Rebond des Rendez-vous d’Amiens au zoo

Les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens jouent les prolongations, ce week-end, au Zoo, avec Cerise et Alex-Imé.

CeriseDébuté une semaine avant le traditionnel week-end (désormais rituellement précédé d’une journée des professionnels), le salon de bande dessinée d’Amiens joue aussi les prolongations, aujourd’hui et demain.

Dans le cadre de l’exposition des Carnets de Cerise, le Zoo d’Amiens s’était associé au festival pour proposer à ses visiteurs de croiser des tirages géants de pages de bande dessinée au détour des allées ou de jouer avec les panneaux interactifs proposés dans le parc.
Ce week-end, les équipes du Zoo d’Amiens organisent plusieurs ateliers avec la dessinatrice Alex-Imé, auteure de bande dessinée, « pour initier petits et grands au dessin animalier et prolonger en famille ou entre amis le week-end du festival« .

Lire la suite

Un Rendez-vous de bande de ciné aussi

Le cinéma Saint-Leu s’associe, comme d’habitude, aux 20e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens. Avec un programme  très alléchant.

affiche-le-combat-ordinaireVoisin – physiquement – du coeur du festival, le cinéma d’art et d’essai Saint-Leu, s’associe chaque année aux Rendez-vous de la bande dessinée. Depuis l’an passé, il en est aussi un des lieux, en accueillant les table-rondes de rencontre avec le public (Régis Loisel et Jean-Louis Tripp, samedi 6 et Marc-Antoine Mathieu, dimanche 7 juin).

Et, bien sûr, il propose un week-end de programmation spécial, en lien avec les thèmes et auteurs de l’année. Un programme particulièrement alléchant et inédit cette fois. Avec tout d’abord l’avant-première du Combat ordinaire, adaptation à l’écran par Laurent Tuel de l’œuvre de Larcenet (samedi 6 juin à 19h30). Et d’autre part un programme de courts-métrages d’auteurs présents au festival, avec La révolution des crabes d’Arthur de Pins (qui allait ensuite se décliner dans une réjouissante trilogie de bande dessinée), l’excellent Superman n’est pas juif et moi un peu (adaptation par son auteur Jimmy Bemon de son album du même nom, auréolé cette année du prix des collégiens samariens) et La Voix de Simone, de Léa Mazé (auteure du très joli Nora), sur un homme amoureux de la « voix » de la SNCF. Ce deuxième programme sera projeté samedi et dimanche à 11 heures et l’entrée est gratuite.

Le « Déhu » prend son temps pour le festival d’Amiens

Les étudiants du DU bande dessinée d’Amiens vont sortir leur deuxième « Déhu ».

David Périmony, étudiant au DU BD d'Amiens présente l'affiche de la couv du prochain numéro du "Déhu".

David Périmony, étudiant au DU BD d’Amiens présente l’affiche de la couv du prochain numéro du « Déhu ».

On avait découvert leur première production l’an passé, sur leur stand du festival. Les élèves du diplôme universitaire de bande dessinée d’Amiens remettent ça cette année. Avec une expo d’oeuvres des étudiants de la première promo, arrivés en 2013 dans cette formation assurée par l’association On a marché sur la bulle et l’Université de Picardie.
Et le « Déhu », leur revue annuelle, sera aussi de retour.
Plus ambitieux, ce numéro 2 sera complètement thématique, orchestré autour du concept du « temps ».
Lire la suite

« Climat de rêverie » avec Marc-Antoine Mathieu

Marc-Antoine Mathieu, début mai, lors de sa venue à Amiens, à l'invitation d'On a marché sur la bulle.

Marc-Antoine Mathieu, début mai, lors de sa venue à Amiens, à l’invitation d’On a marché sur la bulle.

Article du cahier spécial du Courrier picard pour les 20e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, l’entretien avec Marc-Antoine Mathieu (auteur de l’étonnante affiche de cette édition 2015) est aussi disponible en ligne, ici.

L’heure du Gung pour les collégiens samariens

Le prix 2015 des collégiens samariens est désormais connu. Un bon choix, incontestablement !

gung-ho-winLe prix 2015 des collégiens samariens, organisé dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens avec le conseil général de la Somme est désormais connu: Il s’agit du tome 1 de Gung Ho (éditions Paquet), la belle série d’anticipation des Allemands Benjamin Von Eckartsberg au scénario et Thomas Von Kummant au dessin ; série dont le tome 2 est paru voilà quelques semaines.

Pour cette édition, 508 élèves étaient inscrits dans le dispositif, et 434 ont déposé un bulletin dans l’urne soit plus de 85 % de participation (un vote qui ferait des envieux dans d’autres cadres électoraux en ce moment…).

Gung Ho aurait emporté assez largement les suffrages des collégiens samariens, au sein d’une sélection de premiers albums assez riche.

Les cinq autres albums dans la « short list » finale étaient Le Soufflevent, t1: New Pearl (Delcourt) d’Andoryss et Xavier Collette, Alcyon: t.1: le collier d’harmonie (Dargaud) de Richard Marazano et Christophe Ferreira, les Campbell, tome 1: inferno (Dupuis) de José-Luis Munuera, Un été en apnée (Sarbacane) de Max de Radiguès et Choc, t.1: le fantôme de Knightgrave (Dupuis) de Stéphane Colman et Eric Maltaite aux éditions Dupuis.

Toute les classes participant à l’opération seront donc invitées lors du prochain festival de bande dessinée d’Amiens.

 

Marc-Antoine Mathieu à l’affiche à Amiens

Cette fois, ça y est, l’affiche officielle des 20e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens est finalisée et validée. A découvrir ci-dessous en avant-première !

20es_rdv_bd_amiens_mathieu-368x1024L’affiche 2015 des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens est l’oeuvre de Marc-Antoine Mathieu. Elle met une fois encore en scène la cathédrale d’Amiens (édifice forcément souvent à l’honneur dans ce cadre et qui le sera encore plus lors du prochain festival, les 6 et 7 juin prochains).

Après la cathédrale jules-vernienne steampunk de Riff Reb’s s’élevant mécaniquement au-dessus de sa ville, l’auteur des aventures absurdement géniales de Jules-Corentin Acquefacques propose une vraie plongée photographique (comme depuis un drone?) a l’intérieur de l’édifice, à travers la rosace et jusqu’à une statue tenant… une bulle (pas forcément très papale).
Une belle composition, grahiquement magnifique et, signature de Mathieu, bien sur en noir et blanc. Une oeuvre qui rappelle aussi son travail dans son album 3 secondes. Conceptuelle mais très lisible, avec une pointe d’humour décalé, elle reflète en tout cas fort bien son objet.

Lire la suite

Arthur de Pins, parrain de l’ABD à la rentrée et en Picardie avant cela

Après Zep, Arthur de Pins sera à la rentrée prochaine le parrain de la deuxième promotion de l’Académie Brassart-Delcourt, école supérieure formant aux métiers de la bande dessinée.

arthur de pinsL’auteur de La Marche des crabes et de Zombillénium « s’impliquera dans l’accompagnement de chaque étudiant, en prodigant ses conseils de professionnel et en partageant ses expériences d’auteur », soulignent dans un communiqué les éditions Delcourt.

Depuis début février, le recrutement pour la nouvelle cession de trois années d’études est
ouvert (contact@academie-bd.fr) et une journée Portes ouvertes aura lieu le 1er avril.
Seuls 25 dossiers de candidature seront retenus.

D’ici l’automne, on aura l’occasion aussi de voir Arthur de Pins en Picardie.

A deux occasions.

Tout d’abord, fin mars, lors du nouveau festival de la Cyberbulle, à Compiègne, où il proposera une conférence/démo sur le dessin vectoriel.  Puis début juin, lors des 20e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, qui lui consacreront une exposition.

 

En marche vers le festival d’Amiens 2015

2015 sera une année particulière pour les Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, qui fêteront, en effet, leur vingtième édition les 6 et 7 juin prochains. Premières infos.

mam_uneBien sûr, l’actualité (et plus encore celle de la semaine prochaine), c’est le Festival international d’Angoulême, marqué par le trauma des meurtres des dessinateurs de Charlie Hebdo. Mais on commence déjà à avoir des infos aussi sur les prochains Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens… Et cette nouvelle édition picarde s’annonce  alléchante à plus d’un titre.

On avait déjà évoqué le projet d’exposition conjointe entre Craig Thompson et Edmond Baudoin, à la Maison de la Culture. Celle-ci se confirme et devrait rester visible de fin mai à octobre 2015.  Intitulée « Le dessin et la parole », cette expo permettra de suivre leur projet d’album commun, des premières recherches aux planches et mettra en vis-à-vis leurs travaux personnels.

En parallèle, la MACU accueillera une seconde expo, début juin, « contraintes et libertés: réinventer la bande dessinée », mettant en scène 10 dessins de 10 auteurs, français et américains questionnant les codes du neuvième dans l’esprit de l’Oubapo. Une expo concoctée par Matt Madden, lui même l’un des auteurs majeurs du mouvement.

Cette seconde thématique renvoie à l’auteur de l’affiche de l’année 2015 : Marc-Antoine Mathieu. S’il ne fait pas partie formellement de cet ouvroir de la bande dessinée potentielle, l’auteur des aventures de Jules-Corentin Acquefacques n’a de cesse de jouer avec les contraintes, poussant toujours plus loin, l’exercice du 9e art, comme il l’a encore démontré avec son récent album « le sens ». Pour Amiens, il devrait s’attaquer à un nouveau défi : réaliser une affiche… de 24 cases, invitant à une plongée au sein de la cathédrale d’Amiens…

Lire la suite

Cette fois, le festival d’Amiens a commencé !

Les expos sont montées, les bénévoles au taquet, l’inauguration officielle s’est bien déroulée. Les 19e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens peuvent commencer.

Thierry Cavalié, pour le discours inaugural. Et en situation devant la fresque de Joe Sacco.La fameuse "fabrique", innovation de l'année, appelée à s'animer ce week-end.

Et petit aperçu déjà avec quelques images des autres expos pas évoquées hier (entre autre).

Lire la suite

Valérian et Laureline ont atteri à la bibliothèque d’Amiens

Avant-goût des 19e Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, Valérian a déjà débarqué à la bibliothèque Aragon.

Cela sent déjà le festival d’Amiens ! La bibliothèque Louis-Aragon accueille (depuis quatre jours déjà – et jusqu’au 16 août, pas de panique) « Les mondes de Valérian », exposition consacrée à la saga de Pierre Christin et Jean-Claude Mezières. Ce dernier sera présent, mardi 27 mai pour l’inauguration officielle de son expo (tout comme la coloriste Evelyne Tran-Lê), puis lors des Rendez-vous de la bande dessinée du 6 au 8 juin.

En France, après les précurseurs Pionniers de l’Espérance (de Raymond Poïvet et Roger Lecureux, en 1945), Barbarella de Jean-Claude Forest et Les naufragés du temps (du même avec le picard d’adoption Paul Gillon), Les aventures de Valérian et Laureline furent incontestablement la série phare de SF en bande dessinée. Et, surtout… elle l’est quasiment restée depuis (on y ajoutera désormais UWW de Bajram dans une autre dimension).

Depuis leur apparition, en 1967, les deux personnages n’ont en effet cessé d’habiter l’univers de leurs fans. Un univers en perpétuelle expansion (narrative et temporelle), avec deux héros très « modernes », préfigurant le féminisme (le vrai héros, c’est bien Laureline, Valérian étant souvent, derrière le faire-valoir ou l’abruti de service…), des récits mêlant sociologie politique et space opera habités par une faune proliférante (compilée plus tard dans les deux tomes des « habitants du ciel« ). Et cet univers, à la fois loufoque et pleinement cohérent a eu un impact incontestable sur toute une génération – voire plusieurs – d’amateurs de SF… jusqu’à même le George Lucas de La Guerre des étoiles, comme le montre un panneau explicite de l’exposition…

Lire la suite