Patricia Kaas : « Aujourd’hui, tout va bien »

Elle est venue présenter les chansons de son dernier album éponyme, le mercredi 15 février, au Zénith d’Amiens. Interview.

Une voix. Une personnalité. Une aura. Patricia est l’une des chanteuses françaises les plus attachantes. Après son disque hommage à Edith Piaf, sorti en 2012 à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de l’artiste, elle vient d’éditer, en fin d’année dernière, un album éponyme d’une grande qualité tant par la puissance évocatrice de son interprétation que par les chansons écrites par divers créateurs. La presse a unanimement loué la force de ce CD. Patricia Kaas a donné

Patricia Kass, dernièrement, à Paris.

un concert le mercredi 15 février, au Zénith d’Amiens. Nous l’avons rencontrée à Paris.

Vos derniers albums remontent à combien de temps ?

J’ai fait deux albums après Sexe fort, sorti en 2003 : Kabaret et Kaas chante Piaf. Deux disques studio. Kabaret était un album consacré aux chanteuses des années Trente, sur lequel il y avait peu de chansons inédites. Et le Kaas chante Piaf sur lequel, bien sûr, il n’y avait que des chansons de Piaf. Ca fait donc treize ans que je n’avais enregistré un album avec mes propres chansons. Quand je sors un album, je pars en tournée presque deux ans ; donc, en fait, il n’y a pas treize ans ; j’étais tout le temps sur la route, et j’ai fait plein de choses.

Ce fut le cas de la tournée autour du disque consacré à Piaf.

Oui, nous avons terminé la tournée en juin 2014. Ensuite, il me fallait un peu de temps pour faire ce nouvel album, trouver les chansons, me préparer ; il n’y avait donc pas eu grand vide. Du tout.

Après la tournée Piaf, vous auriez été victime d’un burn out, selon certains articles. Est-ce exact ?

Ce n’est pas la tournée Piaf ; cela faisait 15 ans, je ne cessais de bosser. Et à certaines périodes de ma vie, j’ai reporté certaines émotions comme le deuil de maman et de papa. On se dit qu’on est fort ; on le compense par autre chose. Le public est là pour vous donner une certaine chaleur. On se dit : « Ca va aller, ça va aller ! » Et puis, ces dix dernières années, j’avais fait une autobiographie (L’Ombre de ma voix, chez Flammarion) ; j’avais fait un télé film (Assassinée) dans lequel je jouais le rôle d’une maman qui perdait sa fille. Emotionnellement, c’était très difficile ; et puis, il y a eu Piaf… Un moment, ça a pété. J’étais épuisée physiquement et psychiquement. Tout cela était beau mais je ne savais pas trop où j’en étais. Il y avait une belle enveloppe, mais à l’intérieur, qu’y avait-il ? Très vite, je me suis fait aider ; je suis quelqu’un qui est dans la construction. Ca a été mieux. Et aujourd’hui, j’ai un nouvel état d’esprit… Les années passent ; je ne me pose plus les mêmes questions. Je me dis : « Qu’as-tu à prouver ? Tu es là depuis 30 ans. » Les gens me suivent. Je sais qu’une chanson ou un album marquent ; mais je me dis aussi que le personnage que je suis doit marquer également. Ca me met donc en confiance. J’ai beaucoup fui dans la vie. Là, en tout cas, aujourd’hui je me suis rattrapée ; et aujourd’hui, tout va bien.

Pourquoi un album éponyme ? Pourquoi ne pas l’avoir nommé ?

Au début, je voulais l’appeler Polyloves car ce disque parle d’amours différentes. Mais quand on reçoit des chansons qui parlent d’inceste ou de femmes battues, on ne parle plus de la même chose. Ensuite, je voulais l’appeler La langue que je parle, mais comme mes albums sortent aussi dans des pays étrangers, ce n’était pas évident. L’album ressemble à la femme que je suis aujourd’hui ; tout cela se reflète dans le choix des chansons, dans ma façon de chanter, de parler, etc. Je me suis dit : « Voilà, ce disque, c’est Patricia Kaas. » De plus, je n’avais jamais eu d’album à mon nom. Voilà la raison.

Vous disiez que vous étiez une nouvelle femme. En quoi ?

En général, je me sens beaucoup mieux avec moi-même.

Amoureuse, peut-être ?

Non, pas forcément, mais amoureuse de la vie, de ma passion. Au début quand je faisais des spectacles, et que je me disais : « Tiens, je voudrais chanter là ou là… » Il y avait toujours un truc qui me faisait comprendre que c’était compliqué. Ou qu’on ne gagnait pas d’argent en allant là. Donc, je me suis mise à produire mes tournées. Ensuite, j’ai produit mes albums. Tu deviens donc « une femme d’affaires ». Je me suis débarrassée de tout ça. Je voulais juste monter sur scène et me dire : « C’est ça ma passion, le partage que j’aime. » Alléger toutes ces responsabilités. J’ai toujours eu une distribution dans une maison de disques, mais là, j’ai signé chez Warner, et Live Nation World pour la tournée, toujours en co-production avec Richard Walter Productions. Je me suis dit que j’avais confiance en moi, que j’avais un meilleur regard sur moi-même. Je parviens à me féliciter, à me dire : « C’est quand même génial ; regarde tout ce que tu as fait… » Je suis devenue plus positive en ce qui me concerne, ce qui, jusqu’à présent, n’était jamais le cas. Peut-être que depuis des années, je vivais à travers l’ombre de maman. Je voulais qu’elle soit fière de moi. Au bout d’un moment, je me suis dit : « J’ai tout donné. Maintenant, il est temps… » Tout à l’heure, vous me parliez du burn out, finalement, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. Comme je suis quelqu’un qui se bat dans la vie, ça m’a beaucoup aidé.

La presse est unanime pour dire que votre dernier album est de grande qualité. Comment a-t-il été conçu ? Quand ? Avec qui ? Où ?

Le fait d’être dans une maison de disque, il y a un directeur artistique, avec qui j’ai passé beaucoup de temps à discuter. On a écouté, ensemble, beaucoup de musiques. Ce n’est pas évident : il y a ce qui vous va, ce qu’on attend de vous. Et ce que vous écoutez, vous. Et faire un mélange de tout ça, ce n’est pas évident. Ce que je voulais surtout, c’était de choisir les chansons sans savoir qui étaient les auteurs-compositeurs. Je ne voulais pas être influencée. Je ne voulais pas avoir peur de me dire : « Comment on va dire pouvoir dire non à cet artiste ? ». Il y a eu, bien sûr, des auteurs que j’ai rencontrés, avec qui on a papoté, qui m’ont écrit la langue que je parle. J’avais envie de travailler avec Arno qui m’a écrit « Marre de mon amant ». Cela faisait dix ans que je lui demandais, il me disait toujours : « Je ne sais pas, je ne sais pas… ». Et puis, là, enfin, il nous a fait cette chanson.

Aurélie Saada, de Brigitte, a également écrit pour vous.

Oui, elle a fait un texte co-écrit avec  Pierre Jouishomme.

Vous vous êtes rencontrées, Aurélie Saada et vous ?

Non, nous n’avons pas eu l’occasion. C’est la chanson « Madame tout le monde », qui est un peu un pont entre la Patricia que les gens connaissent, et qui vous amène à la femme que je suis aujourd’hui, avec un autre état d’esprit. Au départ, je n’étais pas à 100% avec le texte… C’est ça aussi construire un album ; j’ai des textes que j’aimais mais les musiques je ne les aimais pas alors on a fait une, deux ou trois nouvelles compositions. Ou le contraire. On avait de superbes musiques mais les textes, j’accrochais moins. « Madame tout le monde », contenait une légèreté qu’au début je ne sentais pas. J’avais pensé à Ben Mazué au début. Ensuite, le directeur artistique, m’a demandé ce que je pensais d’Aurélie. J’aime bien Brigitte ; c’est premier degré et sensuel en même temps. C’est aussi aguichant. Elle a donc commencé à écrire ce texte. Je l’ai juste croisé une fois car, avant Brigitte, elle travaillait un peu avec mon manager.

D’autres chansons sont plus graves, comme « Le jour et l’heure » qui évoque les attentats. De qui est-elle et quelle est sa genèse ?

C’est Rémi Lacroix qui a écrit la musique. Et le texte est de David Verlant. Je l’ai reçue ; j’ai tout de suite aimé, mais bizarrement, j’ai compris que ce sentiment de bascule je l’avais aussi ressenti dans des choses plus personnelles. La chanson était vraiment écrite par rapport aux attentats. Je l’ai faite un peu changer pour qu’elle ne soit pas uniquement sur les attentats. Je lui ai dit : « Moi tu sais, quand j’ai appris que j’avais perdu mon frère, je me souviens exactement où j’étais. Ce que je faisais. Mon papa, oui… j’étais tout de même assez présente. » On est marqué par les moments difficiles. Je suis incapable de vous dire où j’étais et ce que je faisais quand j’ai appris une bonne nouvelle. J’ai donc voulu que cette chanson parle des attentats mais aussi quelque chose de plus proche. Je voulais que cet album me ressemble.

Votre chanson « La maison en bord de mer » traite d’un thème grave : l’inceste. Pourquoi ce thème ? Est-ce vous qui l’avez sollicitée ?

Je suis arrivée dans le bureau de Bertrand Lamblot, mon directeur artistique. Il m’a dit : « Je sais que tu as un esprit ouvert, tu ne veux pas de barrières. J’ai eu cette chanson pour toi ; je ne sais pas si je dois te la faire écouter ou pas. » J’ai voulu l’écouter. Il m’a dit : « Ca parle de l’inceste. » J’ai écoutée, et je l’ai tout de suite voulue pour l’album. Je lui ai dit : « C’est fini les barrières. Quand tu vas voir un film, tu es touché, ou tu n’es pas touché. » Quand j’ai entendu cette chanson, je me suis dit : « C’est incroyable ! ». Ensuite, j’ai rencontré quelqu’un d’une association. C’est quand même fou qu’il y ait silence autour de sujets aussi importants… Est-ce une timidité ou une arrogance de se dire : « Ca, ça reste en famille. On n’en parle pas. » C’est incroyable en 2017 !… Je trouve que ces deux dernières années, sur ces questions, on fait chemin arrière. On recule. Je ne suis pas une artiste engagée  (en tout cas pas encore ; il ne faut jamais dire jamais…); je ne tape pas sur la table en disant : « Il faut faire quelque chose ! » Mais je suis engagée émotionnellement ; il faut dire que ça existe, qu’on en a tous conscience, que c’est là beaucoup plus que ce qu’on pense.

La chanson « Le Refuge » est dédiée aux jeunes homosexuels. Pourquoi cette chanson ?

Ca, c’était une envie. « Le Refuge », c’est le nom d’une association. Il y a beaucoup de choses avec lequel on embête les homosexuels, le mariage, etc. En fait, qui ça gêne ? J’ai connu cette association par l’intermédiaire de la chanteuse Jenifer. Je ne parvenais pas à croire qu’il existait une association, « Le Refuge » qui accueille les homosexuels rejetés par leurs familles. Je me disais : « On rejette encore ses enfants parce qu’un homme aime un homme ou une femme aime une femme. » Je n’en revenais pas. J’ai demandé à Pierre-Dominique Burgaud – qui m’avait déjà donné « La langue que je parle » -, de m’écrire une chanson là-dessus. On a discuté ; il a carrément pris le nom de l’association. L’association est très contente. Ils l’ont mise sur leur site accompagnée d’une petite vidéo. De plus, je suis concernée indirectement dans le sens où dans ma famille, il y a des homos ; et dans mon public, il y a plein d’homos.

Et Arno, vous vous étiez rencontrés ?

On s’était rencontrés plusieurs fois. J’étais allée le voir en concert. C’est un personnage ; il est rock. Et en même temps, il est hyper timide. Il est drôle. Quand on s’était rencontré, il avait peur. La première fois que nous nous sommes vus pour parler chansons, c’était, je crois, il y a plus de dix ans. On s’était donc rencontré et il prenait un verre, un deuxième verre, un troisième verre… Il me disait qu’il ne savait pas écrire pour les autres. Je lui disais : « Ne pense pas à écrire pour quelqu’un ; écris pour toi. » Et ça ne c’était pas fait. Je crois que c’est la première fois qu’il écrit pour quelqu’un. Là, je l’ai bousculé un petit peu, et est arrivée la chanson « Marre de mon amant », qui est géniale. Je ne l’ai pas dirigée, car je ne voulais pas ; c’est un peu « Mon mec à moi » d’aujourd’hui. « Mon mec à moi » c’était plus l’adolescente. Là, je dis, après ces années : « Tu peux toujours parler… marre de mon avant. » Voilà. Il y a aussi un côté provocant dans « Marre de mon amant ». Il y a des allusions sexuelles. Et j’aime ça, chez Arno. Il m’a appelé, très timidement pour me dire : « C’est bien ce que tu as fait avec la chanson. »  Autre belle rencontre, c’est Ben Mazué. « Adèle », quelle belle chanson ! J’avais rencontré Ben car il avait fait le texte de « Sans nous ». J’aimais bien ; on a déjeuné ensemble et même pas 48 heures plus tard, est arrivée « Adèle ». L’atmosphère de cette chanson est due aux arrangements. Il y a ce chanteur guitariste anglais qui s’appelle Fink, que j’adore ; je l’avais moi-même contacté par Facebook. Je me disais qu’il n’allait jamais répondre ; et il a répondu. Je lui ai dit que mon rêve serait de faire un album ; il m’a dit : « Faisons-le ! » On était déjà en train d’enregistrer ; il a fait quatre chansons.

Vous êtes issue d’un milieu modeste. Vous venez de Moselle qui a trinqué en matière sociale. Les politiques ne lui ont pas fait de cadeaux. Quel regard portez-vous sur tout ça ?

Politiquement, je n’ai pas trop de point de vue. Economiquement, un peu plus parce que dans ma famille, il y a des mineurs ; je ne suis pas sur place, c’est difficile. Avant, déjà, les mines fermaient ; et là-bas, c’est ça, les mines ; il n’y a pas d’autre travail. C’est effectivement une région qui a un problème par rapport à l’emploi.

Avec quelle formation serez-vous à Amiens, sur scène ?

Aujourd’hui, j’en sais un peu plus car on a fait cinq concerts. On a commencé la tournée. Il y a cinq musiciens (batterie, basse-contrebasse, clavier, guitare-violon, clavier-guitare). Les arrangements ont été faits par Frédéric Elbert. Supers arrangements, sans bousculer les anciens arrangements, mais en leur donnant un petit coup de dynamique. Beaucoup de chansons lentes. Et des pics qui donnent une certaine énergie. Kabaret et Piaf, c’était plus un spectacle ; là, c’est plus un concert. J’enchaîne des chansons anciennes et des nouvelles auxquelles j’ai envie de donner vie car c’est ça aussi : les faire découvrir, les emmener avec moi pour la première fois. J’ai dessiné les décors car j’aime bien faire ça. C’est un peu élégant, un peu chic. Je recherche le, positionnement des musiciens ; il y a aussi une grosse ampoule très spéciale sur scène. Et un lustre très moderne. En même temps, je veux que ce décor soit un peu roots. Mais avec une certaine élégance ; j’ai toujours aimé ce côté fille, femme. Voilà. Après il faut que ça se simplifie. Sinon, ça fait trop construit. C’est pour ça aussi qu’on fait des dates de rodage. Car quand on fait des répétitions dans une salle vide, la réaction du public, on ne la connaît pas. Quand on se retrouve devant le public, on comprend si l’enchaînement des chansons est bon. Depuis, on a changé deux ou trois chansons de place. Je crois que c’est un spectacle qui est dynamique et dans l’émotion aussi. Je crois que les gens me redécouvrent à nouveau car en faisant des spectacles comme Kabaret et Piaf, ce n’est pas que les gens m’avaient perdue, mais j’étais allée ailleurs. Ils sont contents car ils me retrouvent avec, en plus, des années d’expérience. Les gens me disent : « Tu chantes mieux que jamais ! » Il vaut mieux que ça aille dans ce sens-là.

                                               Propos recueillis par

                                              PHILIPPE LACOCHE

« Vingt quatre-heures pour convaincre une femme » dans la sélection du Prix Jean Freustié 2015 sous l’égide de la Fondation de France

"Vingt-quatre heures pour convaincre une femme" a fait l'objet d'un article récent  et élogieux paru dans Madame Figaro.

« Vingt-quatre heures pour convaincre une femme » a fait l’objet d’un article récent et élogieux paru dans Madame Figaro.

Frédéric Vitoux, de l’Académie française et Président du jury, Charles Dantzig, Jean-Claude Fasquelle, Annick Geille, Henri-Hugues Lejeune, Eric Neuhoff, Anthony Palou, Jean-Noël Pancrazi et Anne Wiazemsky, ont sélectionné

Pierre Ducrozet Eroica (Grasset) 

Eric Holder La Saison des bijoux (Le Seuil)

Hédi Kaddour Les Prépondérants (Gallimard)

Philippe Lacoche 24 heures pour convaincre une femme (Écriture)

Fabrice Loi Pirates (Gallimard)

Chérif Madjalani Villa des femmes (Le Seuil)

Thomas B. Reverdy Il était une ville (Flammarion)

Le prix Jean Freustié sera décerné le lundi 26 octobre à 18h30

dans les salons de l’Hôtel Montalembert

Créé en 1987 par l’épouse et les amis de Jean Freustié, le prix récompense un écrivain de langue française pour une oeuvre en prose. Dorénavant attribué à l’automne, il a acquis sa réputation par sa longévité et sa dotation, 20 000 euros remis au lauréat.

En 2014 le lauréat était Olivier Frébourg pour La grande Nageuse (Mercure de France).

Contact : prixjeanfreustie@orange.fr

Pia Daix – tél. 06 80 01 05 06

 

«Soumission»: du grand Houellebecq

Descendu avant d’être lu, «Soumission» est pourtant un grand livre, une vraie fiction, une superbe fable politique et, au final, assez morale.

Mais pourquoi tant de

Michel Houellebecq : un grand écrivain.

Michel Houellebecq : un grand écrivain.

haine ? Le livre n’était pas encore publié, les barbares n’avaient pas encore attaqué Charlie ni le supermarché casher, que, déjà, les journalistes, animateurs, critiques, se déchaînaient contre Soumission, le dernier opus de Michel Houellebecq, livre que, bien souvent, ils n’avaient même pas lu. Étrange pays où il devient difficile d’exprimer une opinion qui sorte des sentiers battus du politiquement correct. À notre connaissance, Michel Houellebecq n’a pas écrit de saloperies antisémites comme le plus génial écrivain français du XXe : Louis-Ferdinand Céline. Il ne s’est pas non plus rendu coupable de dénonciation. Il n’a pas été présenté au peloton d’exécution pour intelligence avec l’ennemi comme Brasillach. A notre connaissance, c’est un romancier, un inventeur, un créateur, un esprit libre qui est en droit de s’exprimer, d’imaginer. C’est même le propre de son métier. Alors ? Alors, Michel Houellebecq a tenu, il y a quelques années, des propos peu amènes sur l’Islam. Serait-ce ce qu’on lui fait payer aujourd’hui ? Sans aucun doute. Car, disons-le tout de go, Soumission est un excellent roman. Du grand Houellebecq, lesté d’humour, de détachement, de dépression, de projection dans un univers tout à fait personnel : le sien. Dans une France future, peu éloignée de la nôtre, il suit les pérégrinations d’un universitaire, spécialiste de Huysmans, qui rêve d’une vie ennuyeuse mais tranquille ; en tout cas protégée des grands drames historiques. Il va bien vite déchanter. Le système politique implose. Afin de contrecarrer la montée de Marine Le Pen, au second tour de l’élection présidentielle de 2022, les partis traditionnels sont contraints de faire alliance avec la Fraternité musulmane, un parti confessionnel, d’un Islam modéré. Ce dernier, emmené par le charismatique et cultivé Mohamed Ben Abbès, parvient à obtenir le plus du suffrages. Il nomme François Bayrou comme premier Ministre (ce qui donne l’occasion à Houellebecq de lui tailler un costard sur mesure). Tout le roman est du pur Houllebecq : son narrateur sodomise beaucoup les filles ; il écoute Nick Drake (un homme de goût) ; la déprime rôde, doucement (« Je pouvais jusqu’alors espérer quitter ce monde sans violence exagérée ») ; Marine Le Pen, à l’instar de Fidel Castro, inflige des discours de 15 heures ; la France est dissoute dans l’Europe. Et surtout, surtout, il y a des phrases de ce calibre : « Chez cet homme âgé, ordinaire, elle avait su, la première, trouver quelque chose à aimer. » Chaque mot est à sa place; ça sonne ; ça fait sens. C’est ce qu’on appelle la phrase d’un authentique et grand écrivain. Le reste à si peu d’importance.

PHILIPPE LACOCHE

Soumission, Michel Houellebecq, Flammarion ; 300 p. ; 21 €.

 

 

La belle analyse marxiste de Marguerite Duras

On est en droit de ne pas apprécier le ton, le style et les engagements de Marguerite Duras. Une bonne partie de sa vie, elle a agacé nombre de lecteurs et de critiques qui ne se sont pas gênés pour la brocarder, la pasticher. Qu’importe: indéniablement, c’était un grand écrivain. Un grand cinéaste aussi, même si elle n’a pas suffisamment utilisé ce mode d’expression. Le sublime film India Song en est la preuve. Œuvre à la lenteur moite, à la mélancolie sensuelle. Bouleversante. Et le fait que dans Écrire, en1993, elle rédige cette analyse, pourrait, au fond, l’exempter de toute critique: «Ce qui dominera toujours, et ça nous fait pleurer, c’est l’enfer et l’injustice du monde du travail. L’enfer des usines, les exactions du mépris, de l’injustice du patronat, de son horreur, de l’horreur du régime capitaliste, de tout le malheur qui en découle, du droit des riches à disposer du prolétariat et d’en faire la raison même de son échec et jamais de sa réussite.» C’est l’une des phrases les plus marxistes de la littérature française. Laure Adler a la délicatesse de la placer en exergue de la page168 du très bel ouvrage qu’elle consacre à l’écrivain. En ces temps de grandes difficultés sociales, qu’elles en soient, toutes deux, remerciées.

PHILIPPE LACOCHE

«Marguerite Duras», Flammarion, Laure Adler, 247 p.; 39 euros.

Lucy in the Sky et de déhanchement d’une blonde nue

 

Pierre Pikaïloff a écrit avec Jean-Eric Perrin et Gilles Verlant, un bon livre sur les Beatles.

Un matin sur France Inter: trois copains (Pierre Mikaïloff, Jean-Éric Perrin et Gilles Verlant) sont à l’antenne pour évoquer leur dernier – excellent – livre: Les Beatles pour les Nuls (First éditions).Voilà comment surgissent les bouffées de souvenirs. Les Beatles: quelle histoire! J’ai commencé à ne point les aimer. Il le fallait. Ma petite amie du moment – qui jouait au tennis et faisait allemand première langue, malgré sa maman animatrice de la cellule locale du Parti communiste – les vénérait. À Tergnier, il y avait deux clans. Les pro-Beatles et les pro-Rolling Stones. Je militais dans ce dernier camp depuis que mon beau-frère, Bernard, m’avait ramené de Londres un magnifique EP avec notamment «She said yeah!» (une torpille de rock’n’roll; une rafale d’eau de vie de rock!), «I’m free» (nonchalant et pervers avec l’accent nasillard de Jagger). Sur la pochette: leurs gueules sur la photo de la pochette de December’s Children. Les Fab Four, avec leurs têtes proprettes, ne faisaient pas le poids. Pour taquiner ma petite amie, je les brocardais. On est bête quand on a dix-sept ans. Et puis, une nuit où je m’étais attardé entre ses draps, elle avait passé Sgt. Pepper’s sur l’électrophone. Elle s’était relevée vivement du lit. J’avais regardé ses adorables fesses de blonde avec, dans les oreilles, «Lucy in the sky with diamonds».Alors, je me dis que ma vie ne serait plus jamais tout à fait pareille. Quand je réécoute cet album, je revois le balancement des hanches de ma blonde. J’étais devenu aussi fou des Stones que des Beatles. L’autre soir, au cinéma Orson-Welles, à Amiens, suis allé voir La saga des Conti, en présence du réalisateur Jérôme Palteau et de Roland Szpirko, porte-parole de Lutte ouvrière et impresario spirituel du leader du mouvement: Xavier Mathieu. C’est un beau film, émouvant, sur des ouvriers en lutte. Roland m’inspire confiance, certainement parce qu’il ressemble à Raphaël Sorin, un bon camarade qui fut mon éditeur chez Flammarion il y a des lustres. Roland a beaucoup parlé après le film. J’étais en grande partie d’accord avec lui sur ses critiques de cet indéfendable système capitaliste. En revanche, je ne le suis plus quand il critique la patrie et qu’il dit du mal des coopératives ouvrières. Tu as a compris pourquoi, lectrice, mon amour?

Dimanche 12 mai 2013

Le joyau de Patrick Eudeline : le roman d’une rupture

Un romancier n’est jamais aussi bon que lorsque son coeur est brisé. Avec « Vénéneuse », le dandy du rock nous donne un texte de haute volée. Sincère et émouvant.

 

C’est certainement le plus rock’n’roll des écrivains français actuels. C’est aussi un dandy à Ray-Bans, à chemise à jabot, en costume anthracite qui, depuis des lustres, hante les soirées parisiennes de sa silhouette chaloupée. Patrick Eudeline a une démarche de loup. Ou de lion. Selon ses humeurs; selon le temps. Il a commencé à la revue de rock, Best, 23, rue d’Antin, Paris (IIe), sixième étage, s’arrêter au cinquième, puis monter l’escalier recouvert d’une moquette incarnat, si mes souvenirs sont bons. Nous pourrions être en mai1977.Le regretté Christian Lebrun, rédacteur en chef, dans son bureau demande à Eudeline quand il va rendre son papier. La ponctualité n’était, alors, pas la qualité cardinale du Patrick. Christian se retient d’élever le ton. Il sait bien qu’Eudeline est fort occupé par son groupe de rock, Asphalt Jungle; en bon rédacteur en chef, il sait déjà qu’avant d’être un rock-critic éclairé, un journaliste étonnant, l’Eudeline est un écrivain. Un type qui, lorsqu’il parle de Johnny Thunders, des Sex Pistols ou de Keith Richards est capable de citer Joris-Karl Huysmans ou Jules Barbey d’Aurevilly. Christian est mort, noyé accidentellement sur une plage de Granville, le 14juillet1989 (cet éminent républicain, homme de gauche authentique, méritait bien ce symbole-là). Patrick Eudeline a continué la critique rock, la musique; il a beaucoup chanté, et a écrit des paroles de chansons. Et, il fallait s’y attendre, il est devenu romancier, avec, notamment Ce siècle aura ta peau (Florent Massot, 1997; J’ai lu, 2002), Dansons sous les bombes (Grasset, 2002), et surtout, l’excellent Rue des Martyrs (Grasset, 2009). La fiction lui va bien au teint. On le sait, les écrivains ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils sont sincères, lâchent tout, s’abandonnent. Pour cela, il faut une rupture. Le narrateur de Vénéneuse, son dernier roman, vient d’en connaître une. Sévère; très sévère. La fille qu’il aimait, sa Bardot, sa blonde en trench, élégante panthère aux yeux clairs, l’a lâché sous la pression de sa famille, des notables d’une ville du Sud de la France.Descente aux enfers pour le narrateur, Antoine. Car «cette fille était le paradis. Et l’enfer.» Ce roman sent la coke, le rock’n’roll, l’alcool, le sexe, la jalousie, la fumée des cigarettes du Patrick. Mais c’est avant tout un vrai roman d’amour. Dur, désespéré, sincère, violent, hérissé de dialogues, d’atmosphères, imbibé de ce Paris qu’il aime tant. Peter, rival du narrateur, autre dandy sulfureux, bien qu’anglais ressemble comme deux gouttes de sang à un chanteur français talentueux et torturé. La part d’autobiographie et de vérité dans ce roman? Finalement peu importe. Eudeline, avec sa vie, sa dégaine, ses convictions, son cœur blessé nous donne à lire une littérature de haute volée, inclassable et singulière comme un millésime de vin noir. Ne le ratez pas; c’est un joyau.

PHILIPPE LACOCHE

«Vénéneuse», Patrick Eudeline, Flammarion, 240 p.; 19 euros.

Patrick Eudeline, chanteur, écrivain. Mars 2010. Ici, un dimanche matin frileux, devant la Lune des Pirates, à Amiens.