Conflit de loyauté

Anne-Sophie, 33 ans, a ramené ses cheveux blonds en chignon. Petite et mince, elle s’est vêtue de noir et de blanc pour comparaître devant le tribunal. On l’accuse de violences sur deux de ses trois enfants en 2015 et 2016. Ce n’est pas rien. Elle a l’air fatigué, ne sourit que quand, justement, on évoque ses deux fils et sa fille. Sur le banc des parties civiles, le père de ses deux premiers, Sébastien, solide gaillard avec des tatouages plein les bras, est arrivé d’un air décidé : on va voir ce qu’on va voir. C’est lui qui a porté plainte, après avoir longuement conversé avec le dénommé R., père du troisième, à une époque où ce dernier ne savait plus comment convaincre Anne-Sophie de retirer sa plainte pour violences conjugales (R. est actuellement pensionnaire de la maison d’arrêt d’Amiens).

Lire la suite

L’intérêt général

Notez bien que je n’ai rien contre Tombouctou, au contraire. C’est juste que ma bagnole a moins de risque de s’y faire rayer… (upyernoz sous CC)

Où est le général de Villiers de la justice ? Je l’ai cherché tout l’été. Le chef d’état-major a fait savoir début juillet le mal qu’il pensait de la ponction de 850 millions d’euros sur le budget 2017 de la Défense. Il a certes été débarqué manu militari du char de l’Etat mais le président Macron, dans la foulée, a annoncé que le pactole des armées augmentera d’un milliard et demi en 2018. Lire la suite

Les petits bâtons

(Christine und Hagen Graf sous CC)

Démanteler un réseau de trafiquants de drogue, ça prend du temps, donc ça coûte de l’argent. Il ne suffit pas qu’un procureur et des policiers soient persuadés que A et B trônent à la tête de la pyramide, que C, D, E et F sont leurs adjoints, et que de G à R sont énumérées autant de petites mains : guetteurs, nourrices, rabatteurs, vendeurs à la sauvette. Lire la suite

Betty doute

Quand Betty pleure, on a bien envie de la croire. Difficile de voir en cette petite blonde une menteuse, ou alors, c’est une sacrée comédienne.
Son procès commence mal. Elle décline son identité et se déclare « née à Saint-Pol sur-Mer ». « Non madame, je suis content de vous l’apprendre, vous êtes née à Dunkerque. Votre casier judiciaire, vierge d’ailleurs, nous l’enseigne », l’informe le président. Betty est si terrorisée qu’elle en convient, même avec réticence. En fait, sa ville natale n’existe plus. Elle a fusionné avec Dunkerque en 2010. La jeune femme a changé de lieu de naissance…

Lire la suite

Qui ne tente rien…

Le 4 septembre 2014, Louidgi et Alexis comparaissaient pour trafic de stupéfiants, dans le quartier Pierre-Rollin, à Amiens (sud-est). Le second partait en prison pour de longs mois mais le premier réussissait à convaincre les juges qu’il n’était dans cette affaire qu’une nourrice, petite main au service d’Alexis ; délinquant, certes, mais un peu victime aussi : il s’en tirait avec quatre mois sous bracelet électronique. Un bien pour un mal, si l’on en croit l’appel désespéré que sa mère adressait à la police trois jours plus tard : « Mon fils m’a téléphoné pour me dire d’amener 500 €. Je sais qu’il est menacé. Allez-y vite ! » L’arrivée des policiers était annoncée par des guetteurs qui, selon les enquêteurs, permettaient à Nicolas et Igor, 33 et 32 ans, de s’enfuir. Seul Jacques, 32 ans, était interpellé devant l’immeuble.

Lire la suite

Reconnaissance de dettes

Il n’y a pas que des « cas soc » à Amiens Nord. Le premier mérite de cette audience du mois de juin est de tordre le cou à cette idée préconçue. Lelia (prénom modifié), belle jeune femme soignée, est pharmacienne, son mari gagne copieusement sa vie, ses parents ont « du bien », comme elle le murmure, pour expliquer les ennuis dont elle fut victime.

Lire la suite

Vu à la télé

Ce lundi-là, six comparutions immédiates sont inscrites au rôle, mais ça commence mal. Jérôme est introuvable, on passe donc à Dorian, qui répond de vols avec violence. A 19 ans, il a déjà été condamné quinze fois mais il ne s’y fait pas. Le tribunal lui parle « efforts de réinsertion », il répond : « Qu’est-ce que tu me casses les couilles avec ta réinsertion, c’est toi qui me la nique ! » Lire la suite

Sujet tabou

Garçon poli, le chroniqueur a soigneusement attendu la dernière minute de la dernière heure du dernier jour de la campagne électorale. Il a écouté, lu et se désespère encore d’entendre parler d’un sujet qui fait partie du quotidien des palais de justice : la drogue.
Cette semaine, on jugeait douze Amiénois d’Étouvie qui pendant au moins trois ans ont gangrené leur quartier. Leur business se chiffre en dizaines de milliers d’euros. Il est question d’importation, d’organisation pyramidale, de règlements de comptes, de loi du silence, de détention d’armes, de blanchiment (dans des commerces et des immeubles, des deux côtés de la Méditerranée). La semaine qui vient, treize personnes comparaîtront à Beauvais et l’on peut déjà parier que l’audience tiendra du copier-coller.

Lire la suite

Un père perdu

Victor, 10 ans, a deux particularités : il est plutôt grand pour son âge et il met un peu de temps à comprendre les consignes. Ce n’est pas un demeuré, loin là, c’est juste qu’il faut « lui expliquer lentement », témoigne sa maman. Christophe, son papa, n’est pas du genre patient. Surtout, il demande beaucoup à ce fils aîné. « Vous comprenez, c’est le premier fils et le premier petit-fils. Qu’il soit un peu en difficulté, ça gâche le tableau. Il faudrait qu’il fasse tout comme un homme sauf que Victor, il a dix ans », complète la mère. Lire la suite

Trop belle pour eux

S’il vous vient à l’idée de rouler en bordure de la route de la légalité (qui va tout droit, évidemment), un bon conseil : évitez de le faire en Porsche. Le fisc s’est, en effet, intéressé aux affaires de Yacine, étonné que cet Amiénois de 33 ans se déplaçât au volant d’une Panamera (valeur à neuf : « à partir de 93 407 euros », nous informe aimablement le site de la marque).

Lire la suite