Le tome 34 de Boule et Bill annonce
les aventures au cinéma


Boule et Bill, tome 34 – Un amour de cocker, par Pierre Veys, Cric, Diego Aranega et Laurent verron, d’après Jean Roba. 48 pages, 10,60 € chez Dargaud.

Le battage médiatique est tel que personne ne manquera la sortie du film de Boule et Bill, le 27 février au cinéma. C’est l’adaptation des albums de Jean Roba par les réalisateurs Alexandre Charlot et Franck Magnier. Portée par Marina Foïs et Franck Dubosc, qui incarnent les parents de Boule (Charles Crombez), la comédie met en scène la rencontre et les premières péripéties du jeune garçon et de son inséparable cocker. Le début d’une amitié pour les uns, le début des ennuis pour les autres…

Lire la suite

Greg Szlap (Harmonijka) à Amiens avec Johnny Hallyday

Harmonijka est paru le 6 juin 2012. Son auteur sera à Amiens avec... Johnny Hallyday !

Voilà le genre d’évènement comme on aime que le monde de la bande dessinée nous en propose de temps en temps. A l’occasion de la tournée de Johnny Hallyday, Greg Szlap, l’auteur de la bande dessinée « Harmonijka » sera à Amiens le 13 octobre.

Avant d’en savoir plus, petit rappel à propos de ce One Shot de chez Glénat, en 96 pages à 15,50€, par  Philippe Charlot, Miroslaw Urbaniak et Greg Zlap.

Tu seras pianiste, mon fils !

Paris, le 14 juillet 2009, au petit matin… Greg Zlap sent la pression monter. Dans la soirée, il se produira au Champ-de-Mars devant plus d’un million de spectateurs. Il est l’harmoniciste de Johnny Hallyday sur son Tour 66. Durant cette journée particulière, Greg voit défiler dans son esprit le film de sa vie. Rien ne le prédestinait à se retrouver ainsi sous le feu des projecteurs, un jour de fête nationale, à côté de la plus grande star française. L’artiste est né au début des années 70 dans une H.L.M. de Varsovie. Il débarque en France à l’âge de 17 ans avec dans les poches un simple harmonica et dans la tête l’espoir un peu naïf d’en vivre. Personne ne lui donnait alors la moindre chance d’y arriver, surtout pas son père, qui l’avait rêvé grand pianiste…

Les auteurs :
Lire la suite

A vendre : album BD immobilier, attention arnaque(s)

 

Comme dans certaines agences immobilières, la façade de l'album est prometteuse...A vendre, Vie et moeurs de l’agent immobilier, chez Dupuis, par Dal et Bercovici. 48 pages, 10,60 euros.

Caricaturer l’agent immobilier n’est pas chose difficile. Il suffit d’en connaître un ou d’avoir eu affaire à l’un d’entre eux pour que les idées se bousculent dans un cerveau doué d’imagination comme celui de Dal, le scénariste.

Oui mais… Produire un album de gags est aujourd’hui risqué tant il s’en publie chaque mois dans les différentes maisons d’édition. Et Dupuis n’aurait pas dû s’aventurer sur un terrain conquis par les éditions Bamboo : l’humour « métiers ». Les pompiers, les gendarmes, les profs… puis les rugbymen, les footballeurs, les cyclistes… Bamboo occupe en effet un créneau avec le talent qu’exige le genre. On ne le retrouve hélas pas dans cet album de Dupuis dont la couverture est autant une promesse douteuse que la façade de la maison qu’il montre à vendre. Car de gag en flops, on s’ennuie vite et, pour dire vrai, on a hâte que ça se termine. Il faut espérer que nous rencontrions des avis divergents car Dal et Bercovici ont, par ailleurs, un véritable talent de raconteurs d’histoires drôles…

Ci-dessous, un exemple de gag-flop trop lourd pour ce qu’exige l’humour « métier ». Lire la suite

Un groupe de saints pas très religieux

L'album tient les promesses de la couverture...

L'album tient les promesses de la couverture...

Septième sens, tome 1, par Corbeyran et Djillali Defali, éditions Delcourt. 56 pages, 14,30€.

 

Dès le départ, ça sent le mystère. Cette journaliste retrouvée défigurée au milieu d’un groupe de scientifiques tous tués, que faisait-elle dans cette expédition ? Qu’est-ce qui a ainsi causé leur mort ? Quelle est cette substance composée de cyanobactéries, qu’on retrouve comme une traînée de limace, en spirale, autour d’une entrée de grotte ? Et qui sont ces hommes et ces femmes, qui se disent saints mais que « la foi ne concerne en rien. Les religions ont été inventées par les hommes pour apaiser les angoisses d’autres hommes » ? Mais qui font le bien et traquent sans relâche, mais dans la plus grande discrétion, les agressions surnaturelles sur le monde…

 

Premier tome

Les Martyrs ne sont pas morts pour rien. Les Saints n’ont pas souffert en vain. Génétiquement programmés pour ressusciter, ils ont accédé à l’immortalité. Pour chacun d’eux, la souffrance a été le révélateur d’un don, ce qu’il est convenu d’appeler le septième sens. Disséminés aux quatre coins du globe, ils ont la charge de veiller sur le monde. Aujourd’hui, cette harmonie est sur le point d’être rompue…

Luc est le patron de ce groupe nommé « Présence ». Autour de lui, des figures : Jane (Jeanne d’Arc), Jo (Georges), Tony (Antoine) et Marie-Madeleine. Ces personnages bibliques et mythiques sont bien d’aujourd’hui dans cette aventure palpitante, mais viennent tout droit de leurs – vraies – origines.

Très talentueux

Les éditions Delcourt ne s’y sont pas trompées en constituant ce duo Corbeyran-Defali. Ce n’est pas la première fois qu’ils oeuvrent ensemble et il y a des chances qu’ils rencontrent  nouveau le succès, comme pour La loi des 12 tables, le syndrome de Hyde chez Delcourt, ou encore Uchronies chez Glénat. <Les tomes 2 et 3 sont programmés en 2013 : on a hâte de les découvrir !

Un dessin soigné, un réalisme touchant et un scénario torturé à souhait : ce sont les ingrédients d'un beau succès à venir.

 

 

La Ribambelle faits des siennes au pays du Sumo

Comme la couverture l'indique, on est dans la ligne claire : des aventures pour petits et grands, naïves et sans prise de tête.

La Ribambelle, tome 2 chez Dargaud, par Zidrou et Krings, 10,60 €.

Envie de vous détendre après une bonne journée de boulot ? Trop mal au crâne pour entrer dans une véritable bande dessinée au scénario léché, au dessin travaillé et au suspense insoutenable ? Jetez-vous sur la Ribambelle. La ligne claire de cette série au premier degré n’est pas fatigante, comme le résumé ci-dessous le dévoile. Les gags sont simples, feront rigoler les petits lecteurs sans trop lasser les adultes. Attention, bédéphiles très avertis, s’abstenir. Mais à mettre entre toutes les mains des néophytes.

L’histoire

Des combats de sumo aux étagères remplies de mangas, voici la Ribambelle qui s’envole vers le pays d’Atchi et Atcha : le Japon. Ils vont y retrouver une vedette de sumo qui est victime d’une terrible machination. Un coup de main de la bande d’amis sera le bienvenu pour la sortir de là ! La Ribambelle est de retour ! Dans ce tome 2, vous retrouverez le groupe d’amis pour de nouvelles aventures. Cette bande dessinée s’adresse essentiellement aux plus jeunes. Elle est remplie d’humour avec les enfantillages des personnages et les pièges ridicules, mais comiques, des Caïmans. C’est aussi une histoire très rythmée et pleine d’intrigues. En effet, toutes les péripéties que rencontre la Ribambelle et les manigances auxquelles elle doit mettre fin nous tiennent en haleine jusqu’au bout du récit. Une réadaptation fidèle de la bande dessinée culte de Jean Roba, qui revient, modernisée par Zidrou et Krings plus inspirés que jamais et prêts à nous faire voyager avec humour et tendresse.

Zidrou

Zidrou est né à Anderlecht, une commune de Bruxelles le 12 avril 1962. Il a débuté dans la vie active comme instituteur. Mais s’apercevant que les histoires qu’il invente ont plus d’impact que les leçons qu’il donne, il quitte l’enseignement et se lance dans l’écriture de chansons et de livres pour enfants. Maman Robot, aux éditions Casterman, Le Grand Amour de Mathurin Pinpin, aux éditions Nathan, et Le Petit Roi Dagobert, dans la « Bibliothèque rose » chez Hachette, sont ses titres les plus connus. En 1991, sa rencontre avec le dessinateur Godi lui permet d’entamer une carrière de scénariste de bandes dessinées. De leur association naît L’Élève Ducobu en 1992. En 1998, Zidrou s’établit en Espagne. Avec Hilde, son épouse, et leurs quatre garçons, il vit actuellement dans un village d’Andalousie.

Krings

Krings est né à Anderlecht en février 1965. Il suit des études à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Il débute dans la bande dessinée comme assistant de Dupa, pour plusieurs albums de Cubitus et Nicky, et décoriste de Walli, sur Modeste et Pompon et Chlorophylle. En 2004, il illustre Le Guide junior des filles aux côtés des scénaristes Jacky Goupil et Sylvia Douillet, ouvrage paru chez Vents d’ouest. Toujours en 2004, il travaille sur une série à gags, Inquisitor (scénario de Pierre Veys), qui paraît dans le Lanfeust Mag. Fin 2005, Fabrice Tarrin passe le flambeau à Jean-Marc Krings qui accepte le challenge et reprend le dessin de Violine, tout en s’attachant à faire revivre La Ribambelle avec Zidrou.

 

Des thèmes très actuels sont abordés dans cette ouvrage qui n'est pas un traité de philosophie, tout de même !

Une BD bonne comme…
un bon Bordeaux !

A placer dans toutes les bédéthèques de belle facture !

Châteaux Bordeaux, T2 L’œnologue, par Corbeyran et Espé chez Glénat, 13,9 €.
Une intrigue comme on les aime, emballée dans un dessin de velours, fait de cette bande dessinée un objet qui illumine une bonne bédéthèque. Le « pitch » : suite au décès de leur père, les trois enfants Baudricourt ont hérité de l’exploitation vinicole familiale, un vaste domaine situé au cœur du Médoc. Alors que les deux frères comptaient plutôt revendre le domaine, leur jeune sœur, Alexandra, a décidé de reprendre en main le vignoble paternel. Pressions financières, procédés mafieux, chantages affectifs n’auront pas raison de la passion naissante d’Alex pour ses racines familiales.
Un scénario rondement mené et richement documenté nous emmène dans l’univers viticole du Bordelais. Belle robe, bouquet enivrant : à déguster !

 

Pour le feuilleter, cliquez ici.

L’amour en BD entre Marivaux
et vaudevilles…

Ils se croisent et se décroisent... comme les jambes de Sharon Stone dans Basic Instinct !Marivaudevilles de jour, par Martin Veyron, éditions Dargaud, 13,99€.
Au premier abord, ce sont des dessins simples comme bonjour. Le bonjour que s’échangent deux amoureux avant de se quitter. Dans la rue, ils croisent un dragueur fou, une bimbo chic, et nous voilà embarqués dans une drôle d’histoire. D’un couple à l’autre, d’une rencontre à une rupture en passant par une aventure purement charnelle, cette bande dessinée apparemment peu séduisante vous prend dans sa toile sans queue ni tête – enfin, vous comprenez ! Son titre en dit long : un mélange de l’univers de Pierre Marivaux avec celui des vaudevilles simples et légers, bourrés de quiproquos. À déguster sans prise de tête et sans trop chercher à comprendre de quoi il retourne !

En bonus, voici ce qu’on trouve sur la quatrième de couverture :

Marivaux (Pierre de) : Ecrivain français né à Paris (1688-1763). Il a composé un grand nombre de comédies remarquables par l’analyse psychologique tout en nuances du sentiment amoureux.

Vaudeville (n.m.) : Comédie légère, complexe et burlesque fondée sur l’intrigue et le quiproquo.

Marivaudeville (n.m.): Mot-valise forgé par l’auteur pour désigner cet ouvrage que vous lirez avec plaisir !

 

Le manuel de survie… face aux ordis

Dommage, c'est presque le gag le moins drôle qui a été sélectionné pour la couverture...

Les ordinateurs, « Manuel de survie » par Lapuss’, Loizedda et Lecloux, chez Delcourt, 35 planches. 

Accros aux nouvelles technologies et aux écrans de toutes natures, ou allergiques ? Cette encyclopédie des galères en tout genre est pour vous. L’homo ordinaticus figurera certainement dans les livres d’histoire tant cete machine infernale a d’influence sur nos comportements « modernes », voire sur notre posture. Une frise de l’évolution humaine introduit cyniquement cette bande dessinée : ou quand l’homme courbé devant son ordinateur se rapproche plus de l’homo-erectus que de l’être humain fier et droit du temps des Gaulois !

Les gags en une page, c’est efficace. Facile à lire. Facile tout court. Du trait aux mini-scenarii, tout est basique (pas basic, hein !) dans cette bédé dont les auteurs n’ont eu qu’à se pencher pour ramasser leur inspiration. Au bureau, à la maison, les femmes, les hommes, les jeunes, les vieux : on est tous marteau à cause des ordinateurs. C’est donc gentiment drôle même si un peu cruel avec certains de nos contemporains. Ne vous privez pas, feuilletez-le, mais ne vous attendez tout de même pas à en mourir de rire !

Se marier… à tout prix ?

Théo peut-il se marier avec sa cousine, qui n'a que 15 ans ?

Vivisection, Cisko K et Matt Dunhill. Editions Treize étrange, 128 pages, 15 euros

Trois en deux ! Ce n’est peut-être pas un record mais c’est la troisième fois en deux ans que la sœur de Théo se marie. Retrouvailles en cousins, cousines, les parents proches ou plus lointains, c’est en plus de l’échange des vœux à cela que sert un mariage. C’est aussi l’occasion de rencontrer la nouvelle belle famille et ses amis et de nouer des relations qui pourraient… peut-être. Et, pour Théo, c’est la découverte du coup de foudre ! Elle est belle, elle est intelligente et sensible au charme de ce séducteur. Le scientifique tout empli de logique cartésienne « se fait tout p’tit devant un’ poupée qui ferm’ les yeux quand on la couche ». Pris au piège le gars Théo, mais il y a un petit problème. Un tout petit problème. La demoiselle est sa cousine ; alors : on peut ou on peut pas ? Et puis, elle a à peine 15 ans; alors : on peut ou on peut pas ?
Les émois et les états d’âme d’un séducteur malgré lui. C’est un peu en voyeur que nous entrons dans l’esprit de Théo, que nous le suivons de l’enfance à l’âge adulte, avec ses copains et la statue du Commandeur, incarnée par une mère dominatrice. Une tranche de vie d’aujourd’hui, avec ses surprises, ses règles, ses incartades et ses foucades. Un récit vif et agréable.

 

Centaures : le retour des avions de chasse !

Une aventure qui décoiffe avec le Charles-de-Gaulle en base arrière !

Centaures, Tome 1 : Crisis, Emmanuel Herzet & Eric Loutte. Editions le Lombard, 48 pages, 11,95 euros

Les îles Amandines, un ancien DOM-TOM devenu indépendant, connaissent une grave crise politique qui dégénère en guerre civile. Les rebelles n’hésitent pas et s’en prennent à la base militaire française du lieu. Un Rafale évacuera la zone dangereuse de justesse mais il doit se poser en catastrophe en territoire hostile. Le Charles-de-Gaulle appareille pour se porter au secours des pilotes…

Depuis l’arrêt de la série de « Tanguy et Laverdure« , l’aviation française n’avait plus guère les honneurs de la BD. Avec cette nouvelle série qui démarre sur les chapeaux de roues, voici une injustice de réparée. Mêlant réalité et fiction ce premier opus nous permet, grâce à une documentation rigoureuse, de nous infiltrer dans le milieu fermé de l’aéronavale et d’assister non seulement à la vie des pilotes mais aussi à celle des marins. Un ouvrage où l’aspect technique est présent mais aussi le côté humain qui permet de s’attacher aux personnages. Décrit par le dessinateur comme « une mise en bouche » ce premier volume nous fait saliver. Un petit point pourtant risque de causer problème pour la suite. L’Elysée est mis au courant de l’affaire, ce qui est logique, mais pris par son souci de réalisme, le dessinateur a dessiné Nicolas Sarkozy. Que se passera-t-il, s’il n’est pas réélu en 2012 ? Il aurait peut-être été préférable d’inventer un Président, comme dans les séries américaines réalistes !

Une chose est sûre, ces Centaures font feu des quatre fers, voilà une BD qui décoiffe.