« Pilote » et « Paris Match » accompagnent Valérian

La sortie de Valérian – le film – a suscité logiquement un intérêt renouvelé pour Valérian (et Laureline) – la série de bandes dessinées. Parmi les nombreuses évocations, on reviendra sur deux parutions récentes. Et complémentaires.

Après avoir relaté l’an passé l’histoire du Journal de Tintin, Paris-Match s’intéresse donc cet été à la saga de Pierre Christin et Jean-Claude Mezières, présentée comme « la BD qui a inspiré les plus grands films de science-fiction ». Ce magazine n’apprendra pas grand chose à qui connaît déjà la série. En revanche, à l’aide d’articles courts et richement illustrés, ce hors série apporte les éléments de base aux béotiens du space opera en général et à Valérian en particulier. En revenant notamment sur divers aspects de la série (ses thématiques, ses créatures, le goût des dessins architecturaux de Mezières), accompagné d’un entretien avec les auteurs. Le tout (plus une bonne moitié consacrée au film de Luc Besson) pour 6,95 euros.

Déjà rapidement évoqué, le « Méga Spirou hors-série » de Pilote (qui re-renaît pour l’occasion), joint-venture (?) entre Dargaud et Dupuis, est lui d’un tout autre intérêt. Et il s’adresse à un public plus bédéphile qui pourra y trouver beaucoup de choses…

Interview de Christin et Mezières là encore, mais aussi un intéressant texte de Pierre Christin sur la science-fiction, « Littérature nouvelle pour un monde nouveau » ou le témoignage de Stan Barets (libraire spécialisé, éditeur, journaliste – à qui l’on doit notamment les dossiers de présentation accompagnant les intégrales de Valérian) sur la manière dont il vu « naître la science-fiction« .
Mais on notera aussi, dans ce magazine de 128 pages également très bien illustrés, une reproduction d’une partie du scénario original de l’Ambassadeur des ombres, la reprise d’une histoire courte de Valérian et Laureline publiée dans les années 70 dans Super Pocket Pilote (ces histoires sont aujourd’hui réunies dans l’album Par les chemins de l’espace) ou encore quelques planches en avant-première du prochain Valérian vu par… Lupano et Mathieu Laufray.
Et puis, surtout, plus d’une vingtaine d’hommages illustrés de grands noms de la bande dessinée contemporaine. De Mathieu Bablet à Mathieu Sapin, de F’Murrr à André Juiliard, d’Emmanuel Guibert à Pétillon ou Larcenet, tous y vont de leur regard, souvent drôle, parfois émouvant (Nicolas Barral) sur cette oeuvre fondatrice de la SF française. Et qui montre par cela, l’influence qu’elle a pu avoir.

A noter, pour les puristes ou ceux qui voudraient l’intégrer à leur bibliothèque qu’en plus du magazine disponible en maisons de la presse (7,95 €), une version cartonnée – avec huit pages supplémentaires –  est aussi parue, en librairie, au prix de 10,95 €.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *