Conflit de loyauté

Anne-Sophie, 33 ans, a ramené ses cheveux blonds en chignon. Petite et mince, elle s’est vêtue de noir et de blanc pour comparaître devant le tribunal. On l’accuse de violences sur deux de ses trois enfants en 2015 et 2016. Ce n’est pas rien. Elle a l’air fatigué, ne sourit que quand, justement, on évoque ses deux fils et sa fille. Sur le banc des parties civiles, le père de ses deux premiers, Sébastien, solide gaillard avec des tatouages plein les bras, est arrivé d’un air décidé : on va voir ce qu’on va voir. C’est lui qui a porté plainte, après avoir longuement conversé avec le dénommé R., père du troisième, à une époque où ce dernier ne savait plus comment convaincre Anne-Sophie de retirer sa plainte pour violences conjugales (R. est actuellement pensionnaire de la maison d’arrêt d’Amiens).

Lire la suite