L’allégresse des quasi-morts

Davy Sardou, le fils du chanteur, à l’affiche dans «Hôtel des deux mondes», d’Eric-Emmanuel Schmitt.

Eric-Emmanuel Sch

L’excellent comédien Davy Sardou.

mitt est l’un des meilleurs auteurs du théâtre français. Sa pièce Hôtel des deux mondes en est un exemple. Dans une mise en scène d’Anne Bourgeois, elle sera donnée, sous peu, à la Comédie de Picardie et au théâtre d’Abbeville. Elle explore une échappée introspective entre le monde des morts et celui des vivants. Son cadre? Un hôtel mystérieux. S’y trouvent six personnages dans le coma, accompagnés d’un médecin; ils sont amenés à s’interroger sur leur vie, leur passé, leurs angoisses… Dans la distribution de ce succès d’Eric-Emmanuel Schmitt, figure Davy Sardou, le fils du célèbre chanteur qui, d’après la critique, y excelle. Il a répondu à nos questions.

Une pièce marquante

Il rappelle d’abord que cette pièce a été créée «avec beaucoup de succès» en 1999 et qu’elle fut nommée sept fois aux Molières. «Elle reste l’une des pièces les plus marquantes de l’œuvre d’Eric-Emmanuel», confie-t-il. Il y interprète le rôle de Julien, jeune homme de 40 ans, qui se retrouve dans cet étrange hôtel. Il va y rencontrer des personnages pittoresques, mais surtout y découvrir l’amour et la confiance. «J’aime jouer cet homme qui perd ses repères, qui change, qui évolue vers la sérénité», continue-t-il. Selon lui, Eric-Emmanuel Schmitt est un auteur aux talents multiples: «Sa philosophie et son humanité me touchent particulièrement. Pour un comédien, il est important de pouvoir se reposer sur le texte, il est notre fondation, et l’écriture de Schmitt est très solide.» Il s’agit pour Davy Sardou de sa troisième collaboration avec Anne Bourgeois, «et je peux déjà vous dire que j’attends la quatrième avec impatience. Elle est tout ce que j’aime chez un metteur en scène; elle est calme, sereine et sûre d’elle, faisant entièrement confiance aux acteurs qu’elle engage. Elle est aussi très valorisante, le travail se fait facilement, toujours dans un esprit de troupe, et au service du texte.» Lorsqu’on lui demande si, le fait d’être né dans une famille d’artistes, l’a favorisé ou, au contraire, défavorisé, il répond tout de go: «J’ai eu la chance d’être au contact très jeune de la scène. J’ai aussi eu l’opportunité d’aller au spectacle souvent, cet accès à la culture, au divertissement, m’a sans aucun doute donné ma vocation. Ensuite, on est toujours seul face au public, et il est le seul juge, mais j’ai toujours été entouré et soutenu par ma famille. J’ai l’impression d’être un privilégié mais je crois être passé par toutes les étapes nécessaires pour en arriver où j’en suis aujourd’hui.»

Fasciné par les acteurs américains

Vous venez du monde du théâtre. Vous avez suivi des cours de théâtre à New York. Parlez-nous de cette expérience.

Le cinéma et plus particulièrement les acteurs américains m’ont toujours fasciné. J’ai eu l’occasion de pouvoir partir à New York pour y suivre des cours de théâtre au Lee Strasberg Institute; j’en garderai une expérience de vie extraordinaire et l’apprentissage de la base de mon métier. Mes premiers pas sur scène, je les ai faits sur une petite scène off-Broadway et je ne l’oublierai jamais.

Vous avez joué Shakespeare et Jean Anouilh. Comment avez-vous appréhendé ces deux grands auteurs?

Les grands auteurs sont, pour nous comédiens, les plus valorisants à jouer et peut-être les plus évidents, peut-être tout simplement parce qu’on est porté par un texte d’une telle beauté, d’une telle profondeur, qu’il appelle l’interprétation. Jouer Shakespeare, Molière, Musset ou Anouilh, c’est un bonheur absolu. On devient un vecteur, un simple passeur d’émotions à travers une poésie rare et précieuse.

Vous avez aussi beaucoup tourné pour le cinéma et la télévision. Préférez-vous jouer sur les planches ou être devant la caméra?

J’aime le rythme du théâtre; j’aime l’humilité de recommencer tous les soirs; j’aime qu’il soit exercé de la même manière depuis des siècles. Le cinéma me fascine, mais sa création dépend de tellement d’autres personnes que l’acteur. Comme disait si bien Jouvet: «Au théâtre on joue, au cinéma on a joué.»

Vous avez composé la musique de la chanson «Espérer» pour votre père, Michel Sardou. Avez-vous écrit d’autres chansons?

Non, c’était une heureuse coïncidence. Un jour d’été, mon père était au piano pour composer son nouvel album, une guitare traînait dans le studio; j’ai collé quelques accords et on a trouvé «Espérer»! J’aime beaucoup cette chanson.

Qu’est-ce qui vous plaît particulièrement dans votre métier de comédien?

Tout me plaît dans ce métier, d’ailleurs dans quelle autre profession pouvez-vous dire à votre fille en la quittant le soir: «Papa va jouer!» J’aime ceux qui font ce métier; j’aime le partager; j’aime donner des émotions, des rires, des larmes, aux spectateurs, les distraire de leur quotidien et peut-être, qui sait, les changer un peu pour rendre ce monde meilleur.

Quels sont vos projets?

Nous partirons en tournée avec cette pièce l’année prochaine. J’adore les tournées; je me réjouis toujours d’aller de ville en ville pour présenter notre spectacle et rencontrer des publics et des théâtres différents.

Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

 

François Morel : le « mélancomique »

Ses chroniques sur France Inter

François Morel.

sont délicieuses d’humour, d’impertinence et de mélancolie. Ses chansons le sont aussi. A la fois chanteur, comédien, parolier, écrivain et chroniqueur, François Morel a l’humour littéraire ; il aime les mots. Ce sont des bonbons qu’il suçote avec gourmandise. La langue française est son amie. Il viendra chanter, le 25 avril, à la Maison de la culture d’Amiens. Il a répondu à nos questions.

François Morel, vous allez vous produire, le 25 avril prochain, à la Maison de la culture d’Amiens. Qu’allez-vous nous interpréter ? L’intégralité de votre dernier album, ou d’autres chansons ?

Le gros du spectacle sera effectivement composé des chansons du dernier album, La vie (titre provisoire). Je travaille avec Antoine Salher qui est plus connecté sur le disque, et moi je suis plus connecté sur la scène. Quand je pense à des chansons, je me dis qu’il faut qu’elles puissent présenter un intérêt scénique. Et il y a aura quelques chansons supplémentaires. Il serait étonnant que je n’ajoute pas une chanson de Trénet. Ca bouge assez souvent, le répertoire ; la semaine dernière, nous avons rajouté une chanson qui figurait sur le premier disque. Le plat principal est le dernier disque et de temps en temps, il y a des petits rajouts.

Avec quelle formation allez-vous vous produire sur la scène d’Amiens ?

Il y a aura quatre musiciens. Antoine Sahler qui est le compositeur, sera au piano, à la trompette et au mégaphone. Tous les musiciens sont multi-instrumentistes. Il y a une clarinettistes-saxophoniste qui fait du clavier de temps en temps. Il y a une percussionniste. Il y a aussi un contrebassiste-guitariste (Amos Mah).

Les critiques ont dit que votre dernier disque était à la fois teinté d’optimisme et de mélancolie. Etes-vous d’accord ? Est-ce que le terme de « mélancomique », attribué à Guy Bedos, vous convient, et pourquoi ?

Oui, il me semble que c’est bien Guy Bedos qui ait inventé ce mot-valise. Oui, ça me va pas mal ! J’aime bien passer d’une émotion à l’autre. C’est un spectacle sur la vie ; il y a donc parfois des virages un peu compliqués. Il y a des chansons très lugubres qui suivent des chansons comiques. Il y a des montagnes russes dans ce spectacle. J’aime bien les films italiens ; j’aime bien ce qui mélange les genres.

Vous aimez la littérature aussi. Henri Calet, Emmanuel Bove, sont-ils des auteurs qui vous parlent ?

Beaucoup, oui. Mes amis, d’Emmanuel Bove, c’est magnifique ; j’avais fait une lecture publique de ce roman. J’aimerais bien ae reprendre. C’est parfois douloureux et…

Comment se sont passés les 28 concerts que vous avez donnés, cet automne, au théâtre du Rond-Point, à Paris ? Qu’en avez-vous retiré ?

En gros, excellemment ! (Rires.) Les gens étaient contents ; moi aussi. Ils étaient ravis ; il y a une petite appréhension quand on arrive dans la salle car le fait que je fasse le chanteur ne convainc forcément d’emblée. Il faut rassurer les gens en leur disant que je n’abandonne pas l’humour. Je ne fais pas le contraire de ce que j’ai fait jusque-là. Sur scène, il y a de l’humour, de la comédie ; je prends parfois les chansons comme des petites pièces de théâtre. Il y a de la musique, de vraies chansons. Ca ressemble aussi à un récital. J’ai envie de rendre un petit hommage moqueur au music-hall d’avant. J’ai des images comme ça d’Yves Montand sur scène, dans son rond de lumière. Et les musiciens relégués dans le fond. Je n’avais pas envie que tout le spectacle fonctionne comme ça, mais j’avais envie qu’il y ait des clins d’œil à cet univers-là.

Vous êtes à la fois chanteur, comédien, parolier, écrivain et chroniqueur sur France Inter. Dans quelle activité vous sentez-vous le plus à l’aise ?

Mon vrai espace, c’est quand même la scène. C’est là que je me sens le mieux. Pour faire comédien ou le chanteur. Si j’écris c’est moins pour être lu dans les livres que pour me retrouver sur scène et à avoir des choses à dire. Mon activité principale, c’est la scène.

Le fait de venir d’un milieu modeste (père cheminot ; mère dactylo), et de province, a-t-il influencé votre expression ?

J’adore l’univers qu’a vécu mon père dans son enfance. Je pense aussi que si j’ai un goût pour les mots c’est que ceux-ci ne sont pas venus spontanément. J’ai toujours eu beaucoup d’admiration pour les gens qui s’expriment extrêmement bien. Je n’ai pas le sentiment de m’exprimer toujours très bien dans ma vie. Et si je recherche ça dans mes chroniques ou dans mes chansons, c’est parce que j’ai eu à me battre pour m’exprimer correctement.

C’est la chanteuse Juliette qui a mis en scène votre spectacle. Comment avez-vous travaillé ensemble ?

C’est la deuxième fois qu’elle me met en scène ; j’aime beaucoup ma collaboration avec elle. On s’entend bien ; on est joyeux ensemble. On bosse beaucoup ; elle est rapide. Elle a plein d’idées. Quand les idées ne sont pas bonnes, on les abandonne et on en trouve d’autres. Elle a une très bonne connaissance de ce qui constitue un récital de chansons. Pour l’ordre des chansons, elle m’a apporté beaucoup de choses. Elle a vraiment travaillé sur la mise en scène ; sur les entrées, les départs. Elle a un grand sens musical, même si c’est Antoine qui écrivait, elle avait aussi son mot à dire, et ses sensations étaient très bonnes.

Quels sont vos projets après cette tournée de concerts ?

J’avais eu une commande Jeanine Roze qui est productrice plutôt dans la musique classique ; elle m’avait sollicité pour que je fasse une lecture spectacle autour de Raymond Devos. J’ai fait une première ébauche au Théâtre des Champs-Elysées. Je pense que je vais continuer pour en faire un vrai spectacle.

Et ce serait quand ?

Je ne sais pas car j’ai encore envie de défendre mon dernier album.

                                               Propos recueillis par

                                               PHILIPPE LACOCHE

 

Michèle Torr a bien raison de chanter

    Sa voix enchante. Sa passion reste intacte. Elle est toujours aussi jolie. Elle sera à Abbeville, puis à Albert, vendredi et samedi.

 

Michèle Torr fêtera, demain, son anniversaire à Abbeville.

Sa mère et Edith Piaf lui ont donné l’envie de chanter. Elle a commencé très jeune, dans des radio-crochets. Elle a éclairé par sa blondeur pétillante et champagne nos chères années Yé-Yés. Elle a répondu à nos questions.

Michèle Torr, vous chanterez à Abbeville le vendredi 7 avril, et à Albert, le samedi 8 avril. Quel répertoire allez-vous proposer ?

Oui, c’est le jour de mon anniversaire !

    Le 7 ou le 8 avril ?

Le 7 avril. Le répertoire ? Il y aura bien sûr les chansons que mes fans attendent, en tout cas je l’espère. Des tubes évidemment. J’aime également reprendre des chansons des autres : une chanson de Brel, une autre de Piaf… Quelques reprises. Ce sont des cadeaux que je me fais et que ferai au public.

Les grands tubes des années 60 et 70 ?

Oui, exactement.

Avec quelle formation serez-vous sur scène ?

Les musiciens qui me suivent habituellement en tournée : une rythmique (basse-batterie), deux choristes, piano-clavier, guitare. Je travaille avec ces musiciens depuis longtemps. On est bien ensemble. On aime travailler, s’amuser. Ce sont des amis et de bons musiciens.

Il y a une grande complicité entre vous.

Oui ; ça ne peut être bien que comme ça. On est heureux de jouer ensemble.

Connaissez-vous la Picardie, et particulièrement les villes d’Abbeville et d’Albert ?

Oui, je les connais pour y être passée en concert. Vous dire que je connais bien ces villes, non ; car finalement, on connaît les théâtres et les hôtels. En revanche, je connais le public. Ce public, je ne l’oublie pas ; c’est une région où le public a du talent. Il aime les chanteurs, les artistes. Il aime faire la fête ; c’est en tout cas le souvenir que j’en ai. Je suis heureuse de chanter dans cette région car les gens sont chaleureux. C’est un public qui aime sortir, faire la fête ; qui aime la chanson.

On dit que deux personnes vous ont donné envie de chanter : votre mère et Edith Piaf. Pourquoi ?

Maman chantait très bien et chantait tout le temps. Ou elle sifflait. Elle criait aussi. (Rires.) C’était une Méridionale, très expansive. Quand elle était plus jeune, elle participait à des spectacles ; elle en organisait aussi. Elle participait à des radio-crochets. Jean Nohain, qui avait une émission à Marseille, voulait qu’elle vienne chanter à la radio. Elle aurait aimé faire carrière dans la chanson. Quand elle a vu que moi, sa fille, avais des possibilités et envie, elle m’a beaucoup aidée à mes débuts. Elle est venue à Paris avec moi. J’étais très jeune ; elle ne voulait pas me laisser partir seule. Elle me faisait répéter mes chansons ; elle m’accompagnait dans les concours de chant. Elle y croyait autant que moi.

Quelle profession exerçait votre mère ?

Elle n’avait pas de métier fixe. Elle faisait des travaux saisonniers dans les champs. Cela permettait à mes parents d’arrondir les fins de mois. Mon père, lui, travaillait au PTT. Maman a toujours travaillé de manière diverses : dans les champs, le ramassage des haricots, des tomates ; elle faisait les vendanges…

Pourquoi Edith Piaf a-t-elle si importante pour vous ?

Maman chantait ; on écoutait la radio ensemble. Quand j’ai entendue Edith Piaf, j’étais bouleversée par les fréquences de sa voix. Sa voix me touche toujours. Je chantais du Piaf quand j’étais très très jeune, même si ce n’était pas de mon âge. J’avais envie de chanter ces chansons-là.

Vous étiez donc très jeune ?

Oui. Lors de mon premier radio-crochet, j’avais 6 ans. Je chantais une chanson d’Annie Cordy : « Bonbons, caramels, esquimaux et chocolats ». Un peu plus tard, j’ai commencé à chanter du Piaf. Je faisais des petits spectacles dans la région jusqu’à ce que je gagne ce concours de chant à 14 ans, à Avignon. Cela m’a permis de passer une audition chez Philips et de signer mon premier contrat.

Quelles ont été vos autres influences ?

Brel. Lorsque que j’ai gagné ce fameux concours de chant (« On chante dans mon quartier »), Brel venait quelques jours plus tard chanter sur la place du Palais des Papes, à Avignon. Je suis allé le voir chanter ; on lui a dit que j’avais gagné le concours. On lui a demandé si je pouvais passer en première partie ; il a accepté. Donc, à 14 ans, je passais en première partie de Jacques Brel ! Forte émotion évidemment. Je voyais un géant sur scène. J’avais le trac. Je crois que je n’ai jamais rien vu d’aussi extraordinaire sur scène que Brel !

Vous avez été élevée au grade de chevalier, puis officier des Arts et Lettres. Qu’avez-vous ressentie ?

J’étais fière et honorée. Ma première pensée a été à mes parents qui n’étaient plus là. On est fier pour eux ; on a envie de les appeler et de leur dire… Maintenant, je suis commandeur. Je sais qu’ils auraient été très honorés, très fiers de cette distinction. Moi, je suis flattée.

Vous avez rencontré Sœur Emmanuelle. Dans quelles conditions ? Et vous avez entrepris des actions ensemble.

Je l’ai rencontré dans l’émission de Michel Drucker, sur Europe 1, le matin. Je ne la connaissais pas ; je l’écoutais. Je buvais ses paroles. Et je me disais : « Qu’est-ce que je peux faire ? » A la fin de l’émission, je lui ai dit : « Je vais faire un concert pour vous et pour les Petits chiffonniers du Caire. » J’ai organisé ce concert dans la région parisienne. J’ai été soutenue par Philippe Gildas qui était le producteur de l’émission de Drucker. Nous avons récolté beaucoup d’argent. Grâce à cela, elle a pu décrocher son premier prêt pour construire ces écoles au Caire. Nous ne nous sommes pas perdus de vue ; après j’en ai fait beaucoup d’autres. Ensuite, quand elle monté l’association Orange, pour ces enfants. « Au moins une orange par jour ! ». Elle m’a appelée pour être la marraine de l’association Orange. J’ai fait plusieurs concerts pour elle. Elle m’envoyait des petits mots, des petites lettres. Quand j’ai divorcé, j’ai eu envie d’en parler avec elle, comme on parle avec une maman. Je suis croyante, et j’étais bouleversée… enfin, je voulais divorcer. Est-ce que j’avais le droit de divorcer ? Est-ce que j’allais pouvoir continuer à communier ? Il s’agissait de mon divorce avec Jean Vidal.

Vous soutenez également d’autres associations humanitaires et sociales. Lesquelles ?

Maintenant, surtout de Sclérose en plaque du Pays d’Aix. En effet, mon fils Romain est atteint de cette maladie. Romain avait envie de s’occuper des autres. C’est très important pour lui les relations qu’il a avec d’autres malades. Le 15 juillet, à Pertuis, dans la ville où je suis née, sera organisé un spectacle au profit de la recherche pour lutter contre la sclérose en plaque ; c’est Nicoletta qui viendra cette année. On a eu Dave, on a eu Hervé Vilard, Claude Barzotti, Stone… Ces artistes viennent bénévolement tous les ans ; nous réalisons à chaque fois un bénéfice de quelque 35 000 euros qu’on remet au professeur Pelletier qui est chercheur à la Timone, à Marseille. Il existe aujourd’hui des traitements pour freiner l’évolution de la sclérose en plaque. On ne la guérit pas encore. On ne sait pas d’où vient cette maladie ; les chercheurs sont très actifs et ont besoin d’argent. On ne parle pas assez de cette maladie et les chercheurs ne sont pas assez soutenus par l’Etat.

Parlez-nous de vos derniers albums.

Le dernier album avec les nouveautés, c’était il y a deux ans. Il se nommait Diva ; « Diva » est une chanson d’Alice Dona et de Georges Chelon ; une magnifique chanson de scène que j’adore. D’autres chansons étaient signées par Charles Dumont, Charles Aznavour…  J’ai été gâtée par des auteurs compositeurs de grand talent.

Vous avez travaillez, il y a plusieurs années, avec l’écrivain et l’ex-critique rock Laurent Chalumeau. Etait-ce une belle expérience ?

Oui, bien sûr ! C’était une idée à lui ; il avait envie de m’entendre chanter des chansons country. Il les avait adaptées pour moi en français. Ce fut une très belle expérience ; j’ai eu beaucoup de plaisir à travailler avec lui. Je fus étonné sur le moment, mais j’étais heureuse de cette envie qu’il avait. On a passé en studio des moments formidables.

Quels sont vos projets ?

Je serai en tournée tout l’été avec mon orchestre. En novembre, je partirai en tournée avec Age tendre ; ce sera la croisière. Et à partir de janvier, je referai la tournée Age tendre, dans les villes. Je vais enregistrer à la rentrée ; j’ai envie de reprendre des chansons de mon répertoire. De belles chansons qui sont passées un peu inaperçues et qui, pourtant, sont de belles chansons.

Propos recueillis par

                                                                          PHILIPPE LACOCHE

 

 Patricia Kaas : « Aujourd’hui, tout va bien »

Elle est venue présenter les chansons de son dernier album éponyme, le mercredi 15 février, au Zénith d’Amiens. Interview.

Une voix. Une personnalité. Une aura. Patricia est l’une des chanteuses françaises les plus attachantes. Après son disque hommage à Edith Piaf, sorti en 2012 à l’occasion du 50e anniversaire de la mort de l’artiste, elle vient d’éditer, en fin d’année dernière, un album éponyme d’une grande qualité tant par la puissance évocatrice de son interprétation que par les chansons écrites par divers créateurs. La presse a unanimement loué la force de ce CD. Patricia Kaas a donné

Patricia Kass, dernièrement, à Paris.

un concert le mercredi 15 février, au Zénith d’Amiens. Nous l’avons rencontrée à Paris.

Vos derniers albums remontent à combien de temps ?

J’ai fait deux albums après Sexe fort, sorti en 2003 : Kabaret et Kaas chante Piaf. Deux disques studio. Kabaret était un album consacré aux chanteuses des années Trente, sur lequel il y avait peu de chansons inédites. Et le Kaas chante Piaf sur lequel, bien sûr, il n’y avait que des chansons de Piaf. Ca fait donc treize ans que je n’avais enregistré un album avec mes propres chansons. Quand je sors un album, je pars en tournée presque deux ans ; donc, en fait, il n’y a pas treize ans ; j’étais tout le temps sur la route, et j’ai fait plein de choses.

Ce fut le cas de la tournée autour du disque consacré à Piaf.

Oui, nous avons terminé la tournée en juin 2014. Ensuite, il me fallait un peu de temps pour faire ce nouvel album, trouver les chansons, me préparer ; il n’y avait donc pas eu grand vide. Du tout.

Après la tournée Piaf, vous auriez été victime d’un burn out, selon certains articles. Est-ce exact ?

Ce n’est pas la tournée Piaf ; cela faisait 15 ans, je ne cessais de bosser. Et à certaines périodes de ma vie, j’ai reporté certaines émotions comme le deuil de maman et de papa. On se dit qu’on est fort ; on le compense par autre chose. Le public est là pour vous donner une certaine chaleur. On se dit : « Ca va aller, ça va aller ! » Et puis, ces dix dernières années, j’avais fait une autobiographie (L’Ombre de ma voix, chez Flammarion) ; j’avais fait un télé film (Assassinée) dans lequel je jouais le rôle d’une maman qui perdait sa fille. Emotionnellement, c’était très difficile ; et puis, il y a eu Piaf… Un moment, ça a pété. J’étais épuisée physiquement et psychiquement. Tout cela était beau mais je ne savais pas trop où j’en étais. Il y avait une belle enveloppe, mais à l’intérieur, qu’y avait-il ? Très vite, je me suis fait aider ; je suis quelqu’un qui est dans la construction. Ca a été mieux. Et aujourd’hui, j’ai un nouvel état d’esprit… Les années passent ; je ne me pose plus les mêmes questions. Je me dis : « Qu’as-tu à prouver ? Tu es là depuis 30 ans. » Les gens me suivent. Je sais qu’une chanson ou un album marquent ; mais je me dis aussi que le personnage que je suis doit marquer également. Ca me met donc en confiance. J’ai beaucoup fui dans la vie. Là, en tout cas, aujourd’hui je me suis rattrapée ; et aujourd’hui, tout va bien.

Pourquoi un album éponyme ? Pourquoi ne pas l’avoir nommé ?

Au début, je voulais l’appeler Polyloves car ce disque parle d’amours différentes. Mais quand on reçoit des chansons qui parlent d’inceste ou de femmes battues, on ne parle plus de la même chose. Ensuite, je voulais l’appeler La langue que je parle, mais comme mes albums sortent aussi dans des pays étrangers, ce n’était pas évident. L’album ressemble à la femme que je suis aujourd’hui ; tout cela se reflète dans le choix des chansons, dans ma façon de chanter, de parler, etc. Je me suis dit : « Voilà, ce disque, c’est Patricia Kaas. » De plus, je n’avais jamais eu d’album à mon nom. Voilà la raison.

Vous disiez que vous étiez une nouvelle femme. En quoi ?

En général, je me sens beaucoup mieux avec moi-même.

Amoureuse, peut-être ?

Non, pas forcément, mais amoureuse de la vie, de ma passion. Au début quand je faisais des spectacles, et que je me disais : « Tiens, je voudrais chanter là ou là… » Il y avait toujours un truc qui me faisait comprendre que c’était compliqué. Ou qu’on ne gagnait pas d’argent en allant là. Donc, je me suis mise à produire mes tournées. Ensuite, j’ai produit mes albums. Tu deviens donc « une femme d’affaires ». Je me suis débarrassée de tout ça. Je voulais juste monter sur scène et me dire : « C’est ça ma passion, le partage que j’aime. » Alléger toutes ces responsabilités. J’ai toujours eu une distribution dans une maison de disques, mais là, j’ai signé chez Warner, et Live Nation World pour la tournée, toujours en co-production avec Richard Walter Productions. Je me suis dit que j’avais confiance en moi, que j’avais un meilleur regard sur moi-même. Je parviens à me féliciter, à me dire : « C’est quand même génial ; regarde tout ce que tu as fait… » Je suis devenue plus positive en ce qui me concerne, ce qui, jusqu’à présent, n’était jamais le cas. Peut-être que depuis des années, je vivais à travers l’ombre de maman. Je voulais qu’elle soit fière de moi. Au bout d’un moment, je me suis dit : « J’ai tout donné. Maintenant, il est temps… » Tout à l’heure, vous me parliez du burn out, finalement, c’est la meilleure chose qui me soit arrivée. Comme je suis quelqu’un qui se bat dans la vie, ça m’a beaucoup aidé.

La presse est unanime pour dire que votre dernier album est de grande qualité. Comment a-t-il été conçu ? Quand ? Avec qui ? Où ?

Le fait d’être dans une maison de disque, il y a un directeur artistique, avec qui j’ai passé beaucoup de temps à discuter. On a écouté, ensemble, beaucoup de musiques. Ce n’est pas évident : il y a ce qui vous va, ce qu’on attend de vous. Et ce que vous écoutez, vous. Et faire un mélange de tout ça, ce n’est pas évident. Ce que je voulais surtout, c’était de choisir les chansons sans savoir qui étaient les auteurs-compositeurs. Je ne voulais pas être influencée. Je ne voulais pas avoir peur de me dire : « Comment on va dire pouvoir dire non à cet artiste ? ». Il y a eu, bien sûr, des auteurs que j’ai rencontrés, avec qui on a papoté, qui m’ont écrit la langue que je parle. J’avais envie de travailler avec Arno qui m’a écrit « Marre de mon amant ». Cela faisait dix ans que je lui demandais, il me disait toujours : « Je ne sais pas, je ne sais pas… ». Et puis, là, enfin, il nous a fait cette chanson.

Aurélie Saada, de Brigitte, a également écrit pour vous.

Oui, elle a fait un texte co-écrit avec  Pierre Jouishomme.

Vous vous êtes rencontrées, Aurélie Saada et vous ?

Non, nous n’avons pas eu l’occasion. C’est la chanson « Madame tout le monde », qui est un peu un pont entre la Patricia que les gens connaissent, et qui vous amène à la femme que je suis aujourd’hui, avec un autre état d’esprit. Au départ, je n’étais pas à 100% avec le texte… C’est ça aussi construire un album ; j’ai des textes que j’aimais mais les musiques je ne les aimais pas alors on a fait une, deux ou trois nouvelles compositions. Ou le contraire. On avait de superbes musiques mais les textes, j’accrochais moins. « Madame tout le monde », contenait une légèreté qu’au début je ne sentais pas. J’avais pensé à Ben Mazué au début. Ensuite, le directeur artistique, m’a demandé ce que je pensais d’Aurélie. J’aime bien Brigitte ; c’est premier degré et sensuel en même temps. C’est aussi aguichant. Elle a donc commencé à écrire ce texte. Je l’ai juste croisé une fois car, avant Brigitte, elle travaillait un peu avec mon manager.

D’autres chansons sont plus graves, comme « Le jour et l’heure » qui évoque les attentats. De qui est-elle et quelle est sa genèse ?

C’est Rémi Lacroix qui a écrit la musique. Et le texte est de David Verlant. Je l’ai reçue ; j’ai tout de suite aimé, mais bizarrement, j’ai compris que ce sentiment de bascule je l’avais aussi ressenti dans des choses plus personnelles. La chanson était vraiment écrite par rapport aux attentats. Je l’ai faite un peu changer pour qu’elle ne soit pas uniquement sur les attentats. Je lui ai dit : « Moi tu sais, quand j’ai appris que j’avais perdu mon frère, je me souviens exactement où j’étais. Ce que je faisais. Mon papa, oui… j’étais tout de même assez présente. » On est marqué par les moments difficiles. Je suis incapable de vous dire où j’étais et ce que je faisais quand j’ai appris une bonne nouvelle. J’ai donc voulu que cette chanson parle des attentats mais aussi quelque chose de plus proche. Je voulais que cet album me ressemble.

Votre chanson « La maison en bord de mer » traite d’un thème grave : l’inceste. Pourquoi ce thème ? Est-ce vous qui l’avez sollicitée ?

Je suis arrivée dans le bureau de Bertrand Lamblot, mon directeur artistique. Il m’a dit : « Je sais que tu as un esprit ouvert, tu ne veux pas de barrières. J’ai eu cette chanson pour toi ; je ne sais pas si je dois te la faire écouter ou pas. » J’ai voulu l’écouter. Il m’a dit : « Ca parle de l’inceste. » J’ai écoutée, et je l’ai tout de suite voulue pour l’album. Je lui ai dit : « C’est fini les barrières. Quand tu vas voir un film, tu es touché, ou tu n’es pas touché. » Quand j’ai entendu cette chanson, je me suis dit : « C’est incroyable ! ». Ensuite, j’ai rencontré quelqu’un d’une association. C’est quand même fou qu’il y ait silence autour de sujets aussi importants… Est-ce une timidité ou une arrogance de se dire : « Ca, ça reste en famille. On n’en parle pas. » C’est incroyable en 2017 !… Je trouve que ces deux dernières années, sur ces questions, on fait chemin arrière. On recule. Je ne suis pas une artiste engagée  (en tout cas pas encore ; il ne faut jamais dire jamais…); je ne tape pas sur la table en disant : « Il faut faire quelque chose ! » Mais je suis engagée émotionnellement ; il faut dire que ça existe, qu’on en a tous conscience, que c’est là beaucoup plus que ce qu’on pense.

La chanson « Le Refuge » est dédiée aux jeunes homosexuels. Pourquoi cette chanson ?

Ca, c’était une envie. « Le Refuge », c’est le nom d’une association. Il y a beaucoup de choses avec lequel on embête les homosexuels, le mariage, etc. En fait, qui ça gêne ? J’ai connu cette association par l’intermédiaire de la chanteuse Jenifer. Je ne parvenais pas à croire qu’il existait une association, « Le Refuge » qui accueille les homosexuels rejetés par leurs familles. Je me disais : « On rejette encore ses enfants parce qu’un homme aime un homme ou une femme aime une femme. » Je n’en revenais pas. J’ai demandé à Pierre-Dominique Burgaud – qui m’avait déjà donné « La langue que je parle » -, de m’écrire une chanson là-dessus. On a discuté ; il a carrément pris le nom de l’association. L’association est très contente. Ils l’ont mise sur leur site accompagnée d’une petite vidéo. De plus, je suis concernée indirectement dans le sens où dans ma famille, il y a des homos ; et dans mon public, il y a plein d’homos.

Et Arno, vous vous étiez rencontrés ?

On s’était rencontrés plusieurs fois. J’étais allée le voir en concert. C’est un personnage ; il est rock. Et en même temps, il est hyper timide. Il est drôle. Quand on s’était rencontré, il avait peur. La première fois que nous nous sommes vus pour parler chansons, c’était, je crois, il y a plus de dix ans. On s’était donc rencontré et il prenait un verre, un deuxième verre, un troisième verre… Il me disait qu’il ne savait pas écrire pour les autres. Je lui disais : « Ne pense pas à écrire pour quelqu’un ; écris pour toi. » Et ça ne c’était pas fait. Je crois que c’est la première fois qu’il écrit pour quelqu’un. Là, je l’ai bousculé un petit peu, et est arrivée la chanson « Marre de mon amant », qui est géniale. Je ne l’ai pas dirigée, car je ne voulais pas ; c’est un peu « Mon mec à moi » d’aujourd’hui. « Mon mec à moi » c’était plus l’adolescente. Là, je dis, après ces années : « Tu peux toujours parler… marre de mon avant. » Voilà. Il y a aussi un côté provocant dans « Marre de mon amant ». Il y a des allusions sexuelles. Et j’aime ça, chez Arno. Il m’a appelé, très timidement pour me dire : « C’est bien ce que tu as fait avec la chanson. »  Autre belle rencontre, c’est Ben Mazué. « Adèle », quelle belle chanson ! J’avais rencontré Ben car il avait fait le texte de « Sans nous ». J’aimais bien ; on a déjeuné ensemble et même pas 48 heures plus tard, est arrivée « Adèle ». L’atmosphère de cette chanson est due aux arrangements. Il y a ce chanteur guitariste anglais qui s’appelle Fink, que j’adore ; je l’avais moi-même contacté par Facebook. Je me disais qu’il n’allait jamais répondre ; et il a répondu. Je lui ai dit que mon rêve serait de faire un album ; il m’a dit : « Faisons-le ! » On était déjà en train d’enregistrer ; il a fait quatre chansons.

Vous êtes issue d’un milieu modeste. Vous venez de Moselle qui a trinqué en matière sociale. Les politiques ne lui ont pas fait de cadeaux. Quel regard portez-vous sur tout ça ?

Politiquement, je n’ai pas trop de point de vue. Economiquement, un peu plus parce que dans ma famille, il y a des mineurs ; je ne suis pas sur place, c’est difficile. Avant, déjà, les mines fermaient ; et là-bas, c’est ça, les mines ; il n’y a pas d’autre travail. C’est effectivement une région qui a un problème par rapport à l’emploi.

Avec quelle formation serez-vous à Amiens, sur scène ?

Aujourd’hui, j’en sais un peu plus car on a fait cinq concerts. On a commencé la tournée. Il y a cinq musiciens (batterie, basse-contrebasse, clavier, guitare-violon, clavier-guitare). Les arrangements ont été faits par Frédéric Elbert. Supers arrangements, sans bousculer les anciens arrangements, mais en leur donnant un petit coup de dynamique. Beaucoup de chansons lentes. Et des pics qui donnent une certaine énergie. Kabaret et Piaf, c’était plus un spectacle ; là, c’est plus un concert. J’enchaîne des chansons anciennes et des nouvelles auxquelles j’ai envie de donner vie car c’est ça aussi : les faire découvrir, les emmener avec moi pour la première fois. J’ai dessiné les décors car j’aime bien faire ça. C’est un peu élégant, un peu chic. Je recherche le, positionnement des musiciens ; il y a aussi une grosse ampoule très spéciale sur scène. Et un lustre très moderne. En même temps, je veux que ce décor soit un peu roots. Mais avec une certaine élégance ; j’ai toujours aimé ce côté fille, femme. Voilà. Après il faut que ça se simplifie. Sinon, ça fait trop construit. C’est pour ça aussi qu’on fait des dates de rodage. Car quand on fait des répétitions dans une salle vide, la réaction du public, on ne la connaît pas. Quand on se retrouve devant le public, on comprend si l’enchaînement des chansons est bon. Depuis, on a changé deux ou trois chansons de place. Je crois que c’est un spectacle qui est dynamique et dans l’émotion aussi. Je crois que les gens me redécouvrent à nouveau car en faisant des spectacles comme Kabaret et Piaf, ce n’est pas que les gens m’avaient perdue, mais j’étais allée ailleurs. Ils sont contents car ils me retrouvent avec, en plus, des années d’expérience. Les gens me disent : « Tu chantes mieux que jamais ! » Il vaut mieux que ça aille dans ce sens-là.

                                               Propos recueillis par

                                              PHILIPPE LACOCHE

Hélène Delavault : « L’acte vocal est une prise de parole »

La chanteuse donnera son spectacle « Apocalypse-Café, Paris-Berlin années

Hélène Delavault. Photo : P. Dietzi.

20 », à la Maison de la culture d’Amiens les 3, 4 6 et 7 février prochains. A ne pas manquer.

Chère Hélène Delavault, qu’est-ce qui vous plaît dans le genre cabaret ?

Quelque part, le mot cabaret est un peu trompeur. En fait, je chante des chansons de cabarets, chantées pendant la République de Weimar à Berlin, et des chansons françaises de la même époque. Il ne faudrait pas que les spectateurs viennent avec l’impression qu’ils vont assister à un spectacle de cabaret dans le style des Folies Bergère. Ca n’a rien à voir. J’utilise aussi des textes du Canard enchaîné de l’époque, et aussi des articles de journalistes, dont l’un, allemand (Kurt Tucholsky) qui écrivait beaucoup de textes de chansons et qui s’est engagé dans une démarche pacifiste après la guerre de 14. Il était très pré-européen avant l’heure ; il était contre les nationalismes. J’ai été frappée de voir en lisant ces textes-là de constater les ressemblances avec les problématiques qui nous agitent en ce moment.

Un peu dans l’esprit de Kurt Weill et des poètes Dada ?

Oui, c’est ça. En même temps, c’est drôle, comique. Mais en même temps, ça fait référence à une certaine démoralisation. Ca commence comme une rigolade, puis ça va vers des évocations de la guerre.

La montée du nazisme est certainement évoquée ?

Oui, c’est comme si ce journaliste allemand l’avait humé dans l’air. Dans les années 20, l’Allemagne n’était pas dans l’euphorie. Ils étaient vaincus, misérables ; ils n’avaient rien à manger. Ils imaginaient qu’il y aurait un petit espoir d’autre chose. Kurt Tucholsky l’a très bien senti dans un texte crépusculaire dans lequel il dit : « On ne sait pas du tout où on va. Toutes nos valeurs sur la famille, la patrie, etc. tout ça s’écroule ; on ne sait pas du tout où l’on va. »

C’est un peu ce qu’on vit actuellement…

Tout à fait. C’est frappant.

En quoi l’esprit de ces artistes de cabaret était-il contestataire ?

J’ai puisé dans certains recueils de textes, dont l’un, en Allemagne, intitulé Moment d’angoisse chez les riches. Ce journaliste, Kurt Tucholsky, a été tenté par le communisme, mais il était irrécupérable et tout de suite il s’est rendu compte que la solution soviétique n’était pas celle qu’il fallait. Le cabaret de Berlin était assez littéraire et politisé, plus que le cabaret français.

Parmi les artistes français de cabaret de cette époque (Fréhel, Damia, Mistinguett, Georgius, Dranem…) laquelle ou lequel préférez-vous ?

J’adore Dranem.

« Le trou de mon quai » est une chanson épatante !

Oui, j’avais même pensé la mettre dans le programme de mon spectacle mais je pense que ça ne serait pas forcément bien passé dans le cadre de la dramaturgie…

Comment avez-vous travaillé pour concevoir votre spectacle ?

Surtout avec les recueils de chansons. Et il y a une vingtaine d’années, j’avais fait un enregistrement de chanson de cette époque-là, que j’avais appelé Les rues de la nuit, et dans lequel j’avais interprété certaines chansons en allemand. Il y avait donc des chansons que je connaissais déjà. Et j’ai des recueils chez moi…

Que tentez-vous-vous de faire passer à travers votre spectacle ? Quelles sont les idées forces que vous véhiculez ?

Quand on élabore un programme, un cherche d’abord les chansons. Ca correspond bien sûr aux pensées qu’on a ; personnellement, je suis de gauche et profondément européenne et pacifiste ; donc, ce ne sont pas des idées très à la mode. J’ai été frappée de voir, que, dans les années 20, – surtout en Allemagne mais aussi en France, notamment dans Le Canard enchaîné – c’était déjà une préoccupation. Ces années-là, correspondent à l’effondrement des idéologies qui ont conduit à la boucherie de 14-18. Cela s’est appliqué non seulement aux croyances politiques, mais aussi à l’évolution des mœurs, notamment en ce qui concerne la condition de la femme qui avait dû assurer la responsabilité de travail, de gestion de famille, etc., pendant la guerre. Parfois, elles ont vécu douloureusement. Certaines ont vu revenir leurs maris ; elles avaient pris des habitudes. Même au niveau du vêtement, pendant la guerre on a abandonné le corset. Même si c’est le couturier Paul Poiret qui, le premier, a dessiné des robes sans corsets pour les femmes riches, n’empêche que c’était déjà dans l’air. Je cite deux très courts textes de Colette, sur le désir amoureux, dont elle parle comme d’une addiction. Je couple ça avec deux chansons très sentimentales sur l’amour ; l’une parle de l’amour heureux, l’autre qui parle de l’amour qui n’est jamais heureux (« Toutes les histoires d’amour qui finissent mal… »,  comme dit une autre chanson). Il y a d’autres chansons qui sont sur le retour du militarisme. La première chanson que chante Romain Dayez évoque le fait que la guerre est finie et on cherche des souvenirs ; on cherche des casques et tout ça. C’est sur l’air de « La Madelon ». Et ça dit : « Tant qu’on pourra boire un coup et pincer le menton des filles, tout ira bien ; ça n’a pas d’importance que les Boches ne paient pas leurs dettes et que les Soviétiques nous menacent. Les ouvriers peuvent bien se mettre en grève mais tout ira bien. » Et ça se termine par un texte de 1920 de Kurt Tucholsky. Les années 20, c’est aussi le mouvement Dada. Il y a aura dans le spectacle des petits objets un peu dérisoires. Mon spectacle est très gai, très marrant avec un côté un peu dingue, et en même temps ça dit des choses extrêmement grave.

On dit que vous n’hésitez pas à faire sauter les différents verrous des genres musicaux. Est-ce vrai ? Et comment procédez-vous ?

Je suis d’éducation très classique. J’ai appris à chanter le lyrique mais ça fait trente ans que je chante des chansons. Je n’ai pas encore chanté vraiment de musiques rock car ça ne m’intéresse pas. Et je trouve qu’il n’y a pas toujours trop de musique là-dedans et parfois les textes… enfin, bref !  C’est pour cela que je me suis tournée vers les chansons de ces années-là. Il y avait des textes marrants et des mélodies. Mais on les chante de façon différente. J’ai un jeune partenaire, Romain Dayez…

Sur scène, vous serez donc en compagnie de Romain Dayez (chant) et Cyrille Lehn (piano). Qui sont-ils ?

Ce sont deux hommes jeunes. Je suis entouré de deux beaux jeunes gens. Cyrille est professeur de piano, mais il est aussi arrangeur. Il vient d’arranger un disque de Nathalie Dessay ; il est aussi professeur d’harmonie au Conservatoire national supérieur de Paris. Romain, c’est un chanteur lyrique très atypique. Je l’ai découvert Quand il venait de sortir du conservatoire, l’an passé. Il avait un parcours libre à faire en tant qu’étudiant ; il avait monté tout un parcours avec de la musique classique et des chansons. Je l’ai trouvé tellement merveilleux (il a une présence sur scène, un talent de comédien, et il est drôle), que j’ai voulu travailler avec lui. Notre but n’est pas du tout de faire de la démonstration vocale.

Vous avez fait des études de lettres et des études musicales. Vous sentez-vous plus littéraire qu’artiste musicale ou chanteuse ? Ou l’inverse ?

C’est complètement lié ; j’ai du mal à répondre à cette question. Je suis fan de musique depuis que je suis toute petite. Je jouais du piano et voulais jouer du Chopin et du Bach. J’ai découvert l’art du chant, non pas par l’opéra qui ne m’intéressait pas, et la voix en soi ne m’intéresse pas. Mais c’est effectivement transmettre aussi. J’ai découvert le lied  allemand qui est une musique romantique merveilleuse. C’est ça qui m’a décidé à chanter. Pour moi, c’est toujours lié. L’acte vocal est un acte théâtral ; c’est une prise de parole.

Le 6 janvier 1989, votre spectacle « La Républicaine », aux Bouffes du Nord, était attaqué, dit-on, par les Camelots du roi. Vous souvenez-vous de cet incident ?

Je faisais un spectacle autour de Révolution française ; ça s’appelait La Républicaine. Il y avait beaucoup d’humour et ça évoquait la Révolution française et il y avait même une chanson sur Cuba, sur les luttes des peuples. J’avais fait beaucoup de recherches à la Bibliothèque nationale. La Révolution française de 1789 a aboli la censure. Il y avait donc énormément de chansons politiques  – des pamphlets – que les Français écrivaient et se transmettaient sous le manteau. Il y a un ouvrage magnifique d’un historien américain qui se nomme Robert Darnton. Il a étudié toutes ces chansons comme émergeant de l’opinion publique. J’ai donc fait ce spectacle qui était à la gloire de la République. Un soir, j’étais sur la scène des Bouffes du Nord (où il n’y a pas de scène en hauteur). J’ai vu débarquer sur moi des types en blousons de cuir, cagoulés (même pas le courage du visage découvert) ; ils se sont jetés sur moi et m’ont arrosée de gaz lacrymogène. Ils sont sortis de la salle en criant « Vive le roi ! ». Des enquêtes ont été menées par la police ; quelques semaines avant, il y avait eu l’incendie du cinéma Saint-Michel. C’est comme ça qu’ils ont retrouvé mes agresseurs. Trois jeunes types dont l’un était à la limite de la débilité mentale ; il faisait partie d’un groupe qui se nommait la Restauration nationale. Donc, ce n’était pas directement les Camelots du roi. C’était en janvier 1989 ; les socialistes étaient au pouvoir. Toute la presse de droite accusait beaucoup la gauche de faire l’apologie de la guillotine. Cette agression a donc été fortement médiatisée. C’était considéré comme une atteinte à la liberté d’expression ; j’ai reçu plein de soutiens, des tonnes de lettres.

Quels sont vos projets ?

Nous sommes en train, Romain et moi, de concevoir un petit clip pour présenter notre spectacle. Il sera dadaïste ; on essaiera de le mettre en ligne en janvier 2017. Actuellement, ce que je veux, c’est faire tourner ce spectacle. On en a donné une première mouture, dans la maison de l’Allemagne, à la Cité université Henrich Heine. C’était en mars dernier ; ce qui a donné lieu à une très jolie critique dans Le Canard enchaîné.

                                          Propos recueillis par PHILIPPE LACOCHE

 

 

 

 

Avec « La femme rompue », Josiane Balasko joue son premier rôle tragique au théâtre

 

Elle interprétera cette pièce, issue d’un texte de Simone de Beauvoir, mis en scène par Hélène Fillières, le mardi 7  février, à 20h30, à l’espace Jean-Legendre, à Compiègne (Rens. 03 44 92 76 76) et  les 1er, 2, 3 et 4 mars, à la Comédie de Picardie, à Amiens (Rens. 03 22 22 20 20)

Josiane Balasko : « Elle ne me ressemble pas du tout. »

.

Comment est né ce spectacle ? Qui en a eu l’idée ? Hélène Fillières ou vous ?

C’est Hélène Fillières, que je ne connaissais pas auparavant (je connaissais l’actrice mais je ne l’avais jamais rencontrée) ; elle m’a contactée pour me proposer ce projet. Elle avait lu ce texte ; elle avait pensé immédiatement à moi. Ca m’a tout de suite intéressée car c’est un beau personnage, et il y a plein de choses à jouer.

Est-ce qu’on peut dire, sans se tromper, qu’il s’agit de votre premier rôle tragique au théâtre ?

Oui, c’est ça qui m’intéressait aussi : travailler dans un registre que je n’avais jamais pratiqué.

Pourquoi avoir souhaité travailler dans un nouveau registre ?

Pour m’amuser, mais surtout pour mon travail. Il est toujours intéressant de naviguer et d’explorer d’autres terrains. Au cinéma, j’avais déjà joué des rôles plus graves, mais jamais au théâtre. Je trouve que ce rôle-là est fort ; les dialogues sont crus, le texte est violent. Les gens sont surpris, et pensent même qu’on l’a adapté. Non. On n’a pas changé un mot de ce qu’elle dit ; on a raccourci le monologue pour ça tienne en une heure et quart. Mais c’est tout. Les gens rient par moments, car il y a des choses drôles dans la manière dont elle s’exprime. Elle s’exprime très crûment ; elle est parfois d’une très grande mauvaise foi. Il y a beaucoup de choses violentes et cruelles, mais il y a aussi, de temps en temps, des choses violentes de la part de Beauvoir.

Qu’est-ce qui vous a séduite dans ce texte ?

C’est le texte lui-même car il est très moderne ; ce n’est pas un texte intellectuel, intellectuel chiant ; on peut le recevoir sans avoir lu Simone de Beauvoir. Moi, je n’avais pas lu Beauvoir. Je suis en train de la lire, et je suis très fière de faire revivre ce texte d’un écrivain qui a été si important pour la cause des femmes. Voilà.

Dans une interview, vous avez confié que la première fois que vous avez lu le texte, vous auriez dit : « Cette femme est un monstre ! » En quoi est-elle un monstre ?

Oui, j’ai pensé que c’était un monstre ordinaire. Et j’ai travaillé le personnage, et au final, je ne la joue pas comme un monstre. Je la défends.

Vous avez donc de l’empathie pour votre personnage.

Oui, c’est ça. C’est quelqu’un qui souffre, qui est seul. Qui effectivement, n’est pas une sainte, qui est bourrée de contradictions, de défauts, et qui est dans le déni. Mais c’est quelqu’un qui a été façonné par son entourage, par son éducation. Elle est la somme de l’éducation qu’elle a reçue.

Son parcours est très singulier et dramatique. Elle vit seule ; elle a perdu sa fille qui s’est suicidée.

Oui… et elle va passer cette soirée de réveillon au cours de laquelle elle est seule comme un chien, à se justifier, à crier sa rébellion. Elle peut dire tout ce qu’elle veut parce qu’elle est seule.

Cette femme vous ressemble-t-elle ou pas du tout ?

Non, elle ne me ressemble pas du tout ; je ne suis pas dans le déni en permanence comme cette femme. En revanche, j’ai voulu faire passer l’énergie, et ce franc-parler – même si parfois elle est dans la contradiction – avec lequel elle va balancer ce qu’elle ressent sur le moment. Ca peut être choquant, violent. C’est une femme qui a de l’énergie ; les spectateurs me disent à la fin du spectacle : « Vous devez être crevée et effrayée par le personnage ! ». Pas du tout… C’est une battante même si elle perd, même si elle se remémore. Elle continue à lutter. C’est une vraie battante.

C’est aussi et surtout une femme qui souffre.

Oui, bien sûr. Mais elle tient ; elle se tient ; elle résiste à ses souffrances.

Vous avez continué à lire Beauvoir, depuis ?

Oui ; j’ai lu les trois nouvelles ; j’ai lu sa correspondance avec Nelson Algren, son amant transatlantique. C’est magnifique ; c’est très très documenté. C’est très intéressant de connaître son parcours, de savoir comment elle réagissait. C’était la première fois qu’elle rencontrait quelqu’un qui l’épanouissait autant physiquement ; ce n’était pas le cas avec Sartre.

Vous considérez-vous comme féministe ? Dans certains de vos rôles, au cinéma notamment, vous défendez la condition féminine.

Oui, c’est vrai. Dans les années soixante-dix, les féministes c’était : « On coupe les couilles aux mecs. » Je pense que dans ce que j’écris, que ce soit Gazon maudit, ou Cliente. Dans Gazon maudit, c’était la première qu’on mettait en scène, dans une comédie populaire, un personnage de lesbienne qui était sympathique. Dans ce sens-là, je faisais une démarche pour les femmes.

Dans Cliente, en 2008, vous dressiez le portrait d’une femme qui payait les hommes pour assouvir ses besoins.

A l’époque, ça faisait scandale. Ca s’est monté finalement. Et maintenant, des cougars, c’est devenu courant…

Vous avez éprouvé beaucoup de difficultés pour trouver un producteur pour votre film Cliente. Pourquoi ?

C’était un scénario qui s’est ensuite transformé en livre. J’avais une histoire ; j’étais certaine qu’elle était bonne car les raisons qu’on me donnait pour la rejeter n’étaient pas des raisons artistiques, mais des raisons morales et des raisons de censure. Donc, j’ai fait ce livre qui a très bien marché ; on en a vendu 100 000 exemplaires, ce qui m’a permis de monter le film.

C’était le producteur qui était à ce point frileux ?

Oui, le producteur, le distributeur… J’étais étonnée. Et je me suis dit qu’il fallait continuer le combat : « L’histoire existe ; je vais en faire quelque chose. »

Sur scène, La femme rompue, se présente comment ?

C’est une femme qui est assise sur un divan. Elle s’installe sur ce divan ; elle ne va plus en sortir. Ca devient le divan de douleur.

C’est aussi un peu un divan de psychanalyste.

Oui, aussi. Elle fait sa propre psychanalyse. Le spectateur a envie qu’elle quitte ce divan ; mais, non, elle y retourne tout le temps. Ca, c’est une très bonne idée d’Hélène qui a fait une mise en scène très intelligente. C’est, au fond, une femme prisonnière de son divan et de ses pensées. De ses cauchemars.

Quels sont vos projets tant au cinéma qu’au théâtre ?

Au cinéma, je vais tourner dans un film totalement différent (c’est ce que j’aime dans ce métier : on passe d’un film à un autre !) ; un film de Fabien Onteniente qui se nomme 100% bio. C’est un film très drôle où j’aurai Christian Clavier comme partenaire. C’est une comédie. Ensuite, je vais enchaîner avec un film d’Eric Besnard avec qui j’avais tourné Mes héros. Ces deux films devraient sortir en 2018. Et je reprends la pièce dans un théâtre que je ne nommerai pas car ce n’est pas encore signé. Car nous avons peu joué cette pièce à Paris et j’ai envie de jouer cette pièce dans la capitale.

Est-il exact que vous avez vécu dans l’Oise, donc en Picardie ?

Oui, c’est exact ; j’ai vécu à Neuilly-en-Thelle. Quand j’étais adolescente, ma mère et ma grand-mère avaient une petite auberge à Neuilly-en-Thelle. J’ai passé sept ou huit ans là-bas. Sinon, je suis déjà allé à Amiens mais je n’y ai jamais joué. Je connais la cathédrale d’Amiens.

Propos recueillis par

                                            Philippe LACOCHE

 

 

Le blues de Michel Pruvot

Dimanche dernier, à MégaCité, à Amiens, Michel Pruvot s’est produit pour la dernière fois avec son orchestre.

Sous sa grande carcasse d’ancien champion cycliste, sa carrure de rouleur, ses cuisses de sprinter, derrière sa voix rugueuse de Picard mari

Michel Pruvot.

time élevé à l’ancienne, Michel Pruvot cache une âme sensible. Dimanche, à MégaCité, à Amiens, il s’est produit pour la dernière fois en compagnie de son orchestre. Ça s’appelelait «La dernière séance». Et il a un peu le blues, notre Mimi national. «On a pris la décision d’arrêter l’orchestre avec mes copains musiciens», explique-t-il, confiant qu’il y a peu, il a subi une délicate opération du dos. Comme il le souligne en page 253 de son excellent livre L’enfant du bal, paru aux éditions du Rocher, après ses «50 ans de carrière» il a animé 8000 bals, 7 millions de personnes ont dansé sur ses musiques. Il a fait vibrer 25 accordéons dans galas, thés dansants, soirées dansantes. Il a composé quelque mille chansons, réparties dans 21 albums, sept 45 tours, 129 CD. Ce n’est pas rien. «Il a des musiciens qui étaient à mes côtés depuis 25 ans», poursuit-il. «Quand j’étais sur France 3, de 1990 à 2001, on assurait 250 galas par an. C’est une page qui se tourne. Après le 1er janvier, je continuerai à me produire en attraction dans des galas à travers toute la France avec les orchestres des régions. Je suis un peu mélancolique, c’est vrai; avec mon orchestre, on était comme des Gitans du musette, comme un grand cirque.» Ça ne ralentit pas son activité pour autant: il vient de sortir un nouveau CD, La fête entre nous, «un album gai, chantant et dansant, pour faire la fête entre amis». On le retrouvera tous les jours à 14h30, sur WEO dans son émission Sur un air d’accordéon. Et il prépare une grande tournée avec Michel Algay, ancien producteur d’Âge tendre et tête de bois, ce à partir de l’automne prochain. Infatigable Michel!

PHILIPPE LACOCHE

 

Lambert Wilson et Yves Montand : la même tessiture pour le même goût des mots

      Le comédien  donnera son spectacle « Lambert Wilson chante Yves Montand », le jeudi 15 décembre, à la Maison de la culture.

Il n’imite jamais ; il reste lui-même. Lambert Wilson possède assez de métier pour ne pas tomber dans les écueils du genre. Les chansons de Montand, il les passe au filtre de sa sensibilité. Lambert Montand ? Yves Wilson ? On  n’est pas loin de ça tant les expressions de ces deux artistes sont proches. On les sent en connivence. Et c’est très bien. Lambert explique sa démarche.

Lambert Wilson, comment avez-vous rencontré l’œuvre d’Yves Montand ? Par quelles chansons ? A quels endroits ? Quand ?

Tout a commencé en 1990. J’étais au cours de mon premier spectacle de tour de chant qui s’intitulait Lambert Wilson chante (de façon assez prétentieuse, du reste ; mais peu importe !). De Montand, j’ai chanté « Les feuilles mortes », « Trois petites notes de musique », etc. En 1997, toujours avec mon camarade Bruno Fontaine, on a fait un spectacle sur la chanson dans le cinéma. Là, nous avions fait d’autres titres de Montand, dont « Amour, mon cher amour », etc. En fait, je me trouvais très bien dans ces chansons, notamment au niveau de la tessiture. (On a exactement la même.) Il y a aussi un goût commun pour les mots et la poésie qu’on peut dire. Lui et moi, nous sommes amoureux des auteurs, des mots, de la poésie. Lui pouvait ne faire que réciter « Barbara », de Prévert, ou la chanter. C’est un endroit où l’on se trouve à mi-chemin entre le jeu et la musique ; c’est-à-dire le lyrisme des mots finalement. Je n’ai pas pensé an terme de tour de chant au départ. L’idée, c’est comme si j’avais vu une photo noir et blanc (avec poursuite) de lui de dos ; lui sur scène. Une affiche, un peu. Je me suis dit  qu’il y avait là une idée, un personnage derrière lequel je pourrais me planquer afin de faire un spectacle théâtral en musique. J’insiste sur le côté théâtral ; je ne voulais pas seulement faire un tour de chant. Je voulais me servir de ce personnage pour le raconter. Ne pas du tout l’imiter mais raconter sa vie par son répertoire. Il se trouve que j’avais mis ça un peu de côté. J’avais rencontré Carole Amiel, sa veuve ; elle m’avait donné sa bénédiction. Mais mes activités dans le cinéma m’avaient happé. Et voilà… Entre temps, les gens de Sony m’ont contacté ; ils m’ont proposé de faire le disque. J’ai dit oui ; on a foncé. Ca a été un petit détour pour arriver jusqu’à Montand. Ce que j’avais alors en tête, c’est ce que je propose maintenant. C’est-à-dire une évocation de Montand comme un acteur qui se raconte. C’est pour cela que je voulais absolument un metteur en scène de théâtre. En l’occurrence il s’agit du directeur du Théâtre national populaire de Villeurbanne (Christian Schiaretti) ; j’ai eu du nez car c’est un artiste qui défend les couleurs du TNP dans son Histoire. Il a fait une salle de répétition Georges-Wilson (mon père) à Villeurbanne. Il a su trouver la connexion entre l’histoire du TNP et Montand qui a chanté pour Vilar, en 1952, à Gennevilliers, en même temps que Gérard Philipe jouait Le Cid.  Il y avait un engagement partagé, un engagement politique clair, très prolétaire ; et ça, ça plaît beaucoup à Christian. Christian m’a aidé à faire le lien grâce à des textes de

L’excellent Lambert Wilson.

Semprun, le grand ami de Montand, qui a écrit des choses magnifiques sur lui, sur son passé ouvrier, sur les grandes rencontres de sa vie (Simone Signoret, Piaf, Marylin, etc.). Sur son engagement politique. Sur sa gloire aussi. A son rayonnement quand les gens sont suspendus à ses lèvres. Son rêve de l’Amérique ; son rêve de fils d’émigré qui eût pu aller en Amérique. C’est toute cette courbe que Semprun évoque. Moi, je dis ces textes entre les chansons.

Une sorte de fil rouge narratif ?

Exactement. C’est ça la différence avec un tour de chant traditionnel. On peut jouer sur les mots : bien sûr que c’est un tour de chant. Je chante trente chansons… ca nous permet de couvrir un panorama très large, qui est le sien. Ca va de chose très évocatrices des années 40 (« Battling Joe » », « Luna Park »…) à des choses très épurées de Prévert (« Les feuilles mortes », « Barbara »…). Et des choses plus engagées comme « Casse-tête », d’après un poème de Gébé, de Charlie-Hebdo, qui avait écrit ce poème sur les violences policières. Mais aussi des chansons comme « Le chant de Partisans », ou encore « Le temps des cerises ».

Est-ce que vous l’avez réellement rencontré ou pas du tout ?

Pas du tout. En revanche, quand j’étais très jeune, j’avais fait un film avec Catherine Allégret qui avait organisé quelque chose. Elle m’avait raconté son effort, son retour d’Amérique. Rencontrer à nouveau l’Amérique, aller chanter à New York où il avait été célébré, ça m’avait plu. Il avait ça en lui ; il fallait qu’il refasse de la musique. C’était mon seul contact avec lui.

Qu’est-ce qui vous fascine en lui ? Le chanteur ? Le comédien ?

C’est son désir d’auto construction. C’est un peu ça qu’on raconte ; c’est l’émigré. Ce n’est pas simplement une nécessité d’adaptation ; c’est un désir de dépassement par la langue française qui est sublimé. C’est ça qui me fascine le plus ; son ambition de vivre le rêve du père, qui est le rêve de l’Amérique. Un truc qui le pousse au cul… Je suis très fasciné par le chanteur, et tout particulièrement le chanteur au milieu de sa carrière, c’est-à-dire les années 60. Là où il est le plus épuré. Je respecte énormément l’acteur qui a une présence incontestable. Dans mon inconscient, je suis très attiré par la fin des années 50 et le début des années 60.

La période compagnon de route du Parti communiste. Période que votre père avait également connue.

Exactement ; c’est là que l’on rejoint l’histoire du TNP. Dans l’après-guerre, il y a un désir d’héroïsme. C’est toute une génération de gens qui ont beaucoup souffert, et de la pauvreté, et de la guerre. Et cette énergie-là me fascine. Ce désir d’héroïsme s’exprime dans le choix des textes. Ce qui me fascine aussi chez Montand, c’est que ce n’est pas une œuvre ni écrite, ni composée. Ce sont ses choix ; il a laissé un ouvrage de choix. Il a marqué au fer rouge des chansons qui sont définitivement associées à lui : « Les feuilles mortes », par exemple. Il est difficile de ne pas penser à Montand quand on écoute cette chanson, même si elle a été chantée dans le monde entier.

Vous chanterez à la maison de la culture d’Amiens le jeudi 15 décembre. Avec quelle formation serez-vous sur scène ?

Bruno Fontaine a réarrangé une deuxième fois. Il aura certains titres en commun avec le disque, mais il a tout de même réarrangé… Il y aura – lui compris- six musiciens. Ce sont des musiciens qui sont aussi à l’aise dans un son classique que dans un style jazz.

Ce ne sera donc pas l’orchestre symphonique qui vous accompagnait et que l’on voit sur certaines vidéos?

Non, ce sera encore autre chose. A un trio jazz (piano, basse, batterie), il a ajouté un violoncelle, un clarinettiste (qui joue toutes les clarinettes) et un instrument inattendu : le cor (et aussi du bugle). C’est vraiment génial. C’est donc un ensemble extrêmement polymorphe dans le son. Parfois, c’est vraiment jazz des années 50, de club ; parfois, on est dans un classique plus épuré (pour « Barbara », pour « Les feuilles mortes »). Dans un son de sonates. La difficulté fut de trouver des musiciens qui étaient souples pour passer d’un style à un autre. Par exemple, le batteur est également percussionniste chez Boulez… Tous ces musiciens sont très polyvalents.

Comment s’est faite la rencontre avec Bruno Fontaine ?

On s’était rencontré car je souhaitais faire un tour de chant ; ce fut une évidence immédiate. C’est très difficile de passer des mains de Bruno Fontaine à celles d’un autre pianiste. Il est aussi à l’aise dans le classique que dans le jazz. Il est plus qu’un accompagnateur ; c’est quelqu’un avec qui on respire.

Vous êtes en totalement connivence.

Oui, c’est fou ! Si nous faisions juste piano voix, nous pourrions ne pas répéter, tellement on se connaît, tellement il connaît la moindre de mes respirations. Artistiquement et humainement, c’est une chance pour nous qu’on se soit trouvés.

Quelles sont vos deux ou trois chansons préférées de Montand ?

J’ai une tendresse particulière pour « Les feuilles mortes » car cela me rappelle des moments-clé de ma vie ; des moments graves, heureux. Ou même très graves. Il y a aussi des chansons de Francis Lemarque qui sont merveilleuses. Bien entendu « A Paris », chanson merveilleuse, difficile à chanter. Et une autre chanson de Francis Lemarque qui s’appelle « Toi, tu ne ressembles à personne ».

Avez d’autres points communs avec Yves Montand en dehors de la tessiture ?

Oui, je pense que nous avons la même utilisation du corps sur scène ; mais attention ; je ne l’imite pas. Je n’ai pas voulu regarder les vidéos. La joie de vivre du corps également. On est à mi-chemin entre la revue, le danseur… c’est une sorte de liberté ; un goût de s’exprimer à travers le corps ; oui, nous avons ça en commun.

Quels sont vos projets ?

Il y a trois films qui vont sortir. Le premier, une comédie, que j’ai tournée avec Juliette Binoche et Camille Pottin; ça s’appelle Telle mère, telle fille. Ca sortira en mars. C’est un film de Noémie Saglio. Ensuite, le 5 avril, je serai dans le film Corporate, un film sur le monde du travail. C’est un film de Nicolas Silhol. Je joue le rôle d’un DRH épouvantable. Et je viens de terminer, en Belgique, le film du romancier Marc Dugain ; il a adapté le livre de Chantal Thomas  qui s’appelle L’échange des princesses, magnifique film d’époque où je joue le roi d’Espagne, Philippe V, le petit-fils de Louis XIV. C’est un film avec Olivier Gourmet.

                                      Propos recueillis par

                                      PHILIPPE LACOCHE

 

 

 

 

Jérémy Ferrari : la pugnacité d’un hypersensible engagé

       Jérémy Ferrari, doté d’un humour noir dévastateur, dénonce xénophobie, racisme, extrémisme religieux et fausse gauche. Méchant ? Non. Hypersensible ? C’est certain. En attendant, il remplit les salles, dégomme le Front national, remet la fausse gauche de Valls en place. Que demande le peuple ? Il sera en Picardie dès mercredi. Entretien.

Vous êtes né à Charleville-Mézières ? Quel est votre poème ou recueil de poèmes de Rimbaud préféré ?

Je ne sais pas si j’ai un poème ou un recueil de poèmes de Rimbaud préféré. En fait, je suis plus admiratif du parcours du poète. Mais, j’avoue que j’aime beaucoup « Le Bateau ivre » ; oui, l’un de ceux que je préfère. Pour être totalement honnête, je ne suis pas un grand fan de la poésie d’Arthur Rimbaud. Je suis plus fan de ses combats, de sa sensibilité, de sa vie, de sa vie rock’n’roll, très très rock’n’rolll. Ceci dit, il y a écrit des poèmes tout à fait remarquables, mais je ne suis pas un grand amateur de poésie en soit.  « Le bateau vivre » m’a le plus marqué. C’est un très joli poème.

Vous avez été serveur, groom, coursier, vendeur de chemises, agent de sécurité, etc. Parmi tous ces métiers, quel est celui que vous avez préféré et pourquoi ?

Je crois que c’était agent de sécurité car je me sentais le plus libre. J’étais dehors la plupart du temps avec deux ou trois collègues. Même si c’était un boulot difficile, je changeais d’endroit tout le temps ; j’ai fait de la surveillance pour les défilés bretons sur les champs Elysées, puis au stade de France. Je me sentais utile en faisant ça. Et c’était stimulant.

Qu’est-ce qui vous a fait quitter cette profession ?

Il ne s’agissait que de boulots alimentaires. J’ai toujours voulu faire de la scène

D’où vous vient cette nécessité de faire rire ?

J’ai toujours voulu faire de la scène depuis que je suis petit. J’avais beaucoup de mal à trouver ma place à l’école ; je ne me sentais pas très à l’aise avec les autres, pas très à l’aise dans ce monde-là. Un jour, un peu par hasard, je me suis inscrit à un cours de théâtre. Je me suis aperçu que j’avais une facilité pour cela. On a besoin de réussir quelque chose pour trouver une place dans la vie surtout quand on est adolescent. Comme à l’école j’étais nul et que j’étais nul au foot, d’un coup j’ai trouvé quelque chose dans laquelle je n’étais pas mauvais. Ensuite, je suis tombé sur un sketch de Pierre Palmade, « Le Scrabble ». J’ai été subjugué par sa performance; je me suis dit que je voulais faire ça. Je suis le fils de commerçants de quartier. Dans ce quartier, j’y ai vu des choses formidables, mais des gens écrasés par la vie. Il suffit de se mettre à l’entrée du commerce pour voir des choses étonnantes ; je me suis donc sensibilisé à tout ça. J’avais déjà une hypersensibilité à la base. J’ai vu des sacrés personnages. J’ai vu plein de trucs que j’ai trouvé injustes ; je me souviens d’un mec qui entrait dans le magasin, et qui s’était mis à croquer directement dans un pain de mie – qui avait encore son emballage –  tellement il avait faim. J’ai donc eu envie de dénoncer certaines choses, certaines mentalités.

Vous êtes engagé à gauche ?

Je n’ai pas de parti politique ; la seule fois où je suis allé voter c’était contre un parti extrême. Le meilleur moyen d’être dans la vérité, c’est de la chercher. Je me dis qu’il n’y a personne qui est dans le vrai perpétuellement. Peu importe le parti politique. J’ai trente ans ; je n’ai jamais vu réellement de différences entre la gauche et la droite. Je n’ai vu que des gens qui avaient envie de garder le pouvoir. J’ai trouvé ça trop décevant. Comme les votes blancs ne sont pas comptabilisés, je ne me déplace pas.

Quand vous dites que vous ne vous êtes déplacé que pour voter contre un parti extrême, on peut supposer que ce parti est le FN ? Pas contre Besancenot, quand même ?

(Rires.) J’ai voté contre le FN, bien sûr.

Quand vous regardez vos prestations sur You Tube, vous trouvez-vous toujours amusant ? Etes-vous critique par rapport à vous-même ?

C’est assez désagréable pour moi de me regarder. Certains de mes sketches me font rire, c’est vrai. Quand on écrit des sketches, c’est qu’ils vous font rire… Mais les trois quarts du temps, je me concentre sur les défauts. Quand j’ai écrit le second spectacle, j’ai voulu écrire quelque chose de mieux que le premier ; il est donc nécessaire de se regarder. Les sketches en duo, je parviens à les regarder et à en rire. Mais les sketches en solo sont pour moi plus difficiles à regarder. Mais c’est obligatoire de se regarder pour s’améliorer.

Comment avez-vous ressenti la discussion vive et franche que vous avez eue avec Manuel Valls ? Avez-vous eu l’impression d’avoir gagné aux points ou de l’avoir mis KO ?

C’est un peu compliqué ; je n’ai pas eu l’impression de victoire mais j’ai eu l’impression que c’était décevant ; ce que je pensais a été confirmé. Si on compte ça en termes de points, l’histoire n’est pas très compliquée. Je lui ai rappelé l’histoire des kamikazes…  Il m’a confirmé que Bongo était à priori un dictateur africain ; puis il m’a parlé du Mali… Sur l’ensemble des sujets abordés, je n’ai pas eu la sensation de me faire moucher ; il a confirmé mes craintes. Malheureusement, j’ai eu raison dans mes raisonnements. Sur la forme, j’ai été un peu maladroit ; je ne me suis pas trouvé parfait mais j’ai parlé avec le cœur.

Quand on compare votre intervention auprès de Manuel Valls à celle de Balavoine auprès de François Mitterrand, qu’en pensez-vous ? Est-ce que ça vous a agacé ?

L’interview de Balavoine, je l’avais un peu oubliée. Je suis allé la voir sur internet. On voit que Balavoine est en colère, et moi, aussi, je suis en colère contre ce gouvernement. On a trop mis les hommes politiques sur un piédestal ; ils constituent une élite, une aristocratie un peu loin de nous et quand on interpelle un ministre, les gens trouvent ça incroyable. Un premier ministre, on peut l’interpeller. Vraiment, vraiment mais vraiment, ils prennent les gens pour des cons ! Quand Manuel Vals arrive sur un plateau télé avec le livre contenant ses meilleurs discours, alors que 130 personnes se sont fait massacrer… Quand on remet la Légion d’honneur à un prince d’Arabie Saoudite, je trouve ça scandaleux. Je suis de plus en plus en colère contre ce gouvernement. Il y a une distance énorme entre le peuple et lui. Le peuple s’y reconnaît de moins en moins. J’étais aussi très en colère contre Sarkozy. Ca fait deux fois en peu de temps qu’on se retrouve avec des gouvernants qui se moquent du monde…

Votre précédent spectacle évoquait les religions. Pourquoi ?

Une minorité de gens et des groupuscules de toutes les religions veulent imposer leurs croyances ; ces gens ont fait beaucoup de mal ; elles ont créé les communautarismes. Je voulais dédramatiser, montrer aux gens qu’il existait des absurdités dans toutes les religions ; l’important en matière de foi, c’est d’appliquer le respect de l’autre… Il est primordial d’accepter la religion ou la non religion des autres. Dans ce spectacle, c’est ce que j’ai essayé de montrer : la nécessité de prendre du recul. Et ne pas oublier qu’on peut avoir tort. Il ne faut pas être dos à un mur quand on veut réfléchir.

Allez-vous manifester cet après-midi (N.D.L.R. : cet entretien s’est déroulé le 9 mars) ?

Non, car je ne serai pas disponible. Sinon, je ne suis pas sûr que j’y sois allé car je suis un peu agoraphobe ; je ne me sens pas à l’aise au milieu de la foule. Je partage le point de vue de Desproges qui disait qu’il n’allait jamais manifester  même s’il se fût agi de défendre ses propres enfants; mais je reconnais que la manifestation est quelque chose de positif ; c’est un droit. Mais je ne me sens pas très l’aise dès que tout le monde fait la même chose. C’est parce que j’ai l’esprit de contradiction…

Cette loi El Khomry, qui bousille les acquis sociaux, émane de la part d’un gouvernement qui se dit de gauche. V

Jérémy Ferrari.

Jérémy Ferrari.

ous ne trouvez pas ça incroyable ?

Je ne trouve pas ça incroyable ni étonnant. On continue sur la lancée de ce gouvernement qui n’a aucune sensibilité pour les gens ; il n’écoute pas le peuple. Au moment où le peuple a le plus de difficultés, le gouvernement durcit encore les choses. Il  est en train d’en remettre une couche. Le lundi, les gouvernants durcissent les conditions de travail ; le mardi, ils donnent la légion d’honneur à l’Arabie Saoudite…

Propos recueillis par

                                                                PHILIPPE LACOCHE

 

En Picardie

Jérémy Ferrari donnera son spectacle Vends 2 pièces à Beyrouth, à Saint-Quentin (02), au Splendid, le mercredi 16 mars, à  20h30. Placement libre assis : 35 €. A Abbeville, Théâtre, le vendredi 18 mars, à  20h30. Placement libre assis : 35 €. Complet. A Amiens, à l’auditorium MégaCité, le samedi 19 mars, à  20h30. Placement libre assis : 35 €. Complet.

Et dans un an, à Margny-lès-Compiègne, au Tigre, le jeudi 16 mars 2017, à 20h30. Placement libre assis : 41 €.

Rens. 03 22 47 29 00.