Droit dans le mur

C’est (encore !) une audience de comparution immédiate ultra-chargée, à Amiens. Cinq dossiers, onze prévenus, en commençant à 14 h 30, ça promet encore des prolongations à la nuit tombée. D’ailleurs le président prévient, au terme d’une affaire initiale où les avocats ont eu le grand tort de faire leur boulot, ni plus, ni moins : « On a perdu beaucoup de temps avec ce premier dossier et on pénalise les avocats qui plaideront tard cette nuit. Donc je préviens qu’il va falloir accélérer».

Just another brick in the wall. (
Open Grid Scheduler / Grid Engine sous CC)

Michel, 23 ans, qui se pointe dans son beau tee-shirt du Barça, est plutôt arrangeant puisqu’il demande un renvoi de son jugement. Le président sourit puis déchante : Michel a déjà obtenu un renvoi la semaine précédente. Cette fois, pas le choix, il va falloir le juger. Vite, c’est sûr ; bien, on ne peut que l’espérer.

Michel avait obtenu une semi-liberté, début avril, afin de préparer sa sortie de détention . « Fallait pas me sortir, c’était évident que je n’allais pas rentrer », a-t-il confié aux policiers qui l’ont interpellé après qu’il eut commis douze vols à la roulotte dans le centre-ville.
Michel est nerveux, refuse de se lever : « Allez, mets-la, ta peine, ça me saoule » , prévient-il. Le magistrat tente d’instruire le dossier mais Michel explose : « Mets-la, ta peine, t’as pas compris ? Je vous emmerde. Je m’en bats les couilles. » De toutes ses forces, il cogne le plexiglas. Cinq agents de l’administration (et pas les plus fluets) se regroupent pour le menotter. Tous finissent en une mêlée ouverte, avec Michel qui hurle et se débat. « Donne ton bras ! » disent les uns. «Tu me casses le bras, je porterai plainte ! » vocifère l’autre. Dans la salle, personne ne bouge. Il est indécent, le spectacle de ce jeune homme au visage rouge vif, l’écume aux lèvres, qui écopera d’un an ferme en son absence, puisqu’il est difficilement reconduit aux geôles du palais.
« Il me fait de la peine. Dans mon bureau, c’était déjà presque pareil et puis son avocat l’a calmé, et il s’est excusé ensuite. Il fait aussi avec la vie qu’il a eue : vingt-trois familles d’accueil, ce n’est pas courant » , soupire la procureure.
« Mais je ne suis pas un magicien. Il s’autodétruit, il va dans le mur » se désole M e Daquo.
« On ne va pas relever les outrages », glisse le président Manhes. Sur ce coup, il fait vite et bien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *