Super(s) suspense

Supers, tome 3: Home, sweet Home, Frédéric Maupomé (scénario), Dawid (dessin). Editions de La Gouttière, 120 pages, 18 euros.

Pour Matt, Lili et Benji, les trois enfants venus « d’une petite étoile juste en-dessous de Tsih », les choses se compliquent et l’étau se resserre. Après les services sociaux, c’est au tour de la police de s’intéresser d’un peu trop près à eux. Et si  un inspecteur, Lesec semble sincèrement vouloir les aider, des agents gouvernementaux aux allures de « men in black » sont eux bien moins bienveillants.
Ayant refusé de trop jouer de leurs super-pouvoirs, ils ont été dénoncés par une vieille dame et contraints de fuir leur maison. Ils trouvent refuge un temps auprès de deux clochards sympathiques, Robert et Momo. Mais tout cela reste bien précaire. Tandis que Matt essaie de garder le contact avec son amie Jeanne, les enfants pourraient même se voir séparés…

Après un tome 2 plus calme et posé, ce troisième épisode (sur 4) reprend un rythme haletant et un ton plus sombre. Des personnages secondaires attachants font leur apparition, comme les deux SDF et l’inspecteur Lesec.
Visuellement, ce troisième volume est à l’image de l’ambiance de l’épisode,  avec beaucoup de séquences nocturnes et hivernales, aux tons bleutés, contrebalancées par de plus chaleureux épisodes dans des couleurs mordorées. Et le dessin de Dawid est toujours aussi vif et expressif.
L’intrigue continue a être bien menée. Un « cliffhanger » final laisse même en haleine, dans l’attente de connaître le fin mot de l’histoire. Et ce d’autant qu’un flash-back sur les parents des trois « Supers » laisse augurer d’autres soucis encore.
Auréolé du premier prix ACBD Jeunesse, l’an passé, Supers ne lève donc nullement le pied et la série répond, jusqu’ici, aux attentes. Vivement la suite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *