J’étouffe !

                                            

Gaspard Royant : la classe!

Gaspard Royant : la classe!

    Pourquoi te mentirais-je, lectrice, mon amour, ma fée fessu, ma soumise ? Cette chronique est un peu compliquée à rédiger. Why ? Because, je suis en train de la rédiger ce lundi 29 décembre, à exactement 10h24, que j’ai un bout de Sparadrap sur le pouce gauche, et un autre sur l’index droit (résultat de mes compétences pour le ménage que je n’avais pas fait depuis semaines ; je me suis énervé ; j’ai astiqué ; j’ai fait tomber plein de trucs ; me suis blessé avec un balai au manche métallique ; j’ai saigné comme un franquistes sous les balles républicaines du côté de Teruel, en 1936), que l’actualité ne me gâte pas (rien d’intéressant entre les fêtes en matière culturelle ; plus intéressant en matière cultuelle), et que je viens de me rendre compte, tout en rédigeant, non de Zeus !, que ce texte paraîtrait le dimanche 4 janvier 2015. Et je ne t’ai même pas souhaité mes vœux, lectrice pourtant désirée, puissamment convoitée. Donc, bonne année 2015. Beaucoup de plaisir, d’amants, de joie, de rock’n’roll. Que faire d’autre que de se souvenir. C’est ce que je sais mieux faire, moi qui ne comprends pas le présent, et encore moins l’avenir ; moi qui suis un homme du passé. Je me suis donc plongé dans les recoins de ma mémoire ; j’ai ouvert une enveloppe dans laquelle je conserve précieusement les tickets de cinéma, de concerts, etc. Bref, toutes ces salles dans lesquelles, le marquis des Dessous chics va se pavaner, fier comme un paon. ? Qu’en ai-je retiré, au hasard ? Les films Lawrence d’Arabie, de David Neal, la version restaurée, vue sur grand écran. Sublime. Dans la cour, délicieux film de Pierre Salvadori, avec le couple de l’année : Catherine Deneuve et Gustave Kervern. Deux automnes trois hivers, de Sébastien Betbeder, avec un Vincent Macaigne ébouriffé de talent. Jimmy’s Hall, de Ken Loach, émouvant, presque aussi émouvant que Pride, de Matthew Warchus, les homos qui viennent en aide aux mineurs gallois contre l’horrible et indéfendable Thatcher. Mr. Turner, de Mike Leigh, une suite de tableaux sur grand écran ; un grand film sur un immense peintre. La Famille Bélier, d’Eric Lartigau, of course, délicieux film populaire, magnifiquement écrit avec de grands comédiens. Bird People, de Pascale Ferran, film audacieux, gracieux, poétique et aérien. Party Girl, de Marie Amachoukeli, Claire Burger et Samuel Theis, qui,  grâce à ses atmosphères prolétariennes, m’a rappelé Tergnier. La prochaine fois je viserai le cœur, de  Cédric Anger, avec un fantastique Guillaume Canet, dans le rôle du gendarme Lamare, issu du livre d’Yvan Stefanovitch, ne pouvait que me passionner. J’ai adoré le concert de Gaspard Royant et de The Swinging Dice, à la Lune des Pirates, un soir de novembre. Un rhythm’n’blues superbement efficace, coloré et rutilant comme la guitare de Bo Diddley. Quoi d’autre encore ? Plein de choses, lectrice amoureuse. Trop peu de place dans cette chronique. Mon projet pour 2015 : demander de l’espace dans la page Expressions : j’étouffe !

                                                      Dimanche 4 janvier 2015

 

 

 

Embareck s’abandonne

 Les écrivains ne sont jamais aussi bons que lorsqu’ils ne font plus les écrivains, qu’il lâchent prise. « Rock en vrac » : l’Embareck qu’on attendait.

 

Michel Embareck, excellent écrivain, fan de rock, ancien critique à Best.

Ce n’est pas toujours dans les œuvres qu’il voudrait majeures, léchées, travaillées, capitales, que l’écrivain donne le meilleur de lui-même. Le romancier confirmé peut encore surprendre son lecteur, entraîner son adhésion, sa passion brûlante, au détour d’un court récit intime, d’une nouvelle sous forme de confession où il s’abandonne, où il lâche prise, où il ne «fait pas l’écrivain».C’est Paul Léautaud avec Amours. C’est Patrick Besson avec 28, rue Aristide-Briand. C’est Henry Miller avec J’suis pas plus con qu’un autre. C’est Dumas avec ses récits de chasse. C’est Michel Embareck avec Rock en vrac. Embareck, c’est une patte. Un style. Une écriture hérissée comme la crête d’un punk à chiens. Le rythme du trépignement rageur de l’enfant que Céline eût fait à Nancy Spüngen, regrettée petite fiancée de Sid Vicious.

Ancien critique à la meilleure revue de rock français (Best), aujourd’hui chroniqueur sportif à Libération, Michel Embareck nous donne à lire ses rencontres avec «des caïds du rock et du roman noir». C’est souvent brut de décoffrage, sans afféterie, urgent, énergique et, parfois, non dénué de poésie urbaine. On y retrouve quelques fantômes adulés, mythiques, qui continuent de hanter les mémoires de ceux qui ont eu le privilège de les croiser: Christian Lebrun, rédacteur du chef de Best, noyée dans la Manche en1989; Patrice Boutin, directeur de la même revue, tué une nuit d’été de1983 au volant de sa Ferrari. On y trouve aussi la folie des années punk londoniennes : «Le punk, c’est le mai1968 du rock’n’roll.» Les pages qu’il consacre à Rock d’ici, la rubrique du rock français de Best, sont justes, émouvantes et bien vues. Little Bob et Bijou y passent, imprègnent ses mots de leurs riffs. Le chapitre intitulé «La guitare de Bo Diddley» est un régal.On y retrouve l’Embareck et son confrère Jean-Luc Manet en extase devant la gratte Gretsch du maître, et cette chute superbe, des deux mecs fuyants sous la pluie, avec, sous leurs blousons, les programmes des Transmusicales dédicacés par le Diddley. On dirait une chute d’une nouvelle de Vincent Ravalec. Ce livre est bon. Il sonne comme si «le rockabilly s’était jeté dans les bras du blues».Cette phrase est d’Embareck; c’est celle d’un bon écrivain.

PHILIPPE LACOCHE

«Rock en vrac, rencontres avec des caïds du rock et du roman noir», Michel Embareck, L’Écailler rock, 220 pages, 18 euros.