Apocalypse maintenant sur l’Infinity 8

Infinity, tome 5: Le jour de l’apocalypse, Davy Mourier et Lewis Trondheim (scénario), Lorenzo de Felici (dessin). Editions Rue de Sèvres, 96 pages, 17 euros. Sortie le 13 septembre 2017.

Les « reboots » se suivent et ne se ressemblent toujours pas sur le vaisseau spatial Infinity. Cette fois, c’est le major Ann Ninurta qui est appelée par le capitaine pour tenter de découvrir le mystère de la gigantesque nécropole galactique inconnue qui bloque le navire. Ayant déjà bien à faire avec sa petite fille, son ex-mari qui l’horripile et en attente d’un rencart avec un beau mercenaire, Casey Brooks, elle va se voir balancée en pleine « apocalypse ». Suite à une expérience avortée, les zombies se multiplient à l’intérieur de l’Inifinity – puisqu’il suffit d’une morsure pour être contaminée – mais aussi à l’extérieur (et, forcément, dans une nécropole galactique, ça fait du monde). Ann ne sera pas épargnée par la pandémie, mais continuera valeureusement sa mission, aidée par Casey Brooks. A moins que d’autres priorités, familiales, ne l’incitent finalement à changer de point de vue…

Le principe, amusant de la série, est désormais bien connu de tous. Et même le capitaine commence à se lasser d’expliquer sa faculté à pouvoir projeter une boucle temporelle de huit heures, avec la possibilité de revenir au point de départ si nécessaire. Autre aspect familier, le retour de quelques personnages ayant joué un rôle dans les précédents épisodes, comme les kornaliens nécrophages (tome 1) ou le gourou Ron Digger de la Guérilla symbolique (tome 4). Mais Davy Mourier nous apprend dans le petit dossier qui termine, comme d’habitude, l’album que cette aventure fut le premier à avoir été scénarisé. Et donc, en fait de retour, il s’agirait plutôt d’un premier passage avant un plus long retour ailleurs (l’effet reboot à plein…).
En revanche, De Felici et Mourier se distinguent par le choix de leur héroïne, nettement moins bimbo (et progressivement pas mal amochée) et mère de famille courageuse. Un personnage fort  qui tient bien son rang en tout cas au milieu d’une profusion jubilatoire de morts-vivants et de morts-morts-vivants !
Enfin, mine de rien, le mystère du gigantesque amas galactique commence à se découvrir. Et cela devrait se poursuivre avec le sixième épisode à venir, Connaissance ultime, concoté cette fois par Franck Biancarelli et Emmanuel Guibert qui nous promet de lever le voile sur le secret de la nécropole. Autant dire qu’on est toujours prêt à repartir pour un tour dans cette « concept-série » dont la qualité ne se dément pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *