La bande dessinée en ordre de bataille pour le centenaire de Verdun et de la bataille de la Somme

Après 2014, 2016 sera la seconde grande année du centenaire de la Grande Guerre. Et parmi les commémorations officielles et animations variées, plusieurs créations seront en lien avec le neuvième art. Notamment dans la Somme.

slider_label_centenairePremiers éclairage sur trois temps forts à venir cette année : deux évocations graphiques sur la bataille de Verdun, une création mondiale mêlant roman graphique et art vivant à Amiens et l’installation définitive d’une fresque unique à Thiepval, dans la Somme…

1 VERDUN PAR LA BANDE

En matière de commémorations, 2016 – comme 1916 – débutera par Verdun. Ca_5J3GWcAAVBGmEt, s’agissant de la bande dessinée, notamment par un numéro spécial de l’hebdomadaire le 1 (partenaire médias de la Mission centenaire 14-18, au même titre que le groupe Rossel La Voix ou France Télévisions). Un numéro qui laisse largement la place au  neuvième art et au dessin, avec déjà une couverture magnifique de Nicolas Vial – dont deux grands-pères et un arrière-grand père, pour l’anecdote, ont combattu en 14-18. Un choix voulu par la directrice artistique, Natalie Thiriez, pour avoir une « représentation moderne, une interprétation contemporaine de la Grande Guerre« . Objectif atteint en tout cas. Autre traitement graphique assez spectaculaire, le travail réalisé par Stéphane Trapier (dont on apprécie le sens du décalage) dans l’esprit des images d’Epinal. L’idée lui étant venu, justement, lors d’une visite de l’Imagerie (qui, en retour tirera et vendra en ligne le dessin). Verdun_couvEnfin, en plus des habituels « repères » de Jochen Gerner, la grand « affiche » (le grand poster central) du numéro est signé Maël. Un choix, là encore, de la DA, qui apprécie ses albums de Notre-Mère la Guerre, et souhaitait avoir une vision exacte. Avec la sensibilité et la finesse habituelle du dessinateur de Notre Mère la Guerre et des Chroniques de Notre-Mère, qui l’avait déjà amené à Verdun, il décrit ici la ville avant guerre, pendant les combats et dans son rôle postérieur de lieu de mémoire.

Autre parution disponible – sur laquelle on reviendra plus en détails dans quelques jours : Verdun, nouvel album signé du duo Le Naour, à qui l’on doit déjà Les taxis de la Marne et réalisé dans le même esprit de démythification des faux symboles entourant cette bataille.

2 UNE CREATION QUI A DU CHIEN A AMIENS

Côté Somme, la bande dessinée sera aussi largement à l’honneur. Déjà, comme depuis trois ans, par l’appui apporté à la mission du centenaire par l’association amiénoise On a marché sur la bulle. Et pour cet été 2016, celui-ci s’incarnera dans un projet d’envergure, une création mondiale mêlant album et spectacle d’art vivant, par Dave Mc Kean (artiste multifacettes et notamment dessinateur de comics, dont le fameux Arkham Asylum, scénarisé par Grant Morrison, oeuvre en couleurs directes – et d’une sombre folie – qui participa à révolutionner l’univers de Batman). Black-Dog-Cover-imageInspiré des écrits de guerre du poète britannique, ces Rêves de Paul Nash se déclineront sous forme d’un roman graphique, mais les dessins et recherches de Mc Kean inspireront aussi une performance scénique « narrative et musicale » autour d’images animées retransmises sur grand écran. Le spectacle sera interprété par l’acteur et violoncelliste Matthew Sharp, le tromboniste et chanteur Ashley Slater et le multi-instrumentiste Stuart Hall. Initié conjointement par Amiens et le Lakes International Comic Art Festival de Kendall (au nord de Manchester) le projet sera créé à Kendall le 28 mai, puis sera interprété à la Maison de la culture d’Amiens, le 4 juin lors des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens, puis le 1er juillet, pour le centenaire de la bataille de la Somme. Le projet commence à susciter beaucoup d’intérêt outre-Manche. Là, encore, nous aurons l’occasion d’y revenir plus en détails dans les mois à venir.

3 JOE SACCO S’INSTALLE A THIEPVAL

Dernier point, pour l’instant, qui n’est plus une nouveauté mais une confirmation. Et peut-être bien la seule concrétisation visuelle des apports du centenaire. La grande fresque décrivant le premier jour de la bataille de la Somme, déjà présentée lors des Rendez-vous de la bande dessinée d’Amiens en 2014, viendra définitivement trouver sa place, au coeur du territoire de la bataille. Dans la nouvelle extension du centre d’interprétation de Thiepval, à côté du monumental mémorial franco-britannique. Les travaux sont en cours et devraient normalement s’achever pour début juin.
A quelques mètres du mémorial franco-britannique qui honore les soldats disparus lors de ces 141 jours de bataille, on pourra désormais aussi se recueillir et méditer sur la grande « bande dessinée » (au sens littéral du terme) évoquant avec force et précision la première journée de la bataille de la Somme.

On notera, en haut à droite, à l'horizon, le clocher et la "vierge penchée" de Notre-Dame-de-Brebières, d'Albert. Le souci du détail dans le gigantisme de la fresque

On notera, en haut à droite, à l’horizon, le clocher et la « vierge penchée » de Notre-Dame-de-Brebières, d’Albert. Le souci du détail dans le gigantisme de la fresque

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *