C’est fort, Apache !

Apache, Alex W.Inker. Editions Sarbacane, 128 pages, 22,50 euros.

On peut saluer le jury du Prix Polar BD SNCF d’avoir mis en lumière Apache. Et on peut noter l’ouverture d’esprit du prix décerné par une entreprise de transports pour un ouvrage qui se déroule dans le huis-clos d’un bar parisien des années 1920 !

Un bar miteux dans lequel s’arrête, à la nuit tombée, un couple bourgeois atypique: une jolie métisse et son micheton, gros homme acariâtre qui attend avec angoisse les résultats des courses de la « Grande nuit de Longchamp », sur lesquelles il espère toucher le pactole. Délaissée, la jeune femme engage la conversation avec le barman, ex-boxeur qu’un coup trop violent lors d’un match truqué à envoyé au bagne. Arrivera ensuite le chauffeur du couple, antipathique et à l’origine de cet arrêt impromptu pour cause d’incident mécanique. Des rebondissements tragiques viendront révéler les liens noués entre tous les personnages…

Lire la suite

Lecture-spectacle du texte de Charb empêchée à Lille : certains donnent de la voix

L’annonce de la déprogrammation du spectacle tiré de l’ouvrage de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes à Lille le 21 mars fait des vagues. Et Xavier Bertrand se pose en défenseur de la liberté d’expression de la pensée du directeur assassiné de Charlie Hebdo.

Autoportrait de Charb

La Voix du Nord avait en révélé, samedi dernier, que la soirée-lecture avait été annulée par crainte de débordements présumés par la présidence de l’université de Lille. Depuis, les réactions se sont multipliées. C’est ainsi que Raphaël Glucksman, Caroline Fourest, Bernard-Henri Lévy ou l’hebdomadaire Marianne se sont indignés d’une telle censure par couardise. De son côté, la Ligue des droits de l’homme nationale s’est désolidarisée de sa section lilloise (qui s’était opposée à une autre représentation en mai). Des réactions qui, pour certaines, ont pu aussi faire se retourner à plusieurs reprises l’ex-directeur de Charlie hebdo dans sa tombe…

Ce mercredi, nos confrères annoncent que Xavier Bertrand a écrit au président de Lille 2, lui rappelant que « le choix doit être celui du renforcement de la sécurité et pas de la déprogrammation ». Et le président de Région se dit prêt à appuyer toute demande auprès de l’Etat en matière de renforcement de ces mesures de sécurité. De plus, si l’université maintenait sa décision d’annulation, la Région est prête, elle, à mettre à disposition une des salles appartenant à la Région pour que cette pièce puisse être jouée…

Lire la suite

A Lille, Charb rendu muet une nouvelle fois

Deux ans après sa mort, la parole de Charb est tuée une seconde fois. A travers les difficultés à pouvoir jouer le spectacle inspiré par son dernier livre posthume.

Gérald Dumont, metteur en scène de la compagnie Théâtre K (photo La Voix du Nord)

C’est notre confrère Laurent Decotte, de La Voix du Nord, qui révèle le sujet, ce samedi. Et le « Drôle de climat » qui règne autour de la lecture-spectacle du livre posthume de Charb Lettre aux escrocs de l’islamophobie qui font le jeu des racistes.

S’il a pu être joué dans divers centres sociaux ou en milieu scolaire, ce spectacle a du mal à passer la rampe des « vraies » salles. Ainsi, il a été déprogrammé par la présidence de l’université de Lille 2, où il devait être joué ce 21 mars (par crainte de débordements et d’un climat « lourd », selon son président). De même, ce 2 mai, la Maison régionale de l’environnement et des solidarités (MRES) de Lille n’accueillera pas non plus cette lecture-spectacle, cette fois en raison semblerait-il d’une opposition du MRAP et de la Ligue des droits de l’homme. Cette dernière, selon notre confrère qui cite un responsable local, étant gênée de paraître cautionner  « la ligne politique mise en avant par Charlie depuis Val et dont les prises de position sur la religion musulmane ne correspondent pas à l’idée que nous nous faisons de la laïcité »...

Lire la suite

Zep au musée de Lille et dans le Courrier picard

cp_zepLe Courrier picard met l’accent, décidément, ce 2 avril, sur les auteurs de bande dessinée. Au-delà de l’investissement de Patfawl dans la lutte pour les autistes, le quotidien picard propose aussi un entretien avec Zep. Le papa de Titeuf revient sur son (joli) travail au Palais des beaux arts de Lille, évoqué dernièrement ici.

10 ans de Dofus : c’est Lille de la tentation pour Ankama

A l’occasion de l’anniversaire de son jeu vidéo phare, la société Ankama organise son « Ankama Convention – spécial 10 ans Dofus », du 2 au 4 mai à la Gare Saint-Sauveur, à Lille. Pour l’occasion, l’entrée est gratuite.

Du 2 au 4 mai, la crème du transmédia made in Ankama sera présente à la Gare Saint-Sauveur, à Lille. Au programme : jeux vidéo, série TV, jeux de plateaux… et bande dessinée. Car, même si la boîte nordiste s’impose par ses jeux en ligne (dont l’incontournable mmorpg Dofus), le neuvième art n’est pas absent de ses activités. Et pas la moins intéressante, avec une politique d’édition variée, des initiatives éditoriales (comme le label polar Hostile Holster, où est paru récemment le diptyque Maori, le plus « classique » dans cet univers Radiant, ou la série, très réussie, des adaptations des « mondes » de Stefan Wul).

Grand rendez-vous populaire (très) et convivial déjà, cette convention-ci risque de l’être encore plus, puisque pour célébrer les 10 ans de Dofus, l’entrée sera gratuite pour tous.

Lire la suite

« Radiant » en tournée de dédicaces

Radiant, le manga français plus japonais que nature est en tournée… pas très loin d’ici.

Parvenu aux deux tiers de l’aventure, Radiant confirme tout le bien qu’on avait pu penser de lui dès le premier tome. Un vrai manga « shonen », de distraction pure, au graphisme enlevé et très nippon (et pas mauvais du tout) et au scénario bourré d’humour et de rebondissements.

À l’occasion de la sortie du tome 2, justement, son auteur, Tony Valente (qui réside au Québec), effectue une tournée de dédicaces exceptionnelles… Dans pas moins de trois pays. France, Belgique et Suisse, certes, mais quand même.

Après le Festival Polymanga de Montreux (Suisse), du 18 au 21 avril, Valente sera à la librairie Momie Mangas à Lyon, le 23 avril, puis la librairie Komiku, à Paris, le 24 avril. Remontant toujours vers le nord, il sera, plus près de la Picardie ce vendredi 25 avril au Bazar du Bizarre, à Lille (de 16 à 19 heures), quasiment donc sur les terres de sa maison d’édition, Ankama (basée à Roubaix).
Il achèvera cette tournée le samedi 26 avril chez Filigranes, à Bruxelles.

Spirou bienvenu chez les Ch’tis

Troisième étape de la tournée du 75e anniversaire pour Spirou. Avec une halte dans le Hainaut et à Lille… Et un nouveau numéro collector (surtout avec la superbe couv’ de Boucq).

Ce n’est plus une surprise, mais pas encore une habitude. Spirou sort cette semaine un nouveau numéro spécial, dédié à sa tournée du 75e anniversaire. Après Liège et Bruxelles, cap au sud. Ou plutôt au Nord, avec une étape largement consacrée à Lille (étendue au Hainaut et Nord Pas-de-Calais). Le nombre plus réduit d’auteurs dans le secteur explique cet élargissement géographique, même si l’on retrouve quand même du beau monde : Wasterlain (Dr Poche), Alain Dodier (Jérôme K. Jérôme Bloche), Olivier Grenson (La femme accident avec Denis Lapière) ou  Gregory Mardon (C’est comment qu’on freine).

Lire la suite

A Bruxelles, Spirou excelle

Deuxième étape du « Spirou Tour » du 75e anniversaire du magazine. Après Liège, Bruxelles. Une halte capitale, forcément.

Bruxelles est bien la capitale de la Belgique en BD – et ceux qui en douteraient peuvent se reporter au strip initial d’Animal lecteur en ouverture de ce numéro 3908 de Spirou magazine, du 6 mars (dont, ci-contre, un extrait). Et, comme telle, elle méritait bien un traitement particulier, que l’hebdo lui accorde avec un nouveau numéro spécial (relayé ici avec un brin de retard).

Derrière la très chouette couverture, drôle et poétique, de Tom & Janry, j’ai particulièrement apprécié la promenade fantastique concocté par Darasse (auteur de Tamara) dans « Bruxelles by night ». Et, dans un genre tout aussi fantaisiste et fantastique , la démonstration – emplie d’une délicieuse mauvaise foi – de Johan de Moor (« La Vache ») que la capitale belge est bien aussi « la capitale de la BD » (puisqu’on vous le dit depuis la première page).

Lire la suite