La clé Desonge

Couleurs, Sylvain Escallon. Editions Sarbacane, 144 pages, 18,50 euros.

Voici un album contrasté et intrigant. Comme son prologue montrant une colonne de fourmis qui pensent avoir trouvé un bon chemin pour rejoindre leur fourmilière, un rail immaculé… mais le passage d’un train ne leur laissera aucune chance. Dans ce train, se trouve justement le héros de l’histoire. Un jeune homme, fiévreux, maladif et amnésique se réveille dans un semi-sommeil. En face de lui, un vieil homme se présente. Il se nomme Herman Desonge, il est artiste-peintre et lui explique qu’après la « grande catastrophe », les particuliers viennent suppléer les hôpitaux surchargés ; et qu’il va donc héberger le jeune homme chez lui en échange de menus travaux d’entretien. Pour faire face à ses crises, le jeune homme pourra bénéficier de l’aide d’un médecin, qui lui ouvrira les portes d’une autre perception, révélant son instinct créatif. Mais tout cela n’est peut être pas si désintéressé et généreux que cela…

Lire la suite

Western social entre « compadres »

Compadres, Pierre Colin Thibert (scénariste), Fred Pontarolo (dessin). Editions Sarbacane, 96 pages, 19,50 euros.

Le western revient en force en bande dessinée et il continue d’inspirer.

Octobre1874, dans l’Oklahoma, un voyageur se fait surprendre dans son bivouac par un indien. Mais celui-ci ne le tue pas (comme il avait pu le faire un mois avant d’un capitaine de cavalerie), séduit par la présence d’un violon auprès de cet immigrant solitaire.
Antoine est un ancien Communard en fuite, venu chercher la fortune dans l’Ouest ; Two Moons est lui aussi un solitaire, qui cherche à venger sa famille, massacrée quelques années plus tôt par l’armée. Leur errance va les amener finalement à une mine de cuivre, South Mountain. Two Moons est engagé dans la bande de vigiles chargée de surveiller les mineurs, Antoine est embauché pour ses talents de ferronnier, dans l’atelier de réparation de matériel. Il va découvrir la dure exploitation des mineurs et rencontrer quelques autres proscrits: Stolichine, un anar russe ou Finkelstein, rescapé d’un pogrom en Pologne. Et ils vont tenter d’améliorer leur sort. Mais ils vont faire face à ce monde vraiment « sans foi ni loi » de l’Ouest…

Lire la suite

Scout pas toujours prêt

Totem, Nicolas Wouters (scénario), Mikaël Ross (dessin). Editions Sarbacane, 160 pages, 22,50 euros.

Pas sûr que ce gros album serve beaucoup la cause du scoutisme.
Alors que son petit frère, gravement malade,  doit être hospitalisé, Louis, 12 ans, est envoyé dans un camp scout, au fond d’une forêt profonde. Là, il doit se fondre aux rites du groupe, avec ses brimades, ses bagarres entre les « patrouilles » et trouver sa place, jusqu’au grand moment du rite de la « totemisation », cette sorte de bizutage où Louis prendra son identité de scout en découvrant son animalité. Et, en parlant d’animaux, un léopard échappé d’un zoo se balade aussi dans ces bois, faisant peser un danger sur les scouts inconscients…

Lire la suite

Pereira, poids plume de la résistance au Salazarisme

pereira-pretend_couvPereira prétend, Pierre-Henry Gomont, d’après le roman d’Antonio Tabuchi. Editions Sarbacane, 160 pages, 24 euros.

Adaptation subtile et forte d’un roman à succès d’Antonio Tabuchi.

En 1938, en pleine dictature salazariste, le doutor Pereira est un journaliste vieillissant, veuf inconsolable et solitaire. Depuis une trentaine d’années, il rédige sans passion la page culturelle du Lisboa, quotidien conservateur de Lisbonne. Indifférent aux violences du régime, « bon catholique« , conversant surtout avec le portrait de sa défunte épouse et les affres de sa conscience, il s’interroge sur la résurrection de l’âme et pense avoir trouvé une partie de la réponse chez un jeune écrivain, Francesco Monteiro Rossi, qu’il engage – sans logique véritable – comme collaborateur, sous le prétexte de lui faire rédiger des nécrologies anticipées d’écrivains. Mais emporté par sa fougue et par la ferveur de sa compagne au service des Républicains espagnols, Monteiro livre des textes sulfureux sur des auteurs interdits comme Garcia Lorca ou Maïakovski. Lorsqu’il se retrouvera confronté avec la police politique, Pereira devra, à son tour, prendre position…

Lire la suite

Une auteure qui a du chien

Gurty_couvLe Journal de Gurty, Bertrand Santini. Editions Sarbacane, collection Pepix, 144 pages, 9,90 euros.
Pour la première fois dans l’histoire de la littérature, voici un livre entièrement écrit par un canidé: la malicieuse Gurty. Bien sûr, pour cette entreprise elle s’est fait aider par un humanoïde, à savoir Bertrand Santini. Ce dernier est l’auteur des truculents Yark et Jonas, le Requin Mécanique, tous deux aux éditions Grasset Jeunesse.

Pour son premier ouvrage, Gurty a choisi de raconter ses vacances en Provence

Celles-ci sont truffées d’aventures à quatre pattes. On y croise son amie Fleur, une chienne quelques peu atypique à l’intelligence relative, mais aussi Tête-de-Fesse (du moins, c’est ainsi que que Gurty surnomme le chat des voisins, son ennemi de toujours), l’écureuil qui fait hi hi et tout un tas de choses qui se mangent, qui se reniflent, comme ces petites annonces dans les pipis comme celui au pied d’un réverbère « Superbe Setter Irlandais, 9 ans bien conservé, cherche jolie rousse et + si affinité ». Le tout est rythmé par différentes pensées et perceptions de la réalité d’un canidé…

Lire la suite

La SNCF à bon train au festival d’Amiens avec Pierre-Henry Gomont

Le prix SNCF du Polar sera aux Rendez-vous de la BD d’Amiens, ce week-end, avec son lauréat, Pierre-Henry Gomont.

pierre_henry_gomontUne présence qui tient aussi du retour, puisque le dessinateur de Rouge Karma (l’album primé par la SNCF) était à l’honneur à Amiens, l’an passé, à travers une jolie expo d’originaux et d’aquarelles de ce bel album.

Sur le stand de la SNCF, on pourra également trouver une énigme à résoudre (avec, à la clé, de nombreux lots à gagner), une animation photo où les visiteurs pourront se faire tirer le portrait déguisés en policier, en bagnard, un espace lecture pour découvrir la sélection 2015 des BD en compétition. Et des séances de dédicaces de Pierre Henry-Gomont. Bonne occasion donc de découvrir un album original et atypique…

Lire la suite