Un été BD pas très dense, mais riche dans la presse

L’été est toujours (plus ou moins) propice à l’extension de l’offre de presse en matière de bande dessinée. L’engouement est certes moins fort cette année, mais quelques titres proposent de nouveau à leurs lecteurs des séries graphiques d’été.

Comme déjà évoqué, le Courrier picard poursuit sa marche avec La Guerre des Lulus, et prépublie en exclusivité durant l’été les planches du tome 5 (à paraître mi-novembre aux éditions Casterman). Dernier tome – se déroulant en 1918 – de cette série des deux auteurs picards Hardoc et Hautière.
Parmi nos confrères de la presse quotidienne régionale, Sud Ouest exhume (mais uniquement dans son numéro du dimanche) des planches strips de De Gaulle à la plage de Ferri – pas vraiment une nouveauté, mais d’un humour qui fonctionne toujours.
Dans un autre genre, Corse Matin propose la bande dessinée de Philippe Antonetti Corsica 1919, tous les jours… et en langue corse…

Pour le quotidien Corse-Matin, une bande dessinée… en corse.

Côté quotidiens nationaux, Libération reste fidèle à lui-même, à savoir à sa reconnaissance du 9e art dans ses colonnes, mais dans une approche avant-gardiste ou underground. C’est encore le cas cet été avec depuis hier et jusqu’au 5 août la publication de planches extraites de Happy fucking birthday, nouvel album de l’Australien Simon Hanselmann, série comique trash mettant en vedettes une sorcière (Megg), son chat (Mogg) et un hibou (Owl). Avec un trait lorgnant un brin vers les Simpson et un humour annoncé comme proche de celui de South Park (mais plutôt gentillet pour les deux premières planches publiées).
Aujourd’hui en France reprend également une bande dessinée en avant-première dans son cahier estival. Avec une série nettement plus grand public, puisqu’il s’agit du prochain tome des aventures de Titeuf, de Zep.

L’offre des quotidiens nationaux se raréfiant, c’est ensuite du côté des hebdos qu’il faudra aller voir. Le Figaro magazine réussit donc le joli coup de l’été en prépubliant le prochain album de Corto Maltese, désormais repris par Diaz Canales et Pellejero. Le début de l’aventure d’Equateur – présenté depuis la semaine passée – s’avère plutôt séduisant et réussi, dans une veine littéraire.

Autre réussite éditoriale, celle des Inrocks qui font paraître le nouveau Lapinot, le héros de Lewis Trondheim… Pourtant mort – par la volonté de son créateur – voilà treize ans, Lapinot « ressuscite » donc par la magie de la bande dessinée et via une vague histoire d’univers parallèle torché en trois cases d’introduction de ce Monde un peu meilleur (à découvrir en album le 21 août à l’Association).

Les Inrocks (et Lewis Trondheim) ressuscitent Lapinot

L’Humanité dimanche elle aussi propose une jolie offre avec les planches du prochain album de Matteo, l’ouvrier anar de Jean-Pierre Gibrat, qui va traverser toutes les crises du début du XXe siècle (La Grande Guerre, la Révolution russe, le Front populaire) et se retrouver assez logiquement cette fois au coeur de la guerre et de la révolution espagnole.

Enfin dans ce panorama non exhaustif, notons l’amusante proposition du mensuel Alternatives économiques dans son numéro de juillet-août. Pas de « série » à proprement parler, s’agissant d’un numéro unique pour l’été, mais un dossier sur les « gros mots de l’économie » (des concepts aussi barbares que le « siphon à liquidités », « la destruction créatrice » ou le « super-prêteur ») expliqué à la fois par un court texte de journaliste de la rédaction complété par une planche de bande dessinée. Et le journal réunit un beau casting, avec entre autre Florence Dupré la Tour, Thibaut Soulcié, James, Jul, Terreur graphique ou Fabrice Erre !
Le dossier est accompagné de présentation et d’une mini-interview où les auteurs évoquent leurs rapports – souvent lointains – avec la science économique.

Bref, pour conclure en restant dans ce domaine économique, disons que l’offre en bande dessinée estivale n’est pas forcément très répandue, mais que la rareté en fait sa richesse.

l’explication de la « maladie hollandaise », vulgarisée par James, dans Alternatives économiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *