Nouveaux ennemis, bonsoir!

Je vais encore me faire des amis. Mes goûts cinématographiques ne font pas l’unanimité. Tant mieux. Détracteurs, parangons du bon goût, de la bonne conscience humaniste, j’ai le regret de vous dire que je me suis pompeusement ennuyé, l’autre soir, au Gaumont, affalé devant La Jalousie, de Philippe Garrel. Ce film prétentieux, poseur, m’a paru interminable. Lourdingue. Peu crédible. Un côté sous-Eustache qui m’ennuie. Il y plein de sous Eustache au cinéma, comme il y a plein de sous-Céline en littérature. C’est gavant. Le petit Garrel (Louis) se regarde jouer et le nombril par la même occasion. Sa copine, Claudia (Anna Mouglalis) s’écoute parler d’une voix si grave qu’on croirait qu’elle la force. Tout sonne faux. On s’y sent aussi mal que dans un roman de Robbe-Grillet ou que dans une chronique rock du poseur Yves Adrien.

J’ai préféré, de loin, rire avec Valérie Lemercier (toujours au Gaumont) et son 100% cachemire. Aucune prétention dans cette comédie légère, vive, amusante où la Valérie (un régal quand elle se dénude un peu ; très joli corps), Gilles Lellouche et Marina Foïs font des prouesses. Dois-je vous parler d’Avant l’hiver, de Philippe Claudel, avec Daniel Auteuil et Kristin Scott Thomas. Est-ce bien raisonnable? J’aime trop le charme so british et les yeux de Kristin pour être objectif. Mais j’ai passé un moment. Un bon moment, j’en ai passé un autre à la Comédie de Picardie où Le Bourgeon, de Georges Feydeau, était joué dans une mise en scène de Nathalie Grauwin. J’ai encore trop peu d’ennemis dans les arts dramatiques. J’en compterai de nouveaux dans quelques secondes: je préfère de loin les mécaniques hilarantes de Feydeau et de Labiche aux inventions désincarnées et absconses d’un théâtre dit contemporain, moderne (quel affreux mot!).

Christine Manessier, écrivain, fille d'Alfred Manessier, et Olivier Engelaere, éditeur.

Intello, froid, chiant. Le théâtre qui réfléchit m’endort. J’aime celui qui m’émeut ou me fait rire. Il en va de même pour la littérature. Qu’aurait pensé le peintre Alfred Manessier? Certainement peu de bien. Pourtant, j’adore ses œuvres de jeunesse et le livre magnifique que lui a consacré sa fille Christine Manessier, Manessier, Le Crotoy et la baie de Somme, œuvres de jeunesse. Je suis allé le lui dire, à la librairie le Labyrinthe où elle dédicaçait l’ouvrage, en compagnie de son éditeur, Olivier Engelaere.

 

Dimanche 29 décembre 2013