Un très bon western au pays de Germinal

Les gueules rouges, Jean-Michel Dupont (scénario), Eddy Vaccaro (dessin). Editions Glénat, 120 pages, 20,50 euros.

A l’été 1905, le cirque de Buffalo Bill vient donner un spectacle à Valenciennes. C’est l’attraction du moment pour toute la population. Et notamment pour Gervais Cottignies, jeune garçon vivant avec ses parents dans une cité minière d’Arenberg. Brillant à l’école, son excellent résultat au Certificat d’études se traduit cependant par une descente à la mine. Son père, respectueux du patron et bon catholique a réussi à le faire entrer à la mine, sans attendre ses 13 ans, afin d’assurer un deuxième salaire à sa famille. Mais l’envie d’aller découvrir les prouesses des indiens et des cavaliers du « Wild West Show » sera la plus forte.

Et ce sera aussi le début aussi d’une aventure forte et incroyable, où il rencontrera et se liera d’amitié avec deux indiens, qui se verront impliqués dans un tragique fait divers qui va bouleverser toute la ville et déclencher une chasse à l’homme digne d’un western sur fond de terrils…

Lire la suite

Viva (España) la vida !

España la vida, Maximilien Le Roy, Eddy Vaccaro, éditions Casterman, 128 pages, 25 euros.

La guerre d’Espagne et sa révolution ont inspiré beaucoup d’auteurs de bande dessinée. Dans un article paru en début d’année dans le n°36 de Papiers nickelés (la « revue de l’image populaire » d’Yves Frémion), Michel Matly évoque ainsi un nombre de 250 albums publiés sur le sujet, en Espagne et dans une dizaine d’autres pays ! « Le conflit espagnol est sans doute, souligne l’auteur, le deuxième conflit après la Seconde Guerre mondiale à être autant visité par le média« . Quelques albums reviennent bien sûr immanquablement à la mémoire sur le sujet, comme No Pasaran ! la trilogie de Giarnido ou Les phalanges de l’Ordre noir de Bilal et Christin. Cet intérêt ne se dément pas. Récemment, la Guerre d’Espagne était en fond de La Lignée de Laurent Galandon, de l’album très familial de Jean-Marie Minguez L’Exil et elle a donné le cadre à la belle série (en cours) du Recul du fusil de Bordas.
Mais si dans España la vida, Le Roy et Vaccaro ne font donc pas dans l’inédit. Ni sur le sujet, ni sous l’angle choisi, ils apportent une belle nouvelle pierre à l’édifice.

Lire la suite