Un été BD pas très dense, mais riche dans la presse

L’été est toujours (plus ou moins) propice à l’extension de l’offre de presse en matière de bande dessinée. L’engouement est certes moins fort cette année, mais quelques titres proposent de nouveau à leurs lecteurs des séries graphiques d’été.

Comme déjà évoqué, le Courrier picard poursuit sa marche avec La Guerre des Lulus, et prépublie en exclusivité durant l’été les planches du tome 5 (à paraître mi-novembre aux éditions Casterman). Dernier tome – se déroulant en 1918 – de cette série des deux auteurs picards Hardoc et Hautière.
Parmi nos confrères de la presse quotidienne régionale, Sud Ouest exhume (mais uniquement dans son numéro du dimanche) des planches strips de De Gaulle à la plage de Ferri – pas vraiment une nouveauté, mais d’un humour qui fonctionne toujours.
Dans un autre genre, Corse Matin propose la bande dessinée de Philippe Antonetti Corsica 1919, tous les jours… et en langue corse…

Lire la suite

De retour dans le « Courrier picard » : « Les Lulus, une guerre à hauteur d’enfants »

Le cinquième épisode de La Guerre des Lulus sort en septembre. Il sera aussi prépublié tout l’été dans Le Courrier picard. Spécialisé en bande dessinée sur la Guerre de 14-18 Vincent Marie apporte son regard d’historien sur la série.

Dès ce lundi 10 juillet et durant tout l’été, les « Lulus », jeunes héros des auteurs samariens Hardoc et Hautière, seront hébergés dans le Courrier picard. Dans une version « collector » en noir et blanc, avant la parution de l’album, couleurs, à la rentrée.
Des retrouvailles familières puisque cela fait trois étés que nos lecteurs peuvent suivre, en prépublication et en avant-première les péripéties du quatuor d’orphelins bousculés par la Grande Guerre.

Après s’être réfugiés dans les bois de l’Aisne, avoir tenté de se cacher au Familistère de Guise puis s’être retrouvés malencontreusement en Belgique, Luigi, Lucas, Ludwig et Lucien ont rejoint de nouveau la France. Laissant leur amie Lucie chez ses grands-parents outre-Quiévrain, on les retrouvera, en ce début d’année 1918 et de cinquième album, dans les Vosges. Toujours derrière les lignes allemandes et alors qu’une résistance se met en place. Au début de l’album, ils seront en bien mauvaise posture (voir vignette ci-dessus)… On se gardera donc de dévoiler l’intrigue. Sinon pour noter que pour la première fois depuis le début de la guerre, le groupe va être contraint de se séparer.

Pour évoquer la place occupée par cette série jeunesse (mais tout public) dans la production d’albums de bande dessinée sur la Première Guerre mondiale, entretien avec Vincent Marie, agrégé d’histoire, auteur notamment du documentaire Là où poussent les coquelicots et qui fut commissaire de la première grande expo consacrée à BD et 14-18 à l’Historial de la Grande Guerre de Péronne…

Lire la suite

« The Walking Dead plus proche de la fin que du début » déclare Charlie Adlard au « Courrier picard »

Charlie Adlard, lors d’une séance dédicaces, samedi.

Comme déjà évoqué, Charlie Adlard aura été l’auteur de l’année, pour cette édition 2017 des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens.
En plus de ces nombreuses et généreuses interventions tout au long du week-end, sous forme de rencontre dans l’expo Walking Dead conçu pour l’occasion, de table-ronde sur sa carrière, de « leçon » à la fabrique de la bande dessinée, mais aussi de nombreuses dédicaces (généralement accompagnées de séances photos auxquelles il s’est prêté avec le sourire) le dessinateur de la série Walking Dead a aussi accordé un entretien au Courrier picard.
Occasion de revenir sur les personnages de ses comics, sur son travail assez fusionnel avec les scénariste Robert Kirkman ou son relatif désintérêt pour les zombies (en soi). Et, sans « spoiler » bien sûr, d’avouer que la série a bien une fin et qu’elle est aujourd’hui plus proche de celle-ci que du début. Début qui remonte déjà, il est vrai, à quatorze ans et 27 volumes parus.

 

 

L’Alex nouveau est arrivé

Le nouveau recueil annuel de dessins d’Alex, dessinateur du Courrier picard vient de sortir. Une façon de revoir l’année 2016 avec férocité et drôlerie.

capture-decran-2016-12-04-a-16-04-05« Primaire », l’actualité l’a encore été souvent en 2016. Avec Alex, elle se fait aussi grinçante, piquante, impertinente et surtout réjouissant. Tous les matins, il offre l’occasion d’un premier sourire avec son dessin en dernière page du Courrier picard. Et chaque fin d’année, il revient aussi avec un « bonus », en forme de recueil de ses meilleurs dessins. Recueil qui comprend traditionnellement aussi quelques « inédits » – dessins refusés au cours de l’année ou créations totalement inédites, comme cette fois avec quelques photomontages drôlatiques. L’édition 2016 vient de paraître (aux éditions Courrier picard, 114 pages, 9,90 euros).

Lire la suite

Chaunu et Alex expliquent leur dessein dans « l’Union »

Deux pages intéressantes consacrées à deux dessinateurs de presse à lire dans l’Union paru vendredi 18 novembre (grâce aux joies numériques du « bimédia », il est encore possible d’aller voir l’édition en ligne du quotidien champenois l’Union, qui fait partie, comme le Courrier picard, du groupe Rossel – La Voix du Nord).

uneionL’occasion est fourni par le spectacle assez inédit que Chaunu (dessinateur de l’Union mais aussi de Ouest France) propose en ce moment et jusqu’à fin décembre à Paris. Un spectacle assez singulier puisqu’il s’agit du premier « one-man-show » mêlé à des dessins en direct. Dans l’article, le dessinateur explique son envie de se mettre ainsi en danger, avec un spectacle où il parle de son enfance, de son métier et de l’actualité politique.

En complément, le journal organise aussi un « face à face » entre Chaunu et Alex, dessinateur de l’Ardennais mais surtout du Courrier picard, à travers leur conception du métier de dessinateur de presse, leur style, leur manière de travailler au quotidien ou les limites qu’ils se fixent…

Lire la suite

« Dad » est dans le « Courrier »

0022fr_dad_01-2Deuxième série de la nouvelle saison BD dominicale du Courrier picard. Après avoir découvert, dimanche dernier, la première planche d’Une année au lycée, la délirante (et nourrie d’observations in situ) série sur le lycée de Fabrice Erre, les lecteurs du Courrier ont retrouvé ce dimanche la première planche de Dad, la série humoristico-familiale à succès de Nob.

En effet, cette année – enfin, de septembre à juillet prochain – ce se ne sera plus une bande dessinée qui sera présente dans les pages du quotidien régional picard, mais deux, en alternance.

 

Deux bandes dessinées à retrouver dans le « Courrier picard » cette saison

capture-decran-2016-09-17-a-09-57-55Le Courrier picard proposera à partir du 25 septembre, deux séries alternativement le dimanche :  « Dad » de Nob et les élèves délirants d’Une année au lycée, de Fabrice Erre.

1Et pour commencer, rencontre avec Bruno Chevrier (alias Nob) ici et Fabre Erre (alias Fabrice Erre), là. en forme de mise en bouche et de rafraîchissement sur leurs deux univers.

 

« Une année au lycée » dans le « Courrier picard » : « On vit de grandes aventures à l’école »

Fabrice Erre, auteur de bande dessinée, notamment de "Une année au lycée", "Z comme don Diego" ou "Mars"

Fabrice Erre (photo Cécile Gabriel)

Docteur en histoire, Fabrice Erre est auteur d’une thèse sur la presse satirique au XIXe siècle (L’Arme du rire. La presse satirique en France, 1789-1848). Cet art du rire, ce prof de lycée va le mettre en pratique dans plusieurs albums hilarants, sur le mode loufoque, avec Fabcaro (Z comme Don Diego ou Mars). Et désormais, en solo, en contant sa vie de prof, dans Une année au lycée, en albums chez Dargaud (le troisième vient d’être publié) mais aussi au fil des jours sur son blog dessiné du Monde.
Et, à compter de ce dimanche 25 septembre, on retrouvera son univers scolaire déjanté un dimanche sur deux dans le Courrier picard.

Petite révision avec l’auteur avant de commencer à voir ses planches…

Lire la suite

Les « Lulus » reviennent passer l’été dans le Courrier picard

Dès ce mardi et durant tout l’été, le nouvel épisode de La Guerre des Lulus sera à découvrir en prépublication dans le Courrier picard.lulus2 detourQuatrième année de « Grande Guerre » pour les « Lulus » et quatrième album de la série à succès des Amiénois Régis Hautière (au scénario) et Hardoc (au dessin).

Le nouvel épisode des péripéties de ces enfants laissés à eux-mêmes en pleine Première Guerre mondiale va paraître en septembre. Mais les lecteurs du Courrier picard, grâce à un partenariat avec les éditions Casterman, auront la primeur de ces nouvelles aventures, dans une version « collector » en noir et blanc.

Début de la prépublication dès ce mardi 12 juillet, à raison d’une page par jour du lundi au samedi et de deux pages chaque dimanche jusqu’au 30 août. Avant cela, un petit rappel des épisodes précédents paraît ce lundi dans le Courrier picard, car il s’en est passé des choses, depuis la découverte de leur abandon devant l’offensive allemande dans La Maison des oubliés, leur rencontre et leur amitié conclue tragiquement avec le déserteur Hans et leur passage au Familistère de Guise.
Leurs nouvelles aventures devraient cette fois leur faire quitter la Picardie et arpenter la Belgique.

Histoire à suivre, donc, dès demain, dans le cahier été du Courrier picard.

 

Le Courrier picard mobilise Charlie pour le centenaire de la bataille de la Somme

A l’occasion du centenaire de la bataille de la Somme, le Courrier picard publie dans son édition spéciale de ce 1er juillet, les quatre premières planches de la Grande Guerre de Charlie. Occasion de faire découvrir, pour ceux qui ne le connaîtrait pas, un pendant britannique à Jacques Tardi.

Sans titreAu-delà des livres d’histoire, la bande dessinée a su faire partager l’horreur de la Grande Guerre. En France, le nom de Jacques Tardi s’est imposé. Ses poilus agonisants, les boyaux à l’air, ses soldats dans la boue des tranchées demeurent des images marquantes. Le ton est rageur, mais C’était la guerre des tranchées (Casterman, 1993) ou Putain de guerre (Casterman, 2008 à 2013) sont entrés dans le patrimoine. Si les poilus ont acquis cette reconnaissance du 9e art, c’est moins le cas pour les « tommies ». Pourtant, une série pourrait prétendre être le pendant le Tardi : Charley’s War – La Grande Guerre de Charlie – de Pat Mills et Joe Colqhoun. Sans aucune volonté de copier, ces deux auteurs partagent avec le père d’Adèle Blanc-Sec le ton antimilitariste et l’attention particulière aux détails et à la véracité historique.

La saga a été publiée de 1979 à1988 – avec succès – dans un magazine populaire de bande dessinée de guerre, Battle. En 2011, un éditeur français, Laurent Lerner s’est lancé dans l’aventure d’éditer l’intégrale de la série en français. Achevée au printemps, la collection comprend dix tomes, grand format, dos cartonné, papier glacé et copieux dossiers complémentaires.

On a déjà dit ici avec enthousiasme tout le bien que l’on pensait de cette série. On saluera, en plus son éditeur français, qui a gracieusement accepté de faire partager aux lecteurs du Courrier picard le premier épisode des aventures de Charlie. Un épisode de circonstances puisqu’il montre le jeune anglais tricher sur son âge pour pouvoir s’engager dans l’armée de volontaires de Kitchener et passer son baptême du feu pendant la bataille de la Somme !

Et avec ces quatre planches, il est déjà possible de saisir les qualités de l’œuvre et le talent de ses deux auteurs.

Bref une édition spéciale, vraiment spéciale du Courrier aujourd’hui.