L’œuf ou la poule ?

Et à part ça, quoi de neuf ? (Kate Ter Haar sous CC)

Et à part ça, quoi de neuf ? (Kate Ter Haar sous CC)

C’est un débat aussi vieux – et aussi insoluble – que celui de la poule et de l’œuf : faut-il commencer un procès d’assises par l’examen de la personnalité de l’accusé ou par l’étude des faits ? Autrement dit : doit-on d’abord savoir qui l’on juge ou ce que l’on juge ? Lire la suite

AMIENS – ETOUVIE : Procès de sept personnes pour tentative d’assassinat (requalifiée en tentative de meurtre)

31 octobre 2016

Un homme laissé pour mort,  ils s’étaient trompés de cible

AMIENS – Sept personnes comparaissent dès aujourd’hui devant les assises de la Somme pour avoir voulu régler le compte d’un homme sans histoire, qu’ils avaient pris pour un autre.  Lire la suite

Affaire Tahli : viols et agressions sexuelles à Compiègne

PROCES EN APPEL A LAON (AISNE)

17 novembre 2015

Talhi encore condamné à dix-huit ans de réclusion

Comme en première instance, en juin 2014 à Beauvais, Mohamed Talhi, 67 ans a été condamné hier mardi, en appel à Laon, à dix-huit ans de réclusion criminelle dont deux tiers de sûreté. Les jurés de l’Aisne l’ont à leur tour reconnu coupable de deux viols et deux tentatives de viol, à Compiègne, entre janvier 2004 et juin 2005. Au détour du réquisitoire de l’avocat général (qui avait requis vingt ans), on a d’ailleurs appris qu’une autre affaire avait été frappée par la prescription, « encore plus dramatique, puisqu’il y avait un bébé dans le lit ». Lire la suite

Ça vous colle à la peau

3681795603_5bd769739f_o

Tard le soir, dans les palais de justice, traînent des chroniqueurs et des accusés, des victimes et des gens en robe. Tous ont du mal à s’endormir quand ils rentrent chez eux. (photo Matt Brown sous CC)

Je ne vous parlerai pas de Sup de Co. J’en ai soupé de Sup de Co. Soupé, et dîné, et déjeuné, et dormi, et rêvé. Le tribunal correctionnel d’Amiens a passé cinq jours sur ce cas de harcèlement moral. Cinq jours, 58 heures de débat, 201 pages de notes dans le cahier de la greffière, huit articles dans le Courrier. Et tout ce qu’on ne vous a pas dit… La souffrance suinte. Une femme est morte, suicidée sur son lieu de travail, une autre a perdu la voix. L’audience est un défilé de gens cassés, brisés, anéantis.

Lire la suite

Ils sont comme nous

4887528060_16d765a8ab_o

Le chroniqueur n’a pas peur des monstres. Des Hommes, un peu plus. (photo epSos .de sous CC)

C’est donc ça, un monstre… Il a 31 ans, s’habille de noir. 1,75 m pour 75 kg : il est trapu, comme un lutteur. Ses cheveux, noirs également, sont ras. Les traits de son visage semblent avoir été découpés à la hâte, en attente à jamais déçue de polissage. En juillet 2007, une fois de trop, il a cogné sur sa petite fille, âgée de 30 mois, au motif qu’elle ne l’appelait pas papa. Il lui a explosé la vésicule, l’intestin grêle et les reins. Elle est morte, 18 heures plus tard. Il a été condamné mercredi à 20 ans de réclusion. Lire la suite

United colors of contrôle judiciaire

149339030_18000c3083_o

Et la palme de l’ilustration la plus gnangnan du blog est attribuée à… (photo Naughton sous CC)

On est à la cour d’assises de l’Oise, à Beauvais. Sur le banc des victimes : des Antillais, de Creil. Sur celui des accusés : des Arabes, de Creil également. Et au milieu, quelque chose qui cloche : quatre blancs, «normaux » comme disait Coluche. Le père, secrétaire de l’archevêque d’Auxerre (Yonne) ; la mère, professeur en lycée privé ; la fille, étudiante en droit, engagée chez les scouts ; son ami, tendre et si propre sur lui. Lire la suite

Une femme

venezia 2013 118

Priez pour nous pauvres pécheurs, maintenant et à l’heure de notre mort.

Racine et Shakespeare n’arriveront jamais à épater cette jeune femme, croisée et admirée deux jours durant, la semaine dernière, à la cour d’assises de la Somme. Leurs tragédies en vers ou en prose devraient la laisser de marbre car elle a vécu pire, plus fort, plus émouvant, et c’était pour de vrai. Lire la suite

Puzzle

Kevin Dooley

Les pièces du dossier. (Photo Kevin Dooley sous CC)

Un procès d’assises, c’est un puzzle. Ne rêvons pas : on n’en détient jamais tous les morceaux. Il s’agit de matière humaine, pas d’une paire de chatons ou d’une montagne se reflétant dans un lac. N’empêche, quand tout se passe bien, on parvient à révéler au terme des deux, trois ou cinq jours d’audience un paysage ou un portrait reconnaissables.
Sur la table du salon (appelons-la tribunal), de nombreux joueurs sont penchés : magistrats, jurés, avocat général et avocats. Ils doivent faire avec les morceaux que leur livrent les experts en balistique, médecine légale, psychologie ou psychiatrie, ainsi, et surtout, que les enquêteurs. Comme les pièces sont petites, il faut une boîte pour éviter d’en égarer. On l’appelle ordonnance de mise en accusation. C’est le juge d’instruction qui l’emballe. Lire la suite

Perdu dans l’espace temps

En août 2004, à Saint-Ouen, Noël a donné un coup de manche à balai sur la tête de Gisèle. Elle a fait une hémorragie, elle est morte quatre jours plus tard. Il l’aimait depuis 28 ans, sincèrement, mais il la cognait depuis quatre ou cinq, virilement. Lire la suite