Philippine Lomar a toujours du coeur

Les enquêtes polar de Philippine Lomar, tome 2: le braqueur des coeurs, Dominique Zay (scénario), Greg Blondin (dessin). Editions de la Gouttière,

Philippine Lomar est de retour. Et toujours bien occupée par ses activités informelles de détective. Cette fois, la jeune fille débrouillarde est appelée pour démêler deux affaires compliquées. Il s’agira d’une part de sauver Géraldine, une ado complexée et suicidaire, emplie de culpabilité et de tristesse depuis qu’un garçon odieux, l’ait séduite puis délaissée. D’autre part, Philippine est sollicitée par Mok, l’un des caïds d’une cité d’Amiens, accusé injustement par la rumeur qui circule en ville d’avoir dérobé toute la nourriture des Restos du Coeur.
Pour démêler les fils de ces histoires scabreuses, Philippine devra quitter Amiens et aller enquêter jusqu’à Roubaix. Elle y découvrira alors que les deux pistes sont peut être plus entremêlées qu’elles ne le paraissent.

Lire la suite

Marc Lizano et Thomas Priou dédicacent leurs albums de la Gouttière chez Bulle en stock

Deux rencontres très amiénoises, ce samedi 13 mai au matin, à la librairie Bulle en stock d’Amiens.

Avec Marc Lizano, pour la sortie de La Pension Moreau et Père et fils, et avec Thomas Priou, pour la parution du tome 3 de Trappeurs de Rien. Trois albums (pas vus) sortis récemment aux Editions amiénoises de la Gouttière.

Rencontre-dédicaces avec Marc Lizano et Thomas Priou, samedi 13 mai, à partir de 10h30, librairie Bulle en stock, 4 rue du Marché-Lanselles, Amiens.

 

Nora toujours bien là

Léa Mazé, au Salon du livre de Paris 2015, où « Nora » était dévoilé en avant-première.

Nora continue son joli bonhomme de chemin, comme s’en félicite son éditeur, les Editions de la Gouttière.

Après avoir remporté le prix Tibet 2016 du festival du livre jeunesse de Troyes, dans l’Aube, le joli livre de Léa Mazé fait aussi partie de la sélection 2017 du prix Bull’gomme 53 et le prix BD Cezam Ile-de-France. Et l’album est de nouveau disponible en librairies.

Un Myrmidon cro-mignon et des Trappeurs pas assez fous

myrmidon_t5_couvtrappeurs-de-rien_t2_couvMyrmidon, t5: la grotte mystérieuse, Loïc Dauvillier (scénario), Thierry Martin (dessin). Editions de la Gouttière, 34 pages, 9,70 euros.
Trappeurs de rien, t.2: le vieux fou, Thomas Priou, Pog, Corgié. Editions de la Gouttière, 32 pages, 

Cet automne a connu une nouvelle rafale de sorties, aux éditions de la Gouttière. Avec la suite de Supers, désormais auréolé de son prestigieux 1er prix ACBD Jeunesse ou du fidèle petit indien Anuki. Deux autres séries poursuivent leur route également: le muet Myrmidon, pour les plus petits (dès 2 ans !) et les trappeurs de Priou, Pog et Corgié qui s’adressent, eux aux premiers vrais « lecteurs » (autour de 5-7 ans).

Cow-boy, astronaute, chevalier, pirate et maintenant homme préhistorique, Myrmidon vit encore une nouvelle aventure imaginaire débridée aux temps des cavernes cette fois. Ayant réussi à récupérer la lance et la peau de bête chipée par un chien, le petit garçon espiègle va se retrouver pourchassé par un tigre à dents de sabre. Contraint de se réfugier dans une caverne (ou il retrouve son petit chien), il va faire d’autres découvertes, peinture rupestre ou mammouth… Les aventures du petit garçon espiègle de Dauvillier et Martin sont toujours différentes et toujours semblables. Cette répétition et cette déclinaison d’un même principe à différents univers répond sans doute bien à la « cible » de primo-lectorat choisi. Tout comme le trait léger et simple, ainsi que le rythme frénétique des grandes cases, découpées en 2 cases par pages, juxtaposées horizontalement ou verticalement. Une vraie réussite de « bande dessinée muette » destinée aux plus jeunes (2-5 ans) comme Anuki, genre dans lequel La Gouttière s’est fait une réputation…

Lire la suite

Anuki toujours en course

anuki_t6_couvAnuki, tome 6 : la Grande course de printemps, Frédéric Maupomé (scénario), Stéphane Sénégas (dessin). Editions de la Gouttière, 40 pages, 10,70 euros.

Anuki, le petit indien devenu « fétiche » des éditions amiénoises de La Gouttière, en est déjà donc à sa sixième aventure.

Au village, c’est le moment de la grande course de printemps (sorte de course à obstacles à la mode des indiens). Anuki entend bien l’emporter sur tous les autres petits indiens. Mais voilà qu’une jeune fille, Nuna, entend participer à l’épreuve, pourtant réservée aux garçons. Et elle n’entend pas, elle non plus, se laisser marcher sur les pieds. Le début d’une rivalité qui va progressivement évoluer au fil des épreuves, de la course en canoé au passage d’un ravin en tyrolienne, plus quelques cigognes vindicatives…

Lire la suite

Un super 1er prix de l’ACBD pour « Supers »

Supers, de Dawid et Frédéric Maupomé vient de se voir décerner le premier prix ACBD Jeunesse. Jolie récompense pour cette série et la maison d’éditions picarde La Gouttière.

supers_heros_t2L’ACBD, Association des critiques et journalistes de bande dessinée, vient de révéler le nom de son premier « Prix Jeunesse ACBD ». Il s’agit de Supers, tome 2, de Dawid et Frédéric Maupomé, publié par les éditions de la Gouttière.

Une double satisfaction dans ces colonnes.

D’une part car il s’agit d’une très bonne série, pleine d’humour, d’émotion et portée par un trait plein de finesse. Et, au-delà du tome 2, primé, c’est bien l’ensemble de l’intrigue qui est saluée par les journalistes et critiques. « Entièrement mis en scène du point de vue des enfants, le récit captive les jeunes lecteurs autant par son action trépidante que par sa proximité avec l’intimité des personnages« , souligne le communiqué officiel du jury (coordonné par Laurent Mélikian) qui vient d’être diffusé…

Deuxième motif de réjouissance – plus « chauvine », cette reconnaissance nationale consacre aussi le travail réalisé par les Editions de la Gouttière, maison d’édition amiénoise, émanation de l’association On a marché sur la bulle, qui réalisent un beau travail éditorial, à destination des primo-lecteurs (avec Anuki ou Myrmidon par exemple), mais étendent désormais leur production vers les plus « grands » jeunes lecteurs, avec des séries comme Enola ou donc,  Supers, premier album de la maison à paraître avec une telle pagination et un format style « comics » ou roman graphique.

Lire la suite

Les éditions de la Gouttière se rapprochent du Centre du jeu

Les albums des éditions, amiénoises, de La Gouttière, ont été remarquées, ce week-end , lors du festival BD Boum à Blois.

img_7564Supers, tome 2, la série de Dawid et Frédéric Maupomé fait donc partie de la sélection finales des 5 titre en lice pour le 1er prix de la bande dessinée ACBD Jeunesse. Une reconnaissance pour la maison d’édition amiénoise.

A cela s’est ajouté, ce week-end, deux nominations (certes non lauréates) lors du festival BD Boum de Blois.

Les enquêtes de Philippine Lomar, de Greg Blondin et Dominique Zay étaient parmi les nominés pour le prix du Conseil départemental du Loir-et-Cher pour la BD jeunesse (remporté finalement par Ninn, la ligne noire de Jean-Michel Darlot et Johaen Pilet). Et Azil, de Jean-Marie Omont, Charlotte Girard et Tanja Wenisch était sélectionné dans la catégorie du « Prix pour le jeune public » de la Ligue de l’enseignement 41 (prix finalement décerné au Chasseur de rêves de Martin Desbat).

Quoi qu’il en soit, et en attendant les sélections pour Angoulême, un week-end au Centre, quand même.

Quand les profs d’histoire et géographie planchent aussi sur la bande dessinée

agora-flyerAmiens a accueilli de ce jeudi et jusqu’à samedi le congrès national puis le festival de l’Association des professeurs d’histoire et géographie. Et la bande dessinée n’était pas oubliée au programme.

L’Association nationale des professeurs d’Histoire et de Géographie (APHG) a donc choisi Amiens comme lieu de son congrès biannuel. Avec notamment une thématique axée sur la guerre, notamment celle de 14-18 en cette année du centenaire de Verdun et de la bataille de la Somme. Et dans ce cadre, parmi les nombreuses conférences et tables-ronde organisées ce jeudi à l’intention des membres de l’association, plusieurs ont évoqué la bande dessinée…

Lire la suite

« Supers »… Héros mais pas trop

supers2_couvertureSupers, tome 2: héros, Frédéric Maupomé (scénario), Dawid (dessin). Editions de la Gouttière, 112 pages, 19 euros.

Mat, Lili et Benji, le trio d’enfants du cosmos est désormais bien installé sur terre. Leurs super-pouvoirs ont été dévoilés, par une photo dans la presse, lors de leur intervention pour sauver des victimes d’un incendie. Depuis, Lili a même réalisé de superbes tenues (un peu dans l’esprit des Indestructibles de Pixar).
Toujours sans nouvelles de leurs parents, qui les ont laissé sur Terre pour une mystérieuse raison, ils s’efforcent d’organiser leur double vie. Entre la défense de la veuve et de l’orphelin – et la poursuite de « Pyroman », sinistre individu qui déclenche des incendies en série – et leur vie presque normale d’écoliers et de collégiens. Ce dernier aspect n’est pas forcément plus simple quand, comme pour Mat, les sentiments s’en mêlent. Et là, plus question de super-pouvoirs, c’est avec la maladresse habituelle et la timidité d’un ado qu’il va devoir s’avancer auprès de la jolie Jeanne. Et les services sociaux commencent aussi à se pencher sur ces trois enfants abandonnés…

Lire la suite

Greg Blondin et Dominique Zay : « Philippine Lomar, c’est Philip Marlowe en détective collégienne »

Les éditions amiénoises de la Gouttière publient leur premier album d’auteurs du coin. Et donnent vie du même coup à une nouvelle héroïne amiénoise : Philippine Lomar.

DSC_0332

Greg Blondin et Dominique Zay, lors des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, début juin 2016.

Philippine Lomar, t.1: Scélérats qui rackettent, Greg Blondin, Dominique Zay. Editions de La Gouttière, 48 pages, 12,70 euros.

Détective… et collégienne, Philippine Lomar va se retrouver confrontée – dans le premier volume de ses aventures, qui paraît aujourd’hui – à une histoire sordide de racket… qui pourrait bien cacher de plus grands méfaits. Derrière ses grands yeux et sa chevelure rousse, l’ado ne manque ni d’astuce, ni de caractère.

On aura noté, dans le nom de l’héroïne, comme dans le titre de cette première aventure le goût des jeux de mots – et du jeu avec les mots – de Dominique Zay. Plus largement, les dialogues sont également bien enlevés. Côté dessin, on retrouve le style rond de Greg Blondin, plus poussé encore vers la caricature (comme celle du duo de méchants). Et lui aussi fait dans le clin d’oeil (avec une infirmière scolaire sosie de la Mademoiselle Jeanne de Gaston Lagaffe). Mais derrière la légèreté du style, le ton et le fond sont aussi graves. Et l’approche du racket est bien plus réaliste ; à l’image des décors amiénois très fidèlement reproduits.

Enjouée et dynamique, Philippine Lomar fait une arrivée plutôt réussie dans le monde de la bande dessinée.

Rencontre avec Greg Blondin et Dominique Zay qui, respectivement au dessin et au scénario, ont créé cette très dynamique héroïne…

Lire la suite