La Shoah à hauteur d’enfants

Irena, tome 1: le ghetto, Jean-David Morvan et Séverine Tréfouël (scénario), David Evrard (dessin). Editions Glénat, 72 pages, 14,95 euros.

En 1940, dès l’envahissement de la Pologne, les juifs sont enfermés dans des ghettos, quartiers placés sous la surveillance sévère de l’armée qui empêche toute sortie. À Varsovie, les seuls qui peuvent y entrer sont les membres du comité d’aide sociale. Parmi ceux-ci, Irena Sendlerowa, une jeune femme modest et déterminée qui vient quotidiennement porter des vivres, mais surtout du soutien aux familles démunies et affamées. Un jour, une mère, sur le point de mourir, lui confie la vie de son fils. Irena prend alors la décision de faire échapper les orphelins du ghetto. Une décision qui pourrait lui coûter la vie et qui va en faire une « juste parmi les nations ». Mais aussi une femme, décédée en 2008, largement oubliée par l’histoire. C’est pourquoi Jean-David Morvan Séverine Tréfouël et David Evrard ont décidé de lui redonner un peu de lumière…

Les albums de bande dessinée sur la Shoah ne manquent pas (l’actuelle expo sur le sujet au Mémorial de Paris le rappelle de belle manière), mais ce « biopic » d’Irena Sendlerowa possède néanmoins sa singularité. Sans l’écraser par des comparaisons, Spiegelman avait fait le choix, dans Maus d’illustrer l’indicible par son style animalier symbolique et ses masques ; ici c’est à travers un trait enfantin (qui fait songer dans le dessin de ses enfants, notamment, au Petit Nicolas immortalisé par Sempé) que l’horreur est mise en perspective. Et permet d’être appréhendée, justement, dans toute sa froide atrocité. Et il n’est pas anodin que lors d’une des séquences les plus fortes, émotionnellement parlant, l’histoire s’évade vers une dimension fantastique et fantomatique.

Le pari n’était pas sans risques. Mais les auteurs ont trouvé le ton juste. Emouvant, mais pas édifiant. Simple mais loin d’être simpliste. Cette biographie dessinée est respectueuse de l’importance du drame qu’elle évoque et restitue bien ce personnage « ordinaire qui réalisa quelque chose d’extraordinaire, dans des circonstances insensées, pendant une période effroyable« . Une destinée appelée à se découvrir encore pendant deux albums.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *