Lady Whisky, un album pur Malt

Lady Whisky, Joël Alessandra. Editions Casterman, 136 pages, 22 euros.

Joël Alessandra a une famille intéressante. Ou plutôt une manière intéressante de parler d’elle, de la faire revivre. Après un retour sur les traces de ses grand-parents en Algérie, c’est sa tante par alliance qu’il évoque ici. Helen Arthur, un personnage. Epouse de militaire et jeune veuve, elle devient une critique experte renommée dans le domaine du whisky, au point de lancer son propre label et de chercher « le » whisky tourbé, malté, salé, marin et au goût d’algue.
Ce rêve, découverte dans un des carnets de voyage d’Helen – une passion qu’elle partageait donc avec le mari de sa nièce – est au départ de cet album et de cette quête. Aidée par une amie journaliste spécialiste en whisky, Joël Alessandra va se rendre jusque sur l’île écossaise d’Islay à la recheche de ce nectar unique et à la découverte du monde si particulier des producteurs de whisky…

A la fois récit intime, carnet de voyages et ouvrage pédagogique sur l’histoire et la fabrication du whisky, cet album est une vraie immersion dans un monde méconnu – au-delà des vrais amateurs de pur Malt écossais – et un récit sensible et attachant.
Une atmosphère qui rappelle les Ignorants, le best seller improbable sur les vignerons de Davodeau qui lança la mode (désormais un brin démesurée) de la bande dessinée culinaire et viticole. Un ouvrage avec qui Alessandra partage le principe de se mettre en scène en enquêteur candide.
Ici, le didactisme se double donc d’une quête familiale presque trop belle pour être vraie et d’une sorte de guide touristique des charmes de l’Ecosse. Le mélange n’est pas totalement réussi. Ou, plus exactement, ces diverses dimensions tendent à se parasiter. Et l’émotion initiale s’évapore un peu – telle la part des anges du whisky – au fil des visites successives des distilleries d’Islay.
Mais les aquarelles de Joël Alessandra offrent un plaisir enivrant et cela n’en fait pas moins un joli petit ouvrage à offrir à tout amateur de whisky ou à lire en sirotant un Single cask de chez Laphroaig ou Arbdbeg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *