Ballon d’essai sur fond de crépuscule de la guerre froide

Luftballons, tome 1: Able Archer 83, Jean-Pierre Pécau (scénariste), Maza (dessinateur). Editions Delcourt, 56 pages, 14,95 euros.

C’est reparti pour une nouvelle uchronie d’aviation. Dans un contexte plus contemporain que les deux guerres mondiales qui servaient généralement de cadre jusqu’ici à la majorité des albums du genre. Et le récit colle beaucoup – pour l’instant – à l’Histoire réelle.

1983, l’Otan lance une grande manoeuvre dénommée « Able Archer 83 », qui fait craindre au bloc de l’Est un risque de déclenchement de la 3e guerre mondiale. La pilote est-allemande Lena Stauss est aux premières loges, échappant de peu à une attaque par des avions américains.
Mais une autre guerre, plus secrète, se déroule également, orchestrée par Markus Wolf, le chef de l’espionnage est-allemand, qui est par ailleurs l’oncle de Lena et de sa soeur Romi (partie avec ses parents à Berlin-Ouest en 1953, pour une mission d’espionnage au long cours). Les pions se mettent donc en place, dans l’attente, peut-être, de la confrontation fatale, le tout sur l’air de 99 Luftballons du groupe allemand Nena…

Lire la suite

La Revue dessinée dans la galaxie Delcourt

Le groupe Delcourt « rejoint l’aventure » de La Revue Dessinée. A l’horizon: l’édition d’albums communs.

L’arrivée d’un grand groupe dans une société indépendante suscite toujours une certaine crainte sur l’indépendance, à terme, de la seconde à l’intérieur du premier. Mais, ce jeudi 26 janvier, dans le communiqué de presse qui officialise l’entrée du groupe Delcourt au capital de La Revue Dessinée, on insiste bien sur le fait que « cette prise de participation laisse les fondateurs conserver la majorité du capital de l’entreprise, garantie de l’indépendance des activités éditoriales de la société« …

Lire la suite

Renaud, une bande (dessinée) pour lui tout seul maintenant

La bande à Renaud, collectif. Editions Delcourt, 106 pages, 18,95 euros.

Renaud aime bien la bande dessiné et les auteurs de bande dessinée aiment bien Renaud, au vu de cet album collectif chaleureux et très diversifié. Vingt-cinq chansons sont adaptées ici en dessins par un beau collectif de dessinateurs (de Richard Guérineau à Edith, par ordre d’arrivée dans le tour de chant et de crayon).

Comme Renaud l’explique lui-même dans la préface, « c’est même pas moi qu’a eu l’idée. On m’a demandé si ça m’brancherait que quelques dessinateurs balèzes parmi les balèzes, illustrent mes chansons en quelques planches. ‘Videmment que j’ai dit ouais ! »

C’est donc à Guy Delcourt que revient l’idée de cet album collectif, réunissant une trentaine d’auteurs, dans des styles et des chansons très divers…

Lire la suite

De cape et de crocs, la boucle est bouclée

De cape et de crocs, tome 12: Si ce n’est toi, Alain Ayroles (scénario), Jean-Luc Masbou (dessin). Editions Delcourt, 48 pages, 14,50 euros.

Et à la fin de l’envoi, elle touche. Entamée voilà vingt-et-un ans et après douze albums, cette série unique de cape, de crocs, d’aventures épiques, de fiers bretteurs et rimailleurs, de héros inoubliables et de dialogues en alexandrins se termine donc juste au moment où le récit principal va prendre son essor, à Venise. Où Eusèbe, le naïf petit lapin est aux galères et où il va croiser un loup andalou et un renard français qui vont l’emmener jusqu’aux îles Tangerines et son fabuleux trésor puis sur la Lune, où il rencontrera aussi le fameux seigneur au long nez dont il est déjà fait l’évocation dans ce tome deux de ce diptyque additionnel qui nous a fait découvrir le passé, également aventureux, d’Eusèbe.

Vingt mois donc après le cycle principal, monté à la capitale pour intégrer la garde du cardinal, Eusèbe s’était vite retrouvé au coeur des intrigues de la cour, se faisant un ennemi mortel de l’ombrageux marquis de Montmorency et terminant – à la fin du tome 1 – au fond d’un sac, capturé par des malfrats… Il se retrouve en pleine Cour des miracles pour s’apercevoir que le roi des malandrins n’est autre que son propre frère, Fulgence !
Aussi roué qu’Eusèbe est intègre, Fulgence va se servir de leur ressemblance pour tromper le beau monde et enfoncer un peu plus son frère dans les difficultés. Et la bienveillance naturelle de ce dernier ne pourra éviter un grand drame dans le Royaume…

Lire la suite

Nobody Owens, un inconnu qui gagne à être connu

etrange-vie-de-nobody-owens-t01_couvetrange-vie-de-nobody-owens-02_couvL’étrange vie de Nobody Owens, vol1 et vol 2, Neil Gaiman, P.Craig Russel (scénario). D. Lafuente, S.Hampton, P.Craig Russell, K.Nowlan, G.Showman (dessin).  Delcourt, 176 p., 17,95 euros.

Une histoire gothique et onirique du grand Neil Gaiman, fort joliment mise en scène.
Ayant réussi à s’échapper de chez lui tout jeune enfant, alors que sa famille était massacrée par Jack, le membre d’une confrérie secrète, réfugié dans un cimetière où il est recueilli et élevé par un couple de fantômes, Nobody Owens vit désormais la vie habituelle d’un ado américain. Ou presque. Il est temps pour lui de se confronter au monde des vivants et des jeunes de son âge. Silas, son tuteur (par ailleurs un vampire) l’incite donc à aller au collège, où il devra se faire discret. Mais son sens de la justice va vite le faire remarquer. Et le mettre en danger…

Lire la suite

Le 13 novembre pour mémoire

13_11 AUTOPSIE D_UN ATTENTAT C1C4 BICHRO OK2.indd13/11, reconstitution d’un attentat – Paris 13 novembre 2015, Anne Giudicelli (scénario), Luc Brahy (dessin). Editions Delcourt, 128 pages, 14,50 euros.

En matière de terrorisme, Manuel Valls avait cru bon d’estimer qu' »expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser« . Ce petit ouvrage en apporte pourtant un clair démenti. Paraissant fort à propos un an après les attaques à Paris, du Stade de France au Bataclan, ce « documentaire en BD » n’excuse rien – et il décrit même des fusillades d’une inhumanité glaçante. Mais il explique très bien l’enchaînement des faits qui ont amené à cette nuit tragique…

Lire la suite

Morgane de toi

morgane_couvMorgane, Simon Kansara et Stéphane Fert (scénario), Stéphane Fert (dessin). Editions Delcourt, coll.Mirages, 144 pages, 17,95 euros.

La Quête du Graal, le Roi Arthur, Excalibur, Merlin, les chevaliers de la Table ronde, etc. Le Cycle arthurien n’est certes pas une thématique très nouvelle et elle a été largement déclinée sous toutes ses formes, jusqu’au sirupeux film de Disney qui a sans doute, plus que bien d’autres, imposé sa vision. C’est une approche radicalement différente que proposent Stéphane Fert et Simon Kansara dans Morgane.

Morgane, donc. Fille du roi Gorlais de Bretagne, née grâce aux sortilèges de Merlin et promise au trône de Tintagel avant qu’Uther Pendragon (également aidé par Merlin) ne s’impose ; demi-soeur d’Arthur contre qui elle développe une haine tenace et va nourrir une terrible vengeance. Et sulfureuse fée Morgane qui va se révolter contre Merlin qui se joue d’elle depuis le début…

Lire la suite

Aquablue se sort bien du naufrage

aquablue-15_couvAquablue, tome 15 : Gan Eden, Régis Hautière (scénario), Reno (dessin). Editions Delcourt, 14,50 euros.

Suite et fin du tome 14. L’aventure se situe encore prinicipalement ici sur le Standard Island, ce paquebot géant devenu le symbole des ambitions expansionnistes et touristiques terriennes, mais aussi de la résistance, violente au besoin, des « terroristes » natifs d’Aquablue.

Nao et Carlo vont tenter d’arrêter le projet fou des terroristes, qui ne visent rien moins que de faire couler le Standard Island, au risque de noyer tous ses passagers…

Lire la suite

Le drakkar toujours dans la galère

aslak-t3_couvaslak_t4_couvAslak, tome 3: le milieu du mât et tome 4: le monde du rien, Hub,  Weytens (scénario), Michalak (dessin). Delcourt, 48 pages, 14,50 €.

On l’avait un peu perdu de vue, depuis le tome 2, mais l’Aslak poursuit son périple au pays des chimères. Son équipage a même été contraint de s’unir à celui de Roald le Borgne. Et si les deux frères Skeggy et Sligand se retrouvent, ce n’est toujours le grand amour fraternel. Mais des défis et des dangers plus importants imposent leurs priorités.
Après avoir retrouvé la fibule et pensé avoir franchi la porte les ramenant sur leurs terres, les deux équipages vikings s’enfoncent dans des cavernes sans fond, débouchant dans un paysage glacé, qui pourrait être bien le pays de la géante Hel, le royaume des défunts, avec ses colonnes de morts-vivants…

Lire la suite

Jean-Pierre Pécau n’arrête pas son char

cette-machine-tue-les-fascistes_couvCette machine tue les fascistes, Jean-Pierre Pécau (scénariste), Senad Mavric (dessin). Editions Delcourt, 88 pages, 17,95 euros.

« Cette machine tue les fascistes« : le chanteur de protest song américain Woody Guthrie avait inscrit cette formule sur sa guitare. Ici, un ingénieur soviétique, Sergueï Souvarov, en fait une transposition plus littérale encore… sur le flanc d’un char d’assaut. Mais pas n’importe lequel:  un IS-2, le Josef Stalin (soit Iosif Stalin en russe), considéré comme le meilleur char de la Seconde Guerre mondiale.
Vétéran de Stalingrad et ex-Zek déporté en Sibérie, Souvarov a ainsi voulu marquer la fabrication du 500e exemplaire de son char. Et il explique sa philosophie à un général lui demandant pourquoi il n’a pas écrit « allemand » au lieu de « fasciste »: « Tous les Allemands ne sont pas des fascistes et à travers le monde, il y a beaucoup plus de fascistes que d’Allemands. Comme ça, la machine pourra en tuer davantage« .

Sur cette base, radicale et révolutionnaire, ce IS-2 va traverser les conflits de cette seconde partie du XXe siècle : la bataille de Seelow, dernière grande bataille de chars avant la conquête de l’Allemagne nazie, les combats dans les ruines de Berlin, mais aussi la Hongrie de 1956, l’attaque de la Baie des Cochons à Cuba jusqu’aux combats de libération de l’Angola et les montagnes d’Afghanistan, broyant de nombreux équipages…

Lire la suite