Pink Floyd en bande dessinée aussi

L’exposition sur l’histoire des Pink Floyd, The mortals remains, actuellement visible au Victoria & Albert Museum de Londres, vaut incontestablement le déplacement. Et dans ce cadre, à noter, deux anecdotes en rapport avec ce qui nous intéresse ici, à savoir la bande dessinée.

L’expo reproduit d’une part un exemplaire original du mythique programme de 1974 réalisé façon comic book, dans lequel chaque membre du groupe a réalisé (avec l’aide des graphistes d’Hypgnosis) deux planches. Dans un style plutôt réaliste, Roger Waters s’incarne en footballeur auteur d’un hat-trick faisant triompher son équipe et Nick Mason en capitaine de bateau anglais évitant un U-Boot pendant la Seconde Guerre mondiale.
Autre évocation, la présentation de deux planches originales, sur les quatre réalisées dans le magazine Tintin Reporter, par Bruno Rabourdin en 1989 et contant la « rencontre du siècle » entre Tintin et les Pink Floyd (où l’on apprend que le band a devancé Tintin sur la Lune).
Par ailleurs, pour un groupe qui a toujours beaucoup utilisé l’image et les visuels dans sa mise en scène musicale et scénique, on retrouve aussi une séquence avec le graphiste Gerald Scarfe, à qui l’on doit notamment le design de The Wall.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *