Il y a de l’Ekhö !

Ekhö, tome 1: New York, Arleston, Barbucci, éditions Soleil, 48 pages, 13,95 euros.

Des dragons, des créatures étranges, une blonde pulpeuse, un anti-héros… Comme un écho au monde de Troy. Mais pour cette nouvelle série, Christophe Arleston pose les bases d’un nouvel univers tout à fait singulier, celui d’Ekhö.

Sur ce monde-miroir de la Terre (qui est peut-être bien l’au-delà ou une extension orinique), on retrouve les villes et pays habituels, mais sous une forme différent, très décalée ; Ainsi dans cet autre New York – dans laquelle l’héroïne, Fourmille Gratule, se trouve projetée à la suite d’un accident d’avion – les transports aériens se font à l’aide de dragons, le métro est remplacé par un mille-pattes géant et d’étonnantes petites créatures ressemblant à des écureuils, les preshauns, semblent détenir les clés de cet étrange monde.

Désignée pour hériter de sa tante, Fourmille va aussi se retrouver « habitée » par l’esprit de cette dernière. Ce qui lui permettra de tirer au clair au moins un des nombreux mystères auxquels elle est confrontée…

S’il reste dans le style héroïc-fantasy, Arleston fait encore preuve ici d’une belle imagination, fantaisiste et loufoque à souhait, mais avec un art consacré du rythme, de la narration et des manières d’accrocher son lectorat. A l’issue des 48 premières planches, Fourmille a sans conteste marqué les esprits de sa forte présence. D’autant qu’Alessandro Barbucci (Sky Doll ou Lord of Burger) fait aussi un très joli travail pour donner vie à un univers foisonnant de détails et à des personnages haut en couleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *