L’Ekhö du sud profond et de l’intégrisme religieux

Ekhö, monde miroir, tome 6: Deep South, Christophe Arleston (scénario), Alessandro Barbucci (dessin). Editions Soleil, 48 pages, 14,50 euros.

On ne pensait plus revoir Fourmille Gratule, Yuri et tout ce « monde miroir » après le les révélations (partielles) du tome 5, aboutissement du cycle initié voilà déjà  quatre ans.

On retrouve donc ici la jeune et jolie héroïne, toujours à la tête de son agence d’artistes à New York, mais sans Yuri qui, amoureux incompris est parti en Louisiane mettre en place un réseau de communication par micro-messages transporté par des passereaux indigo. Parmi les vedettes de l’agence, Soledad, la « bomba latina » obtient un joli succès mais est pourchassé par le groupuscule religieux du révérend Fox qui n’admet pas de voir la chanteuse militer pour le le droit à l’IVG. Fourmille va alors accompagner la tournée de Soledad dans le « sud profond » de l’Amérique, jusqu’à la Nouvelle-Orléans, une tournée tumultueuse qui va s’avérer aussi forte en révélations…

Les deux héros, tout comme les lecteurs, sont désormais bien acclimatés au monde d’Ekhö. Et tout l’imaginaire déployé pour faire vivre et fonctionner cette Terre « légèrement différente » et ne connaissant ni l’électricité, ni les énergies fossiles, passe au second plan (avec quand même ici une coccinelle géante en bus de tournée, un airboat propulsé par une libellule tout aussi XXL ou une voiture de police avec des sangliers en place de roues…). Même la traditionnelle séquence de possession de Fourmille par un mort récent – ici un sheriff red neck au langage guère châtié – s’inscrit quasi naturellement dans l’histoire.
Ici, Arleston et Barbucci s’en prennent surtout bille en tête à l’intégrisme religieux et à sa duplicité hypocrite. Une charge bien que l’on pourra trouver facile et convenue (et aussi prévisible que la révélation des liens entre Soledad et Fox), mais en tout cas bien sentie. Et, niveau graphisme, Alessandro Barbucci maîtrise désormais fort bien son sujet.

Enfin, c’est aussi avec plaisir que l’on retrouve Fourmille et Yuri, comme de vieux amis, enfin sur le point de conclure. La suite devrait les ramener vers le vieux monde, puisque le tome 7, annoncé pour la fin de l’année aura pour cadre Londres. En plein Brexit alternatif ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *