Le grand samouraï commence à se démasquer

Le masque de Fudo, tome 2: pluie, Saverio Tenuta. Editions Humanoïdes associés, 48 pages, 14,20 euros.

Nobu Fudo, l’implacable guerrier, continue de fourbir sa vengeance contre le shogun. Lui ayant révélé mort d’un des soutiens de l’empereur, Nobu se voit nommé général et samouraï de Fujiwara Sama, ce qui lui donnera l’occasion de l’approcher et de le tuer. Mais il lui restera cependant à se débarrasser de Kaida, redoutable et belle guerrière, que Fudo a bien connu jadis. Alors qu’il n’était encore que le jeune Shinosuke, Kaida l’a recruté pour qu’il vienne se placer au service du dojo de Maître Hogen, lui aussi fasciné par le pouvoir du masque. Au cours de cet enseignement féroce et sanguinaire, il sera, comme ses compagnons, mis face à son passé…

Deuxième des quatre volets de ce spin-off de la série des Nuées écarlates, Pluie dévoile un peu plus le passé de l’impitoyable samouraï. Et plus particulièrement comment il s’est perfectionné en tant que machine de guerre humaine, perdant une bonne part de son humanité.
Plus violent que le précédent tome, cet épisode conserve néanmoins une certaine lenteur, un rythme contemplatif laissant toute leur part aux états d’âmes et aux réflexions torturées du héros. Et les planches sont toujours aussi belles, avec un trait précis et détaillé et des couleurs pastel qui renforcent le côté mythologique à cette tragique quête initiatique très prenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *