Le portrait comme un miroir

Le portrait est célébré à Jacquemart-André et au Grand Palais. L’un emmène à Florence, au Cinquecento ; l’autre réunit 130 toiles de Vigée Le Brun (1755-1842).

01- Bronzino - Portrait d Eleonore de Tolede

Portrait d’Eleonore de Tolède par Bronzino, 1522, huile sur toile (Prague, NárodnÍ Galerie © National Gallery of Prague 2014)

Rien n’oblige, évidemment, à enchaîner les deux expositions que réunit le VIIIe arrondissement. Si le cœur vous en dit, tentez l’expérience : comprendre ce qui unit et différencie l’art du portrait à deux siècles et demi d’écart vaut les trente minutes de marche. On en retient que le portrait est avant tout un miroir : d’enveloppe terrestre, certes, mais aussi d’une âme et d’une époque. Lire la suite

L’affaire Mannechez : de l’inceste « consenti » au double meurtre

8 octobre 2014

Le père va de l’inceste au meurtre

Aux assises de l’Oise puis de la Somme, l’inceste consenti dans une famille du Compiégnois avait choqué. Avant-hier, à Gisors (Eure) le père a tué sa fille aînée qui voulait refaire sa vie.

mannechez4

Le garage de Gisors, où le double crime a eu lieu.

Mardi, en fin de journée, Denis Mannechez, 52 ans, un cadre originaire de Béthune (Pas-de-Calais) fait irruption, armé, dans le garage Tenzo autos, dans la périphérie de Gisors (Eure). Il tue d’abord le patron de ce petit atelier, Frédéric Piard, puis il marche vers la dépanneuse où sa fille aînée, âgée de 33 ans, était au volant. Il lui tire deux balles dans la tempe et l’épaule, puis retourne l’arme contre lui, s’en sort malgré tout. « Il est hospitalisé à Rouen. Son état est très critique, les fonctions cérébrales ne sont plus en état », précisait, hier, la procureur de la République d’Évreux, Dominique Laurens. Survivra-t-il à ses blessures ? Lire la suite

Enfants placés, allocations versées

Les parents d’enfants placés en foyer ou en famille d’accueil continuent majoritairement à toucher les allocations familiales. Un scandale d’après des élus qui veulent changer la loi.

CAF (2)La scène a lieu le jeudi 5 février. Séverine comparaît pour des violences devant le tribunal d’Amiens. Elle indique avoir « huit enfants dont six sont placés » puis, au moment d’examiner ses revenus, avoue toucher « le RSA couple (NDLR : presque 1000 euros) et 1300 euros d’allocations familiales ». Mille trois cents ! Stupeur dans la salle. Les avocates vérifient dans les papiers et confirment l’information. Fataliste, l’une d’entre elles lâche : « J’arrête tout de suite de travailler et je vais me mettre à pondre ».
Lire la suite

Jean-Charles Fleury ne perd pas de vue la ligne d’horizon

Image=d-20150214-G3JRC5_highNi Tréportais ni Mersois mais un peu des deux, Jean-Charles Fleury connaît comme sa poche la mer et les marins. Il les a servis au bar de Londres et les guide à la Capitainerie.

Le plus rigolo, c’est que je suis un titi parisien !» On pensait tenir le bon client avec «Charly» et l’on s’apprête à remballer cahier et stylo. Et puis non… Depuis le temps que sa haute silhouette tient de la douane de mer, d’abord à la frontière picardo-normande, à deux pas de la gare, puis dans la cabine de la capitainerie; depuis ces lustres où sa grande gueule et ses cheveux de plus en plus clairs paraissent devoir avertir le marin perdu de quelque écueil, le natif de Vernouillet mérite le qualificatif d’enfant du Tréport. Natif ou pas.

Lire la suite