Un petit air de vacance(s)

Comme tous les étés, petite interruption estivale de ce blog. Retour vers le 25 août. Et pour passer les vacances, on peut emporter le Petit chemin caillouteux, de Salch.

Le petit chemin caillouteux, Eric Salch. Editions Fluide glacial, 72 pages, 13,90 euros.

Désormais bien connu pour son Lookbook (dont il est permis de ne pas partager l’enthousiasme général) et ayant sévi aussi de façon trash mais très drôle dans Aaarg !, Eric Salch livre ici un ouvrage plus personnel sur la vie d’un père divorcé – et passablement branleur – récupérant ses deux fils, pré-ados, durant les vacances.
Début du séjour « dans le chalet de Tata », en Corrèze où l’auteur tente de passer son ennui – se « faire chier », dans le texte – en s’efforçant de bien dessiner le petit chemin caillouteux qui amène au chalet (et donne le titre à l’album) ou en tentant – sans trop de conviction – d’inciter ses gamins à quitter leur « playstécheune » où à faire leur incontournable cahier de vacances.
Puis étape dans le Loir-et-Cher, passablement pluvieux, avec entre autre, une baignade dans le Cher où il croise Philippe Katerine – qui l’ignore superbement.
Profitant du fait qu’être auteur de BD, c’est un peu être en vacances toute l’année, Salch élargit le propos initial en contant des anecdotes automnales, hivernales voire du printemps suivant, le tout parsemé de quelques flash-back professionnels et d’autant de réflexions et élucubrations diverses…

Lire la suite

L’été, sexe, alcool et jalousies

L’été en pente douce, Jean-Christophe Chauzy (dessin), Pierre Pelot (scénario). Fluide Glacial, 18,90 euros.

L’été commence bien pour Fane. En l’espace de trois jours, il s’est mis à la colle avec Lilas, une poupée au sex apeal explosif et a hérité de la maison familiale, avec jardin, dans la campagne vosgienne, suite à la disparition soudaine de sa mère. Tout irait donc pour le mieux… Mais Fane n’est pas du genre à vivre les contes de fée. Lui, il serait plutôt héros de roman noirs. Ce colérique impulsif se fâche d’entrée avec ses voisins, des garagistes lorgnant depuis longtemps sur sa maison pour agrandir leur commerce, et doit surtout cohabiter avec un frère, attardé mental « Mo », dont le seul ami est un chat.

Surtout Fane, amputé de plusieurs doigts suite à un accident de jeunesse, est imbibé dans les problèmes et l’alcool. Il ne peut commencer sa journée sans un verre de pastis ou une canette de bière. Il se rêve écrivain de polar, achète une machine à écrire mais ne sait ni taper ni écrire.
Enfin, il ne sait (ou ne peut) avoir une relation sexuelle avec sa superbe compagne, dont la plastique irréprochable assez peu couverte fait l’objet de fantasmes des hommes (et même de certaines femmes) du voisinage. Cette dernière – un esprit d’enfant dans un corps de femme – est éprise de Fane qui l’a « sauvé » – contre « 100 balles et un lapin » – de son ex à la main lourde mais, frustrée sexuellement, trouve du réconfort auprès du frère attardé. Cet été particulièrement caniculaire s’annonce poisseux et torride, annonciateur d’un orage qui risque de tout faire exploser…

Lire la suite

Le 9e art de s’en moquer

L’art du 9e art, Emmanuel Reuzé. Editions Fluide glacial, 128 pages, 18,90 euros.

Pour décrypter les arcanes de l’art séquentiel, il y avait jusqu’ici les oeuvres de référence de Scott McCloud. Il faudra désormais y ajouter cette encyclopédie du 9e art présentée par Emmanuel Reuzé et par Scott McCloud également. Ou presque. Ce dernier, pour une sombre histoire de contrats et d’éditeurs, fait finalement faux bond à l’auteur, mais se fait remplacer par son cousin, Scott McCrawd, version du théoricien américain en plus obèse, négligé, alcoolique, voire légèrement clodo. Bref, le spécialiste parfait pour commenter ce travail d’historien et de sociologue qui traite de la bande dessinée sous tous ses aspects : historique (de la « tapisserie de Bagieu » à « Pervers Pépère version darknet »), mais aussi anatomique, stylistique (de la « nouvelle bande dessinée » à l’héroïc-fantasy en passant par les « autobio de gonzesse ») ou thématique (Bédé et complots, Bédé et arnaques, Bédé et argent).
A cela s’ajoute une approche quasi-entomologiste de description du petit monde de la bande dessinée, abordant les critiques de bande dessinée, les lecteurs, mais aussi les iconoclastes ou les métiers insolites de la bande dessinée. Sans oublier quelques bons conseils pour présenter son projet de BD à un éditeur, la manière de réagir en cas de refus, mais aussi la technique (de Jean Giraud) pour dessiner avec un boeing ou celle de Joan Sfar pour réaliser une BD en apnée…

Lire la suite

Humour noir avec Lefred-Thouron

Le livre noir, Lefred-Thouron. Editions Fluide glacial, 96 pages, 9,90 euros.

Après le « Black project » évoqué hier, on reste donc dans le noir, mais dans un tout autre registre. Cette fois, c’est un livre-gag… Et véritablement un livre-gag, qui n’avait, en fait, au départ, aucune vocation à exister en tant que tel.
Tout est parti d’une page de fausse pub : une couverture toute noire avec autour des carrés noirs accompagnés de sous-titres comme « la Tour de Pise vue de l’étui » ou « Concours de T-shirts brûlés ou « mot croisé en 1 case » (avec le fameux carré noir flanqué d’un A et d’un 1 en abscisse et en ordonnée). Sauf que cette blague du 1er avril dans les pages du mensuel Fluide glacial a suscité de vraies demandes d’achat dudit album, incitant l’éditeur et le dessinateur de presse émerite (que l’on retrouve notamment dans le Canard enchaîné) à publier réellement l’album ! Soit donc une cinquantaine de variations et de légendes autour du motif du rectangle noir. Certaines sont, reconnaissons-le, amusantes, Comme la suite apportée au « combat de noirs dans un tunnel » (déjà faite par Paul Bilhaud, à la fin du XIXe siècle), la « sortie du tunnel en gare de la Ciotat », la reproduction d’une photocopie en noir et blanc d’un « bleu Klein » ou encore « l’origine du monde vue de l’intérieur »…

Lire la suite

Bon anniversaire Franquin, en noir et toujours haut en couleur

Franquin, il était une fois les idées noires, dirigé par Gérard Viry-Babel, éditions Fluide glacial, 120 pages, 19,90 euros.
Gaston, l’anniv’ de Lagaffe, Franquin et Jidéhem. Editions Dupuis, 60 ans pour Gaston 56 pages, 10,90 euros.

Soixante ans pour Gaston Lagaffe, quarante ans pour les Idées noires. Et plus tristement vingt ans depuis le décès de leur auteur, le génial Franquin. On le sait, 2017 est une année anniversaire.

Et tandis que Beaubourg accueille pour quelques jours encore sa jolie expo consacrée au plus sympathique gaffeur de l’histoire du 9e art, deux albums hommage sont parus dernièrement pour célébrer ces anniversaires.

Les éditions Dupuis ont sorti un « hors série » de la collection Gaston réunissant « 60 gags pour 60 ans« , choisis parmi les quelques 900 et quelques égrainés au fil des ans. « les plus représentatifs, les plus drôles, les plus pertinents, les plus aimés« , comme le souligne M.Boulier, « directeur financier des éditions Dupuis dans sa préface. Si la méthode ultra-perfectionnée (à l’aide de groupes de lecteurs et de millions de capteurs) vantée par l’ineffable comptable de la rédaction n’est pas forcément établie, le choix final se tient incontestablement…

Lire la suite

On se met en quatre pour la Saint-Valentin

Sacrifions à la tradition avec un petit florilège d’albums relativement récents sur l’amour, les sentiments et le sexe sous divers angles et formes en ce jour de Saint-Valentin.

Et comme Martin Veyron l’avait déjà bien noté il y a longtemps, l’amour propre ne le restant pas longtemps, les quatre albums suivants mêlent allègrement les sentiments et les sens plus physiques…

Lire la suite

Ramize Eder à l’honneur du prix « Couilles au cul »

La dessinatrice turque Ramize Erer qui a été honorée, ce samedi à Angoulême, du deuxième prix « Couilles au cul ».

Lancé l’an passé par Yan Lindingre, rédacteur en chef de Fluide glacial avec le Festival OFF of OFF d’Angoulême, le site ActuaBD.com, Cartooning for Peace et les quotidiens Sud Ouest et La Charente Libre, ce prix vise à saluer un courage artistique particulièrement remarquable. Il vient d’être remis, pour sa seconde édition, à la dessinatrice turque Ramize Erer.

A travers elle, il s’agit déjà de rappeler le contexte difficile vécu par les  dessinateurs de presse turcs en butte à un pouvoir islamo-conservateur de plus en plus autoritaire et répressif. Il s’agit aussi, plus spécifiquement, pour le jury, de « rendre hommage au courage de cette dessinatrice et à son combat pour la cause des femmes, victimes collatérales de la politique d’Erdogan« …

Lire la suite

Gaston Lagaffe sous tous les angles à Beaubourg

Galerie

Cette galerie contient 12 photos.

Gaston Lagaffe est à l’honneur à la BPI du centre Beaubourg. Avec une très intelligente exposition. On croyait bien le connaître. Et, d’ailleurs, qui aujourd’hui ne connaît pas Gaston Lagaffe ? À peine en dessous de Tintin, d’Astérix ou de … Lire la suite

Gai-Luron est triste, Hamster moins jovial… Gotlib est mort

Les éditions Dargaud ont annoncé ce dimanche le décès de Gotlib, âgé de 82 ans.

cy11czhweaa8q8lGai-Luron est triste, Hamster moins jovial et nous tombe dessus un petit coup de blues et de nostalgie. Gotlib, alias Marcel Gottlieb est décédé à l’âge de 82 ans.
De Pif et Vaillant, où il fit ses armes au début des années 60 jusqu’à son retrait progressif de Fluide glacial, il aura marqué des générations de lecteurs, révolutionné en partie la presse BD à l’aube des années 70, suscité de nombreuses vocations et incité à plusieurs reprises de ses oeuvres (récemment encore Gai-Luron ou Super Dupont) toujours marquées par une humble dévotion à leur créateur.

Et pour beaucoup, il aura marqué indélébilement (et pas débilement du tout) les esprits par cet humour loufoque, non sensique (et parfois scatologique) puisé en partie chez les Américains de Mad mais qui apparaissait comme une vraie nouveauté et un grand coup d’air frais…

Lire la suite

Gai-Luron ? C’était mieux avant… mais c’est bien maintenant

gai-luron_nouvelles_aventuresLes nouvelles aventures de Gai-Luron, tome 1 : Gai-Luron sent que tout lui échappe… Fabcaro (scénario), Pixel Vengeur (dessin). Editions Audie / Fluide Glacail, 48 pages, 10,95 €.

Comme pour suivre la mode des come-back de la bande dessinée, Gai-Luron, historique personnage à succès des grandes heures de Pif Gadget dans les années 70,  est de retour lui aussi. Avec les encouragements du maître, Marcel Gotlib, qui a validé la reprise trente ans plus tard de son anti-héros, toujours ensommeillé, toujours flanqué d’une souris victime expiatoire des gags successifs, et toujours, surtout, amoureux platonique de Belle-Lurette…

Lire la suite