Un retour triomphal

   Bonjour lectrice ! Heureux de te retrouver. La semaine dernière, j’ai été expulsé de ces lieux de haute culture littéraire par Daniel Muraz. Mais c’était pour la bonne cause. Pour annoncer que le marquis, votre serviteur, avait été fait chevalier par la République. On aura tout vu. Me voilà donc de retour, plus vaniteux que jamais, la cravate turgescente raidie par l’amidon de l’auto satisfaction, enivré par mes gloires nouvelles. L’événement, tu t’en doutes, lectrice, ma fée puissamment aimée, fut dignement fêté ; nous n’y reviendrons pas. Les langues se sont déliées. Facebook a chauffé ; Twitter a explosé. N’en ajoutons pas. L’événement fut à l’image du récipiendaire : magnifique. A peine décoré, que je me suis remis au travail, tel un serf avant la libération bolchévique. En sortant de chez une amie très chère, je me suis rué pour l’after du vernissage de l’artiste Tiphai

L'exposition Niki de Saint-Phalle, au Grand Palais, à Paris.

L’exposition Niki de Saint-Phalle, au Grand Palais, à Paris.

ne Buhot-Launay, à la galerie Pop up, rue des Lombards, à Amiens (que je ne quitte plus puisque c’est là que j’avais procédé au lancement de mon livre Les Dessous chics). A peine avais-je salué la maîtresse des lieux, la délicieuse, longue et très brune Mélanie, que je fus happé par quelques rythmes rock’n’rolliens et frénétiques, et me mis à danser comme un damné. Fred Thorel et son nœud papillon en bois en faisait de même.  Quelques jours plus tôt, je m’étais rendu à l’auditorium de MégaCité acclamer Albin de la Simone (tout en discrétion en poésie, en acoustique) et Miossec (tout en force rock et en rugosité fracassée), puis à la Maison de la culture, applaudir Juliette Gréco, toute en grâce, en élégance, qui chantait Brel presque en talk-over d’un bout à l’autre, soutenue par l’immuable Gérard Jouanest, au piano, et Jean-Louis Matinier à l’accordéon. C’était émouvant, fragile comme le temps qui fuit. En compagnie de la dame de mon cœur, je me suis rendu au Grand Palais, à Paris, pour y découvrir l’exposition consacrée à Hokusai (jusqu’au 18 janvier 2015). Je me suis surpris à séjourner plus longtemps devant les œuvres rendant hommage aux poissons (une baudroie, vers le milieu de l’an Bunka, vers 18071813, avec un œil bleu de Prusse ; deux carpes, peintes en 1831, toujours d’un étonnant et tendre bleu de Prusse qui m’eût presque réconcilié avec nos bons amis d’Outre-Rhin et leur dynamique chancelière Angela Merkel). Au même endroit, j’ai apprécié l’exposition des œuvres de Niki de Saint Phalle (jusqu’au 2 février 2015). J’ai beaucoup appris sur cette femme blessée (violée à l’adolescence), révoltée, féministe, anticonformiste, en bute contre son milieu social (issue d’une famille franco-américaine qui descend des Croisés). Dans l’une de ses sculptures, entre pop et art brut, constituée d’un agglomérat de jouets des sixties, j’ai reconnu un singe en peluche, un petit train et un tracteur jaune qui eussent pu être miens, à Tergnier. Alors, mon esprit se mit à se perdre dans mes chères Trente glorieuses aussi belles, aussi bleues (de Prusse) que les yeux translucides et superbes de la jolie Niki.

                                        Dimanche 14 décembre 2014