive même souvent d’écrire. Ce sont ces écrits qu’il nous livre ici, dans ce succulent Déplacements, publié dans l’excellente collection « Le sentiment géographique » dirigée par Christian Giudicelli.

    Et où se déplace-t-il, Patrick Besson ? Un peu partout : Belgrade, Cancun, Rabat, Casablanca, Marrakech, Paris, Saint-Amand-les-Eaux, Nice, Gennevilliers, Téhéran, Brazzaville, Etats-Unis d’Amérique, Gand, Varsovie, Bangkok, etc.

    Il n’arrête pas. Il en résulte les textes qu’il nous donne ici à lire, souvent courts, directs, bien cadrés, bien envoyés, drôles, élégants, sans graisse. Du vrai Besson. Exemple : « Il n’y a rien au-dessus de la beauté féminine asiatique. J’aime ces jambes légères qui auront toute ma vie six ou sept heures d’avance sur mon désir. » On dirait du Morand ; non, c’est du Besson. Ce sont parfois des aphorismes, amusés, rieurs, ou mélancoliques et pluvieux. Car si Patrick Besson passe beaucoup de temps à nous faire croire qu’il n’a pas de coeur, nous sommes au regret de lui faire savoir qu’il en a. Sinon, il ne serait pas communiste. Il aurait fait des affaires, mené à bien une carrière, aurait appelé à soutenir Manuel Valls ce qui, au fond, revient au même.

    On le suit donc dans ses pérégrinations. A Bangkok, il lit Thomas Mann et Goethe et constate, vif, que « la lecture » est « le seul plaisir solitaire qu’on ait l’occasion de pratiquer » dans cette ville. A Téhéran, il confie que son accompagnateur est « un Paucard iranien : il me chante du Brel, du Joe Dassin, du Charles Aznavour et même du Charles Trenet. » Et, tout près de là, quand une pré-adolescente lui demande d’où il vient, il s’étonne : « Une fillette me fait de grands sourires. En Iran, j’ai la cote avec les moins de seize ans. Je pourrais devenir le Matzneff chiite. »

   Emouvant et intime, il est à Nice ; il parle de sa mère qui, après sa fuite de Croatie et son départ d’Italie, s’était installée dans cette ville chère à Romain Gary et à quelques autres. Il confie qu’il a des photos d’elle en noir et blanc sur la plage de galets : « Elle est en bikini et sourit comme je ne l’ai jamais vue sourire à Montreuil. Elle est encore brune. Elle deviendra blonde à Paris, comme Brigitte Bardot et Catherine Devenue. » C’est beau quand un grand garçon né en 1956 se souvient de sa maman. On a l’impression d’entendre la voix du général de Gaulle, de lire L’Aurore ou Combat en buvant son café, de pouvoir encore croiser Roger Vailland ou Kléber Haedens en entrant au Rouquet. Ces parfums inimitables de Trente glorieuses dans le cœur des grands garçons nostalgiques. Paris, parlons-en. Ou plutôt, écoutons-le, Besson, nous en parler. On comprend à quel point il est amoureux de sa ville. De la Rotonde, où il s’attarde sur le rouge au front des banquettes, il nous fait une sanguine, là où Emmanuel Bove nous eût proposé un fusain. Vous l’aurez compris, ces Déplacements sont de haute tenue et d’une élégance inouïe.

                                                                 PHILIPPE LACOCHE

Déplacements, Patrick Besson, Gallimard, coll. Le sentiment géographique, 126 p. ; 15,50 €.

Mireille Mathieu : authentique, gaulliste et française

             L’ambassadrice de la chanson à l’étranger donnera un concert au Tigre, à Margny-lès-Compiègne, le samedi 15 novembre. Elle aime aussi Dire Stra

Mireille Mathieu se produira demain samedi 15 novembre, au Tigre, à Margny-lès-Compiègne, dans l'Oise, à 20h30.

Mireille Mathieu se produira demain samedi 15 novembre, au Tigre, à Margny-lès-Compiègne, dans l’Oise, à 20h30. (Photo : AFP).

its et les Pink Floyd.  Elle a répondu à nos questions.

Comment expliquez-vous que votre cote de popularité n’a jamais cessé auprès du grand public ?

Mireille Mathieu : Je viens de chanter à l’Olympia, puis en Belgique, puis à Lyon, etc., c’était extraordinaire. Un accueil superbe ! L’accueil du public vient peut-être du fait que finalement on me voit peu. Il y a aussi le fait que je suis française et fière de l’être. Je suis authentique et je suis moi-même. Il m’arrive aussi de chanter dans la langue du pays dans lequel je me produis. C’est important. J’ai même fait un florilège des chansons que j’interprète dans des langues étrangères.

Quels sont les temps forts que vous retenez de vos cinquante ans de carrière ?

Le Jeu de la chance, le 1er novembre 1965. Le fait aussi d’avoir pu chanter tout en haut de la Tour Eiffel. Il fallait des autorisations délivrées par un comité. C’était présenté par Stéphane Bern. Il y a de cela environ deux ans. Autre moment fort : ma rencontre avec Jean-Paul II. Je suis catholique. Cela m’a impressionné. Il avait une force dans les yeux, une détermination. Cette rencontre s’était effectuée dans le cadre d’une audience privée avec ma maman ; il y a de ça une dizaine d’années.

Vous êtes restée absente un certain temps de la scène. Qu’avez-vous fait pendant ce temps ?

J’ai effectivement été absente pendant neuf ans. Aujourd’hui, je suis de retour sur scène pour fêter mon jubilé, mes cinquante ans de carrière. Pendant ces neuf ans, j’ai voyagé et chanté à travers le monde. Le public m’apprécie ; il m’aime. Une personne, à l’étranger, m’a dit qu’elle avait le français grâce à mes chansons. Cela m’a fait très plaisir. Notre langue est si belle.

Vous êtes en quelque sorte l’ambassadrice de la chanson française à l’étranger. Comment expliquez-vous ce fait ? Pourquoi vous ?

Je suis restée authentique. Je chante en français. Il existe des artistes qui font dans le genre anglo-saxon. Je ne les critique pas mais ce n’est pas mon truc. Si vous allez chanter à l’étranger, le public vous attend comme artiste français. Avant, les chanteurs interprétaient beaucoup d’adaptations anglo-saxonnes ; il y en a beaucoup moins maintenant.

Que représente la France pour vous ?

Je suis gaulliste. Avant la France était sur un piédestal ; ce n’est plus le cas aujourd’hui. Je me demande parfois si les Français se rendent compte de notre savoir-faire. Dans l’Oural, on enseigne le français. Il y a aussi notre gastronomie, nos fromages. Je ne fais pas de politique mais, au final, on a tous quelque chose du général de Gaulle. Il avait un nom magnifique ; c’est ça, la France !

Qu’écoutez-vous ? Quels sont vos goûts musicaux ?

J’aime les Pink Floyd, Lady Gaga, Lionel Richie, Edith Piaf, la Callas, Dire Straits…

Lisez-vous et quoi ?

Je lis peu car je n’ai pas le temps. Exemple : je ne vais pas tarder à repartir chanter en Russie. Je manque de temps pour lire.

Parmi les nombreux duos que vous avez faits, quels sont ceux qui vous ont marquée ?

Ceux avec Julio Iglesias, avec Patrick Duffy, avec Paul Anka, etc. En fait, tous m’ont marquée. C’est toujours un plaisir de chanter en duo. On a des voix différentes. Une complicité s’instaure. C’est toujours gratifiant et enrichissant.

Vous serez le samedi 15 novembre au Tigre, à Margny-lès-Compiègne, dans l’Oise. Quelle formation vous accompagnera ? Et quel sera votre répertoire ?

Je serai en compagnie de mes quatorze musiciens, de mes choristes, des techniciens son, etc. J’interpréterai à la fois des anciennes chansons et des nouvelles chansons, dont celles qui figurent sur mon dernier triple CD, Une vie d’amour.

Connaissez-vous la Picardie ?

Ma mère est de Rosendaël et de Lille. Je connais plus le Nord de la France mais pas encore la Picardie.

Quels sont vos projets ?

Je prépare une chanson pour Noël pour l’Allemagne. Puis, je repartirai à Moscou. L’an prochain, j’effectuerai une grande tournée en Allemagne et en Russie.

                                                     Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

 

 

HISTOIRE : Chancelier de l’Ordre de la Libération, Fred Moore est un Amiénois pur jus

Fred Moore, en photo sur sa carte de l'Almiens athlétic club natation, en 1935.

Le 7 août 1944, à bord de son char de la 2e DB, à Louvignié-du-Désert, dans l’Ile-et-Vilaine, il retrouvera ses parents par le plus grand des hasards.

Fred Moore, jeune homme, sur une plage au cours de l'été 1937.

 

Agé de 92 ans, doté d’une mémoire impressionnante, ce Compagnon de la Libération a fait preuve d’un courage exemplaire tout au long d’un parcours qui inspire le respect.

 

Dans son bureau situé dans le cadre prestigieux de l’Hôtel national des Invalides, dans l’annexe Robert de Cotte, au 51 bis, boulevard de La Tour-Maubourg, dans le VIIe arrondissement, à Paris, Fred Moore, Chancelier de l’Ordre de la Libération depuis2011, se souvient. Il se souvient de tout. À 92 ans, impressionnant de santé et de vitalité, cet homme est titulaire d’une mémoire étonnante, d’une précision qui laisse songeur. Sur les murs, d’immenses portraits du général de Gaulle. Fred Moore se souvient. De son parcours, «pas de ma guerre», sourit-il, paisible et passionné. Et d’Amiens, la ville de son enfance. Il est pourtant né à Brest, au 91, rue de Siam. Sa mère, une demoiselle Breton, issue d’une famille très catholique de Fougères et de Brest, fait la connaissance de son père, un Anglais, officier de la Royal Navy, en1913.Les marins anglais avaient pris l’habitude de venir en rade de Brest pour recharbonner les chaudières de navires. Le 16juillet1916, ils se marient. Fred naît, puis son cher frère René (né le 1er décembre 1921, vaillant combattant, lui aussi, qui fit toute sa guerre comme première classe, et dont l’évocation de la mort, survenue la veille de ses 80 ans lors d’une intervention chirurgicale, l’émeut toujours au plus haut point).Leurs parents s’installent à Amiens où ils reprennent le Bazar bleu, rue des Trois-Cailloux. Fred étudie à l’école Sainte-Clothilde, puis au collège de la Providence, puis au lycée d’Amiens, car, né de père anglican, il se voit refuser l’accès aux lycées catholiques de la ville. Ensuite, il entre à l’école nationale d’optique, à Morez, dans le Jura. Il veut être aviateur, s’engage comme volontaire en mai1940, au titre du bataillon de l’Air 117 stationné à Chartres, mais ne peut rejoindre son unité. Il rejoint alors Brest où ses parents et son frère se sont réfugiés après avoir évacué Amiens. Sur la place de Brest, il entend le discours de Pétain diffusé par des grands haut-parleurs installés devant les locaux du journal Ouest-Eclair. Il refuse la défaite. Le 19juin1940, il quitte la France en bateau à voile en compagnie de son jeune frère René. De Bretagne, il atteint l’Angleterre.Le 1er juillet 1940, il s’engage dans les Forces françaises libres au titre des Forces aériennes françaises libres (FAFL). «Mon frère et moi étions allés voir le consul de France, à Brighton. Il nous a dit d’écrire au général de Gaulle. Il nous a répondu qu’on pouvait, de part nos origines, nous engager dans l’armée anglaise ou dans les Forces françaises libres en cours de constitution.» Titulaire du permis de conduire, il est affecté à la 1ère Compagnie du Train avant de prendre part à l’expédition de Dakar en septembre1940.Désigné pour suivre, en décembre1940, les cours d’élève aspirant au camp d’Ornano à Brazzaville, il est dirigé sur Beyrouth pour servir dans les troupes du Levant. Affecté chez les Spahis marocains, comme chef du 2e Peloton du 1er Escadron du groupe de reconnaissance de Corps d’Armée à Damas, il s’entraîne en vue de participer à la campagne de Libye. Les spahis marocains, «de merveilleux combattants avec lesquels je prends part aux combats d’Égypte, de Libye et de Tunisie contre l’Afrika Corps de Rommel», résume-t-il. En 1943, il se distingue en Tunisie. En juillet 1943, il est affecté pendant un mois et demi à la Garde d’honneur du général de Gaulle, à Alger. Puis, c’est le «retour en Angleterre au sein de la Division Leclerc où notre 1er RMSM devient le régiment de reconnaissance de la division», explique-t-il. Il débarque en Normandie le 2août1944, et met notamment hors de combat trois canons antichars allemands et capture plus de cent prisonniers. Lors de la libération de Paris, le 25 août, il prend une part active à la prise de l’école militaire : «Je n’oublie pas le brigadier Pierre Deville, tué le jour de ses 20 ans, alors que mon peloton attaquait sur le Champ de Mars», dit-il. Puis ce seront de nouveaux combats, dans les Vosges, en Alsace, la libération de Strasbourg «où le serment de Koufra est tenu par le brigadier Lebrun de mon escadron, qui hisse le drapeau français, à la flèche de la cathédrale. Enfin, l’Allemagne jusqu’au nid d’aigle de Berchtesgaden». Démobilisé en1946, il crée une affaire d’optique à Amiens, puis servira en Algérie, et sera élu député de la Somme dans la première circonscription d’Amiens en1958.Voilà ce qu’on appelle un parcours magnifique effectué par un homme au courage exemplaire. Il n’en est pas moins modeste: «C’est sans doute la conviction inébranlable d’être du côté de l’honneur et d’appartenir à une petite armée de volontaires, partageant un idéal commun qui ont permis à la France Libre d’être ce qu’elle a été», confie-t-il. Facile à dire; moins facile à faire. Respect, Monsieur Moore!

PHILIPPE LACOCHE

 

Bio express

8 avril 1920: naissance au 91 de la rue de Siam, à Brest.

Début mai 1940: s’engage dans le Bataillon de l’Air 117, stationné à Chartres, avec prière d’attendre à son domicile la réception de l’ordre de route. Il ne recevra jamais ce dernier.

23 juin 1940: s’engage dans les Forces françaises libres.

25 août 1944: libération de Paris. Premier tué parmi son peloton. Il fait la connaissance de celle qui deviendra son épouse.

22 novembre 1944 : lors du passage de la Sarre, il parvient à faire 350 prisonniers allemands.

 

Promenades à bicyclettes Raleigh et pique-niques

Fred Moore passe toute son enfance à Amiens. Son père, commerçant-négociant, y tenait le Bazar bleu, au 6 de la rue des Trois-Cailloux. «Mon père a vendu des jouets aux fils du général Leclerc», se souvient-il. Il revoit encore les deux niveaux des caves: «Le deuxième niveau, le plus bas, rejoignait la cathédrale. Au retour de la guerre, mon père y a retrouvé trois services en porcelaine de Limoges qu’il vendait dans son magasin et qu’il avait stocké là. Il m’en a fait cadeau à mon mariage.» Le dimanche, les membres de la famille Moore enfourchent leurs bicyclettes Raleigh, la célèbre marque anglaise, «des bicyclettes toutes noires. On allait dans le bois de Flesselles, à Flixecourt, à Picquigny, dans le bois de Querrieu. Il nous arrivait de pique-niquer. On y restait jusqu’à 5 heures. C’était très agréable. Cela se passait en 1926, 1927 et 1928.» Autre souvenir: la première voiture de son père, une Citroën B12, achetée en 1925.Puis, ce fut une B14. «Un Anglais, M.Brown, qui tenait une épicerie rue Foch, qui lui avait appris à conduire. Quand j’ai eu 14 ans, il me permettait de conduire un peu. J’allais chercher la voiture au garage. Je portais un chapeau mou, et j’étais assis sur un coussin.» Il se rappelle que ses parents n’invitaient pas souvent mais qu’ils se rendaient chez un ami anglais, M. Howerd, maire de Fay, dans le Santerre.