e-book Éric Neirynck aime Céline

Eric Neirynck : un passionné de Céline.

Eric Neirynck : un passionné de Céline.

La collection Duetto, constituée d’e-books, créée et dirigée par l’excellent Dominique Guiou, ancien rédacteur en chef du Figaro littéraire, présente un nouveau titre: Éric Neirynck: Louis-Ferdinand Céline. «Il a suffi d’une seule lecture de Voyage au bout de la nuit pour que je comprenne que Louis-Ferdinand Céline allait faire partie de ma vie. Ma rencontre avec Bardamu, personnage central du livre, fut fracassante. Héros tellement éloigné (je n’avais, je n’ai toujours pas et n’aurai jamais rien d’un héros), et pourtant si proche de moi, de mes aspirations de jeunesse: vivre à cent à l’heure, partir, explorer, connaître, savoir et tenter d’exister, tout simplement! Que de bonheur, de découvertes et de passion depuis ce jour-là!», confie, avec sincérité Éric Neirynck. Ce Duetto raconte la passion quasi furieuse d’Éric Neirynck pour l’auteur de Voyage au bout de la nuit. C’est une lettre d’amour écrite dans une langue à la fois simple et puissante. Il fallait oser s’attaquer à ce monument de la littérature. Éric Neirynck relève la gageure d’ajouter de nouveaux mots à tout ce qui a été écrit sur Céline. Son texte, d’une totale sincérité, fait mouche et touche le lecteur.

Éric Neirynck: Louis-Ferdinand Céline. www.nouvelleslectures.fr

Roger Vailland fait le Point

Mon Duetto consacré à Roger Vailland est partenaire du Point (lecture complète réservée aux abonnés). En ligne ce week-end. Et en promo exceptionnelle pour tout le monde (sans même passer par Le Point)  toute la semaine puisque le  téléchargement est

Roger Vailland, écrivain. (à archiver, svp).

Roger Vailland, écrivain. (à archiver, svp).

GRATUIT sur toutes les plateformes (iBooks, Amazon, Numilog, Fnac…).

Faites le savoir autour de vous !

Merci, chères lectrices!

http://www.lepoint.fr/culture/

 (Contact : Dominique GUIOU, Nouvelles Lectures; dominiqueguiou@outlook.frwww.nouvelleslectures.fr)

Du bio à Vailland

   

Marc Monsigny ( à droite) et Denis Solau.

Marc Monsigny ( à droite) et Denis Solau.

On change ; on change tous. Et quand on a changé, nous éprouvons la terrible impression que nous étions un autre, une manière d’étranger : un idiot, un imbécile. C’est affreux ! Il y a quelques années, lorsqu’on me parlait du bio, je souriais. Je pensais aux bobos, aux babas barbus. Moi, le rocker urbain, le presque bolchevick, le jacobin, je ne voulais pas entendre parler de ces pièges libertaires-libéraux. Et puis, Lys est entrée dans ma vie. Non seulement, elle m’a initié à la musique baroque, à l’opéra, m’a réconcilié avec le cinéma, mais elle m’a fait découvrir le bio. Depuis, mon alimentation a changé. Et, j’ai enfin compris que de cette façon, je luttais avec mes petits moyens contre le capitalisme. C’est bon un radis noir bio, un vin bio. Et le combucha : un régal ! Ainsi, dimanche dernier, je me suis rendu à la Fête de l’Hortillon de Lune, à Rivery. Jean-Louis Christen proposait un rendez-vous convivial. Le maraîchage biologique était à l’honneur avec stands associatifs, ateliers, démonstrations techniques mais aussi théâtre et concerts. J’arrivais pour celui de Marc Monsigny et son guitariste Denis Solau. « Des chansons, tantôt légères, drôles ou plus graves, des émotions suggérées, des histoires qui se partagent avec quelques picarderies », comme l’explique Marc. Notamment, une version en picard de « Je me suis fait tout petit », de Georges Brassens, et ça valait son pesant de ficelles. Picardes. A la Fête de l’Hortillon, j’ai retrouvé mon ami Sylvestre Naour, ancien journaliste du Courrier picard, correspondant de Libération, qui avait quitté sa chère Bretagne pour se rendre à Paris où il terminait le montage d’un documentaire qu’il réalise pour France Culture. Il en avait profité pour faire un crochet par la Picardie. Sylvestre ne change pas. Nous avons parlé des jours anciens, au journal, de littérature, de quelques amis communs. Et je suis rentré chez moi pour terminer le petit livre numérique que j’avais promis de rendre à mon ami Dominique Guiou, ancien rédacteur en chef du Figaro littéraire. Dominique vient de fonder sa maison d’édition, Nouvelles lectures (http://nouvelleslectures.fr/), et m’a commandé un texte pour sa collection Duetto. Le principe ? Un écrivain écrit sur un écrivain qui le passionne, mais pas à la façon d’un biographe, d’un essayiste ou d’un journaliste. A la façon d’un écrivain. Je lui ai proposé d’évoquer Roger Vailland (ça sortira le 20 juin prochain). J’ai pris un vif plaisir à écrire ce court récit d’une vingtaine de feuillets. Vailland a toujours balisé ma vie comme les autres écrivains qui me hantent : Modiano, Cendrars, Haedens, Déon, Céline, etc. J’en ai profité pour me souvenir que quelques copains disparus : Jacques-Francis Rolland (dit JFR), écrivain, ami de Vailland (le Rodrigue de Drôle de Jeu, c’était lui), Jean-Jacques Brochier, rédacteur en chef du Magazine littéraire (auteur d’un remarquable essai sur le romancier, chez Losfeld), Maurice Lubatti, ancien responsable de l’agence de Beauvais, du Courrier picard, qui, un jour du printemps 1984, m’avait incité à foncer à Silly-Tillard pour y interviewer JFR qui venait de se voir attribuer le Grand Prix du Roman de l’Académie française pour Un dimanche inoubliable près des casernes (Grasset). La nostalgie m’étreignait ; j’étais triste mais bien.

Dimanche 14 juin 2014