Je suis jaloux, mais je me soigne

À leur arrivée à la barre, Sébastien et Vanessa (prénoms d’emprunt) détonnent, l’un comme l’autre couverts de tatouages et de piercings. Pourtant leur CV a une banalité de nougat en plein Montélimar. Ils travaillent, elle en atelier, lui dans l’industrie, vivent en pavillon, dans une commune du Vimeu, ont un enfant. Ils ont 26 et 27 ans, se sont connus au lycée à Abbeville et ne connaissent qu’un vrai problème : «Dans notre couple, s’il n’y a pas d’alcool, il n’y a pas de violence » , résume-t-elle.

I did’nt mean
Tu hurt you
I’m just a jealous guy
(Eva Rinaldi sous CC)

Or il leur arrive de boire un coup et quand ils sont ivres, leur jalousie maladive – et mutuelle – remonte invariablement à la surface.

Le 15 octobre 2016, la crise a atteint son paroxysme. Il lui a mordu l’oreille et serré le cou, elle a attrapé un couteau de cuisine avec une lame de 20 centimètres et l’a frappé au ventre. Comme le foie était touché, le pronostic vital de monsieur a été engagé. Elle avait deux grammes d’alcool dans le sang ; lui, « seulement » un gramme… Avant d’appeler les secours, elle a confié son enfant à une voisine en délirant: « On s’est battu pendant huit ans, on a réussi, on va partir loin » .
« C’est une fâcheuse habitude » , relève la présidente en notant que Sébastien n’en est pas à sa première morsure. Visages fermés, ils n’ont manifestement pas envie d’en dire davantage aux trois juges qui examinent leur dossier. L’homme fixe le bout de ses Doc Marten’s : «On a dérapé. Maintenant, on est suivi pour ça » . Elle est plus fière, tête haute, regard aussi abrupt que les formes dessinées par son pull moulant. « Aucune idée » , répondent-ils en boucle à toutes les demandes d’explication.
« Vous n’avez jamais songé à vous séparer ? » , leur demande la procureure. Sébastien n’hésite pas : « Non, mais se soigner, oui » .
La présidente consulte l’enquête de personnalité : « Je note que vous pratiquez l’échangisme… » « Ça n’a rien à voir ! » , s’empressent-ils de réagir presque en chœur, accréditant l’idée qu’ils sont ce « couple fusionnel » qu’a décrit leur entourage.
« Quand même, pour des gens très jaloux… » , songe à voix haute la magistrate. La jeune femme ne cille pas : « Justement, on est trop jaloux. Alors on travaille dessus en pratiquant l’échangisme » .
C’est un peu le principe de la vaccination : un procédé consistant à introduire un agent extérieur dans un organisme vivant afin de créer une réaction immunitaire positive contre une maladie infectieuse. Sauf que là, ils ont mis la dose…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *