Un père perdu

Victor, 10 ans, a deux particularités : il est plutôt grand pour son âge et il met un peu de temps à comprendre les consignes. Ce n’est pas un demeuré, loin là, c’est juste qu’il faut « lui expliquer lentement », témoigne sa maman. Christophe, son papa, n’est pas du genre patient. Surtout, il demande beaucoup à ce fils aîné. « Vous comprenez, c’est le premier fils et le premier petit-fils. Qu’il soit un peu en difficulté, ça gâche le tableau. Il faudrait qu’il fasse tout comme un homme sauf que Victor, il a dix ans », complète la mère. Lire la suite

Trop belle pour eux

S’il vous vient à l’idée de rouler en bordure de la route de la légalité (qui va tout droit, évidemment), un bon conseil : évitez de le faire en Porsche. Le fisc s’est, en effet, intéressé aux affaires de Yacine, étonné que cet Amiénois de 33 ans se déplaçât au volant d’une Panamera (valeur à neuf : « à partir de 93 407 euros », nous informe aimablement le site de la marque).

Lire la suite

Comment se procurer le recueil de chroniques Coups de Barre ?

En cent textes, Coups de barre propose de découvrir l’envers du décor judiciaire : moments d’audience pris à la volée ou procès qui n’ont jamais rejoint le flux tumultueux de l’actualité.

Ces chroniques sont parfois anecdotiques ou souriantes, souvent émouvantes et toujours humaines. Elles s’adressent à tous, puisque personne ne peut jurer qu’il ne sera jamais convoqué à la barre d’un Palais de Justice.

Préface de Jacques Pradel (L’Heure du Crime sur RTL)

Tony Poulain, 49 ans, est journaliste depuis 1989, d’abord au Réveil et à Paris-Normandie (Seine-Maritime), avant de rejoindre le Courrier Picard en 2000. Depuis 2010, il y est chargé de la chronique judiciaire, dans les tribunaux de la Somme, l’Oise et l’Aisne.

Comment se procurer ce recueil ?

Sur la boutique en ligne du courrier picard :

http://boutique-courrier-picard.fr/hors-series/66-coups-de-barre-les-chroniques-judiciaires-de-tony-poulain.html

Merci d’envoyer vos nom, prénom et adresse précise à :
La Boutique – Courrier picard
29, rue de la République
CS 41 021 – 80010 Amiens cedex 1

Bien préciser que vous commandez le hors-série « Coups
de barre ».

Si vous le souhaitez, l’auteur se fera un plaisir de vous dédicacer le livre. Pensez à le demander et à spécifier à quel nom (ou simplement prénom) la dédicace doit être adressée.

Merci de joindre un chèque de 12,80 euros (dont 2,90 de frais de préparation inclus) à l’ordre du « Courrier picard ».

Une voie impénétrable

« Bref, c’est toujours la faute aux autres » , finit par soupirer l’avocate générale, quand l’Abbevillois Alexis Padé narre l’histoire de sa vie, ponctuée de « nin-nin-nin » ou de « et tout » , dans le plus pur style banlieusard. Lui et ses deux frères comparaissent devant la cour d’assises de la Somme pour deux tentatives d’homicide. Ils seront condamnés à 15, 10 et 8 ans.

Lire la suite

Droit dans le mur

C’est (encore !) une audience de comparution immédiate ultra-chargée, à Amiens. Cinq dossiers, onze prévenus, en commençant à 14 h 30, ça promet encore des prolongations à la nuit tombée. D’ailleurs le président prévient, au terme d’une affaire initiale où les avocats ont eu le grand tort de faire leur boulot, ni plus, ni moins : « On a perdu beaucoup de temps avec ce premier dossier et on pénalise les avocats qui plaideront tard cette nuit. Donc je préviens qu’il va falloir accélérer».

Lire la suite

A perpétuité

Je m’appelle Dawson. J’avais trois ans et encore cette habitude de me promener tout nu dans la caravane. C’était l’été, après tout, même si de sombres nuages s’accumulaient au-dessus de Roye, ce mardi 25 août 2015. Maman s’occupait de ma petite sœur Lovely. A huit mois, c’est sûr qu’elle avait davantage besoin d‘attention que moi. Papy Mario était venu sur notre campement presque comme tous les jours. Tonton Brandon était là aussi. Papa était en ville, avec un cousin. Lire la suite

Le bouquet qui fait déborder le vase

À la barre, Vincent, 34 ans, dégouline comme une madeleine. L’avocate de sa femme prévient : « Sa propre mère a dit de lui qu’il pleure beaucoup et n’est qu’un manipulateur. »
Le 23 juin 2015, Hélène a poussé la porte de la gendarmerie de Corbie, près d’Amiens dans la Somme, pour expliquer qu’elle subissait depuis 2013 du harcèlement et des violences. « Il la bat et il est grossier, c’est encore pire depuis qu’il a ouvert un bar », ont attesté des témoins. Il admet les coups.

Lire la suite