Il pleut sur l’Art déco

       

Francis Crépin, en pleine action, à l'hôtel de ville de Saint-Quentin.

Francis Crépin, en pleine action, à l’hôtel de ville de Saint-Quentin.

Il pleut toujours dans mes chroniques. Je n’y suis pour rien ; c’est comme ça. Il pleuvait donc, ce samedi-là. En compagnie de Lys, j’étais allé à la découverte de l’Art déco, à Saint-Quentin. Notre guide n’était autre que Francis Crépin, carillonneur de la ville. Francis, j’ai fait sa connaissance il y a fort longtemps, à la fin des années soixante-dix. J’étais jeune journaliste à L’Aisne Nouvelle. Plaisir, pour moi, d’arpenter cette ville où j’ai fait des études secondaires, au lycée Henri-Martin. Je découvrais avec un vif plaisir l’Art déco, certes. Mais cette pluie, ce vent, ce ciel bas. Il ne me faut pas grand-chose pour que mon esprit s’égare et se sauve, saute de branche en branche, de souvenir en souvenir, comme un sansonnet effrayé par un matou affamé. Dès la place de l’Hôtel de ville, j’avais l’impression de croiser des fantômes. Jean-François Le Guern, dit Paco, celui que j’appelle Juan dans La promesse des navires, marchant d’un pas vif vers le lycée, en 1971. Aux pieds, il a les mocassins qu’il a achetés au magasin chic de la ville : Marchandise. Je les revois, ses mocassins. « Tout cuir », disait-il avec fierté. Il venait de descendre du bus qui l’avait conduit de Harly, où il résidait (son père était ouvrier chez Motobécane) jusqu’à la station qui devait se trouver en haut de la rue d’Isle, peut être rue de la Sellerie. Je ne sais plus bien. On oublie tout avec le temps qui passe. Au croisement, il y avait une guérite avec un policier qui faisait la circulation. Sa présence m’intriguait. A Tergnier, ma ville, il n’y avait pas de policiers dans des guérites, au milieu des carrefours. De Tergnier, j’en venais. J’avais pris le Dijonnais de 7h21. La gare de Saint-Quentin ; je remontais la rue d’Isle. Paco me rejoignait donc place de l’Hôtel de ville. Il devait pleuvoir. Il pleut toujours dans mes chroniques. Nous foncions vers le lycée. Il commençait à militer à l’Alliance des jeunes pour le socialisme (AJS). Je me souviens des noms des leaders lycéens : Michel Melki (devenu comédien ; nous sommes amis sur Facebook), Agisson, Barbier (qui s’était fait casser la figure par un royaliste, ombrageux mais joyeux, excessif mais sympa ; il n’avait pas apprécié que Barbier, gauchiste, le chatouillât sur ses inclinations peu républicaines), Caullier, Barkerzad. L’AJS sentait 68 à plein nez. Moi, je venais de Tergnier-Quessy-Cité la Rouge, plus Marx que Cohn-Bendit. Je ne savais pas encore ce qu’était l’Art déco ; je le croisais pourtant tous les jours à Saint-Quentin, mais aussi à Tergnier. Toutes ces villes écrabouillées par nos bons amis d’Outre-Rhin, reconstruites dans ce style. J’ai photographié Francis Crépin devant le portrait du carillonneur à la brasserie du Carillon. J’avais également photographié Pascal Lainé, un jour de 2003, à la faveur d’une conférence qu’il avait donnée au lycée technique, pour y parler de son romans La Dentellière. J’ai lu quelque part que Lainé n’aimait plus ce livre avec lequel il avait obtenu le Goncourt en 1974 et qui avait porté ombrage à ses nombreux autres livres. Moi, je l’adorais, ce bouquin dans lequel il pleuvait si souvent. Comme dans mes chroniques.

Dimanche 28 février 2016.