Ca se presse moins autour de la BD, mais Gotlib et le Journal de Tintin sont à l’honneur cet été

Moins présente dans la presse quotidienne cet été, la bande dessinée est à l’honneur dans des hors série sur Gotlib ou le Journal de Tintin.

FullSizeRender(1)

autoportrait de Gotlib, couverture du tome 4 des Rubriques-à-brac (1973).

L’été n’est plus vraiment une période de prédilection pour la bande dessinée dans la presse.

Certains journaux participent encore à cette promotion du 9e art, comme Libération qui après un manga un peu hermétique a débuté la publication des premières pages du tome 2 de Hâsib et la reine des serpents de David B, L’Humanité dimanche qui propose des extraits de différents albums « sociaux » de Futuropolis. Et plusieurs journaux de la presse quotidienne régionale y vont aussi de leur série d’été. C’est notamment le cas pour le Courrier picard avec sa prépublication du prochain tome de la Guerre des Lulus.

Mais le soufflé des années passées est un peu retombé. Deux hors série relèvent cependant le niveau, cet été…

TExpress_hs gotlibout Gotlib ou presque dans un hors série exceptionnel de l’Express

Après Hugo Pratt et XIII, L’Express consacre un beau numéro de 120 pages à Marcel Gotlib. Réalisé par une série de pigistes de haut vol spécialisés en bande dessinée (dont l’incontournable Didier Pasamonik, mais aussi Thierry Lemaire, Laure Garcia, Philippe Peter, Yves Frémion, Anne Douhaire ou le « gotlibologue » de Fluide Gérard Viry-Babel), ce numéro est un vrai dossier de fond sur le fondateur de Fluide Glacial.

Après un article biographique évoquant ce travailleur « aussi dépressif que génial » qu’est Gotlib, plusieurs sujets reviennent sur cette « vie d’umour et de bandessinée »: la relation filiale avec Goscinny, ses débuts avortés avec le Journal de Mickey, son parcours de Vaillant à Pilote ou l’Echo des Savanes. L’aventure Fluide glacial, bien sûr, mais aussi les compagnons de route, l’analyse de son humour ou les secrets de son art. Ces articles s’accompagnent de monographies de ses grandes séries (Gai-Luron, Cinémastock, Bougret et Charolles, les Dingodossiers, Superdupont, etc) et d’extraits d’une longue interview réalisée par Numa Sadoul distillés tout au long d’un numéro qui bénéficie d’un éblouissant travail iconographique.
S’il n’y a pas « tout Gotlib » dans ce magazine – ce qui aurait été difficile – on en retrouve beaucoup. Un beau numéro hommage qui supporte aussi la relecture (pour 8,90 euros, c’est donné).

Paris-Match journal de tintinParis-Match revisite l’histoire du Journal de Tintin

Plus original, Paris-Match (en partenariat avec les Belges de La Libre Belgique et de la Dernière Heure) se met aussi à la bande dessinée, avec un hors série consacré aux 70 ans du Journal de Tintin. Là encore, l’hebdo du poids des mots et du choc des photos a fait appel à des spécialistes, comme Yves Frémion encore, mais aussi les historiens du 9e art Patrick Gaumer et Dominique Petitfaux, plus une série d’universitaires, qui donne un ton plus historique au numéro.
L’approche est ici plus classique, moins effervescente peut-être, mais copieuse également (112 pages).
De 1946 à 1988, les articles reviennent chronologiquement sur les grandes étapes du journal. Occasion de découvrir ou de se souvenir que ses pages ont vu passé (et naître souvent) Blake et Mortimer, Alix, Chlorophylle, Ric Hochet, Michel Vaillant ou Thorgal. Moins « fondamental », cette Saga du journal Tintin s’adresse sans doute surtout aux « tintinophiles » et aux passionnés de l’histoire de la presse. Mais le résultat est incontestablement intéressant et enrichissant. Et, là encore, le résultat est soigné et multiplie les dessins et photos originales. Le tout pour un rapport qualité/prix très correct (à 6,90 euros).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *