Mise en boîte du travail

Au taf, Vaïnui de Castelbajac, éditions Delcourt, coll. Tapas, 128 pages, 16,95 euros.

Après les vacances, c’est le temps du retour au boulot. Autant reprendre avec le sourire. Comme dans la boîte imaginée par Vaïnu de Castelbajac. Son patron à l’air d’un grand-père paternaliste avec ses grosses lunettes rondes et sa moustache blanche, mais il se montre impitoyable, au point d’aller à l’enterrement de la mère d’un de ses employés pour vérifier l’excuse de celui-ci, en se mettant à l’écoute de son personnel en introduisant des micro-espions dans les locaux ou en tentant la « pet therapy » au bureau. Si investi dans son entreprise que même hospitalisé, son rythme cardiaque  copie le cours boursier de la société. Procédures (atypiques) de recrutement, fêtes rituelles, profils de salariés, tout y passe pour ausculter ces bêtes de travail que nous sommes tous (plus ou moins).
En – gros – bonus, ce sont d’autres bêtes de travail qui sont mises en scène, cette fois littéralement, avec des animaux en situation…

Lire la suite

Goddamned, l’Apocalypse now

The Goddamned, tome 1: avant le déluge, Jason Aaron (scénario), R.M. Guéra (dessin). Editions Urban Comics, Coll. Urban Indies, 152 pages, 10 euros.

On avait déjà salué cet album voilà trois mois. Mais deux avis (positifs) valent mieux qu’un.

Des les premières cases, on est plongé dans un paysage de désolation. Un désert sanguinolent où la végétation a totalement disparu et où pourrissent des cadavres de toutes sortes. Soudain, un homme nu aux cheveux blonds surgit d’une mare putride sous le regard effaré d’un enfant manchot et recouvert de cicatrices. Sans que l’on sache qu’il est et d’où il vient, il part massacrer une tribu d’hommes effrayants se faisant appeler les « Osseux ». Insensible à la douleur, ce guerrier à la force sur-humaine et immortel reprend s’appelle Caïn, fils d’Adam et Eve. Pour avoir tué son frère Abel, faisant de lui le premier meurtrier de l’Humanité, il est condamné à errer éternellement dans un monde devenu un enfer. Sur son périple allant crescendo dans l’horreur, il croisera des êtres plus monstrueux les uns que les autres, à la recherche d’une rédemption impossible. L’enfer est bien sur Terre…

Lire la suite

Philippe Luguy garde la Ligne

Ligne d’auteur: Philippe Luguy. Editions OpaleBD.com, 66 pages, 20 euros.

C’est donc aujourd’hui que se dévoile officiellement à Calais le premier « Ligne d’auteur », série d’ouvrages impulsée par le site associatif OpaleBD.com. Un artbook consacré donc à Philippe Luguy, ami des animateurs du site calaisien, mais surtout auteur connu pour sa série d’héroïc-fantasy Percevan ou son petit grillon Sylvio, qui fit le bonheur de Pif Gadget.

Pour évoquer cette carrière et ce travail, l’ouvrage débute assez classiquement par un entretien avec le dessinateur (un peu trop autocentré sur OpaleBD et ses actions, mais bon…). Puis le livre s’organise de manière thématique, autour des grandes séries, Percevan et Sylvio donc mais aussi Gildwin, puis un « méli-mélo » de diverses travaux inaboutis, de commandes pour des publicités, des affiches, des cartes postales… Des travaux qui permettent de découvrir que Philippe Luguy n’est pas seulement doué pour dessiner des créatures fantastiques ou des univers médiévaux mais aussi des voitures de courses joliment croquées. Petit « scoop », pour conclure avec une planche et des recherches de personnages d’une nouvelle série à paraître, La mare aux nymphes (chez Dargaud), avec Corbeyran au scénario…

Lire la suite

Pirate d’eau douce

L’homme aux bras de mer, Simon Rochepeau (scénario), Thomas Azuélos (dessin). Editions Futuropolis, 176 pages, 22 euros.

En avril 2009, l’affaire avait défrayé la chronique. Un voilier français était pris d’assaut par des pirates au large des côtes somaliennes. L’intervention de la marine française se soldera par la libération des passagers, la mort du skipper et de deux pirates. Trois autres assaillants sont arrêtés et vont être jugés à Rennes, en 2013. C’est l’histoire de l’un d’eux qui est raconté ici. En empruntant des chemins de traverse.

Mohamed – puisque tel est son nom – se révèle au lecteur en même tant qu’au premier protagoniste rencontré dans l’ouvrage: Maryvonne. Quinquagénaire, licenciée, cette Bretonne était devenue visiteuse de prison enseignant le français aux détenus. Notamment à ce jeune Africain dont elle ignore tout. Lorsqu’elle apprend qu’il s’agit d’un « terroriste », c’est le choc. Mais, finalement elle retourne à la prison, aidée par la Cimade, association d’entraide dans laquelle elle va s’investir jusqu’à en devenir présidente régionale.
En parallèle, la vie de Mohamed se dévoile peu à peu. Né en 1982, le même jour – ironiquement – que celui de la maison d’arrêt où il est enfermé a été inauguré ! Dès 13 ans, il part pêcher avec son père, mais bientôt, son activité et mise à mal par l’arrivée de gros chalutiers étrangers. En 2004, tout s’arrête avec un tsunami qui emporte son petit bateau. Par la suite, de petits boulots en galères, il se voit contraint pour rembourser ses dettes à intégrer la bande qui va attaquer, par hasard, le voilier. Apparemment, Mohamed n’aura pas tiré une balle. Mais il va donc se retrouver à des milliers de kilomètres de chez lui, dans une prison bretonne…

Lire la suite

Sixtine à l’abordage

Sixtine, tome 1: l’Or des Aztèques, Frédéric Maupomé (scénario), Aude Soleilhac (dessin). Editions de la Gouttière, 80 pages, 13,70 euros.

Une nouvelle héroïne de caractère fait son apparition aux éditions (amiénoises) de La Gouttière.
Sixtine est une ado qui vit seule avec sa mère, depuis la mort de son père, neuf ans auparavant. Elle est aussi accompagnée par trois pirates fantômes qui veillent sur elle depuis son enfance. La famille paternelle ayant rompu tous contacts et le sujet étant devenu tabou, Sixtine va chercher à découvrir le secret de ses origines. Mais alors que la famille est sous le coup d’une expulsion et aiguillée par ses amis pirates, elle va tenter de dérober le trésor des Aztèques, exposé au musée local. Un butin qui semble attirer la convoitise d’autres étranges malfaiteurs…

Lire la suite

Apocalypse maintenant sur l’Infinity 8

Infinity, tome 5: Le jour de l’apocalypse, Davy Mourier et Lewis Trondheim (scénario), Lorenzo de Felici (dessin). Editions Rue de Sèvres, 96 pages, 17 euros. Sortie le 13 septembre 2017.

Les « reboots » se suivent et ne se ressemblent toujours pas sur le vaisseau spatial Infinity. Cette fois, c’est le major Ann Ninurta qui est appelée par le capitaine pour tenter de découvrir le mystère de la gigantesque nécropole galactique inconnue qui bloque le navire. Ayant déjà bien à faire avec sa petite fille, son ex-mari qui l’horripile et en attente d’un rencart avec un beau mercenaire, Casey Brooks, elle va se voir balancée en pleine « apocalypse ». Suite à une expérience avortée, les zombies se multiplient à l’intérieur de l’Inifinity – puisqu’il suffit d’une morsure pour être contaminée – mais aussi à l’extérieur (et, forcément, dans une nécropole galactique, ça fait du monde). Ann ne sera pas épargnée par la pandémie, mais continuera valeureusement sa mission, aidée par Casey Brooks. A moins que d’autres priorités, familiales, ne l’incitent finalement à changer de point de vue…

Lire la suite

Super(s) suspense

Supers, tome 3: Home, sweet Home, Frédéric Maupomé (scénario), Dawid (dessin). Editions de La Gouttière, 120 pages, 18 euros.

Pour Matt, Lili et Benji, les trois enfants venus « d’une petite étoile juste en-dessous de Tsih », les choses se compliquent et l’étau se resserre. Après les services sociaux, c’est au tour de la police de s’intéresser d’un peu trop près à eux. Et si  un inspecteur, Lesec semble sincèrement vouloir les aider, des agents gouvernementaux aux allures de « men in black » sont eux bien moins bienveillants.
Ayant refusé de trop jouer de leurs super-pouvoirs, ils ont été dénoncés par une vieille dame et contraints de fuir leur maison. Ils trouvent refuge un temps auprès de deux clochards sympathiques, Robert et Momo. Mais tout cela reste bien précaire. Tandis que Matt essaie de garder le contact avec son amie Jeanne, les enfants pourraient même se voir séparés…

Lire la suite

Première pêche à la Ligne d’auteur avec Philippe Luguy

On avait évoqué le projet voilà quelques mois. Et cette fois, c’est fait: le premier volume de la collection « Ligne d’auteur », lancé par l’association  calaisienne Opale BD et consacré à la carrière de Philippe Luguy est paru.
Une rencontre-dédicaces avec l’auteur – « ami proche » du webmaster de l’association, Bruno Lemaître – en guise de soirée de lancement aura lieu ce vendredi à Calais.

Lancement de la collection Ligne d'auteur, avec Philippe Luguy, vendredi 15 septembre à partir de 18h30, Maison pour Tous, 81 boulevard Jacquard à Calais (Pas-de-Calais).

Chroniques guerrières des apaches

Géronimo de Matz et Jef, edition Rue de Sèvres, 120 pages 18 euros

C’est par une tragédie que démarre l’histoire de Géronimo. En 1850, l’armée mexicaine commet un massacre dans un village apache tuant hommes, femmes et enfants. De retour d’un voyage, Goyahkla, l’homme-médecine, découvre le carnage ayant coûté la vie à sa mère, sa femme et son bébé. Depuis le chaman emprunte avec les autres tribus apaches le sentier de la guerre. Impitoyable, il massacre à son tour les Mexicains qu’il croise sur sa route et qui bien malgré eux lui donneront son nom de guerre : Géronimo. Pendant trente ans, il se battra sans relâche et sans pitié contre les Mexicains mais aussi un nouvel ennemi nettement plus puissant et sournois, venu du nord appelés« les yeux clairs ». Cette épopée s’arrêtera en 1886 lors de sa reddition au chef de la jeune nation des Etats-Unis d’Amérique et son exil en Floride. Mais un mythe est né.

Lire la suite

Toujours enchanté par le royaume déjanté de Fairyland

I hate Fairyland, tome 2: Sur le trône, Skottie Young. Editions Urban comics, coll. Indies, 152 pages, 15 euros.

Aspirée dans le monde magique de Fairyland depuis 27 ans déjà (en temps humain), Gertrude en est malencontreusement devenue la reine, après en avoir occis la précédente souveraine dans un ultime accès de rage alors qu’elle entrevoyait enfin la liberté. Le règne de l’éternelle petite fille de 6 ans aux cheveux verts est catastrophique au point qu’elle se voit finalement virée du trône par la DRH du royaume… Et renvoyée à sa quête du moyen de rentrer dans son monde. Toujours aidée par son « Jiminy Crockett » Larrington, elle va de nouveau subir de multiples avanies, tout en provoquant d’autres catastrophes, notamment par l’attitude qu’elle va avoir à l’encontre de Duncan, un petit garçon déguisé en dragon basculé lui-aussi à Fairyland…

Lire la suite