« On a bien déterré Montand »

Quand Yamina, une vieille dame de Saint-Sauveur, près d’Amiens, se présente à sa banque en septembre 2014, le guichetier lui annonce que son compte est vide. Stupeur ! Dix-huit chèques, pour un montant de 45 700 euros, ont été émis depuis le début de l’année, pour des montants allant de 1 500 à 6 500 euros. Le bénéficiaire est toujours le même : Nourredine, 36 ans, marié à Nora, 35 ans.

(photo elizabeyth sous CC)

Cette dernière assume parfaitement d’avoir rempli les chèques que Yamina a signés (même si dans un premier temps, l’aînée refuse de le reconnaître et parle de vol).

Et la jeune femme d’expliquer : « Mon mari est tombé par hasard sur elle. Elle lui a dit qu’elle avait des choses à lui dire. Elle lui a appris que son mari, décédé en 1988, était en fait le père de Nourredine. Après, elle nous faisait plaisir. Elle disait qu’elle se sentait redevable… »
« C’est n’importe quoi ! », ne cessera de répéter Yamina, avant de mourir en avril 2016. Depuis, sa fille adoptive – avec qui elle était brouillée à l’époque – porte le flambeau de la partie civile.
L’explication est cohérente. Il faudrait juste comprendre pourquoi, sur la souche, Nora n’a pas écrit son nom mais « gaz », « électricité », « taxi»…
« Parce que Yamina ne voulait pas que les docteurs et les infirmières sachent à qui elle faisait des cadeaux » , a justifié Nora.
L’affaire est jugée en l’absence des prévenus, qui se sont installés dans le Gard. Elle est si confuse que le procureur ne requiert pas de peine, car « l’abus frauduleux est insuffisamment établi ».
M e Zineb Abdellatif s’engouffre dans la brèche d’autant plus aisément qu’elle connaît ce dossier sur le bout des doigts : « Mon père faisait les papiers pour tous les harkis d’Amiens et je l’accompagnais. Yamina, je m’en souviens très bien. C’était une sacrée bonne femme, un caractère bien trempé, toujours une cigarette au bec, ce qui, à l’époque, pour une Arabe, n’était pas si courant. Eh bien tout le monde à Amiens savait que le père de Nourredine n’était pas son vrai père ! Ce n’était pas difficile : il était le seul blond de sa famille ! »
Nourredine et Nora sont pourtant condamnés à dix mois dont quatre ferme, et à rembourser les 45 700 euros à la fille de la vieille dame.
« On va faire appel, maugrée l’avocate. S’il le faut, je demanderai un test ADN. Après tout, on a bien déterré Yves Montand ! »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *