Qui ne tente rien…

Le 4 septembre 2014, Louidgi et Alexis comparaissaient pour trafic de stupéfiants, dans le quartier Pierre-Rollin, à Amiens (sud-est). Le second partait en prison pour de longs mois mais le premier réussissait à convaincre les juges qu’il n’était dans cette affaire qu’une nourrice, petite main au service d’Alexis ; délinquant, certes, mais un peu victime aussi : il s’en tirait avec quatre mois sous bracelet électronique. Un bien pour un mal, si l’on en croit l’appel désespéré que sa mère adressait à la police trois jours plus tard : « Mon fils m’a téléphoné pour me dire d’amener 500 €. Je sais qu’il est menacé. Allez-y vite ! » L’arrivée des policiers était annoncée par des guetteurs qui, selon les enquêteurs, permettaient à Nicolas et Igor, 33 et 32 ans, de s’enfuir. Seul Jacques, 32 ans, était interpellé devant l’immeuble.

Lire la suite

Reconnaissance de dettes

Il n’y a pas que des « cas soc » à Amiens Nord. Le premier mérite de cette audience du mois de juin est de tordre le cou à cette idée préconçue. Lelia (prénom modifié), belle jeune femme soignée, est pharmacienne, son mari gagne copieusement sa vie, ses parents ont « du bien », comme elle le murmure, pour expliquer les ennuis dont elle fut victime.

Lire la suite

Vu à la télé

Ce lundi-là, six comparutions immédiates sont inscrites au rôle, mais ça commence mal. Jérôme est introuvable, on passe donc à Dorian, qui répond de vols avec violence. A 19 ans, il a déjà été condamné quinze fois mais il ne s’y fait pas. Le tribunal lui parle « efforts de réinsertion », il répond : « Qu’est-ce que tu me casses les couilles avec ta réinsertion, c’est toi qui me la nique ! » Lire la suite

Sujet tabou

Garçon poli, le chroniqueur a soigneusement attendu la dernière minute de la dernière heure du dernier jour de la campagne électorale. Il a écouté, lu et se désespère encore d’entendre parler d’un sujet qui fait partie du quotidien des palais de justice : la drogue.
Cette semaine, on jugeait douze Amiénois d’Étouvie qui pendant au moins trois ans ont gangrené leur quartier. Leur business se chiffre en dizaines de milliers d’euros. Il est question d’importation, d’organisation pyramidale, de règlements de comptes, de loi du silence, de détention d’armes, de blanchiment (dans des commerces et des immeubles, des deux côtés de la Méditerranée). La semaine qui vient, treize personnes comparaîtront à Beauvais et l’on peut déjà parier que l’audience tiendra du copier-coller.

Lire la suite

Un père perdu

Victor, 10 ans, a deux particularités : il est plutôt grand pour son âge et il met un peu de temps à comprendre les consignes. Ce n’est pas un demeuré, loin là, c’est juste qu’il faut « lui expliquer lentement », témoigne sa maman. Christophe, son papa, n’est pas du genre patient. Surtout, il demande beaucoup à ce fils aîné. « Vous comprenez, c’est le premier fils et le premier petit-fils. Qu’il soit un peu en difficulté, ça gâche le tableau. Il faudrait qu’il fasse tout comme un homme sauf que Victor, il a dix ans », complète la mère. Lire la suite

Trop belle pour eux

S’il vous vient à l’idée de rouler en bordure de la route de la légalité (qui va tout droit, évidemment), un bon conseil : évitez de le faire en Porsche. Le fisc s’est, en effet, intéressé aux affaires de Yacine, étonné que cet Amiénois de 33 ans se déplaçât au volant d’une Panamera (valeur à neuf : « à partir de 93 407 euros », nous informe aimablement le site de la marque).

Lire la suite

Comment se procurer le recueil de chroniques Coups de Barre ?

En cent textes, Coups de barre propose de découvrir l’envers du décor judiciaire : moments d’audience pris à la volée ou procès qui n’ont jamais rejoint le flux tumultueux de l’actualité.

Ces chroniques sont parfois anecdotiques ou souriantes, souvent émouvantes et toujours humaines. Elles s’adressent à tous, puisque personne ne peut jurer qu’il ne sera jamais convoqué à la barre d’un Palais de Justice.

Préface de Jacques Pradel (L’Heure du Crime sur RTL)

Tony Poulain, 49 ans, est journaliste depuis 1989, d’abord au Réveil et à Paris-Normandie (Seine-Maritime), avant de rejoindre le Courrier Picard en 2000. Depuis 2010, il y est chargé de la chronique judiciaire, dans les tribunaux de la Somme, l’Oise et l’Aisne.

Comment se procurer ce recueil ?

Sur la boutique en ligne du courrier picard :

http://boutique-courrier-picard.fr/hors-series/66-coups-de-barre-les-chroniques-judiciaires-de-tony-poulain.html

Merci d’envoyer vos nom, prénom et adresse précise à :
La Boutique – Courrier picard
29, rue de la République
CS 41 021 – 80010 Amiens cedex 1

Bien préciser que vous commandez le hors-série « Coups
de barre ».

Si vous le souhaitez, l’auteur se fera un plaisir de vous dédicacer le livre. Pensez à le demander et à spécifier à quel nom (ou simplement prénom) la dédicace doit être adressée.

Merci de joindre un chèque de 12,80 euros (dont 2,90 de frais de préparation inclus) à l’ordre du « Courrier picard ».

Une voie impénétrable

« Bref, c’est toujours la faute aux autres » , finit par soupirer l’avocate générale, quand l’Abbevillois Alexis Padé narre l’histoire de sa vie, ponctuée de « nin-nin-nin » ou de « et tout » , dans le plus pur style banlieusard. Lui et ses deux frères comparaissent devant la cour d’assises de la Somme pour deux tentatives d’homicide. Ils seront condamnés à 15, 10 et 8 ans.

Lire la suite

Droit dans le mur

C’est (encore !) une audience de comparution immédiate ultra-chargée, à Amiens. Cinq dossiers, onze prévenus, en commençant à 14 h 30, ça promet encore des prolongations à la nuit tombée. D’ailleurs le président prévient, au terme d’une affaire initiale où les avocats ont eu le grand tort de faire leur boulot, ni plus, ni moins : « On a perdu beaucoup de temps avec ce premier dossier et on pénalise les avocats qui plaideront tard cette nuit. Donc je préviens qu’il va falloir accélérer».

Lire la suite