L’enquête algérienne de Nadir Oualou

Oualou en Algérie, Lounis Dahmani (scénario), Gyps (dessin). Editions La Boîte à bulles, 64 pages, 15 euros.

Auto-édité, en noir et blanc, en 2011, Oualou en Algérie ressort à La Boîte à bulles et en couleurs. Nouvelle occasion de redécouvrir l’Algérie des années 1990 et 2000, à travers un récit assez singulier.

Nadir Oualou est détective, en Seine Saint-Denis. Avec un bureau dans une cave de son immeuble et guère de perspectives. Lorsque l’ex-épouse d’un ancien membre du Front islamique du salut (FIS) lui demande de retrouver sa fille, dont elle a été séparée par son mari depuis une quinzaine d’années, il se voit contraint de retourner au « bled ». Ce « Français comme Zidane » est aussi effrayé de retrouver l’Algérie que de revoir sa famille restée là-bas. Grâce à son cousin, il parviendra à retrouver la trace de Saïd (le mari, qui a renié le FIS pour une nouvelle plongée mystique) et celle de Mina, sa fille. Mais il va ausi être confrontés aux terribles frères Batata, eux aussi anciens du FIS, acquittés par la loi de concorde civile mais qui continuent à vouloir poser leur influence néfaste sur le coin de Tizi-Ouzou…

Lire la suite

Le Pakistan au-delà des clichés

Le pays des Purs, Sarah Caron (scénario), Hubert Maury (scénario et dessin). Editions La Boîte à bulles, 192 pages, 25 euros.

Jeune reporter-photographe, Sarah Caron se retrouve au plus près de Benazir Bhutto à l’automne 2007. Par un concours de circonstances, elle se retrouve avec l’opposante au président pakistanais Pervez Musharaf lorsque celle-ci est assignée à résidence. Occasion d’un premier photo-reportage pour Time magazine, aux effets contrajavascript:;stés. Nouvelle commande ensuite, pour le New York Times, pour aller shooter un comparse du Mollah Omar, candidat aux législatives en plein « talibanistan », près de la frontière afghane. Elle va y rencontrer un jeune pachtoun, Faris, qui lui sera d’une grande aide au cours des diverses péripéties à affronter…

Lire la suite

Vanyda en trois exemplaires ce samedi à Bulle en stock Amiens

Rencontres-dédicaces plurielles, ce samedi à Bulle en stock Amiens avec Vanyda et deux dessinateurs de ses trois récents albums, François Duprat et Nicolas Hitori De.

(photo éditions Dargaud)

Trois bonnes raisons de venir rencontrer Vanyda, ce samedi à la librairie Bulle en stock.

La dessinatrice résidant désormais à Lille, auteure notamment de la série Celle Que/Valentine revient cette fois pour son beau roman graphique mémoriel et familial sur le Laos, d’où est originaire son père, Un million d’éléphants (Futuropolis).

Mais elle sera aussi là en tant que scénariste de l’Année de la chèvre (La Boîte à bulles), suite de son récit de la vie de couple de Bernadette, et d’un autre album, Mia and Co (Dargaud) début d’une série sur une bande de copains et leurs préoccupations d’ados.

Et Vanyda ne viendra pas seule, ce samedi, puisqu’elle sera accompagnée de ses deux dessinateurs (ou co-dessinateur, s’agissant de L’année de la chèvre), respectivement François Duprat et l’Amiénois Nicolas Hitori De.

La guerre d’Algérie d’un conscrit

Soleil brûlant en algérie_couvSoleil brûlant en Algérie, Gaétan Nocq, d’après le récit d’Alexandre Tikhomiroff. Editions La Boîte à bulles, 240 pages, 20 euros.

La récente polémique ayant accompagné la décision de François Hollande de s’associer aux cérémonies du 19 mars (commémorant la date du cessez-le-feu en Algérie, en 1962) est encore venue montrer combien cette question demeurait sensible, même après un demi-siècle. Toute une génération est restée marquée par cette guerre qui ne voulait pas dire son nom.
Certains ont témoigné, modestement, sur ce qu’ils ont vécu. C’est le cas d’Alexandre Tikhomiroff, dans sa Caserne au soleil. Proche des communistes, plutôt hostile au conflit, « Tiko » est appelé le 11 novembre 1956.
C’est donc cette guerre d’un appelé, vécu à Cherchell, à 90 km à l’ouest d’Alger, que Gaétan Nocq, enseignant à l’école Olivier de Serres illustre avec brio. De l’incorporation à « la quille », jusqu’à « l’après-guerre », le retour à Paris et l’engagement dans l’action pacifiste, non sans risques d’ailleurs…

Lire la suite

L’autre révolution égyptienne encore à faire

doigts d'honneur_couvDoigts d’honneur: révolution en Egypte et droits des femmes, Ferenc (scénario), Bast (dessin). Editions La Boîte à bulles, 112 pages, 16 euros.

Ce n’était qu’en 2013, mais cela semble déjà si loin. Deux ans après le « printemps arabe » qui avait vu la chute de Moubarak, l’Egypte se soulevait de nouveau, sa jeunesse occupait encore la place Tahrir, pour exiger cette fois le départ de Mohammed Morsi, récemment élu mais dont l’emprise islamiste sur la société commençait à inquiéter. Au final, dans un étrange coup d’Etat au vernis démocratique, le seul président égyptien élu était emprisonné par l’armée, avec des milliers d’autres « frères musulmans » et progressivement, le régime autoritaire du général Al-Sissi refermait la brèche, au grand soulagement des régimes arabes… et occidentaux.
Au sein de ce moment déjà dépassé, ce petit ouvrage s’attache à un autre phénomène en voie d’oubli: celui du harcèlement, voire des viols, dont furent victimes des femmes lors des manifestations de Tahrir. Journalistes occidentales ou simples manifestantes comme Layla. Etudiante studieuse, elle est entraînée dans l’effervescence révolutionnaire par son ami. Sur place, elle sympathise avec d’autres militantes. Mais un jour, isolée de ses amis, elle devient la proie d’une agression sexuelle particulièrement violente. Autre victime plus emblématique, Azza Suleiman, cette femme vêtue de rouge qui avait tenté de venir en aide à une femme victime emblématique, la « fille au soutien-gorge bleu » dont les images ont circulé sur internet. Elle fut passée à tabac par des soldats égyptiens sur cette même place. D’autres femmes, emprisonnées, durent aussi subir un humiliant « test de virginité » dans les geôles de l’armée…

Lire la suite

Baby boum conjugal

Mise en page 1Babyboom, Jean Vautrin (scénario), Eugénie Lavenant (dessin). Editions La Boîte à bulles, 104 pages, 19 euros.

L’instinct maternel peut dériver gravement. C’est le cas pour l’héroïne de Babyboom.

Malgré leurs efforts, Tracy et son mari Duncan ne peuvent avoir d’enfant. Ne pouvant se résoudre à ne pas avoir la petite fille dont elle rêve, Tracy suit le conseil de son psy et va acquérir un « bébé-chou », une poupée de chiffon hyper-réaliste pouvant faire figure de substitut au nouveau-né. Alors que Tracy s’investit à fond dans sa nouvelle relation, son mari cherche surtout à récupérer sa femme et de retrouver des relations (notamment sexuelles) normales. Une spirale infernale qui va les conduire jusqu’au drame…

Lire la suite

Superman n’est pas juif… mais il est plébiscité par les lycéens picards

Le prix du Meilleur premier album 2015, décerné par les lycéens picards dans le cadre des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens est désormais connu.

CV_superman.inddLa sélection de l’année était plutôt relevée. Et le résultat final se montre à la hauteur. Cette année, les lycéens picards ont choisi Superman n’est pas juif (et moi un peu) de Jimmy Bemon et Emilie Boudet (éditions La Boîte à bulles) comme leur  « meilleur premier album de l’année ». Cette autobiographie intimiste d’une quête identitaire d’un jeune garçon balloté entre un père juif et une mère catholique, plein d’humour, a reçu 102 suffrages (sur un total de 539 votes).

Deux autres albums se sont détachés dans les suffrages des lycéens: Izunas (Humanoïdes associés), de Carita Lupattelli et Kanopé de Louise Joor (Delcourt).

Lire la suite

Une Odyssée à la découverte des petits plaisirs

Odyssé microscopique_couvL’odyssée du microscopique, Olivier Delasalle (scénario), Leandre Ackermann (dessin). La boîte à bulles, 112 pages, 15 euros.

C’est une histoire bien d’aujourd’hui que content Olivier Delasalle et Leandre Ackermann.

Journaliste normalement dépressif et cynique, Elias se réveille un matin étonnamment de bonne humeur et tous ses soucis envolés. Un vrai « déni de bonheur » comme lui révélera Sabrina, une obstétricienne rencontrée par hasard a une terrasse de café avec qui il va nouer une relation de plus en plus intime. Et celle-ci, de son côté, se cherche également, notamment au sujet de ses racines juives. En plein questionnement existentiel, elle envisage de devenir rabbin tandis qu’Elias va finir par quitter son journal où il étouffe. Profitant de ces instants de liberté retrouvée, ils vont aller en Israël rencontrer le grand père rabbin de Sabrina, qui va leur expliquer sa « théologie sarcastique » (qui pourrait se résumer par le fait qu’en prenant du recul, les petits malheurs de l’humanité deviennent vite risibles). De quoi voir la vie d’un oeil neuf et apaisé…

Lire la suite

Brèves de comptoir philosophiques

philoPiscine-couvLa philosophie dans la pisicine, Ted Benoît. Editions la Boîte à bulles, 96 pages, 15 euros.

Depuis 2010, Ted Benoît a ressuscité son mythique héros des années 80, Ray Banana, pour son blog où il retranscrit, à travers lui, ses réflexions sur la vie et le reste.

Grand aventurier à l’origine sous la ligne néo-claire de Ted Benoît, chantre du genre dans les années 80, Ray banana revient dans un rôle surprenant de philosophe. Citant Lao Tseu ou Platon, il multiplie les aphorismes, prenant à bras le corps les grandes questions existentielles: la religion, le capitalisme, la démocratie et livre une étonnante et brillante défense de l’implication écologiste à base de cocktail Porto Flip. Avec toujours ses inséparables ray-ban, il réfléchit donc dans la piscine (dans un strip), mais aussi au coin du bar, en marchant ou penché sur son poste radio, sur l’îlot de Pitcairn partant en guerre contre le « machinisme qui nous menace, comme l’illustre la couverture, qui confirme aussi que, parfois, lorsque la praxis l’impose, il convient de mettre la main à la pâte ou dans la figure des robots…

Lire la suite

Deux dédicaces ce samedi chez Bulle en stock

Deux auteurs, assez différents, seront présents ce samedi chez Bulle en Stock.

Vanyda, tout d’abord. Connue notamment pour sa série adolescente Celle que je suis, elle revient avec son nouvel album, Un petit goût de noisette (chez Dargaud), variations autour de l’amour en histoires courtes.
Sera également présent à Amiens son collègue d’atelier, François Duprat, qui pour sa part vient de sortir Space Kariboo (editions La Boîte à Bulles). Une évocation décalée du monde des super-héros qui sert surtout à porter un regard sur le monde d’aujourd’hui et ses désillusions.

Autre information, la rencontre prévue initialement le 15 mars avec Damien Cuvillier et Olivier Frasier a été décalé à une date ultérieure.

Dédicaces François Duprat et Vanyda, Bulle en Stock, samedi 8 mars à partir de 14h20, 4, rue du Marché Lanselles à Amiens.