Ni Dieu, ni limites dans le dessin

Ni Dieu, ni eux, Tignous. Editions du Chêne, 96 pages, 14,90 euros.

La couverture annonce la couleur et la dénonciation par des dessins – parfois très cinglants – des dérives religieuses de tout poil et de toutes obédiences. Chacune des « grandes religions » instituées en prend pour son grade.
L’église catholique pour son opposition au mariage gay ou ses ambiguïtés quant aux cas de pédophilie de certains membres de son clergé ; l’islam avec ses intégristes radicaux et terroristes (et Tignous réinterprète deux fois le fameux dessin de Cabu qui avait provoqué l’éruption de colère contre Charlie hebdo) ou avec certain aspects rigoristes ; la religion juive à travers son instrumentalisation d’une part par le régime israélien actuel pour justifier l’annexion des territoires palestiniens, mais aussi en faisant un clin d’oeil à l’humour juif – avec notamment une planche très réussie ou le pape et un mollah affichent leur rêve de reprendre le pouvoir tandis qu’un juif traditionaliste souligne qu’eux respectent la démocratie, la preuve: « notre peuple a été élu » ! Même les bouddhistes ne sont pas épargnés (à travers une descente en flammes du Dalaï Lama…), la religion sikh (pour son manque d’humour) et les sectes improbables (pour l’escroquerie financière qu’elles représentent)…

Lire la suite

Légion d’horreur pour les dessinateurs tués de « Charlie Hebdo »

La traditionnelle promotion de la Légion d’honneur de ce 1er janvier s’accompagne, en ce jour, d’une « promotion spéciale » qui distingue notamment les collaborateurs de « Charlie Hebdo », tués en janvier 2015. Humour noir ?

lgion-dhonneur-photo-lmA une semaine de la commémoration prévisible (et sans doute aussi de ses dérives) des attentats contre Charlie hebdo et l’hyper-cacher, l’ordre de la Légion d’honneur, sur proposition du Premier ministre dévoile aujourd’hui une « promotion spéciale » qui distingue les personnes tuées dans « l’accomplissement de leur devoir » lors des attentats de janvier 2015.

Sont ainsi nommés chevalier de la Légion d’honneur les dessinateurs et chroniqueurs de Charlie Hebdo Stéphane Charbonnier dit Charb, Jean Cabut dit Cabu, Philippe Honoré dit Honoré, Bernard Verlhac dit Tignous, Elsa Cayat, chroniqueuse et Mustapha Ourrad, correcteur de presse (Georges Wolinski et Bernard Maris, également tués le 7 janvier avaient pour leur part déjà été distingués comme chevalier de la Légion d’honneur, respectivement en 2005 et en 2014)…

Lire la suite

Charlie hebdo honoré par la bande dans dBD

dBD dessins de presse couvLe mensuel dBD sort un hors série réussi et original, en hommage à Charlie hebdo.

On n’est plus trop « Charlie » en ce moment. Et question « nationale », l’union a un peu laissé placé au Front… Bref, ce hors série (n°14) de dBD paraîtrait presque anachronique. En tout cas, arrivé après la bataille. Et pourtant le résultat est réussi et mérite le coup d’oeil.

Alors, certes, le contenu ne correspond pas vraiment au titre principal de couv’. Même si l’histoire du dessin de presse et son actualité sont rappelées, à la fois synthétiquement et brillamment, par François Forcadell (l’un des spécialistes français du genre et, entre autre, le premier rédac chef de la Grosse Bertha, en 1991). Et les spécialistes y trouvent quelques petites erreurs factuelles (sur l’histoire ancienne de la caricature notamment).

Mais l’essentiel (au deux sens du terme), ici, c’est bien Charlie hebdo et ses dessinateurs assassinés…

Lire la suite

Charlie… encore

Si dans la société, la situation reste calme (hormis l’appel d’un déséquilibré charentais à « décapiter » Charb) après la journée de vendredi, et sa prière hebdomadaire dans les mosquées, la presse continue d’alimenter le buzz autour des caricatures de Charlie Hebdo. Notamment Marianne, qui consacre aujourd’hui un bon dossier aux « fanatiques », et plus particulièrement à la nécessité de défendre le droit au blasphème et celui de ne pas subir les intimidations des fanatiques religieux… de toutes obédiences.

Lire la suite

Charlie Hebdo en toute Humanité

C’est désormais une habitude. L’Humanité ouvre ses colonnes aux dessinateurs satiriques pour son numéro spécial Fête de l’Huma. Voilà deux ans, c’était la bande à Fluide glacial. L’an passé, l’équipe de Charlie Hebdo. Et, cette fois, Charb (rédac chef du précédent) tout seul, comme rédacteur en chef du jour du quotidien communiste.
Dommage qu’un problème de distribution en lien avec la grève chez Presstalis ait perturbé la distribution de ce numéro (finalement trouvable quand même samedi).

Lire la suite