Je suis jaloux, mais je me soigne

À leur arrivée à la barre, Sébastien et Vanessa (prénoms d’emprunt) détonnent, l’un comme l’autre couverts de tatouages et de piercings. Pourtant leur CV a une banalité de nougat en plein Montélimar. Ils travaillent, elle en atelier, lui dans l’industrie, vivent en pavillon, dans une commune du Vimeu, ont un enfant. Ils ont 26 et 27 ans, se sont connus au lycée à Abbeville et ne connaissent qu’un vrai problème : «Dans notre couple, s’il n’y a pas d’alcool, il n’y a pas de violence » , résume-t-elle.

Lire la suite